Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Thierry Ribault, Contre la résili...

Thierry Ribault, Contre la résilience. À Fukushima et ailleurs

Julien Vignet
Contre la résilience
Thierry Ribault, Contre la résilience. À Fukushima et ailleurs, Paris, L'Echappée, coll. « Pour en finir avec », 2021, 368 p., ISBN : 978-2-37309-086-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 À laquelle Thierry Ribault a déjà consacré un livre à cette recherche, coécrit avec Nadine Ribault (...)

1Tandis que les références à la notion se multiplient, les études critiques sur la résilience demeurent peu nombreuses. À l’inverse des thèses qui limitent leur critique aux instrumentalisations de la notion par des pouvoirs politiques peu scrupuleux, Thierry Ribault affirme dans cet ouvrage que l’idéologie de la résilience est en elle-même au service de l’acceptabilité sociale de ce qui produit les nuisances. Il ne s’agit donc pas de défendre une bonne approche de la résilience mais de rejeter l’idéologie que recouvre le concept. Le titre de l’ouvrage annonce d’ailleurs un essai au ton acerbe, qui présente une critique sans concessions (parfois répétitive) de la notion à partir notamment d’une étude de cas. Celle-ci s’appuie sur une analyse fouillée de nombreux documents, notamment des entretiens issus d’une recherche internationale sur les conséquences de la catastrophe de Fukushima que Thierry Ribault a codirigé1. L’ouvrage prend comme point de départ le désastre nucléaire industriel de Fukushima survenu au Japon en 2011 qui s’est avéré être particulièrement propice à l’élaboration de l’idéologie de la résilience.

2En mars 2011, à Fukushima, plusieurs réacteurs nucléaires explosent et leurs cœurs entrent en fusion, disséminant de la radioactivité dans l’air et dans l’océan. Dix ans plus tard, loin d’être terminée, la catastrophe continue : le corium – c’est-à-dire le magma constitué d’éléments du cœur fondu et de roches – continue de creuser son sillon au fond des réacteurs et les eaux utilisées pour le refroidissement, dorénavant radioactives et entreposées dans des cuves, vont bientôt être relâchées dans l’océan Pacifique. Après avoir un temps envisagé de sortir du nucléaire, la réponse de l’État japonais à la catastrophe a été de créer un Ministère de la résilience. Loin d’être anodine, cette institution constitue d’après Thierry Ribault un symbole de la nouvelle stratégie déployée par les pouvoirs pour faire face aux désastres, au Japon comme ailleurs.

  • 2 L’étude de Thierry Ribault se rapproche parfois de l’ « agnotologie » théorisée par Robert Proctor (...)

3Avec celle-ci, il ne s’agit plus de nier l’avènement de la catastrophe (comme cela a pu être le cas avec l’accident de Tchernobyl) mais de faire accepter son inéluctabilité aux populations sans pour autant remettre en cause les orientations techno-capitalistes qui la rendent possible. Pour cela, rappelle Thierry Ribault, trois stratégies sont mobilisées par les pouvoirs publics : en minimiser les conséquences (par exemple en niant les effets des radiations sur les formes de vie, pourtant avérés, et de manière générale en produisant de l’ignorance un peu à la manière dont l’industrie du tabac a tenté de minimiser les conséquences sanitaires de l’usage du tabac2) ; normaliser la situation en expérimentant la « vie sous contrainte radiologique », c’est-à-dire en maintenant des populations en zone contaminée ; impliquer différents acteurs dans la gestion de la crise, depuis les entreprises jusqu’aux citoyens, afin d’obtenir sinon l’adhésion, au moins un consentement général. La promotion de l’autogestion, « dans une situation, précise l’auteur, où les autorités et les experts restent les maîtres » (p. 210), renforce la soumission des gouvernés aux décisions des gouvernants. Dans ce processus, les savoirs scientifiques font l’objet d’une instrumentalisation pour produire du consensus en rejetant les propositions trop radicales propres à remettre en cause le paradigme politique et économique dominant.

  • 3 Dès 2008, un Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale définit la résilience comme « la v (...)

4Si Thierry Ribault s’appuie sur son expérience de terrain dans l’après-catastrophe à Fukushima, son propos ne s’arrête pas au cas étudié. Et pour cause : l’idéologie de la résilience s’impose partout. De façon symptomatique, en France, la loi portant sur la question environnementale de 2021 a été nommée « loi climat et résilience », tandis que le déploiement de moyens militaires lors de la crise sanitaire de la Covid-19 a été dénommé « Opération résilience »3. L’idéologie de la résilience est en fait considérée par Thierry Ribault comme une sorte de nouvelle religion d’État, dans laquelle toutes les situations qui suscitent de la vulnérabilité sont considérées comme des opportunités de rebond et d’adaptation. Il s’agit ainsi d’une forme de justification de l’ordre des choses, puisqu’elle promeut un « faire avec » tout en individualisant la responsabilité de la catastrophe.

  • 4 Günther Anders, Journaux de l’exil et du retour, Lyon, Fage éditions, 2012, p. 238

5À travers la généalogie de la notion de résilience (chapitre 1 et 2), Thierry Ribault montre que celle-ci est fondée sur l’idée d’adaptation et qu’elle sous-tend une forme d’ « eugénisme doux » puisque seuls les plus aptes à rebondir et s’adapter seront sauvés, pour subsister dans ce que l’auteur appelle un « monde faux », où la vie est réduite à la survie et les individus condamnés à bricoler des solutions pour se protéger eux-mêmes. Pour expliciter cette notion, Thierry Ribault emprunte la métaphore du brochet à Günther Anders4. Une fois pêché, le poisson est déplacé hors de l’eau, dans une situation où il ne peut plus rien appréhender. Il tente de respirer à l’air libre comme s’il se trouvait encore sous l’eau, sans y parvenir. Les habitants et habitantes de Fukushima sont, d’après l’auteur, dans une situation similaire, condamnés à vivre dans un monde radioactif. Incapables de faire leur un monde dont ils sont radicalement exclus, ils et elles sont au contraire mis à disposition de ce monde, réduisant non seulement leur liberté mais conduisant aussi au désespoir face à une situation qui se présente comme close. Afin de survivre dans cette situation où le monde a été falsifié, l’individu se trouve enfermé dans une vie calculée, où les chances de survie sont sans cesse évalués et le comportement optimisé en fonction de cette gestion des risques. À Fukushima, « faire avec » la catastrophe revient ainsi à vivre en étant déplacé dans un monde radioactif, condamné à « dosimétrer » le moindre faits et gestes.

6En définitive, la résilience est définie par Thierry Ribault comme « une technologie du consentement » qui vise à rendre acceptable la réalité existante, aussi désastreuse soit-elle. Il s’agit plus précisément d’obtenir la soumission des citoyens non pas en supprimant les résistances mais en les contrôlant, c’est-à-dire en obtenant des individus qu’ils soient « résistants sans opposer de résistance » (p. 31). La résilience est aussi « un mode de gouvernement par la peur de la peur » : en qualifiant cette dernière d’irrationnelle et de contre-productive et en invitant à la dépasser, les pouvoirs publics conduisent à nier les craintes légitimes que l’exposition aux nuisances toxiques suscite. Pourtant, la peur est une émotion qui peut aussi permettre, rappelle Thierry Ribault, de mieux appréhender des menaces.

  • 5 La palme de cette psychologisation revient au conseiller en gestion des risques sanitaires liés aux (...)

7Pour l’auteur, l’idéologie de la résilience cherche donc à maintenir – quoi qu’il en coûte – l’orientation techno-capitaliste. Il s’agit d’obtenir l’acceptation des populations à la vie dans un monde inadapté généré par les nuisances. La résilience est un instrument d’« abolition de la prise de conscience de la falsification du monde » (p. 155). Elle repose principalement sur une psychologisation des effets (la « radiophobie », considérant que le danger ne réside pas dans la radioactivité mais dans la peur de l’irradiation5, est un exemple patent, bientôt rejoint par l’ « éco-anxiété ») qui pousse les individus à intérioriser les dangers plutôt qu’à pointer du doigt les causes objectives,. En affirmant que « seul existe ce qui est en nous-mêmes » (p. 255), l’idéologie de la résilience fait passer au second plan la réalité des menaces et dégradations telles que la contamination radioactive. L’important est la capacité de l’individu à encaisser les catastrophes et à se réinventer sur les décombres, « de ‘‘sortir de sa zone de confort’’, et d’être ainsi prêt à affronter les turbulences à venir, bref ! progresser » (p. 256). Dès lors, souffrir n’est plus dommageable, mais une opportunité pour s’améliorer. Ceci conduit à l’individualisation des risques et à la responsabilisation des victimes (elles n’étaient pas suffisamment préparées, pas suffisamment fortes pour supporter tel risque) suivant l’idéologie du mérite individuel.

8Parce qu’il ouvre une brèche critique sur un enjeu fondamental, ce livre constitue un apport intellectuel important. Le hasard a voulu qu’il paraisse en pleine crise sanitaire du coronavirus, lors de laquelle on a vu se multiplier les discours de résilience à propos d’un « monde d’après ». Ce type de discours se retrouve également à propos des effets du réchauffement climatique et des pollutions industrielles qui se font sentir davantage chaque jour. Cet ouvrage s’avère ainsi utile pour penser les nombreux enjeux environnementaux, sanitaires et sociaux. Thierry Ribault rappelle d’ailleurs que d’autres stratégies peuvent être mises en œuvre que celles promues dans le cadre de l’idéologie de la résilience. Surtout, il s’agit pour lui de redonner sa chance à la fureur, cette fureur « qui a ses raisons que la raison se doit d’entendre » (p. 27). Si elle ne fait pas tout, « elle peut insuffler le commencement vital du refus de penser dans la langue pétrifiée de la société industrielle et de ses aventureux expérimentateurs » (p. 27). Et, à l’occasion, susciter des volontés de ne pas faire avec les nuisances, mais de chercher à s’en émanciper.

Haut de page

Notes

1 À laquelle Thierry Ribault a déjà consacré un livre à cette recherche, coécrit avec Nadine Ribault – à qui le présent ouvrage est dédié. Voir : Ribault Thierry, Ribault Nadine, Les sanctuaires de l’abîme, Paris, Encyclopédie des Nuisances, 2012.

2 L’étude de Thierry Ribault se rapproche parfois de l’ « agnotologie » théorisée par Robert Proctor sur l’industrie du tabac (Proctor Robert N. Agnotology, Stanford, Stanford University Press, 2008 ; Proctor Robert N., Golden Holocaust, Paris, Éditions des Équateurs, 2014).

3 Dès 2008, un Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale définit la résilience comme « la volonté et la capacité d’un pays, de la société ou des pouvoirs publics à résister aux conséquences d’une agression ou d’une catastrophe majeures, puis à rétablir rapidement leur capacité de fonctionner normalement, ou à tout le moins dans un mode socialement acceptable ». Le Livre blanc mentionne : « Les différentes atteintes possibles à la sécurité, qu’elles résultent d’initiatives hostiles ou de catastrophes naturelles, exigent un niveau identique d'anticipation, de préparation et de rapidité dans la réaction pour nos concitoyens ».

4 Günther Anders, Journaux de l’exil et du retour, Lyon, Fage éditions, 2012, p. 238

5 La palme de cette psychologisation revient au conseiller en gestion des risques sanitaires liés aux radiations Shunichi Yamashita, connu pour avoir déclaré lors de la catastrophe de Fukushima « plus vous sourirez, moins les radiations vous atteindront ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Vignet, « Thierry Ribault, Contre la résilience. À Fukushima et ailleurs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 octobre 2021, consulté le 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/51855 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.51855

Haut de page

Rédacteur

Julien Vignet

Docteur en sociologie et chargé de cours au département de sociologie de l’Université de Caen-Normandie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search