Navigation – Plan du site

Charles Gadéa, Paul Bouffartigue, Sophie Pochic, Cadres, classes moyennes : vers l'éclatement ?

Didier Bastide
Cadres, classes moyennes : vers l'éclatement ?
Paul Bouffartigue, Charles Gadea, Sophie Pochic (dir.), Cadres, classes moyennes : vers l'éclatement ?, Armand Colin, coll. « Recherches », 2011, 346 p., EAN : 9782200255909.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 BOUFFARTIGUE P., GADEA C., Sociologie des cadres, La Découverte, 2000
  • 2 BOUFFARTIGUE P., Les cadres. Fin d’une figure sociale, La Dispute, 2001, BOUFFARTIGUE P. (dir.), Ca (...)
  • 3 Pour un historique du Gdr dont l’existence institutionnelle s’achève avec le colloque de 2009, Les (...)
  • 4 BOSC S., Sociologie des classes moyennes, La Découverte, 2008.] -, confrontée à la sociologie brita (...)
  • 5 DURAND C., « Bosc (Serge). - Sociologie des classes moyennes », Revue française de sociologie, Vol. (...)

1Il y plus de dix ans de cela, en préambule d’un livre de synthèse de la collection Repères 1, deux des codirecteurs de l’ouvrage se demandaient si la société française, « après avoir construit depuis les années trente la catégorie sociale des "cadres", [n’était pas] en train de s’en défaire sans trop le dire ? ». Ils partaient, pour formuler cette question, du constat de « la déstabilisation de ce groupe social et d’une relative banalisation de son statut ». Dans le même sens, peu de temps après, Paul Bouffartigue sous-titrait deux autres publications consacrées aux cadres, « la fin d’une figure sociale » et « la grande rupture » 2. Ces recherches allaient impulser une décennie d’études renouvelées concernant cette thématique, dont témoigne l’imposante bibliographie de vingt-six pages de cet ouvrage. Ceci, grâce notamment à la création d’un réseau pluridisciplinaire, à l’activité féconde, le « GDR cadres » (groupement de recherche soutenu par le CNRS) 3 qui élargit le regard à l’ensemble des classes moyennes et dont les travaux récents composent l’ouvrage. Les précédents titres de Paul Bouffartigue et Charles Gadea actaient un certain nombre de connaissances aujourd’hui stabilisées sur les cadres, comme l’origine militaire du terme, ses glissements de sens jusqu’à son acception civile, dans l’industrie. Bref ces travaux opéraient un retour sur « l’invention » comme groupe social dans la conjoncture sociale et politique des années 1930 à 1950, ainsi que sur les manières dont la sociologie en rendait compte, notamment Luc Boltanski « en déconstruisant la catégorie des « cadres », en montrant comment cet ensemble hétérogène aux frontières floues est le fruit d’une définition substantialiste de ce groupe » (p. 17). Dans ce prolongement l’introduction générale revient sur l’émergence d’une sociologie française des classes moyennes - depuis les années 1970, jusqu’à l’ouvrage de synthèse de Serge Bosc 4 Ensuite, pour parodier Claude Durand recensant l’ouvrage de Serge Bosc, Sociologie des classes moyennes, « la question de la définition va hanter toute la trame de l’ouvrage » 5, jusqu’à la postface intitulée « Entre frontières et passerelles » signée… Serge Bosc. Cette interrogation, explicite dans le premier chapitre apparaît en creux dans nombre des vingt-trois contributions que compte l’ouvrage, regroupées sous quatre parties. Chaque partie fait l’objet d’une introduction synthétique qui réussit à mettre en perspective les cinq ou six chapitres qui la composent. Des enquêtes qualitatives, centrées sur un groupe professionnel particulier émaillent les deux premières parties. Elles se penchent sur l’activité réelle, le statut, ou bien encore sur les carrières en éclairant « la réalité du recul du modèle de la promotion », ceci concernant les cadres de santé, les conseillers financiers à la Banque postale comparés aux cadres de la finance solidaire, les cadres de l’économie sociale, les cadres promus de la SNCF, les cadres dans la grande distribution sportive, les cadres de France Télécom. La dernière contribution de ce type, mettant en évidence des tendances d’évolutions spécifiques, décentre le regard sur la Hongrie et sur les cadres d’une filiale d’un grand groupe énergétique, faisant l’hypothèse que l’intérêt ainsi porté « aux effets de la mondialisation sur les pays de l’Est permet d’amener des éléments originaux aux débats sur l’évolution des classes moyennes et/ou supérieures » (p. 127). Dans les deux parties suivantes, l’élargissement du propos aux classes moyennes s’opère non plus à partir de la vie professionnelle mais en questionnant d’autres dimensions de l’existence sociale, suivant un postulat énoncé en introduction de la 3ème partie par Olivier Cousin et Sarah Ghaffari. Selon eux, « bien que fragilisée et incertaine, la catégorie des classes moyennes demeure un pôle d’identification et un univers attractif » auprès des acteurs, par exemple en matière d’enjeux de carte scolaire et de choix d’un établissement, en référence aux travaux d’Agnès van Zanten, mais également dans le champ politique. Ainsi sont abordées les questions entre autre, des pratiques culturelles, de l’occupation de l’espace urbain avec l’étude monographique d’un quartier pavillonnaire, mais également celle du déclassement des enfants. Enfin la dernière partie, après un développement spiralaire sur l’invention des cadres en France dans les années 1930, cette fois-ci sous l’angle de l’histoire contemporaine, analyse le rôle, la place de la politique et des médias dans les façons dont s’opère une sorte de cristallisation du sentiment de soi, qui fait que les individus s’identifient comme cadres, se reconnaissent comme appartenant à la classe moyenne, autrement dit au « haut du panier de la France d’en bas » selon le titre de la contribution d’Agnès Pelage et Tristan Poullaouec. Au total, plus d’une quarantaine d’auteurs, sociologues pour la plupart, mais également chercheurs en sciences de gestion et historiens, proposent un bilan de recherches renouvelées sur les cadres, un tableau d’ensemble nuancé concernant les classes moyennes, dans lesquels le pari visant à ce que se complètent les différents points de vue et s’articulent les différentes contributions est parfaitement réussi.

Haut de page

Notes

1 BOUFFARTIGUE P., GADEA C., Sociologie des cadres, La Découverte, 2000

2 BOUFFARTIGUE P., Les cadres. Fin d’une figure sociale, La Dispute, 2001, BOUFFARTIGUE P. (dir.), Cadres : la grande rupture, La Découverte, 2001.

3 Pour un historique du Gdr dont l’existence institutionnelle s’achève avec le colloque de 2009, Les cadres : Heurts et malheurs d’une catégorie, voir le site http://gdr-cadres.cnrs.fr/ qui propose également une série de ressources dont lesCahiers du Gdr Cadres

4 BOSC S., Sociologie des classes moyennes, La Découverte, 2008.] -, confrontée à la sociologie britannique et au concept de « service class ».

5 DURAND C., « Bosc (Serge). - Sociologie des classes moyennes », Revue française de sociologie, Vol. 51-1, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Bastide, « Charles Gadéa, Paul Bouffartigue, Sophie Pochic, Cadres, classes moyennes : vers l'éclatement ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 12 avril 2011, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5206

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page