Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Antoine Bernard de Raymond et Del...

Antoine Bernard de Raymond et Delphine Thivet (dir.), Un monde sans faim. Gouverner la sécurité alimentaire

Nathalie Kakpo
Un monde sans faim
Antoine Bernard de Raymond, Delphine Thivet (dir.), Un monde sans faim. Gouverner la sécurité alimentaire, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Gouvernances », 2021, 304 p., ISBN : 9782724627701.
Haut de page

Notes de la rédaction

Les points de vue exprimés dans ce compte rendu sont ceux de l’auteure et n’engagent pas le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Texte intégral

1Au cours du premier semestre de l’année 2008, la flambée des prix des matières premières agricoles provoque une crise alimentaire et des émeutes de la faim dans plus de soixante pays. En découle une mobilisation collective qui contribue à infléchir la trajectoire du problème public de la faim dans le monde. Dans son sillage, la sécurité alimentaire, notion à travers laquelle ce problème avait été appréhendé depuis la fin des années 1970, est l’objet de formulations et de mobilisations nouvelles.

2Les neuf chapitres de cet ouvrage analysent ainsi les recompositions des idées et des outils de régulation avec lesquels est appréhendée la faim dans le monde, ceci en partant de deux questions. La première, qui s’inscrit dans la sociologie des problèmes publics, porte sur les schèmes d’interprétation de la sécurité alimentaire, leur divergence, et leurs reconfigurations sous l’effet de certains évènements. La seconde question concerne l’évolution des catégories d’acteurs de la gouvernance de la sécurité alimentaire et la redéfinition des manières d’agir sur le problème de la faim.

3Dans les années qui suivent 2008, deux définitions antagonistes de la sécurité alimentaire émergent dans les idées, les instruments de connaissance et les outils de régulation (p. 27-33). Du point de vue de la global food security, la crise alimentaire relève d’un désajustement entre l’offre et la demande : nourrir neuf milliards d’êtres humains en 2050 nécessitera avant tout d’augmenter la production agricole. Au regard de la food sustainability, les modes de production et de consommation sont la cause du problème, car ils constituent une menace pour la santé et l’environnement : l’ensemble du système alimentaire doit donc être repensé à l’aune du changement climatique, de la démographie et de la transition nutritionnelle.

  • 1 Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Food and Agriculture Organizat (...)

4Dans un chapitre 4 qui ramasse l’ensemble des enjeux de l’ouvrage, Ève Fouilleux, Nicolas Bricas et Arlène Alpha analysent les raisons pour lesquelles la solution productive de la global food security a rapidement été avancée par plusieurs organisations, alors même que la crise de 2008 ne trouve pas ses origines dans un déficit de production, mais dans une variabilité de facteurs au premier rang desquels la demande croissante de carburants à l’origine d’une flambée des prix. Selon les auteurs, le succès du « productionnisme » – paradigme selon lequel la production est la seule norme permettant d’évaluer de façon éthique l’agriculture (p. 131) – s’explique d’abord par le fait que ses défenseurs, qui avaient perdu leur capacité structurante jusqu’en 2008, ont ensuite été les premiers à occuper l’espace public. D’emblée, la FAO1 appelle en effet au soutien immédiat de la production agricole, à l’instar des G20 et G8. Et ils sont rejoints par des mouvements de défense des petits paysans qui, quoiqu’opposés au productivisme, considèrent alors que la production agricole demeure la meilleure solution à l’insécurité alimentaire (p. 145).

  • 2 Dans ce système, une guerre sera par exemple traduite par une nullité de la production agricole au (...)

5En outre, la force de la logique sectorielle agricole se donne à voir sur le terrain des instruments de la preuve qui sont mobilisés dans les études prospectives, ainsi que l’explique le chapitre 1. Le modèle « Impact » de l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) projette les évolutions de l’offre, de la demande et des prix sur un seul marché en raisonnant à partir du seul point de vue agricole2. Son concurrent « Agribiom » (CIRAD-INRAE) calcule quant à lui des situations de (dés)équilibres alimentaires en comparant les disponibilités en produits et les besoins énergétiques, sans préjuger de l’origine agricole de la crise. Partant, Agribiom permet d’intégrer dans la réflexion l’accès à l’alimentation, là où Impact ne met en évidence que la solution productive. Pourtant, parce que les concepteurs d’Impact sont parvenus à internaliser la critique portée par Agribiom, celui-ci l’emporte dans les arènes institutionnelles.

6À l’occasion du chapitre 2, Antoine Bernard de Raymond montre également que les défenseurs de la global food security sont capables d’intégrer les enjeux environnementaux pour convaincre in fine que la meilleure protection des écosystèmes naturels est la production agricole. En témoignent le programme « UK global food security » et son concept d’intensification durable, qui prône une augmentation de la production sans extension de la surface cultivée, ceci via une spécialisation des espaces : les uns dédiés à une production intensive, les autres à la conservation de la biodiversité (p. 78). Selon les concepteurs du programme, l’agriculture biologique se veut une solution globale et universelle à l’insécurité alimentaire, mais les réponses ne peuvent être que spatialement différenciées.

7Sur un autre plan, ce que les auteurs appellent « le verrouillage des débats » trouve des prolongements dans la gouvernance mondiale de la sécurité alimentaire puisque, en dépit de l’émergence de nouveaux acteurs, les cadres qui divergent du productivisme agricole sont restés minoritaires. Le chapitre 5 sur le positionnement des multinationales dans les plateformes multi-acteurs est à cet égard éclairant. La sécurité alimentaire intéresse en effet ces entreprises dans la mesure où le marché des consommateurs pauvres (biens de première nécessité) s’avère rentable, ceci car la faible valeur ajoutée sur chaque unité y est compensée par la taille du marché. Unilever, Syngenta et Monsanto – qui investissent jusqu’à 11 des 15 plateformes existantes – défendent ainsi la modernisation agricole, et plus particulièrement la biofortification, qui vise à accroître la valeur nutritionnelle des plantes au moyen de semences spécifiques. Par ailleurs, ces entités transforment leur pouvoir de marché en pouvoir discursif, une capacité de cadrage des débats qui « détermine à l’avance les contours du problème et ses solutions » (p. 174).

8Plusieurs chapitres de l’ouvrage conduisent cependant à nuancer la domination de la global food security dans les instances de délibération et de décision. En premier lieu, comme l’explique le chapitre 3, la réforme du Comité de la sécurité alimentaire, entité onusienne née en 1974, a permis d’intégrer dans les négociations intergouvernementales des acteurs non étatiques auxquels sont attribués le droit de prendre la parole en séance plénière et celui de soumettre des propositions formelles. Or, plusieurs d’entre eux articulent la sécurité alimentaire aux droits humains, défendant ainsi « un régime de responsabilités » des chefs d’État et de gouvernement (p. 256).

9En second lieu, dans plusieurs pays sont mises en œuvre des politiques publiques qui, parce qu’elles s’inscrivent dans la food sustainaibility, divergent du seul soutien à la production agricole. Au Brésil, objet du chapitre 7, le système national de sécurité alimentaire et nutritionnelle s’arrime ainsi au principe de souveraineté alimentaire entendu comme le droit des peuples à définir leurs politiques et leurs pratiques alimentaires, ce qui passe par le maintien d’une paysannerie et le soutien des marchés locaux. Si la stratégie « Fome Zero » (faim zéro) s’y ancre dans une histoire nationale singulière (celle de l’alliance entre les acteurs de la santé et de la nutrition contre la faim au cours de la période de dictature), elle a aussi bénéficié du soutien des organisations internationales. Et le chapitre 8 ajoute que la trajectoire du droit à l’alimentation en Inde montre aussi la capacité transformatrice de certains cadrages minoritaires. À la fin des années 1990, une réforme du système public de distribution alimentaire exclut de celui-ci les ménages dont le revenu excède de peu le seuil de pauvreté, ce qui entraîne une baisse de leurs achats, tandis que, dans le même temps, la production agricole augmente sous l’effet d’une hausse importante des prix minimum de soutien aux paysans. Contre cette situation de « faim dans l’abondance », est lancée en 2001 la pétition du People’s Union for Civil Liberties, litige d’intérêt public auquel les juges de la cour suprême répondent favorablement, ouvrant ainsi la porte à la constitutionnalisation du droit à l’alimentation.

10En dernier lieu, la postface de François Collart Dutilleul rappelle que « les droits de l’homme sont conçus comme individuels alors que leur efficacité repose sur une application collective » (p. 281). Le juriste met alors en évidence la nécessaire articulation des échelles de mise en œuvre du droit à l’alimentation. Selon lui, l’effectivité de ce droit exige une politique de sécurité alimentaire qui se fonde sur la reconnaissance dans les règles internationales de deux principes : une exception agricole et alimentaire conduisant à considérer que les produits agricoles et alimentaires ne sont pas des marchandises comme les autres ; le droit des États à encadrer (au moins en cas de crise) leur production pour assurer une forme de souveraineté minimale. Enfin, une telle politique comprendrait un volet « démocratie alimentaire » qui garantirait à chacun la possibilité d’accéder à des informations comme le nombre d’intermédiaires entre le producteur des produits primaires et le consommateur.

11En définitive, ce très bon ouvrage donne à voir une pluralité de scènes d’interprétation et de mise en œuvre de la sécurité alimentaire. Toutefois, le présent immédiat en est absent, alors même qu’il a constitué une mise à l’épreuve majeure de la global food security. Le lectorat se demandera ainsi si d’autres manières de penser et d’agir sur la disponibilité et l’accessibilité des produits alimentaires ont émergé au cours des vingt-quatre derniers mois. De plus, les interactions entre les débats globaux et les politiques nationales auraient mérité d’être davantage documentées, l’idée d’une faible articulation laissant, pour le moins, le lecteur sur sa faim.

Haut de page

Notes

1 Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Food and Agriculture Organization of the United Nations).

2 Dans ce système, une guerre sera par exemple traduite par une nullité de la production agricole au cours d’une période donnée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Kakpo, « Antoine Bernard de Raymond et Delphine Thivet (dir.), Un monde sans faim. Gouverner la sécurité alimentaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 octobre 2021, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/51793 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.51793

Haut de page

Rédacteur

Nathalie Kakpo

Docteure en sociologie et auteure de L’islam, un recours pour les jeunes (Presses de Sciences Po, 2007). Désormais attachée d’administration de l’État, elle est chargée de la veille éditoriale au Centre d’études et de prospective du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search