Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Guglielmo Scafirimuto, Français-e...

Guglielmo Scafirimuto, Français-e d’origine étrangère ? Les documentaires autobiographiques diasporiques en France

Pascal Laborderie
Français-e d'origine étrangère ?
Guglielmo Scafirimuto, Français-e d'origine étrangère ? Les documentaires autobiographiques diasporiques en France, Paris, Editions L'Harmattan, coll. « Champs visuels », 2021, 283 p., ISBN : 978-2-343-22273-8.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Guglielmo Scafirimuto, qui est le fruit d’une thèse en études cinématographiques soutenue en 2019 à l’université Paris­-Nanterre, est agréable à lire et accessible au plus grand nombre. Centré sur la thématique des migrant·e·s et de leur autoreprésentation filmique, il entend montrer comment l’étude d’un contexte historique et social permet d’expliquer l’émergence d’un genre de films documentaires en France durant ces 50 dernières années. Revendiquant une approche transdisciplinaire, il s’inscrit dans le champ de l’étude des genres du cinéma, mais aussi d’une sociologie compréhensive des migrants dans la mesure où il explique pourquoi et comment les individus et/ou les communautés issus de l’immigration en France s’expriment au travers d’un genre de film. Ainsi l’ouvrage adopte-t-il un plan en trois parties : la première s’appuie sur une sociologie des migrations en France (« Contextes et théories diasporiques »), tandis que les deux dernières proposent l’analyse d’un corpus de « documentaires autobiographiques diasporiques » selon leurs « enjeux identitaires » d’une part et « mémoriels » d’autre part.

  • 1 Agnès Maillot, Identité nationale et immigration. La liaison dangereuse, Les Carnets de l’Info, 200 (...)
  • 2 Pascal Blanchard, Françoise Vergès et al. (dir.), Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de (...)

2L’appellation générique de « documentaire autobiographique diasporique » et la délimitation d’un corpus de 91 films réunis sous cette étiquette est parfaitement justifiée d’un point de vue socio-historique : elle correspond à un phénomène évident et massif de production de films qui participent d’une interrogation identitaire1 dans la France d’aujourd’hui et mettent notamment au jour le fait colonial2. Dans cette perspective, la définition du film documentaire autobiographique diasporique est précieuse : la condition diasporique ne se réduit pas à celle des migrants, mais concerne plus largement des sujets qui se réfèrent à une migration familiale originelle, laquelle induit chez eux une comparaison constante entre les pays d’accueil et d’origine. Les films documentaires autobiographiques diasporiques, dans leur dimension générique, se situent à l’intersection de deux genres, le cinéma diasporique et le documentaire autobiographique, dont la convergence est analysée dans toutes ses dimensions (historiques, sociales, culturelles, techniques, formelles, etc.). La circonscription du corpus peut ponctuellement poser question, car elle n’inclut pas seulement des documentaires, mais quelques films d’animation. Il n’en demeure pas moins que cette construction théorique d’un genre de film présente une force heuristique indéniable.

3La deuxième partie de l’ouvrage traite de ce que les documentaires autobiographiques diasporiques font à leurs réalisateurs : ces films témoignent de constructions identitaires complexes en raison certes des appartenances multiples de leurs auteurs, mais ne relèvent pas d’un discours victimaire. Ils racontent en effet des histoires qui ne sont pas vécues systématiquement comme un traumatisme, mais aussi de manière positive. Surtout, ces recherches identitaires au moyen de l’expression filmique relèvent de quatre modes de relation avec le pays d’origine : la culpabilité, le désir fantasmé, la crise identitaire et la nostalgie, que du reste aucun voyage de retour ne réussit à satisfaire.

4La troisième partie, quant à elle moins développée, s’attache à la fonction mémorielle de ces films ainsi qu’à la manière dont ils peuvent constituer ou non une histoire alternative, critique mais aussi constructive, par rapport au récit national. Selon l’auteur, ils contribuent certes à une meilleure prise en compte des sujets diasporiques dans l’espace public français, mais contribuent surtout à « reconcevoir les identités collectives sur la base d’un multiculturalisme effectif, des mémoires postcoloniales et des appartenances multiples » (p. 254). Du reste, dans sa conclusion, l’auteur distingue son approche non seulement d’une ontologie qui tendrait à réifier l’identité nationale autour de valeurs immuables, mais aussi des démarches qui se présenteraient sous une forme exclusivement contestataire par rapport au modèle républicain.

5La restriction de la thématique à l’immigration en France, outre le fait qu’elle permet de limiter le corpus (il faut être pragmatique), présente l’intérêt de concentrer le propos sur l’histoire coloniale et post-coloniale française. Il n’est en effet pas anodin que 21 des 91 films sélectionnés traitent des relations entre l’Algérie et la France, l’apparition d’un cinéma « Beur » à partir des années 1970 étant spécifique à la France. D’une manière plus générale, les analyses filmiques proposées sont précieuses tant le cinéma documentaire contemporain demeure un champ d’investigation dans lequel la recherche en cinéma et audiovisuel ne s’aventure que trop rarement. En définitive, portant un éclairage utile sur la manière dont les films autobiographiques diasporiques occupent une double fonction psychoaffective et mémorielle pour leurs auteurs, leur famille et la société française, cet ouvrage intéressera celles et ceux qui mènent des recherches en sociologie de l’interculturalité. De manière plus large, peuvent aussi s’y rapporter tous les acteurs socio-culturels qui, s’interrogeant sur la complexité des processus d’intégration, souhaitent participer à la construction du vivre ensemble.

Haut de page

Notes

1 Agnès Maillot, Identité nationale et immigration. La liaison dangereuse, Les Carnets de l’Info, 2008.

2 Pascal Blanchard, Françoise Vergès et al. (dir.), Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de la société française, Paris, Éditions La Découverte, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Laborderie, « Guglielmo Scafirimuto, Français-e d’origine étrangère ? Les documentaires autobiographiques diasporiques en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 octobre 2021, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/51790 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.51790

Haut de page

Rédacteur

Pascal Laborderie

Maître de conférences habilité à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search