Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Julie Sedel, Dirigeants de médias...

Julie Sedel, Dirigeants de médias, sociologie d’un groupe patronal

Théo Guidat
Dirigeants de médias
Julie Sedel, Dirigeants de médias. Sociologie d'un groupe patronal, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2021, 273 p., préf. Erik Neveu, ISBN : 978-2-7535-8040-4.
Haut de page

Texte intégral

1Cerner le groupe flou des « dirigeants », comprendre comment ceux-ci sont amenés à occuper les positions dominantes dans le domaine stratégique de l’Information politique et générale, dessiner ensuite leurs actions et les liens entretenus avec les autres secteurs de l’élite : voilà le projet de l’ouvrage que Julie Sedel, sociologue, tire de son habilitation à diriger des recherches, soutenue à l’université de Strasbourg en 2018.

  • 1 Pierre Bourdieu (dir.), La Misère du monde, Paris, Seuil, 1993.

2La recherche entend combler un vide en interrogeant un groupe social absent en France de la sociologie des élites et du journalisme. Pour ce faire, l’auteure livre une riche enquête de terrain, mêlant des entretiens à une analyse prosopographique d’un panel de dirigeants. En supplément, elle restitue un travail d’archives sur une fédération patronale de presse ajoute une perspective diachronique à la « photographie » des 93 personnes en poste en 2016 qui constituent son échantillon d’étude (p. 50). Ces différentes méthodes et sources s’imbriquent pour construire une sociologie qui met résolument les acteurs au centre de l’analyse. En s’inscrivant dans une perspective bourdieusienne qui entend « expliquer sans épingler »1 et « sociologiser » systématiquement les dirigeants de médias (préface d’Érik Neveu, p. 11), ce travail veut trouver un juste milieu entre les récits hagiographiques et les écrits dénonciateurs qui dominent lorsque l’on parle des « patrons ».

3Les quatre premiers chapitres posent les fondements de l’enquête. Après avoir objectivé le groupe d’étude (1), l’évolution du positionnement de ce groupe est documentée au regard de la transformation du champ des médias (2). Les chapitres 3 et 4 apportent les premiers éléments de caractérisation du groupe : les relations avec les employeurs, les processus de sélection et les activités de direction sont documentés afin de mieux saisir ce qui fait réellement un dirigeant de média. Ces chapitres, en faisant émerger des lignes structurantes du groupe, posent un cadre dans lequel vient s’épanouir la seconde partie de l’ouvrage. La sociologue dresse alors, à l’aide de l’étendue de son matériau empirique, un tableau sociologique très fin du groupe des dirigeants (5). Pour construire sa typologie, elle s’intéresse en profondeur à l’évolution des trajectoires des personnes (6) et interroge de manière inédite la structuration du groupe à la lumière du genre (7).

  • 2 Voir par exemple Michel Offerlé (dir.), Patrons en France, Paris, La Découverte, 2017.

4Le premier mérite du livre réside dans l’effort fait pour circonscrire le groupe social visé afin de le construire en objet d’étude. Autrement dit, qui sont les dirigeants de médias ? Quelles sont les caractéristiques communes au groupe ? Rencontrant les mêmes difficultés épistémologiques que d’autres sociologues des milieux patronaux, tant le groupe est hétérogène2, Julie Sedel propose comme critère d’appartenance la « p[rise] de décisions stratégiques concernant la fabrication des actualités » et comme mode de désignation le terme de « dirigeants de médias » (p. 23). L’objectivation ainsi réalisée agrège le groupe par le statut et permet deux nuances qui apportent finesse à l’analyse. La première nuance est que, à l’encontre du sens commun, les dirigeants sont majoritairement des salariés qui peuvent avoir des supérieurs directs ou indirects. En effet, si les échelons intermédiaires de décision sont écartés de l’étude, les propriétaires des médias le sont également (p. 50). Par conséquent, les dirigeants ont au-dessus d’eux des actionnaires qui les emploient et à qui ils ont des comptes à rendre (p. 94). La seconde nuance est que les réalités auxquelles les statuts des dirigeants renvoient sont extrêmement variées : on trouve dans le groupe le dirigeant d’un journal indépendant en ligne employant cinq journalistes au même titre que celui de TF1. Dès lors, il est vrai que l’éclatement des profils peut interroger sur la pertinence d’une définition si ouverte, d’autant plus que les formes de dénomination varient largement dans l’ouvrage (dirigeants, patrons, états-majors etc.), ce qui brouille l’usage des catégories que l’auteure s’attache à construire. Cependant, l’intérêt de cette définition préalable est de rendre possible, au fil de la première partie du livre, la décomposition et la recomposition du groupe des dirigeants pour faire émerger des sous-catégories davantage saisissables et structurantes que le collectif dans son ensemble.

5C’est d’ailleurs le deuxième mérite de ce livre que d’introduire une opposition qui, selon la sociologue, structure aujourd’hui l’ensemble du champ des médias. Ainsi, dans le troisième chapitre, deux activités de direction sont distinguées : la direction « managériale », qui prend en charge les aspects économiques et organisationnels, et la direction « éditoriale », plus proprement journalistique (p. 136). À cet égard, Julie Sedel rappelle que l’introduction puis l’épanouissement du capitalisme financiarisé dans les entreprises de médias à partir des années 1980 a largement développé le pôle de gestion-administration (direction managériale) au détriment du pôle du journalisme. Ce déséquilibre entre les activités de direction est particulièrement fort dans les grands groupes (pour ne citer qu’eux, groupe Les Échos, groupe TF1, groupe Canal+), ce qui créé un clivage entres les grandes et les petites entreprises que l’on retrouve tout au long de l’ouvrage.

6Ensuite, la polarisation des activités de direction se traduit au niveau des individus par l’existence de figures de dirigeants différenciées. C’est donc à partir de l’axe structurant entre management et journalisme que Julie Sedel développe son tableau sociologique de la direction des médias. En préambule, elle dresse un « profil socio-démographique » (p. 177) qui unifie le groupe sur différents points : ce sont des hommes, français, plutôt âgés et d’origine sociale relativement élevée, diplômés de grandes écoles ou d’écoles de journalisme. Sans s’arrêter à ce profil en apparence homogène, la sociologue projette alors par une analyse de correspondance multiples (ACM) « l’espace des dirigeants de médias » (p. 196) sur deux axes. Le premier oppose les détenteurs d’un capital de métier aux détenteurs d’un capital administratif, c’est-à-dire, dans les termes déjà évoqués, le journalisme d’un côté et le management de l’autre. Le second axe oppose quant à lui les détenteurs d’un fort capital symbolique aux nouveaux entrants : cet axe fait valoir l’ancienneté et l’expérience et permet notamment de visualiser les transformations des profils des dirigeants. Ce qui ressort de la projection confirme les hypothèses des chapitres précédents. En effet, les « managers-administrateurs » se trouvent plutôt à la tête des grands groupes, principalement du secteur audiovisuel, et sont arrivés plus récemment dans le champ. De leur côté, les « dirigeants-journalistes » ont un capital de métier important et dirigent de plus petites entités, essentiellement dans la presse. Sans normativité aucune, Julie Sedel fait apparaître la position de domination du profil manager sur celui du journaliste : dans le cas où les deux postes sont distincts au sein du même média, le premier est hiérarchiquement supérieur au second (p. 134).

7Le chapitre 7, qui propose une typologie de cinq filières d’accès à la direction de médias, confirme ce mouvement général d’une entrée du management à la tête du secteur. Les filières journalistiques et militantes, si elles représentent encore une majorité des profils, sont dévalorisées au profit des filières économiques et politico-administratives (p. 221). Ces filières, qui représentent 20% de l’échantillon, comprennent des hauts-fonctionnaires, des diplômés des grandes écoles, des ingénieurs qui, souvent passés dans des cabinets ministériels, dirigent les plus grands médias (en supplément des groupes cités précédemment, notons le groupe Le Monde, France Télévisions ou encore le groupe Le Figaro). Dans une perspective contraire, la persistance d’une filière intellectuelle qui réaffirme par ailleurs un fort capital de métier montre qu’une partie des dirigeants cherche à s’extraire de la domination gestionnaire-administrative pour réaffirmer la figure du dirigeant-journaliste, dans de petites structures souvent indépendantes (Reporterre ou Mediapart entre autres).

8Le dernier chapitre de l’ouvrage introduit une variable totalement absente de l’ensemble de l’ouvrage : le genre. Julie Sedel relit alors les caractéristiques du groupe par un prisme qui, sans surprise, donne à voir à quel point la direction de médias « s’énonce au masculin » (p. 251). Victimes de ségrégation à la fois verticale (atteindre les plus hauts postes) et horizontale (être cantonnées à certains médias audiovisuels), les femmes peuvent cependant « travailler leur place » (p. 233) dans un débat public monopolisé par les hommes. Pour ce faire, l’auteure ne donne que de timides pistes plutôt générales, au premier rang desquelles la possession de connaissances sur le genre : sur ce volet, une recherche plus spécifique reste à mener sur les dirigeantes de médias.

  • 3 Rodney Benson, Mattias Hesserus, Julie Sedel, How Media Ownership Matters, Oxford University Press, (...)

9Ainsi, l’ouvrage de Julie Sedel est d’un apport précieux pour situer les dirigeants de médias dans un « espace carrefour » des secteurs politiques, économiques, politiques et intellectuels. Sa sociologie fine des acteurs lui permet de tirer un modèle d’analyse très stimulant qui fait apparaître des mouvements de fond dans ce champ du pouvoir. Un des regrets à la lecture est la dominance des identités au détriment des pratiques. Il serait intéressant de faire apparaître de façon précise les possibilités concrètes qu’ont les dirigeants pour s’émanciper des grands groupes économiques et inventer une presse davantage indépendante qui remet le capital journalistique au centre de son activité. Dans ce sens, l’ouvrage à paraître How Media Ownership Matters3 ? dans lequel Julie Sedel collabore avec (entre autres) le sociologue étatsunien Rodney Benson, promet d’être éclairant.

Haut de page

Notes

1 Pierre Bourdieu (dir.), La Misère du monde, Paris, Seuil, 1993.

2 Voir par exemple Michel Offerlé (dir.), Patrons en France, Paris, La Découverte, 2017.

3 Rodney Benson, Mattias Hesserus, Julie Sedel, How Media Ownership Matters, Oxford University Press, à paraître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Théo Guidat, « Julie Sedel, Dirigeants de médias, sociologie d’un groupe patronal », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 09 novembre 2021, consulté le 29 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/52067 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.52067

Haut de page

Rédacteur

Théo Guidat

Doctorant en sociologie (CMH/EHESS).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search