Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Collectif d’Analyse des Familles ...

Collectif d’Analyse des Familles en Confinement, Familles confinées. Le cours anormal des choses

Charly Dumont
Familles confinées
Collectif d’analyse des familles en confinement, Familles confinées. Le cours anormal des choses, Vulaines-sur-Seine, Editions du Croquant, 2021, 154 p., ISBN : 9782365123099.
Haut de page

Texte intégral

1En mars 2020, l’horizon s’est brusquement réduit aux limites du foyer pour beaucoup de familles. À cause du confinement instauré par le gouvernement dans le cadre de gestion de l’épidémie de covid-19, il a fallu subitement s’organiser pour maintenir un travail professionnel, absorber une surcharge de tâches domestiques et parentales et assurer une continuité éducative. La rencontre des différentes activités a provoqué des aménagements de l’habitat, des arrangements pratiques et de nouvelles articulations des temps sociaux. Comment la répartitions des tâches et la prise en charge des activités se sont-elles faites, et comment ce confinement a-t-il été vécu ? L’ouvrage présente des éléments de réponses concernant les relations conjugales et le travail professionnel, parental, éducatif et domestique au sein des ménages, à partir d’une approche compréhensive permettant de saisir leurs dimensions subjectives. Ainsi, l’analyse porte sur la pluralité des expériences confinées en les reliant aux inégalités de classe et de genre.

2Le matériau mobilisé dans cet ouvrage est le produit d’une enquête collective menée par le réseau thématique 48 « articulation des temps sociaux » de l’Association française de Sociologie. Dix-huit familles ont été suivie dans le cadre d’entretien hebdomadaires durant toute la durée du confinement. Le collectif a choisi de sélectionner des familles composées de parents hétérosexuels avec de jeunes enfants à charge appartenant à des milieux sociaux, économiques et culturels variés. Les entretiens ont été principalement effectués avec les femmes de chaque foyer ; c’est donc à travers leur expérience qu’est appréhendé le confinement.

3Pour donner corps aux expériences plurielles du confinement, le premier chapitre dresse le portrait de six enquêtées issues de milieux socio-économiques et culturels différents. Les extraits d’entretiens permettent ainsi de comprendre en quoi les familles ont eu des rapports différents au confinements. Les enjeux principaux soulevés par ces portraits de vie en confinement relèvent de problématiques liées à l’organisation familiale, aux tensions entre les différentes activités, et à la division sexuée des rôles au sein du foyer. Par exemple, Maud, confinée avec son mari Guillaume en télétravail et ses trois enfants, structure ses journées en fonction de ces derniers, entre travail scolaire et autres moments plus calmes dédiés à de la lecture ou à de la pâtisserie. Dès lors, et à l’inverse de son mari qui se dégage des temps spécifiquement dédiés à son exercice professionnel, c’est dans les « interstices de la vie familiale » que Maud trouve des instants pour exercer son activité d’« auto-entrepreneuse ». Au regard du temps de travail domestique et de ses aspirations professionnelles, son rapport au confinement est mitigé.

4Le second chapitre analyse les déterminants sociaux des expériences – heureuses ou malheureuses – du confinement. Si l’on observe d’importantes variations suivant les classes sociales, celles-ci ne suffisent pas à expliquer les différences de vécu du confinement. Il est ainsi impossible d’affirmer que les expériences malheureuses aient été réservées aux milieux populaires. Outre les nombreux facteurs à prendre en compte (enfermement, surcharge, fatigue ou stress), le genre occupe un rôle central en raison de l’asymétrie dans la répartition sexuelle du travail. Ainsi, Sophie, contrôleuse de gestion, a vu ses exigences professionnelles s’accentuer lors du confinement en même que la charge de travail domestique augmentait en raison l’impossibilité de recourir à une nourrice. Malgré un idéal d’égalité dans la famille, la division du travail s’est déséquilibrée pendant le confinement et Sophie se dit « au bord du burn out ».

  • 1 Boboc Anca, « La frontière entre vie privée et professionnelle à l’épreuve du confinement », La rev (...)

5Le troisième chapitre analyse la manière dont les familles se sont organisées pour poursuivre les activités professionnelles et comment, en retour, le confinement a affecté les rapports au travail. Pour les personnes qui n’étaient pas en emploi, la charge du travail domestique a fortement augmenté. Les personnes en emploi ont dû quant à elles organiser un espace de travail dans le foyer. Or, en fonction de leur milieu social, et des conditions de logement associées, les familles ont été inégalement armées pour affronter cette rupture des cadres spatiaux. Mais, dans le même temps, ce sont surtout les femmes qui ont été les moins bien installées et plus souvent dans des espaces communs proches des enfants. Le rythme du foyer a été globalement soumis aux activités professionnelles extérieures, avec des variations suivant le statut d’emploi, le genre et la culture professionnelle des individus. Si de nouvelles façons de collaborer avec les collègues ont conduit à un effacement de la frontière entre vie privée et professionnelle1, la capacité de garder un contrôle sur le temps de travail a été déterminant dans le ressenti du confinement. Celle-ci, plus souvent observée chez les cadres de la fonction publique, a été rendu plus simple chez celles et ceux dotés d’une culture professionnelle protectrice et d’un collectif de travail vigilant. Ainsi, à l’opposé de Sophie dont les managers démultiplient les réunions en journée, Myriam, contractuelle de catégorie A, refuse de sur-travailler ou de « culpabiliser » de ne pas rattraper le travail non terminé de la journée et insiste sur le fait que ses collègues « faisaient comme ils pouvaient ».

6Cependant, outre le travail professionnel, le principal enjeu auquel les familles confinées ont dû faire face a été la prise en charge des enfants, c’est-à-dire l’organisation et la réalisation d’un travail parental et éducatif à temps (presque) complet. Le quatrième chapitre montre que si le travail scolaire-éducatif a été investi de la part de toutes les familles, les injonctions éducatives n’ont pas été perçues uniformément. De façon contre-intuitive, ce sont les mères des classes moins aisées qui expriment le plus souvent avoir essayé de respecter scrupuleusement les impératifs scolaires, là où les mères cadres montrent plus de détachement vis-à-vis du souci scolaire. Ceci provient du fait que le rythme et la charge de travail scolaire, sous forme de devoirs par exemple, sont perçus par les premières comme une lourde tâche et par les secondes comme une source d’inspiration. Outre des différences liées à l’appartenance de classe, le travail parental et éducatif ne s’est pas partagé équitablement au sein des foyers. Les mères ont du faire preuve d’une disponibilité permanente, tandis que les pères, eux, pouvaient faire preuve d’une disponibilité conditionnelle. En dehors du travail scolaire, le confinement a également été, pour certaines familles, l’occasion d’une « redécouverte du quotidien » ou encore de réalisation d’activités communes permettant de vivre un « esprit de famille ». Mais, l’injonction sociale à « réussir son confinement » a eu pour effet au sein d’autres familles d’accentuer les sentiments d’urgence ou d’étouffement. Au travers de ce quatrième chapitre est mis en avant l’importance de la norme du « bien-être » des enfants qui gouverne les pratiques familiales, parfois au risque de remettre en question la cohésion familiale.

7Le cinquième chapitre revient enfin sur l’effet des inégalités de genre sur les expériences du confinement. Le confinement a fait du temps une ressource rare et il a entraîné une surcharge du travail domestique et parental : repas et rangements plus fréquents, planifications et organisations d’activités plus nombreuses et plus différenciées, garde et occupation des enfants. Si cette augmentation des tâches a été absorbée par les deux parents, cela s’est fait de manière inégale, de sorte que le confinement est loin d’avoir remis en cause les « inégalités dans la répartition sexuée du travail au sein des couples » (p. 122). Les entretiens ont bien montré que même si les pères se sont plus impliqués qu’habituellement, les inégalités se sont maintenues, les normes de genres sont restées très prégnantes et les mères sont restées les responsables de l’orchestration des tâches ménagères et parentales. Le travail domestique n’a donc pas été redistribué, mais une partie a été déléguée aux pères et, parfois, aux enfants. Les mécanismes genrés de distribution du travail au sein du foyer se sont traduits différemment selon les catégories d’emplois, la place de la famille dans le projet de vie et l’appartenance de classe des enquêtées.

8En définitive, le but de l’ouvrage n’est pas de rendre compte de de toute la diversité des confinements mais plutôt de montrer, dans une perspective compréhensive et à partir d’une série de portrait de famille, que les conditions matérielles d’existences ne suffisent pas à comprendre les expériences « heureuses » ou « heurtées » du confinement. Bien sûr, des aspects matériels (maison, jardin, éloignement des grandes villes) et sociaux, liés à l’appartenance de classe, ont engendrés des confinements plus ou moins désagréables. Mais contrairement à ce qu’on pourrait penser, le vécu malheureux n’a pas été réservé aux classes populaires. D’autres facteurs, comme le contrôle du temps de travail ou la culture professionnelle, ont pu rendre difficiles le vécu des cadres du privé, soumis à un très fortement mobilisés par le travail en ligne. De même, en raison de l’inégale répartition sexuée du travail domestique, les femmes ont une expérience plus négative du confinement que les hommes. Ce dernier point constitue d’ailleurs un apport central de l’ouvrage, en ce qu’il permet de souligner combien la crise sanitaire et sociale, loin de rebattre les rôles, a au contraire conduit à un renforcement des inégalités de genre en matière de répartition et de réalisation du travail productif et reproductif.

Haut de page

Notes

1 Boboc Anca, « La frontière entre vie privée et professionnelle à l’épreuve du confinement », La revue des conditions de travail, n° 10, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charly Dumont, « Collectif d’Analyse des Familles en Confinement, Familles confinées. Le cours anormal des choses », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 27 septembre 2021, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/51290 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.51290

Haut de page

Rédacteur

Charly Dumont

Doctorant en sociologie à l’Université de Bourgogne Franche-Comté, membre du Lir3s (Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche « Sociétés, Sensibilités, Soin », UMR 7366 CNRS-uB).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search