Navigation – Plan du site

Consommer. Comment la consommation a envahi nos vies

Céline Da Silva
Consommer
Xavier de la Vega (dir.), « Consommer. Comment la consommation a envahi nos vies », Sciences humaines, Grands Dossiers, n° 22, 2011.
Haut de page

Texte intégral

1Ce Grand Dossier de la revue grand public Sciences Humaines questionne ici un phénomène majeur de nos sociétés modernes, la consommation. En partant de sa définition simple, à savoir « l’acquisition de biens au-delà des besoins essentiels à la vie », un exposé plus détaillé nous en est fait en mêlant divers angles d’approche (Histoire, Sociologie, Psychologie…) afin de saisir comment elle a atteint sa forme moderne exacerbée mais aussi de voir comment elle a pu être perçue et questionnée à travers les époques. Chaque article en aborde un aspect spécifique depuis ses prémices, dans la Chine du XVIe siècle, jusqu’à la tendance actuelle du consommer « éthique » en s’appuyant sur des ressources empiriques variées (témoignages du patron de Carrefour, d’un « jeune de cité »...) mais surtout sur de grands auteurs (K. Marx, T. Veblen, J. Baudrillard…) et courants théoriques ayant interrogé le sujet d’un point de vue macroéconomique (le cercle vertueux…) ou microsociologique (les comportements des consommateurs…).

2Dans un premier temps, on apprend que des historiens situent les origines de la consommation au XVIe siècle en Asie. Grâce à des inventions techniques, on vend alors de plus en plus de livres et de la porcelaine mais seuls les marchands ou les riches y ont d’abord accès. C’est dans l’Europe proto-industrielle du XVIIIe siècle que le phénomène prend de l’ampleur et gagne peu à peu les couches populaires qui voulaient elles aussi se procurer des produits nouveaux, pour leur plaisir plus que pour leur subsistance (thé, sucre, coton…). Le consumérisme ne serait donc pas né de l’industrie capitaliste occidentale mais d’une révolution industrieuse venue du bas : les ménages, en se constituant comme cellules productives, ont stimulé la production et les échanges.

3Emerge alors le consommateur moderne tandis que l’industrialisation accompagne le mouvement en permettant de produire toujours plus et plus vite des biens de plus en plus variés. La révolution des transports, des avancées sociales (comme le droit aux congés payés en 1936 en France), la création du prêt bancaire et du supermarché, les échanges culturels à échelle mondiale,… vont finir de créer la société de (sur)consommation que nous connaissons aujourd’hui. C’est désormais un phénomène social total, qui concerne même les pays émergents (en basant leur économie sur le tourisme par exemple) ou réticents comme la Chine communiste.

4Des articles sur la mode, le tourisme, la publicité,… et dans des contextes sociopolitiques variés (Etats-Unis d’après-guerre, France des Trente Glorieuses, actuellement…), révèlent l’essence de la consommation. Dès ses premières formes, il s’agissait de se distinguer des uns tout en se sentant appartenir à un groupe, d’y rechercher du plaisir, de la stimulation et une certaine compensation au travail. Aujourd’hui, il faudrait aussi revendiquer ses goûts, ses aspirations et son identité par ce que l’on porte, ce que l’on mange et les biens que l’on possède.

  • 1 Les politiques et syndicalistes des Etats-Unis d’après-guerre notamment ont mené une véritable prop (...)

5La consommation a depuis ses débuts, été globalement mal perçue par les moralistes et penseurs de toutes époques et de tous lieux. Si des discours l’ont érigé comme vertu 1, on y a surtout vu la source de vices. Des lois somptuaires un peu partout dans le monde sanctionnaient le penchant grotesque des riches pour l’inutile et l’ostentatoire, y voyaient une atteinte aux valeurs et coutumes locales. Aujourd’hui, on parle surtout d’inégalités sociales, d’une exploitation de la Terre et des petits producteurs, de consommateurs manipulés et aliénés, soumis aux banques et à la mode. On pointe le fait que cela engendre de l’exclusion, de la violence, des frustrations et même des maladies mentales.

6Le titre de la revue en annonçait la couleur, la consommation a envahi nos vies et son contenu ne nous dresse pas un portrait très joyeux du consommateur, ce fétichiste de la marchandise, qu’il soit un riche égoïste, matérialiste et gaspilleur ou un pauvre qui consomme jusqu’à la déraison, au-dessus de ses moyens. Car dans notre société où tout se base sur l’apparence, il faudrait posséder un objet de telle marque ou ce que les médias nous disent d’avoir pour avoir de la valeur aux yeux des autres, consommer ou mourir en somme. En parallèle à ce discours, rappelons tout de même que la consommation a permis aux Noirs et aux femmes de revendiquer des droits et des libertés. Tout n’est pas perdu…

7Ce catalogue d’idées et d’auteurs a le mérite de proposer quelques sujets anecdotiques non dénués d’intérêt et quelques lectures captivantes bien que certainement déjà connues des initiés. Proposant un état des lieux de la recherche, ce grand nous invite à réfléchir. L’article qui clôture la démonstration peut cependant laisser un goût amer. Il sonne comme une leçon de morale invitant le lecteur à prendre conscience que ses gestes de consommateur a priori anodins ont des effets néfastes sur l’écosystème et les populations. Lui proposant de devenir un consomm’acteur citoyen et responsable par de simples gestes au quotidien, on lui rappelle cependant que le « bio » ou l’éthique sont devenus des stratégies marketing…

Haut de page

Notes

1 Les politiques et syndicalistes des Etats-Unis d’après-guerre notamment ont mené une véritable propagande en arguant qu’elle était le tremplin d’une économie prospère, de l’égalité et de la paix sociale

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Da Silva, « Consommer. Comment la consommation a envahi nos vies », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 12 avril 2011, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5209

Haut de page

Rédacteur

Céline Da Silva

Etudiante en M2 en socio-anthropologie à Nanterre, Paris X

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page