Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Adam Baczko, La guerre par le dro...

Adam Baczko, La guerre par le droit. Les tribunaux Taliban en Afghanistan

Nicolas Lepoutre
La guerre par le droit
Adam Baczko, La guerre par le droit. Les tribunaux Taliban en Afghanistan, Paris, CNRS, coll. « Logique du désordre », 2021, 382 p., ISBN : 978-2-271-12719-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous suivons dans ce compte rendu la graphie (avec une majuscule) adoptée par Adam Baczko pour dési (...)
  • 2 La « libération » des femmes du joug Taliban a été l’un des arguments mobilisés pour justifier a po (...)
  • 3 C’est à un tel débat public qu’appelaient Adam Baczko et Gilles Dorronsoro dans leur tribune « La d (...)
  • 4 Adam Baczko est également le co-auteur avec Gilles Dorronsoro et Arthur Quesnay d’un ouvrage intitu (...)

1À l’heure de la reconquête du pouvoir en Afghanistan par les Taliban1 en août 2021, le débat dans les pays occidentaux s’est principalement focalisé sur les conditions du retrait des États-Unis et ses conséquences (notamment quant à l’évacuation de ses ressortissants et des Afghans et des Afghanes2 souhaitant quitter le pays). Si certains commentateurs ont pu être surpris par la rapidité avec laquelle l’armée afghane s’est effondrée ou par la facilité avec laquelle les Taliban ont progressé en dehors de leurs bases traditionnelles du sud et de l’est, la défaite elle-même a été présentée en quelque sorte comme inéluctable, éclipsant parfois la nécessité d’une réflexion approfondie et publique3. Cet ouvrage d’Adam Baczko, chargé de recherche CNRS au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po, nous permet toutefois de l’amorcer puisqu’il analyse la place centrale du droit dans la reconquête du pouvoir par les Taliban depuis 2001. L’étude est menée principalement à partir d’entretiens réalisés sur place entre 2010 et 2016 avec des Taliban (dont de nombreux juges), des usagers des cours ou encore des acteurs de l’intervention occidentale ; les inévitables lacunes, dues aux conditions particulières d’un terrain plongé dans la guerre civile, sont clairement exposées (notamment l’impossibilité d’assister à une audience et l’absence d’accès direct aux femmes). La réflexion est par ailleurs enrichie d’une démarche comparative basée sur des enquêtes en Syrie4, en Irak et en République démocratique du Congo ; ces comparaisons sont assez peu mobilisées dans le corps du texte (hormis en introduction et en conclusion) mais ont pour objectif de « désorientaliser » (p. 40) la vision de l’Afghanistan et de faciliter une montée en généralité. Après avoir retracé les transformations du champ juridique afghan depuis les années 1970 et rappelé l’histoire du mouvement Taliban (chapitre 1), Adam Baczko analyse successivement l’incertitude juridique frappant l’Afghanistan en guerre (première partie), le fonctionnement des tribunaux Taliban (deuxième partie) et l’ordre social produit par ce droit Taliban (troisième partie).

  • 5 Dans son dernier ouvrage (Le gouvernement transnational de l’Afghanistan. Une si prévisible défaite(...)

2Le chercheur montre ainsi dans un premier temps que la guerre civile afghane, que l’on peut faire remonter au coup d’État communiste de 1978, provoque une transformation radicale de l’organisation sociale du pays. On peut l’observer par exemple à travers la remise en cause permanente des hiérarchies identitaires et l’alternance entre périodes de domination des Pashtounes (avant la prise de pouvoir des communistes en 1978 et sous le régime Taliban de 1996-2001) et périodes d’affirmation des minorités (pendant l’ère communiste comme après l’intervention états-unienne). La succession rapide d’autorités juridiques au cours des dernières décennies engendre par ailleurs une très forte incertitude dans le domaine foncier : les modes de reconnaissance de la propriété (principalement l’interconnaissance en l’absence de cadastrage) sont bouleversés par la guerre et ses nombreux morts et déplacés, et ce d’autant plus que chaque changement de régime est l’occasion d’une réouverture des litiges. Or, là où l’action des autorités légales de Kaboul et de leurs parrains occidentaux devrait précisément permettre de réduire cette insécurité juridique, elle ne fait en réalité que l’aggraver. Adam Baczko se livre à un véritable réquisitoire contre le régime, dont la justice gangrenée par la corruption ne fait qu’entériner les rapports de force sociaux, mais aussi contre les institutions internationales. En raison de leur complète ignorance de la réalité afghane et de la poursuite de leurs propres intérêts, ces dernières fragilisent l’État qu’elles sont censées aider à construire5 : c’est le cas par exemple lorsque les pays occidentaux poussent le président Hamid Karzai à contourner le Parlement en promulguant certaines lois (telles une réforme du Code du travail ou des modifications du droit commercial) pendant la vacance parlementaire.

3Après avoir montré l’incapacité du régime à offrir à ses citoyens une véritable justice, le chercheur se penche sur l’offre concurrente proposée par les tribunaux Taliban. Ces derniers se caractérisent tout d’abord par leur très forte institutionnalisation, qui peut paraître surprenante au premier abord pour un acteur insurrectionnel mais qui reflète bien l’importance que lui accordent les Taliban. Ce système bureaucratique s’illustre par la mise en place d’une architecture judiciaire inspirée de celle en vigueur entre 1996 et 2001 (cours de première instance, cours d’appel provinciales, cour suprême, cour de cassation), de procédures de recrutement et d’affectation des juges standardisées, ou encore d’un contrôle de la cohérence des verdicts. Ces modalités, ainsi que la spécificité du recrutement des juges Taliban (qui sont sélectionnés sur examen au sein du corps des diplômés d’écoles religieuses principalement installées au Pakistan), permettent aux juges d’afficher une supposée objectivité et donc de légitimer leurs décisions comme des actes purement juridiques et non politiques. Adam Baczko montre bien néanmoins qu’au-delà des aménagements inévitablement provoqués par la guerre (le bon fonctionnement des cours dépendant notamment du degré d’emprise territoriale de l’insurrection dans les différentes provinces), il existe une tension permanente entre cette prétention à l’impartialité et la réalité politique de l’action des juges. Si leurs compétences religieuses sont certifiées par une institution extérieure, l’examen auquel ils sont soumis constitue ainsi une barrière permettant un contrôle par les cadres Taliban ; ils sont de surcroît largement encouragés à participer au jihad pendant leurs études. Une fois qu’ils sont en poste, les affaires les plus politiques leur échappent et sont directement tranchées par le conseil de commandement établi à Quetta (la plus haute institution de l’insurrection). Enfin, en l’absence de forces de police dédiées, les juges dépendent des commandants militaires dans l’application des sanctions, commandants dont ils sont pourtant censés contrôler l’action.

4La dernière partie s’intéresse aux conséquences du droit Taliban, à la fois dans le fonctionnement interne de l’insurrection (l’importance accordée à la justice consacrant l’ascension des élites religieuses et le contrôle des combattants par les juges permettant en théorie de renforcer la centralisation du mouvement) et dans la société afghane. En reléguant les chiites dans une position subalterne, en s’attachant à défendre la propriété (très inégalement répartie) et en manifestant une intransigeance absolue sur les transgressions commises par les femmes dans le domaine public, les tribunaux Taliban font preuve d’un extrême conservatisme social. Cela n’empêche pas les insurgés d’engager un dialogue avec la communauté internationale quant au respect du droit international humanitaire (manifeste dans les consignes explicites de ne plus cibler les civils à partir de la fin des années 2000) et de s’afficher de ce fait en interlocuteur légitime et raisonnable, tout en dénonçant à bon compte les atteintes aux droits de l’Homme commises par les forces de Kaboul et la coalition internationale.

5En définitive, en plus d’être très agréable à la lecture, La guerre par le droit s’avère être un ouvrage essentiel pour comprendre la légitimité qu’ont pu obtenir, à certains égards, les Taliban. Sans rien masquer de leur conservatisme, de leur violence ou de leurs contradictions, il montre que les tribunaux Taliban incarnent pour de nombreux Afghans une alternative acceptable par rapport à un système judiciaire officiel unanimement décrié comme inefficace et corrompu. Il s’agit là d’un atout essentiel pour l’insurrection puisqu’en plus de naturaliser la domination des Taliban, l’usage croissant de leur justice génère, du côté des justiciables, un intérêt à ce qu’ils restent au pouvoir afin d’éviter une réouverture des litiges tranchés. Adam Baczko met également en lumière les tensions internes au mouvement Taliban et notamment l’écart croissant entre de hauts dirigeants religieux réfugiés au Pakistan depuis des années et de jeunes militants et commandants sans instruction particulière mais déployés sur le terrain ; s’il ne s’agit pas du cœur de l’ouvrage, ce point résonne tout particulièrement avec les interrogations sur les rapports de force internes au moment de la formation du gouvernement Taliban.

Haut de page

Notes

1 Nous suivons dans ce compte rendu la graphie (avec une majuscule) adoptée par Adam Baczko pour désigner l’organisation politique formée dans les années 1990 et aujourd’hui au pouvoir en Afghanistan, qu’il distingue des « taliban » (avec une minuscule) au sens d’« étudiants en théologie » en persan.

2 La « libération » des femmes du joug Taliban a été l’un des arguments mobilisés pour justifier a posteriori l’intervention militaire de 2001 et les importants investissements (humains et financiers) des pays occidentaux depuis. Adam Baczko montre dans son ouvrage que les rapports de genre sont instrumentalisés par tous les acteurs politiques depuis l’époque communiste.

3 C’est à un tel débat public qu’appelaient Adam Baczko et Gilles Dorronsoro dans leur tribune « La défaite de l’OTAN en Afghanistan est le résultat d’une stratégie erronée et d’une vision du monde biaisée » publiée dans Le Monde le 30 avril 2021.

4 Adam Baczko est également le co-auteur avec Gilles Dorronsoro et Arthur Quesnay d’un ouvrage intitulé Syrie. Anatomie d’une guerre civile, paru en 2016 aux éditions du CNRS.

5 Dans son dernier ouvrage (Le gouvernement transnational de l’Afghanistan. Une si prévisible défaite, Paris, Karthala, 2021), Gilles Dorronsoro défend la même thèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Lepoutre, « Adam Baczko, La guerre par le droit. Les tribunaux Taliban en Afghanistan », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 12 novembre 2021, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/52319 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.52319

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search