Navigation – Plan du site

Jean Baudouin, François Hourmant, Les revues et la dynamique des ruptures

Mathieu Quet
Les revues et la dynamique des ruptures
Jean Baudouin, François Hourmant (dir.), Les revues et la dynamique des ruptures, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2007, 208 p., EAN : 9782753504288.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis les années 1980, un double mouvement semble structurer de façon significative de nombreuses recherches en sciences sociales. D'une part, l'attention se fait plus soutenue aux instances de production intellectuelle et symbolique du pouvoir : multiplication des études sur les médias, sur la sociologie et l'histoire des intellectuels, ou encore intérêt grandissant pour les mots et les idées politiques. D'autre part, les objets hétérogènes de médiation entre différents mondes sociaux ont acquis un rôle central dans la réflexion : médiation, hétérogénéité, hybridité sont ainsi devenus des lieux communs, souvent féconds, de la recherche. La conjonction de ces deux mouvements aboutit à une appréciation plus fine, tant des mécanismes idéologiques que des objets qui permettent la circulation des savoirs et des représentations. De ce point de vue, l'ouvrage dirigé par Jean Baudouin et François Hourmant affiche une ambition claire : mieux comprendre les ressorts de ces objets essentiels de l'activité intellectuelle, mais tout à fait hétéroclites, que sont les revues. A cette fin, l'ouvrage réunit huit études sur des revues de natures variées, de l'extrême gauche de Socialisme et Barbarie au libertarianisme de Québecois libre, en passant par la revue politico-littéraire Tel Quel, et en abordant des courants tels que le catholicisme social, le libéralisme, ou encore le domaine de l'occultisme. Le 20e siècle est ainsi balayé à travers l'analyse de revues très différentes, mais avec une volonté commune de mettre en évidence la dynamique des ruptures qui se trouve au fondement de toute revue, selon les auteurs.

2Le premier chapitre, de François Hourmant, permet de clarifier cette notion de rupture, en explicitant la nature et le rôle des revues. Il met ainsi en place un certain nombre d'éléments définitoires. D'abord, il est important de tenir compte de la spécificité du discours produit par les revues, à l'interface de l'événement et du livre, plus distancié que celui du journal car non soumis au diktat de l'immédiateté. De ce fait, la revue remplit un rôle propre de laboratoire d'idées, et concourt à la structuration des configurations politico-intellectuelles d'une manière originale. Par ailleurs, la notion de rupture est essentielle pour comprendre cet objet voué à évoluer, à muer au contact des idées, des événements et des hommes. Les revues, souvent hantées par le désir de durer, constituent en effet un mélange de durabilité et d'instabilité, qui est au fondement de la dynamique des ruptures. Toute revue affirme une volonté de rupture, souvent dès le titre. Les sommaires relaient alors une grammaire du discours et une idéologie qui sous-tendent le projet éditorial. Mais la volonté initiale de rupture elle-même est remise en question au fil des numéros, au profit de nouvelles ruptures et de nouvelles orientations. Afin de comprendre ces ruptures, il est nécessaire d'appréhender la revue comme stratégie d'auteurs, et non seulement comme stratégie de signes. Par conséquent, les trajectoires biographiques constituent un passage obligé de l'analyse. La figure de l' « éveilleur » qui lance la revue, ici reprise à Sirinelli, prouve cette importance (exemple d'Emmanuel Mounier pour Esprit). Mais les acteurs sont multiples, et il ne faut pas réduire la lecture des revues à la personne d'un fondateur, car les réseaux, à la fois intellectuels et affectifs, ou au contraire la constitution d'inimitiés et de rivalités ont aussi leur importance. Hourmant affirme en définitive l'intérêt d'une étude des revues qui, malgré la montée en puissance de la télévision et des nouveaux médias, ne sont pas encore reléguées au rang de gadget intellectuel.

3Les chapitres qui suivent portent sur différentes revues et proposent souvent des approches divergentes mais convaincantes de la notion de rupture. C'est le cas par exemple du chapitre 2 (David Bisson), qui montre comment un acteur peut recourir à différentes revues pour défendre sa pensée, provoquant ainsi des ruptures à la fois dans sa propre biographie et dans les revues qu'il instrumentalise : ce qu'illustre l'itinéraire de René Guénon, adepte de l'occultisme et participant à des revues très différentes en fonction d'intérêts stratégiques. Le chapitre 3 (Yves Palau) explique quant à lui, à partir d'une étude sur une revue du catholicisme social dans l'entre-deux guerres (Politique), que le rôle de rupture de la revue peut se trouver dans sa fonction idéologique, et dans les glissements politiques et intellectuels qu'elle favorise. Ils conduisent ici à la rupture entre un certain nombre de catholiques sociaux et leur milieu d'origine. Les chapitres 6 (Franck Berthot) et 7 (Gwendal Châton) mettent en évidence, d'une manière similaire, la fonction de renouvellement intellectuel et idéologique des revues, préparant le terrain, dans un cas (Textures et Libre), au renouveau de la philosophie politique, et dans l'autre (Contrepoint) à la réapparition du libéralisme.

4Les chapitres 4 (Goulven Boudic) et 5 (François Hourmant) traitent des ruptures internes aux revues, à travers l'analyse de plusieurs conflits : comme le montrent ces deux chapitres, la revue est aussi un lieu dans lequel les conflits intellectuels et personnels n'ont pas de limites claires, et les stratégies d'exclusion y sont une pratique qui mérite d'être examinée (exemples des Temps Modernes, de Tel Quel en particulier). Les deux derniers chapitres (Marion Gret, Sébastien Caré) étudient enfin avec précision des cas (au sujet de l'expérience participative de Porto Alegre ou d'une revue libertarienne) de conjonction entre stratégies politiques et stratégies discursives. La revue est alors à la fois lieu d'expression partisane et espace d'investigation sémiologique, comme l'explique Marion Gret. Le cas le plus remarquable est sans doute celui de la revue libertarienne Québecois libre, étudiée par Sébastien Caré, dont les auteurs mettent en oeuvre des stratégies de conviction et de diffusion particulières, liées à l'usage d'internet. Il s'agit pour eux de favoriser une diffusion massive sans pour autant compromettre l'idéologie qu'ils défendent. Cela amène la revue à jouer pleinement, non sans ambiguité, son rôle à cheval entre analyse du social et diffusion de l'idéologie.

5Les revues et la dynamique des ruptures dresse ainsi un panorama plutôt stimulant du fonctionnement des revues, et apporte un regard intéressant sur leur spécificité. L'une des qualités de l'ouvrage qui méritent d'être soulignées est d'avoir proposé une problématisation générale, autour du thème de la rupture. Cela permet d'uniformiser l'étude de revues malgré leurs grandes différences. Cette uniformisation conduit à faire fonctionner les analyses de façon cohérente, et aboutit ainsi à certains outils pertinents pour l'étude des lieux de la production mêlée du savoir, des représentations et de l'idéologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Quet, « Jean Baudouin, François Hourmant, Les revues et la dynamique des ruptures », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 21 janvier 2008, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/513

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page