Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021François Polet (dir.), Démondiali...

François Polet (dir.), Démondialisation ?

Marc Humbert
Démondialisation ?
François Polet (dir.), « Démondialisation ? », Alternatives Sud, vol. 28, n° 2, 2e trimestre 2021, 174 p., Paris, Editions Syllepse, ISBN : 978-2-84950-926-5.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de revue rentre dans la catégorie des ouvrages collectifs qui offrent une série d’éclairages particuliers sur plusieurs aspects d’un thème donné. Ici, il s’agira plus précisément de « points de vue du Sud » liés à l’interrogation portée par le titre : Démondialisation ? Coordinateur de l’ouvrage, François Polet l’introduit autour de la question « La démondialisation est-elle l’affaire du Nord ? » (p. 7-28), et élabore ce numéro d’Alternatives Sud en réunissant neuf textes. Avant de nous les livrer, il nous présente une intéressante analyse qui montre comment la montée de la mondialisation emmenée par les acteurs du Nord a fini par buter sur la crise de 2008. Certains pays riches et des économistes néokeynésiens comme Dani Rodrik, Ha Joon Chang ou Joseph Stiglitz soutenaient déjà depuis le début des années 2000 que la mondialisation était allée trop loin. Et puis, en 2017, l’arrivée de Trump au pouvoir semble sonner le glas du libre-échange. Dans le même temps, souligne François Polet, ce sont des pays du Sud qui sont alors devenus les défenseurs de la mondialisation, eux que le Nord avait forcés vingt ans plus tôt à abandonner leurs mesures protectionnistes. Ce propos, il l’illustre de l’appel que les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) ont lancé en faveur du libre-échange en novembre 2019 et de la constitution l’année suivante de la plus vaste zone de libre-échange du monde en Asie-Pacifique par l’accord RCEP (Regional Comprehensive Economic Partnership) entre les dix pays membres de l’ASEAN et six pays de la zone Asie-Pacifique : Chine, Inde, Japon, Corée du Sud, Australie, Nouvelle Zélande.

2Cette implication « du Sud » dans la mondialisation, les textes de l’ouvrage ne la contredisent pas véritablement. Passons-les donc en revue, à commencer par le texte de Gilberto Bercovici sur le Brésil (p. 111-125), un des leaders des BRICS. Dans ce premier cas, le titre même du texte atteste de l’orientation du propos : « La souveraineté économique et le démantèlement de l’État au Brésil », et l’analyse de l’auteur montre qu’il n’y a pas au Brésil de résistance nationale progressiste face au marché mondial. Cette orientation générale est ailleurs confirmée par deux textes qui portent quant à eux sur l’Amérique latine. Dans « L’intégration de l’Amérique latine, plus nécessaire que jamais » (p. 147-154), Roberto Pizarro Hover souligne que rien jusqu’ici n’a permis de « sortir le continent d’une économie dépendante, basée sur l’exportation de ressources naturelles » (p. 155). Et le même constat est dressé par Juan Pablo Morea, dans un texte intitulé « Développement souverain et gestion territoriale en Amérique latine » (p. 155-169). Pour lui, « l’Amérique latine est le théâtre d’un processus de privatisation des ressources naturelles dicté par les besoins du marché mondial » (p. 155), malgré des tentatives nationales et des efforts d’intégration régionale « pour encourager un modèle de développement alternatif » (p. 166).

3Un texte apporte un point de vue africain. Il concerne un accord de libre-échange qui reste dans le sens général, même si l’accord pourrait peut-être avoir des effets positifs, notamment si l’on en croit la tonalité interrogative du texte, soulignée par l’intitulé que lui donne Rob Davies : « La zone de libre-échange africaine, levier pour la diversification économique ? » (p. 129-146). Dans une veine similaire, l’article de Puspa Sharma sur le Nepal (p. 87-109) commence par une intéressante discussion du concept de souveraineté alimentaire – distinguant la souveraineté des États et celle des paysans ou du peuple, tout en faisant l’historique du concept. Puis, à partir de la page 99, il nous montre que le Népal a intégré dans sa nouvelle constitution (2007-2015) cette souveraineté alimentaire. Mais ceci en vain, car, en raison selon lui de l’ambigüité soulignée du concept, les dirigeants l’ont adopté « sans changer réellement de politique agricole » (p. 87).

4La revue comporte encore deux articles qui tous deux concernent l’Inde, elle aussi membre des BRICS zélateurs de la mondialisation. En dépit de ce lien d’appartenance, l’Inde a cependant pris quelque distance vis-à-vis de la mondialisation. Le premier article sur ce pays titre ainsi la « Résistance au libre-échange en Inde : les mouvements paysans montrent la voie » (p. 79-86), et n’est autre qu’un texte qui a été mis sur un blog par l’organisation non gouvernementale (ONG) internationale GRAIN, et appuyé par l’ONG indienne affiliée à la Via Campesina. Le second est le résumé d’une étude quantitative illustrant « Pourquoi l’Inde s’est-elle retirée du Partenariat régional économique global ? » (p. 67-78). La raison principale en serait la crainte d’effets négatifs sur son économie et sa balance commerciale. Les auteurs – Sachim Kumar Sharma, Badri Narayanan Gopalakrishna, Adeet Dobhal et Raihan Akhter – obtiennent ce résultat d’une démarche économétrique et macroéconomique, alors qu’en général ce type d’étude émet des conclusions favorables au libre commerce. Ils ajoutent à leur propos une analyse sociopolitique de la résistance et citent Narendra Modi, le premier ministre indien, quand il informe de sa décision : « le talisman de Gandhi et ma propre conscience m’interdisent de rejoindre le RCEP » (p. 86).

5Deux autres textes, en début d’ouvrage, apportent des « approches transversales ». L’un d’eux, rédigé par Rob Davies, traite de la relation entre commerce et développement : « Un espace politique national pour subordonner le commerce au développement » (p. 57-64). Rob Davies – qui a aussi écrit le texte sur la zone de libre-échange Africaine – est un économiste et politologue, ancien Ministre du Commerce et de l’Industrie de l’Afrique du Sud, autre pays membre du groupe des BRICS. Il parle donc en connaissance de cause, au nom de ce Sud, de la mondialisation. Il constate que le commerce international est devenu une fin en soi au lieu d’être un des outils à mettre au service d’un objectif de développement. Il argumente pour un changement vers « une alternative de développement progressiste et inclusive » (p. 57) qui exige de permettre, comme l’aurait suggéré selon lui la CNUCED 2017, avec son appel à un nouveau pacte mondial, d’offrir « des marges de manœuvre politiques » (p. 63) aux pays en développement. Ceci étant, on l’a compris, dans la pratique, on en est loin.

  • 1 Bello Walden, Deglobalization: Ideas for a New World Economy, Londres, Zed Books, 2002. Dans la bro (...)

6En début d’ouvrage, juste après l’éditorial, figure un texte de 2019 où la question de la démondialisation est directement abordée par celui qui en est l’auteur de référence : Walden Bello1. Formé aux États-Unis, où il enseigne encore, c’est un économiste philippin qui co-préside à Manille un think tank de type ONG : Focus on the Global South. Il a écrit une vingtaine d’ouvrages critiques de la doxa internationale en faveur du développement. Il a lancé en 2001 l’idée de « démondialisation », avec un programme en 9 points, qui au cours du temps sont devenus 14, et qui sont repris dans ce texte « Démondialisation, un paradigme à revendiquer » (p. 33-55). C’est dire que la pensée est travaillée en permanence en relation avec les critiques qui lui sont adressées. Ici, il reprécise sa conception du développement « comme la construction de la capacité d’une société à répondre aux besoins de la population » (p. 41), une conception non productiviste, mais qui n’adopte pas le slogan de la décroissance, tout en considérant que « le paradigme de la décroissance n’est pas seulement compatible avec la démondialisation, il en est partie intégrante » (p. 46). Ce n’était pas dans sa première version. Et d’autres éléments ont été également introduits, comme la prise en compte de la question du genre, afin « de montrer en quoi l’économie féministe enrichit le paradigme » (p. 49).

7François Polet, qui nous offre ce texte en français, le considère comme intéressant mais aussi sujet à une critique qui semble très forte de sa part et de celle des militants d’Alternatives Sud : Walden Bello ne prône pas la déconnexion comme le faisait un Samir Amin, et s’est fait, dès le lancement du concept, l’apôtre d’une « démondialisation [qui] ne supposait pas une déconnexion de l’économie mondiale » (p. 53). Reste que ce texte est là, détaillant par le menu ce que pourrait être une démondialisation pour le Sud. Mais le conditionnel reste plus que nécessaire, comme le montre la recherche infructueuse de François Polet – qui aurait aimé nous montrer une panoplie d’exemples de mises en application. La démondialisation semble n’être encore qu’un concept étranger aux pratiques, au moins dans le Sud.

Haut de page

Notes

1 Bello Walden, Deglobalization: Ideas for a New World Economy, Londres, Zed Books, 2002. Dans la brochure d’où est extrait le texte traduit ici, Walden Bello mettait en annexe un texte programme de démondialisation pour la Birmanie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Humbert, « François Polet (dir.), Démondialisation ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 24 septembre 2021, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/51275 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.51275

Haut de page

Rédacteur

Marc Humbert

Professeur émérite d’économie politique à l’université de Rennes, concepteur en 1980 du concept de système industriel mondial, co-fondateur en 2002 du réseau-projet PEKEA (a Political and Ethical Knowledge on Economic Activities / une approche politique et éthique des activités économiques), initiateur et co-animateur depuis 2010 du mouvement « convivialiste » inspiré par le concept de convivialité d’Ivan Illich et co-fondateur de l’internationale convivialiste en 2021.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search