Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Annabelle Allouch, Mérite

Annabelle Allouch, Mérite

Vanina Mozziconacci
Mérite
Annabelle Allouch, Mérite, Paris, Anamosa, coll. « Le mot est faible », 2021, 112 p., ISBN : 9782381910321.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rabat de chaque ouvrage de la collection (dirigée par Christophe Granger).

1La maison d’édition Anamosa a inauguré en 2020 une nouvelle collection, « Le mot est faible », au sein de laquelle ont déjà été publiés une douzaine d’ouvrages. Suivant l’intitulé de la collection, chaque petit livre (une centaine de pages) a pour titre un terme. L’objectif n’est pas – à la manière des Que sais-je ?, par exemple – de proposer un état de l’art sur un domaine, mais il est celui d’une démystification revendiquée : livrer des textes « courts et incisifs, animés d’un souffle décapant […] il s’agit de s’emparer d’un mot dévoyé par la langue au pouvoir, de l’arracher à l’idéologie qu’il sert […] pour le rendre à ce qu’il veut dire » 1, pour citer la présentation de l’éditeur.

  • 2 Déclaration dans l'émission Le Grand Entretien sur TF1, dimanche 15 octobre 2017 : https://twitter. (...)

2Plusieurs de ces premières publications touchent de près ou de loin aux questions éducatives et ne sont pas sans lien avec l’actualité, tels École de Laurence De Cock, Science d’Arnaud Saint-Martin (très à propos dans le contexte de la pandémie Covid-19, qui s’accompagne de débats au sujet des fake sciences, de la défiance vis-à-vis de la « science officielle », des élans complotistes contre les politiques de santé publique, etc.) ou encore Race de Sarah Mazouz (publié en pleine controverse sur le prétendu « islamogauchisme » des universitaires). L’ouvrage d’Annabelle Allouch s’inscrit dans cette lignée ; le texte s’ouvre sur un commentaire de l’expression « premiers de cordée » employée à plusieurs reprises par le Président de la République Emmanuel Macron depuis 2017, lorsqu’il avait déclaré « Je crois à la cordée, il y a des hommes et des femmes qui réussissent parce qu'ils ont des talents, je veux qu'on les célèbre [...] Si l'on commence à jeter des cailloux sur les premiers de cordée c'est toute la cordée qui dégringole » 2.

3Cet ouvrage n’est pas un ouvrage sur l’écart entre l’idéal méritocratique français et les inégalités réelles du pays. Il porte sur les rhétoriques du mérite et leurs évolutions ainsi que sur les mutations que le terme connaît au gré de celles-ci. Annabelle Allouch avance que ces discours sont incorporés jusqu’à devenir un sens pratique, soit ce qui permet d’agir « comme il faut », en catégorisant le monde social. C’est pourquoi elle assume un « parti pris d’écriture qui joue parfois sur les frontières entre sociologie et littérature » (p. 104), car il importe de « considérer le mérite par le sensible, l’affectif et l’incarné » (p. 91).

4Le premier chapitre, qui s’intitule « un acte de foi » (titre que l’autrice précise avoir trouvé grâce à l’expression telle qu’elle était employée par l’un·e de ses enquêté·e.s), développe l’idée selon laquelle le mérite « s’éprouve dans nos corps » (p. 19) par sa forme même, notamment en s’ouvrant (et en se fermant) sur un épisode intime et douloureux de la vie de l’autrice. Elle y évoque la figure de son père, marocain immigré en France dans les années 1970 et qui croyait profondément que dans son pays d’accueil la réussite était liée à l’effort – le dernier chapitre s’ouvrira également sur une figure parentale, celle de la mère d’un enquêté, et s’intitule « La gloire de ma mère ». Cette mise en récit a son importance, car la foi dans le mérite passe d’abord par le fait de (se) raconter des histoires : le mérite serait ainsi une « sociodicée » (pour reprendre Bourdieu) ou une « fiction nécessaire » (pour reprendre François Dubet). Il faut donc des narrations alternatives face aux récits de soi qui circulent beaucoup, notamment dans la presse, et qui « reflètent la lecture très individualisée portée par le mythe de l’ascension sociale par l’école, celui du mérite, celui d’un individu capable de s’extraire de ses origines sociales par la seule force de sa volonté » (p. 87). En racontant des histoires (parfois semi-fictionnelles), ses histoires (parfois autobiographiques), l’autrice fait le choix d’intervenir dans le même registre – il me semble que cela se justifie pleinement à partir du moment où l’on souhaite qu’un tel discours critique ait une efficace. Une démonstration sociologique avec chiffres à l’appui n’a pas la même portée qu’un contre-récit, si l’on admet que les pratiques sociales évaluantes et catégorisantes sont saturées d’émotions et d’affects, et qu’elles doivent donc être prises par les sentiments (moraux). Sans cela, on voit mal comment mettre en mouvement, en motion, contre les inégalités sociales au sujet desquelles semble partagée une relative indifférence.

5Le terme de foi dans le titre du deuxième chapitre n’est pas choisi par hasard : Allouch rappelle ainsi que « le mérite comme morale d’État n’est sans doute que l’héritier laïcisé d’une morale religieuse (chrétienne) plus ancienne, selon laquelle les bonnes œuvres du croyant seront récompensées par le salut dans l’au-delà » (p. 25). Cet aspect est essentiel : bien que l’autrice affirme que la rhétorique méritocratique mesure « le “talent”, l’effort au travail ou la souffrance » (p. 16), selon moi, si l’on cherche à distinguer le mérite d’autres valeurs ou qualités positives (la force, l’honneur, le lustre, etc.) ce sont ces deux derniers critères qui sont les plus régulièrement mis en avant dans le mérite (car on peut ne pas mériter son talent, ou n’avoir aucun mérite à réaliser quelque chose car on a un talent « inné »). Dire de quelqu’un qu’il ou elle est méritant·e, c’est paradoxalement rendre possible une valorisation d’un échec relatif : celui ou celle qui échoue mais qui avait tout fait pour réussir a plus de mérite que celui ou celle qui est brillant·e mais qui se laisse aller. En ce sens, la (sur)valorisation de l’effort (voire de la souffrance) et de l’intention plus que des résultats effectifs rappelle bien ce que Nietzsche qualifiait de « moraline » chrétienne exaltant la faiblesse et l’impuissance. Il me semble donc que le mérite n’est pensable que dans certains paradigmes moraux (en particulier ceux qui accordent une place centrale à la volonté) et politiques (par exemple, je ne suis pas convaincue par le fait de mobiliser La République de Platon comme une certaine modalité de discours méritocratique, comme le fait l’autrice p. 27).

  • 3 J’ai conscience que ces questions sont en partie « décalées » par rapport à l’inscription sociologi (...)

6Ce point de débat est plus largement l’occasion d’interroger le parti-pris de l’ouvrage : si son objet est de « comprendre les modes de production et les usages de la rhétorique méritocratique, mais aussi la manière dont son sens se transforme au fil du temps » (p. 17), alors comment déterminer ce qui relèverait « encore » d’un discours du mérite malgré les mutations discursives ? À partir de quand la discontinuité dans la définition du terme ferait qu’une approche nominaliste montrerait ses limites3 ? Le mérite de Richelieu, celui de Parcoursup, celui du Protestantisme, celui des médailles napoléoniennes, etc., sont-ils autre chose que des homonymes ? Je prends un exemple pour illustrer la difficulté à cet endroit. Le troisième chapitre porte sur l’évolution de l’admission à Sciences Po (dispense, examen d’entrée, année préparatoire, etc.), qui expose entre autres combien la logique méritocratique élitiste peut aisément être mise en suspend au nom d’arguments sexistes, et qui montre plus largement comment l’objet du mérite dans les grandes écoles françaises s’est transformé au cours du XXe siècle. Les critères de sélection varient en effet grandement et leur légitimité est parfois critiquée (mais toujours au nom du mérite). Toutefois cette variation est telle qu’on se demande parfois ce qu’il reste de la valorisation du « faire » plutôt que de l’« être » : ainsi lorsque dans les années 1980, au sein des IEP, « la définition du mérite [repose] sur le repérage de [l]a singularité [de l’élève] et sur une lecture prospective des capacités à venir de l’élève » (p. 44). La focalisation sur un talent « potentiel », « intrinsèque » et « pur » met complètement de côté la reconnaissance de la mise en œuvre des capacités elles-mêmes, de ce qui relèverait de la (bonne) volonté de l’élève. Or, cette singularité qui est évaluée, n’est-ce pas précisément celle au sujet de laquelle on peut affirmer qu’on « n’a aucun mérite » ? Quoiqu’il en soit, Allouch souligne bien que « derrière l’usage du terme de mérite, se dessinent une définition et des pratiques de sélection très variables d’une période à l’autre » (p. 49). Celles-ci sont donc contestées, négociées, elles peuvent faire l’objet de luttes, bien que cela soit sans cesse masqué par des revendications d’objectivité par le biais de procédures institutionnalisées et aujourd’hui d’algorithmes, comme celui de Parcoursup – l’un des objets du chapitre suivant.

7« Le mérite et l’algorithme » se concentre donc sur la dérégulation de la lecture traditionnelle du mérite scolaire au profit de la lecture néolibérale. Allouch prend soin d’expliciter ce qu’elle entend par le terme (ce qui est bienvenu du fait de l’inflation de son usage dans les essais politiques) : il s’agit d’ « une doctrine économique et politique qui prône une nouvelle forme d’allocations de biens en particulier ceux procurés par l’État-providence » (p. 60), qui a pour conséquences un retrait de l’État, la délégation de la plupart des services au secteur marchand, la mise en compétitions des usager·es, etc. La performance individuelle devient un indice de la valeur de chacun·e. Ce tournant affecterait en profondeur la rhétorique méritocratique. En effet, si le principe de mise en compétition des individus était déjà présent dans sa conception traditionnelle, il y a toutefois rupture dans la qualité mise au premier plan de l’évaluation : ce n’est plus la moralité (au travers de la participation à la collectivité) mais la productivité qui identifie les individus. Il faut (s’)optimiser, car c’est sur cela qu’on sera jugé·e. Là encore, si on considère l’interprétation néolibérale du mérite telle qu’elle circule au Royaume-Uni après Thatcher, on retrouve l’idée d’une valorisation de ce pour quoi on n’aurait justement aucun mérite (l’« inné »), à l’opposé du principe d’« émancipation possible de l’individu par l’effort et le travail » (p. 66) tel qu’il est revendiqué au moment de la Révolution française. Le propos serait-il d’évaluer les mérites (dont le mérite néolibéral) à l’aune d’un mérite légitime ? Je ne pense pas que ce soit là une visée de l’autrice. Mais je ne pense pas non plus que celle-ci fasse le choix d’une forme de relativisme à l’endroit des usages et définitions du terme.

  • 4 Lire par exemple Michael J. Sandel, « Populism, liberalism, and democracy », Philosophy & Social Cr (...)

8Est-il envisageable de remettre en question le postulat même selon lequel le mérite est un principe de justice ? Selon lequel l’évaluation de soi et des autres doit se fonder en (grande) partie sur la reconnaissance des efforts ? Pour Anabelle Allouch, qui suit en cela Marie Duru-Bellat, le problème intervient lorsque le mérite « devient le mot d’ordre pour atteindre certaines positions sociales » (p. 75), lorsqu’il connait une « hyper-extension » (p. 76) et que l’on est face à ce que Michael Sandel4 qualifie d’ « hubris méritocratique » (p. 79). On pourrait avancer qu’une critique radicale du présupposé même selon lequel le mérite peut être une valeur légitime risquerait de rendre certaines vies invivables, car « si l’on croit au mérite, c’est non seulement qu’il nous permet de tolérer la violence des inégalités ou nous donne l’impression de contrôler notre environnement […] mais aussi parce que cela nous inscrit dans une communauté politique de citoyens » (p. 91). Finalement « demeure ouverte la question, lancinante et toujours incertaine, de savoir comment, dans une société d’individus singuliers, mesurer sa valeur dans l’absolu ou en relation avec les autres » (p. 100).

9Pour conclure, Mérite est un texte particulièrement stimulant, qui aborde son enjeu d’une façon originale, rigoureuse et prenante. Que l’autrice ait réussi à faire tenir ensemble autant de pistes variées de réflexion, de démonstrations solidement précises et de qualité d’écriture dans un ouvrage de ce format est sans conteste un tour de force.

Haut de page

Notes

1 Rabat de chaque ouvrage de la collection (dirigée par Christophe Granger).

2 Déclaration dans l'émission Le Grand Entretien sur TF1, dimanche 15 octobre 2017 : https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/919648437209124865

3 J’ai conscience que ces questions sont en partie « décalées » par rapport à l’inscription sociologique du travail d’Allouch, car elles relèvent surtout d’enjeux d’analyse conceptuelle, ce qui s’explique par mon parcours en philosophie – toutefois, il me semble qu’elles ne sont pas dénuées d’importance pour éclaircir les partis-pris épistémologiques de l’ouvrage.

4 Lire par exemple Michael J. Sandel, « Populism, liberalism, and democracy », Philosophy & Social Criticism, vol. 44, n° 4, 2018, p. 353-359

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanina Mozziconacci, « Annabelle Allouch, Mérite », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 04 novembre 2021, consulté le 20 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/52037 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.52037

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search