Navegación – Mapa del sitio

InicioLeerLes comptes rendus2021Laurent Joly, Dénoncer les juifs ...

Laurent Joly, Dénoncer les juifs sous l’Occupation. Paris, 1940-1944

Lilian Mathieu
Dénoncer les Juifs sous l'Occupation
Laurent Joly, Dénoncer les Juifs sous l'Occupation, Paris, CNRS, col. « Biblis », 2021, 288 p., ISBN : 978-2-271-13828-6.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Jean-Pierre Azéma, François Bédarida (dir.), La France des années noires, deux tomes, Paris, Le Seu (...)
  • 2 Pierre Laborie, Les Français des années troubles, Paris, Le Seuil, 2003.

1La dénonciation de juifs auprès des autorités françaises ou allemandes constitue une expression particulièrement significative de l’indignité de bien des comportements durant ce que les historiens désignent comme les « années noires »1 ou « années troubles »2. Généralement considérée comme mue par des « passions tristes », telles le ressentiment ou la jalousie, la délation pratiquée pendant la Seconde Guerre mondiale doit sans doute son statut exceptionnel à la fois aux conséquences dramatiques (l’arrestation, la déportation et la mort) auxquelles elle expose ses victimes, à l’inconsistance des griefs à leur égard (le seul fait d’être juif ou supposé tel) ainsi qu’au fait qu’elle ait été encouragée par les pouvoirs du moment. Récurrente dans les fictions littéraires ou cinématographiques, elle n’a pourtant guère fait l’objet d’études spécifiques. Le présent ouvrage, réédition augmentée d’un volume publié pour la première fois en 2017, vient utilement combler la faiblesse ou l’approximation des connaissances historiques.

2Une des raisons de cette carence en connaissances tient à la rareté des archives, dont bon nombre –et spécialement celles des forces d’occupation – ont été détruites au moment de la Libération. Laurent Joly a cependant pu tirer profit de celles, préservées, du Commissariat général aux questions juives (CGQJ) auquel une large partie des dénonciations a été adressée, ainsi que de celles des procès d’épuration engagés à la fin de la guerre contre des délateurs et délatrices. Ces deux sources principales – complétées par des archives de moindre ampleur, une étude de la presse antisémite et des entretiens – contribuent à estimer l’importance du phénomène (bien moins ample que le supposent les représentations courantes) et à en identifier les protagonistes et les modalités concrètes.

  • 3 Le fréquent anonymat rend bien évidemment impossible toute analyse de ce type. L’auteur remarque to (...)
  • 4 Luc Boltanski, L’amour et la justice comme compétences, Paris, Métailié, 1990.
  • 5 Mais avec cette différence qu’il ne s’agit pas, dans la majorité des cas, de dénonciations publique (...)

3Évaluées à 3 000 missives, les dénonciations adressés au CGQJ entre 1941 et 1944 n’autorisent aucune approche de type sociographique3 mais mettent en œuvre le « système actanciel de la dénonciation » défini par Luc Boltanski : un dénonciateur, se posant éventuellement en victime, entend révéler une injustice commise par un persécuteur (d’identité juive) auprès d’un juge (l’autorité française ou allemande)4. Comme dans le modèle de Boltanski5, les dénonciateurs tentent de justifier leur démarche par des « manœuvres pour se grandir » et « grandir la cause » dont ils se posent en défenseurs : il s’agit typiquement de « bons Français » souhaitant le relèvement de leur pays en contribuant à la lutte contre une « influence juive » incarnée par tel voisin qui ne porte pas l’étoile jaune ou tel concurrent exerçant une profession qui lui est interdite par les lois raciales.

4Ces justifications masquent bien mal la petitesse des délateurs et ce que démontre le contenu de leurs courriers est surtout la bassesse de leurs motivations. Le ressentiment, la jalousie, la frustration mais aussi, dans certains cas, l’appât du gain (les nazis rétribuent parfois les dénonciations, certains pillent les logements de voisins dont ils ont permis l’arrestation, l’élimination d’un concurrent laisse augurer de futurs profits…) imprègnent leurs missives. L’antisémitisme, certes, suinte de ces écrits qui reprennent les pires poncifs de l’époque. Il suinte également des journaux collaborationnistes qui, à l’instar d’Au pilori étudié au cinquième chapitre, encouragent à la délation. Mais les dénonciateurs apparaissent rarement mus par la seule idéologie et font généralement valoir un lien négatif personnalisé (conflit de voisinage, convoitise, rancœur…) avec celui ou celle dont ils appellent à une sanction, par ailleurs assez indécise dans leur esprit. Si l’ouvrage s’appuie sur de très nombreux cas, celui d’Annette Zelman, auquel est consacré le troisième chapitre, donne une incarnation particulière au propos. Jeune juive participant à la bohème juvénile de Saint-Germain-des-Prés (où elle est remarquée par Simone de Beauvoir et Boris Vian), Annette Zelman tombe amoureuse d’un jeune écrivain, Jean Jausion, avec qui elle souhaite se marier. Médecin antisémite, le père du jeune homme la dénonce, paraissant seulement espérer la dissuader de convoler avec son fils. Mais arrêtée par la police puis placée sous l’autorité de la Gestapo, la jeune femme est déportée à Auschwitz-Birkenau, d’où elle ne reviendra pas.

5L’ouvrage décrit par ailleurs finement l’organisation complexe de la gestion des délations, ainsi que sa temporalité spécifique. Si le CGQJ, avant tout dédié à la spoliation des biens juifs, se désintéresse dans un premier temps des dénonciations qui lui parviennent, il leur prête une attention grandissante à mesure que s’aiguise l’antisémitisme de l’État français et que s’accentue la pression des troupes d’occupation. Alors que les juifs français sont en principe protégés (à condition de se soumettre aux contraintes telles que le port de l’étoile jaune), l’administration SS exige à partir de 1943 qu’on lui livre tous les juifs, quelle que soit leur origine. Elle se repose pour cela sur la police française, et plus spécialement sur la Section d’enquête et de contrôle (SEC) du CGQJ, à laquelle elle adresse régulièrement des listes de juifs à arrêter, elles-mêmes nourries des dénonciations qu’elle reçoit. Les policiers de ce service, parmi lesquels ne peut être identifiée qu’une minorité d’authentiques collaborationnistes, n’ont certes pas fait montre d’un zèle particulier dans la traque des juifs. Ils n’ont pas non plus fait preuve d’une insubordination particulière devant les ordres d’arrestations et l’auteur, dans un épilogue abordant les procès de dénonciateurs postérieurs à la Libération, constate qu’ils ont dans l’ensemble été moins sévèrement punis que les délateurs et délatrices plus « ordinaires ».

6Une des réussites de l’ouvrage est d’articuler une saisie objective de la réalité de la dénonciation, au moyen d’un traitement statistique des sources disponibles, à une approche plus incarnée et compréhensive, en mobilisant de nombreux extraits de courriers mais aussi des témoignages postérieurs. Cette démarche ouvre à une appréhension sensible d’un contexte particulièrement dur et menaçant, mais aussi traversé de brefs moments d’insouciance – tels ceux des émois amoureux de la jeune Annette Zelman – bien vite annihilés par la violence nazie. La récurrence de la formule « dont ils ou elles ne sont pas revenus », en clôture des récits de dénonciations ayant débouché sur des arrestations et des déportations, souligne sobrement le caractère effroyable des faits relatés.

  • 6 Cf. Pierre Laborie, Le chagrin et le venin. Occupation. Résistance. Idées reçues, Paris, Folio, 201 (...)

7Si elle n’a pas connu la dimension aussi courante que démesurée que lui prête le mythe d’une écrasante majorité de pétainistes6, la réalité de la dénonciation entre 1940 et 1944 invite à poursuivre l’étude des comportements d’adaptation à des contextes de crise tels que celui de l’Occupation. Le vocabulaire à tonalité psychologique privilégié par Laurent Joly (ressentiment, frustration, jalousie, etc.) pourrait ainsi gagner à être suppléé – à condition que des sources empiriques le permettent – par une attention plus soutenue aux modes d’actualisation d’inclinations à la servilité et à l’agressivité.

Inicio de página

Notas

1 Jean-Pierre Azéma, François Bédarida (dir.), La France des années noires, deux tomes, Paris, Le Seuil, 1995.

2 Pierre Laborie, Les Français des années troubles, Paris, Le Seuil, 2003.

3 Le fréquent anonymat rend bien évidemment impossible toute analyse de ce type. L’auteur remarque toutefois que les hommes sont plus nombreux que les femmes à dénoncer, et qu’une profession apparaît surreprésentée parmi les délatrices : celle des concierges.

4 Luc Boltanski, L’amour et la justice comme compétences, Paris, Métailié, 1990.

5 Mais avec cette différence qu’il ne s’agit pas, dans la majorité des cas, de dénonciations publiques mais au contraire marquées par l’anonymat, que Laurent Joly estime à 70 % des courriers (non signés, ou aux signatures délibérément fictives ou illisibles).

6 Cf. Pierre Laborie, Le chagrin et le venin. Occupation. Résistance. Idées reçues, Paris, Folio, 2014.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Lilian Mathieu, « Laurent Joly, Dénoncer les juifs sous l’Occupation. Paris, 1940-1944 », Lectures [En línea], Reseñas, Publicado el 14 octubre 2021, consultado el 29 noviembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/51753 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.51753

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search