Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Emmanuel Henry, La fabrique des n...

Emmanuel Henry, La fabrique des non-problèmes. Ou comment éviter que la politique s’en mêle

Vincent Jourdain
La fabrique des non-problèmes
Emmanuel Henry, La fabrique des non-problèmes. Ou comment éviter que la politique s'en mêle, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2021, 176 p., EAN : 9782724627954.
Haut de page

Texte intégral

1La fabrique des non-problèmes aborde un thème pour le moins original en sociologie et en sciences politiques : celui des problèmes absents de l’action publique. Si la proposition peut surprendre, l’auteur nous livre un texte riche et un exposé clair, qu’il met au service de la proposition analytique du titre. S’intéresser à ce qui se « caractérise par l’absence » (p. 6) semble en effet relever d’une contradiction heuristique, qui est cependant vite dépassée lorsqu’on comprend qu’il ne s’agit pas tant d’étudier des faits qui n’existent pas que des problèmes qui n’adviennent pas dans l’espace de l’action publique. L’idée qui est suspendue à cette démarche analytique est que la non-problématisation est un phénomène social à part entière, plus qu’une exception, qu’un « raté » des politiques publiques. Dès lors, l’attention se déplace vers d’autres espaces que celui de la stricte action publique, à savoir ceux de la mobilisation collective, de la production de connaissance et de la médiatisation (au sens large) des problèmes, pour comprendre comment certaines questions en sont maintenues à l’écart. Emmanuel Henry revient sur ses propres travaux, mais aussi sur un ensemble de recherches traitant des effets sanitaires de l’amiante, du réchauffement climatique, des cancers et des accidents liés au travail, de l’usage de pesticides, du contrôle des émissions automobiles ou encore de l’enfouissement des déchets nucléaires pour identifier plusieurs modalités de la fabrication des non-problèmes. L’auteur en liste trois, l’invisibilité, l’ignorance, et l’inaction, qui forment autant de chapitres de l’ouvrage.

  • 1 Qui a consisté à afficher, pour ses véhicules fonctionnant au diesel, des niveaux d’émissions de ga (...)
  • 2 Qu’Emmanuel Henry préconise de traduire par « mise à l’ordre du jour ».
  • 3 Cobb Roger et Ross Marc Howard, Cultural Strategies of Agenda Denial: Avoidance, Attack, and Redefi (...)
  • 4 Cf. Baumgartner Frank et Jones Bryan, Agendas and Instability in American Politics, Chicago, Univer (...)

2La première partie sur l’invisibilité examine les problèmes qui demeurent confinés à des audiences confidentielles. La non-problématisation est comprise dans ce cas comme une non-extension de l’arène dans laquelle existe un problème. Revenir sur l’éclatement de l’affaire du dieselgate permet à l’auteur de montrer comment la pratique de « jeu avec les règles » (p. 19) à laquelle s’est livrée la firme Volkswagen1 n’est pas le fait d’une pratique déviante et exceptionnelle, mais qu’elle était au contraire connue et tolérée de la part d’un grand nombre d’acteurs proches du sujet (constructeurs et régulateurs). En fait, l’invisibilisation est directement liée à la capacité de certains acteurs à bloquer le processus d’agenda setting2 largement étudié par les sciences politiques. L’idée défendue est qu’il suffit qu’un seul des « points de passages » identifiés de l’intervention publique (mise en avant de l’importance du problème, formulation de solutions, prise de décision et mise en œuvre) soit empêché pour qu’un problème ne soit en définitive pas pris en charge. S’appuyant sur des travaux nord-américains, l’auteur explique ces phénomènes d’« agenda denial »3 par l’intervention de groupes d’intérêts proches du pouvoir qui agissent pour circonscrire les décisions à des effets qui ne leur nuiront pas ou peu. Constituant ainsi des « sous-systèmes » de politiques publiques4, ils auraient le monopole de la problématisation. L’invisibilité des problèmes serait donc un effet structurel de la répartition du pouvoir et des ressources dans la construction de l’action publique.

3Le chapitre 2 nous plonge dans l’univers de la production de connaissance et de la science, pour illustrer à travers une bibliographie très riche comment la fabrication des savoirs officiels et corrélée à celle de l’ignorance. Le centre international de recherche sur le cancer (CIRC), issu de l’organisation mondiale de la santé, est une figure récurrente de ce chapitre, en ce qu’il cristallise un certain nombre de phénomènes qui affectent la production et l’utilisation des connaissances (et de l’ignorance). D’abord, sur la production, l’une des fonctions principales du CIRC est d’établir des listes et classements de substances cancérogènes, qui sont ensuite utilisés dans différents secteurs d’action publique pour prévenir les risques sanitaires. Par ce pouvoir de sélection et de hiérarchisation, il induit la problématisation de certaines substances, et par contraste la non-problématisation de toutes les autres. Or, les données sur lesquelles il s’appuie sont le fruit d’une production scientifique normée et régie par des règles (p. 90). Par exemple, l’effet cancérogène des émissions des moteurs diesel n’a été confirmé par le CIRC qu’à partir de la production d’une enquête épidémiologique de grande ampleur organisée par les pouvoirs publics fédéraux aux États-Unis en 2012. D’une part, cette enquête n’a permis la problématisation de gaz émis que parce qu’elle parvenait à quantifier la relation de causalité entre exposition et apparition de cancers. D’autre part, sa conduite même a été l’objet de contestations de la part des industriels.

  • 5 « L’ignorance découle dans ce cas directement de la façon dont la toxicologie structure les connais (...)
  • 6 Cette référence filmographique est absente du livre d’Emmanuel Henry, qui renvoie plutôt aux travau (...)

4Ainsi, Emmanuel Henry prolonge la réflexion sur les conditions générales de la production scientifique. Bien connues des chercheurs académiques, ces dernières induisent des inégalités fortes entre les différents domaines de la recherche, inégalités liées à des financements eux-mêmes inégaux. On peut ainsi parler de l’undone science, comme dans le cas de l’usine Adisseo produisant de la vitamine A, dont les employés développaient significativement plus de cancers du rein que la population moyenne, mais pour laquelle les connaissances relatives à la substance incriminée sont rares. Un phénomène plus frappant encore est celui des conditions épistémiques de production de la connaissance, notamment en toxicologie5. Cette discipline est en effet fortement attachée au principe – dit « de Paracelse » – de la relation dose-effet. Sans forcément qu’il s’agisse d’une relation strictement linéaire, l’idée est largement partagée dans ce champ scientifique qu’il existe une relation positive entre la quantité de substance à laquelle un individu est exposé et les effets de celle-ci sur son organisme. L’exposition est souvent évaluée sur un temps court, celui de l’exposition aïgue. Les effets des doses faibles, mis en avant par les recherches sur les perturbateurs endocriniens, ou de l’exposition chronique, sont ainsi plus difficiles à mettre en avant, au sein d’une science institutionnellement rattachée aux principes mentionnés plus haut. Ensuite, concernant l’utilisation des connaissances, certains cas illustrent le phénomène d’unseen science, ou de science cachée, lorsque certains acteurs cherchent à entraver la diffusion de certaines connaissances. Ainsi de l’affaire relatée dans le film Dark Waters6, où l’avocat Rob Billot a dû engager une action juridique groupée afin de forcer l’entreprise DuPont à dévoiler ses données sur la toxicité des composés fluoroalkyliques qu’elle commercialise.

5Le troisième et dernier chapitre aborde la question de l’inaction. En s’intéressant aux instruments d’action publique et à leurs effets, l’auteur parvient donner les clés de lecture institutionnelles et politiques de la fabrique des non-problèmes. Il montre ainsi comment les instruments, dont on sait qu’ils charrient des visions et des représentations spécifiques des problèmes politiques, participent à rendre difficile, sinon impossible, la remise en cause des modèles d’action publique. La politique de sécurité routière en est un exemple convaincant, en ce qu’elle a progressivement été orientée autour de la notion de responsabilité individuelle, qui comporte déjà de nombreux débats et controverses (par exemple autour des radars automatiques), mais qui n’en occulte pas moins des débats qui pourraient porter sur l’infrastructure routière, ou sur l’industrie automobile elle-même. Ces « angles morts » pourraient participer à la réduction de la mortalité routière, fixée comme objectif de la politique de sécurité routière, et pourtant, ils sont moins pris en compte par les pouvoirs publics, du fait d’une institutionnalisation de la notion de responsabilité individuelle.

6En conclusion, l’auteur propose des pistes d’amélioration, reprenant l’organisation tripartite de l’ouvrage. D’abord, l’action publique doit se questionner sur les inégalités de ressources des groupes sociaux qui y participent. Ensuite, l’ignorance doit être prise en compte au même titre que la connaissance dans le champ de l’expertise. Enfin, les règles juridiques encadrant l’action des acteurs socio-économiques doivent être questionnée à l’aune notamment de leur responsabilité.

7« Le chercheur en travaillant sur une non-décision doit au moins implicitement considérer qu’il pourrait ou devrait y avoir décision à ce sujet » (p. 43). Au fil des pages, Emmanuel Henry assume le paradoxe qui se pose au chercheur désireux de porter son regard sur ce qui « se caractérise par l’absence » – à savoir qu’en procédant ainsi, il décide de ce qui doit être mis en lumière, endossant à certains égards une posture prescriptrice. À la réflexion, se dessine ici l’épineuse question de la légitimité et de la capacité des sciences sociales à décider de « ce qui pose problème ». Comment enquêter, lorsque le matériau est caché ou inexistant ? La recherche peut-elle intervenir pour faire advenir ces données, c’est-à-dire se faire actrice de la problématisation ? Répondre à ces questions n’est pas aisé. Gageons que telle n’est pas l’ambition de cet ouvrage, qui réussit avec brio une synthèse analytique de différents travaux et courants académiques en nous invitant, chercheurs ou citoyens, à décaler notre regard vers les non-problèmes, qui nous en apprennent autant voire plus que les problèmes sur les institutions et les décisions qui encadrent l’existence humaine. Finalement, si son ouvrage ne se réfère pas particulièrement à la question de l’action publique en temps de crise sanitaire, Emmanuel Henry nous indique tout de même à quel point cette approche pourrait se révéler fructueuse pour questionner la crise actuelle.

Haut de page

Notes

1 Qui a consisté à afficher, pour ses véhicules fonctionnant au diesel, des niveaux d’émissions de gaz d’échappement très inférieurs aux niveaux constatés en situation réelle.

2 Qu’Emmanuel Henry préconise de traduire par « mise à l’ordre du jour ».

3 Cobb Roger et Ross Marc Howard, Cultural Strategies of Agenda Denial: Avoidance, Attack, and Redefinition, Lawrence, University Press of Kansas, 1997.

4 Cf. Baumgartner Frank et Jones Bryan, Agendas and Instability in American Politics, Chicago, University of Chicago Press, 1993.

5 « L’ignorance découle dans ce cas directement de la façon dont la toxicologie structure les connaissances produites au sein de la discipline » (p. 87).

6 Cette référence filmographique est absente du livre d’Emmanuel Henry, qui renvoie plutôt aux travaux académiques de Lauren Richter, Alissa Cordner et Phil Brown. Notons toutefois que le film est lui aussi une bonne introduction au sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Jourdain, « Emmanuel Henry, La fabrique des non-problèmes. Ou comment éviter que la politique s’en mêle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 15 octobre 2021, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/51779 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.51779

Haut de page

Rédacteur

Vincent Jourdain

Doctorant en sociologie économique au laboratoire Pacte.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search