Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Vincent Béal, Nicolas Cauchi-Duva...

Vincent Béal, Nicolas Cauchi-Duval, Max Rousseau (dir.), Déclin urbain. La France dans une perspective internationale

Guy Burgel
Déclin urbain
Vincent Béal, Nicolas Cauchi-Duval, Max Rousseau (dir.), Déclin urbain. La France dans une perspective internationale, Vulaines-sur-Seine, Editions du Croquant, coll. « Savoir/Agir », 2021, 480 p., ISBN : 9782365122788.
Haut de page

Texte intégral

1Voilà un livre qui mérite mieux que son titre un peu trompeur, ou que son sous-titre un rien abusif. En ces temps post-covid, où il est de bon ton d’afficher la fin des villes, au moins des plus grandes, le triomphe des villes petites et moyennes, de la maison individuelle sur l’immeuble collectif, pour prétendument lutter contre la contagion de la pandémie et les affres du confinement, on pouvait craindre une nouvelle charge anti-urbaine. Il n’en est rien heureusement, puisque sous « déclin urbain », il faut entendre la crise économique, démographique et sociale qui frappe, souvent depuis longtemps, des villes de faible importance, qui n’ont pas pu prendre le tournant de la mondialisation. Il aurait mieux valu le dire explicitement. De même, l’éditeur de Villes en Parallèle ne peut que se réjouir de cette « perspective internationale », fût-elle très limitée (villes de la Rust Belt américaine, cités minières au Maroc, et de façon plus allusive quelques agglomérations industrielles de l’ex-Union Soviétique ou de l’Allemagne de l’Est). Pour en finir avec ce qui fâche, regrettons la mauvaise qualité de l’iconographie cartographique, aussi abondante que peu lisible. Quand les éditeurs comprendront-ils que l’illustration (graphiques, plans de ville) n’est pas ornementation, mais participe à la démonstration, au même titre que les longues descriptions quantitatives ? Elles ne remplacent pas l’analyse des processus, mais l’introduisent.

2Car l’intérêt principal de l’ouvrage est bien de fournir en 14 chapitres, autant de tableaux de villes petites et moyennes, qui souffrent avec des continuités diverses, depuis près d’un demi-siècle pour les plus anciennes, d’une crise de compétitivité économique, avec les mêmes symptômes apparents : déclin et fermetures des activités, industrielles (pays de Montbéliard), ou tertiaires (suppression d’unités militaires et départ de la préfecture de région à Châlons-en-Champagne), pertes démographiques, restrictions des services, vacance immobilière constituent le lot commun de cette déshérence urbaine. Le Nord-Est américain fournit, avec les villes industrielles des Appalaches (Shrinking Cities), un laboratoire précoce de cette déchéance urbaine, et plus dramatiquement encore des exemples de l’échec continu des politiques néolibérales de renouvellement économique (Youngstown dans l’Ohio).

3Que retenir de ce livre foisonnant d’observations et d’analyses précises, où une vingtaine d’auteurs ouvrent leur carnet de bord. D’abord une leçon d’humilité sur la mesure de l’espace et du temps. Si les stigmates du déclin sont partout identiques, les logiques de la décroissance sont-elles analogues dans les premières crises des pays noirs de la mine et de la sidérurgie, dans les soubresauts répétitifs des industries mécaniques, ou dans les conséquences immobilières et familiales des surendettements des subprimes de la crise financière de 2008 ? Et à quelle échelle de territoire faut-il apprécier les marques matérielles de la paupérisation (effondrement du marché de l’habitat, immeubles abandonnés ou squattés, commerces remplacés par de la restauration rapide) ? Dans le centre-ville ou la commune centrale de l’agglomération ? Dans l’unité urbaine, où certaines banlieues résidentielles peuvent mieux résister à la morosité ambiante, a fortiori dans l’aire urbaine, qui profite toujours d’un certain sursaut démographique, lié à la périurbanisation.

  • 1 Guy Burgel, Nicolas Ferrand (dir.) Un demi-siècle d’urbanisation dans la région lyonnaise 1962-2010(...)
  • 2 Éric Charmes, La revanche des villages, Paris, Seuil, 2019.

4À cet égard, les études de cas ne permettent pas véritablement de trancher dans des thèses contradictoires sur le contenu social des dilutions urbaines : dispersion massive des couches populaires et moyennes, et maintien de la centralité pour les catégories supérieures1, ou gentrification résidentielle périphérique dans des lotissements plus ou moins fermés2. Les deux sans doute, puisque le double processus est attesté dans l’ouvrage recensé. Tout dépend des situations particulières, notamment des tailles de villes. Mais il y a une véritable boite noire de la recherche urbaine française sur les nouvelles divisions sociales de la périurbanisation, que les recensements permettraient d’éclairer. Les courants idéologiques qui parcourent l’opinion dans la période post-covid ne paraissent pas favoriser ce nécessaire esprit de mesure.

5Quoi qu’il en soit, sur un tableau assez uniforme du déclin urbain, nos auteurs se plaisent à souligner les spécificités locales. La première est sans doute le rôle des élites économiques et politiques dans la prise de conscience précoce de la crise, des moyens de la freiner ou de faire repartir la machine productive. À Montbéliard, des personnalités de premier plan, André Boulloche, Pierre Moscovici, prennent assez vite le relais de la tradition entrepreneuriale de la famille Peugeot. À Châlons-en-Champagne, c’est à l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy, Benoist Apparu, de s’atteler à la tâche, tandis qu’à Grande Synthe, près de Dunkerque, c’est au militant du syndicalisme chrétien, René Carême, de brandir le drapeau du sursaut. Ces interventions inspirées ne suffisent pas en général à ralentir le destin, toujours partagé entre relances infructueuses et déni caractérisé. À Saint-Etienne comme à Cleveland, on ne démord pas de la nécessaire attractivité des couches supérieures, à coups de démolitions ciblées et de programmes immobiliers alléchants, la seule originalité est qu’ici on s’appuie sur la technostructure de l’État (l’Agence nationale pour la rénovation urbaine), là-bas sur une « banque foncière », acquise à l’idéologie néo-libérale, qui ne néglige pas la composante ethnique du peuplement et les subprimes personnalisées. Les résultats sont-ils tellement différents ?

  • 3 Guy Burgel, « Grand Paris : altermétroplisation et alternance démocratique », Villes en Parallèle. (...)

6Car par-delà les identités locales ou nationales, on retrouve une même recherche de nouvelles compétitivités avec la même spirale de l’échec. D’où l’idée assez universelle de surfer sur la décroissance, sur le marché immobilier déprimé, pour valoriser les initiatives venues du bas, la vie associative, les jardins partagés, les personnes âgées plutôt que les CSP+. Dans ces perspectives, pas très enthousiasmantes, on avance la nécessité d’« alterpolitiques », au contenu tout aussi vague que l’« altermétropolisation », que je défendais naguère3, avant peut-être que le géographe aixois Alexandre Grondeau n’en donne des illustrations plus précises dans une HDR à soutenir en décembre 2021. Ce serait trouver une issue à l’impasse des solutions néolibérales, qui se heurtent à l’impossible « ruissellement » social, et des redynamisations internes, qui butent sur l’efficacité économique. Car les obstacles ne manquent pas : à Saint-Étienne, l’Établissement public d’aménagement encourage les logiques alternatives, tout en voulant les contrôler budgétairement, tout autant que les élus, jaloux d’une participation trop envahissante, tandis que la petite bourgeoisie culturelle à la manœuvre dans les quartiers centraux voit sa pensée universaliste vertueuse se heurter aux pratiques douteuses de nouvelles couches populaires paupérisées. « Il convient donc, souligne-t-on dans l’introduction du livre, de ne pas céder à la vision romantique de la “do it yourself city” » (p. 29).

  • 4 Je renvoie au dernier livre de Laurent Davezies, L’État a toujours soutenu ses territoires, Paris, (...)

7Le vrai clivage demeure, entre la France, un État toujours présent et central pour amortir les chocs4, des institutions publiques solides (la Caisse des Dépôts et sa stratégie « centres-villes de demain »), et les nations soumises au néo-libéralisme sans contraintes, États-Unis en tête, y compris sous l’administration Obama. À cet égard, la politique scolaire dans les quartiers difficiles est exemplaire : dédoublement de classes élémentaires dans l’école publique française, « charterisation », c’est-à-dire fermeture et privatisation d’écoles, confiées à la gestion associative dans les quartiers fortement ethnicisés des villes américaines, avec aggravation des inégalités. Le « quoi qu’il en coûte » n’est pas qu’un slogan de campagne.

8Il reste que le livre pose le problème politique de l’avenir de la cité : que faire de la ville entre une métropolisation performante qui exclut, et des villes moyennes, souvent en crise, qui n’incluent plus. Il s’agit bien d’une stratégie globale d’association complémentaire plus que d’opposition. À cet égard, quatre décennies de décentralisation apparaissent aux auteurs un bien mauvais banc d’essai coopératif : « intercommunalité de tuyaux », dit-on pour le pays de Montbéliard, rivalités à Saint-Étienne entre revitalisation du centre et nouveau centre commercial péricentral. La ville ne décline pas seulement de ses handicaps, mais de visions courtes de ses citoyens et de ses élus.

Haut de page

Notes

1 Guy Burgel, Nicolas Ferrand (dir.) Un demi-siècle d’urbanisation dans la région lyonnaise 1962-2010, Paris, PUCA, 2017.

2 Éric Charmes, La revanche des villages, Paris, Seuil, 2019.

3 Guy Burgel, « Grand Paris : altermétroplisation et alternance démocratique », Villes en Parallèle. Documents, n° 4, 2008, p. 8-13.

4 Je renvoie au dernier livre de Laurent Davezies, L’État a toujours soutenu ses territoires, Paris, Seuil, 2021, trop récent pour avoir été connu des auteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Burgel, « Vincent Béal, Nicolas Cauchi-Duval, Max Rousseau (dir.), Déclin urbain. La France dans une perspective internationale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 octobre 2021, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/51715 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.51715

Haut de page

Rédacteur

Guy Burgel

Normalien, agrégé de géographie, après un doctorat d’État consacré à la croissance d’Athènes (1974), Guy Burgel fait toute sa carrière académique à l’Université de Paris Nanterre, où il fonde le Laboratoire de géographie urbaine, crée avec Galia Burgel la collection Villes en Parallèle, et anime une formation d’urbanistes-aménageurs.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search