Navigation – Plan du site

Yves Frémion, Léauthier l'anarchiste. De la propagande par le fait à la révolte des bagnards (1893-1894)

Alexandre Poncelet
Léauthier l'anarchiste
Yves Frémion, Léauthier l'anarchiste. De la propagande par le fait à la révolte des bagnards (1893-1894), L'Échappée, coll. « Dans le feu de l'action », 2011, 250 p., EAN : 9782915830477.
Haut de page

Texte intégral

1"(...)Je meurs par amour de l'humanité et pour raconter publiquement toutes les horreurs qu'au nom de la loi on commet dans cet enfer social qu'est le bagne..."

2Cette brève histoire du bagne et de sa révolte, occupant la troisième partie de l'ouvrage, est à l'image du livre dans son intégralité, documenté, révolté, révoltant. On découvre en effet à la lecture de ce document tout un pan de l'histoire occulté par les manuels traditionnels d'Histoire, à savoir l'histoire des mouvements contestataires français du dix-neuvième siècle.

3Loin des approches habituelles que l'on a de cette époque à travers les romans de Zola ou les discours de Jaurès, ce livre retrace avec passion la vie (et la quasi-mort) du mouvement anarchiste de la "Belle Époque".

  • 1 La propagande par le fait consistait à commettre des actes jugés criminels contre la bourgeoisie ou (...)

4L'histoire du "compagnon Léauthier" semble ici comme un prétexte pour narrer, tantôt avec humour, tantôt avec gravité, les actes de "propagande par le fait"1 des anarchistes, et les exactions de l’État pour contrer cette révolte populaire, si terrifiante pour les dominants sociaux de l'époque. Ce livre donc, semble être un devoir de mémoire, à l'honneur des anarchistes français et dénonçant les persécutions subies. On voit dans cet ouvrage que l'époque de la Terreur n'est pas si loin, ni non plus celle de Vichy...

  • 2 Corps de lois visant à interdire, dénoncer, juger de manière expéditive puis punir les anarchistes.

5Les lois scélérates2, les journaux et les hommes politiques y sont montrés comme des manipulateurs intolérants. En effet, il y est expliqué par le fond l'idéal humaniste anarchiste, et la légitimité de certaines violences, eu égard les conditions misérables de ces derniers. La presse dominante de l'époque, condescendante avec le pouvoir, y est présentée comme un instrument même du pouvoir, de domination et d'exploitation des masses. Les procès politiques, présentant les activistes comme des terroristes, à plus ou moins juste titre, y sont également légion. Nous pouvons à cet égard parler du procès du jeune Lorion, anarchiste condamné pour "propagande". Il tenait en fait des propos anarchistes en publics. Ce militant, condamné au bagne, a fini fou du fait de son traitement ; il était assommé littéralement de médicament ; sans avoir connu la liberté, suite à la dénonciation d'un socialiste qu'il gênait.

6Ainsi, cette révolte du bagne est amenée et située historiquement, et le procès de Léauthier, son acte, et l'histoire anarchiste sont largement nourris par des documents d'époque et des témoignages reproduits par passages entiers. L'ouvrage présente donc une objectivité historique rarement atteinte, du moins dans la qualification des faits et les faits eux-mêmes. La bibliographie, montrée à la fin, est très complète et prouve bien l'effort de recherche qu'a dû fournir l'auteur pour écrire son livre, de la manière la plus juste possible.

7Le parti pris de Frémion, est, quant à lui, indéniable. Les anarchistes y sont présentés en héros. Nous pouvons à cet égard citer la section entière intitulée "le terrorisme anarchiste à la fin du XIXème siècle", où les attentats les plus spectaculaires sont présentés de manière tout à fait légère, avec quelques anecdotes d'époque, comme la fameuse sentence de Vallès "Quel imbécile, il a fait peur à Kiki !" à propos de l'attentat manqué contre Edouard Benoît, son voisin.

8Il montre donc avec plaisir l'activité anarchiste du XIXème. Il ne faut pas oublier que c'est ce siècle même qui a vu naître et porté les plus grands anarchistes, que l'on parle de Bakounine, Kropotkine et même de Proudhon. Cela dit, nous pouvons émettre un reproche à cet ouvrage, à savoir le manque de relation entre les faits et les théories. En effet, l'auteur s'appuie sur des faits et des paroles, mais ne fait pas vraiment le rapprochement avec les grands théoriciens. Même si la "terreur anarchiste" est expliquée à merveille, et que de fait nous comprenons les intentions et les pensées sous-jacentes, une précision concernant les grandes thèses anarchistes aurait pu être fourni. Pour un lecteur n'ayant pas situé l'anarchie politiquement et ne voyant en cela qu'un chaos social et un désordre innommable, l'ouvrage pourra paraître comme une simple apologie de mouvements terroristes, même si l'accent est mis sur les exactions de l'administration. Les procès politiques, les tortures infligées aux anars ainsi que l'injustice dont ils étaient victime est dépeinte avec une précision terrifiante.

9Tout l'ouvrage sert donc a justifier, expliquer et situer la révolte du bagne, histoire oubliée de la majorité comme nous l'avons dit précédemment. Cette révolte a certes été d'une ampleur relativement restreinte, mais la cruauté administrative y est présentée comme un crime resté impuni. En effet, la presse a bien vite oublié la révolte des îles guyanaises au profit d'une affaire au moins d'égale importance, celle de Dreyfus. Même si ce dernier s'est retrouvé sur les îles ayant été le théâtre d'une répression sanglante et injuste, l'administration et les médias ont cru bon d'étouffer toute cette horrible affaire, afin d'éviter au gouvernement un autre fait sordide noircissant encore le tableau historique d'un pays prétendument respectueux des droits de l'Homme.

10En publiant ce livre à cette époque, Frémion, chroniqueur chez "fluide glacial" et essayiste, nous montre la nécessité de s'indigner constamment des injustices, et d'en parler, de s'en souvenir, afin de se rappeler que nos grandes démocraties occidentales ne sont pas non plus innocentes et absolument propres. Le rapprochement avec d'autres procès politiques, comme celui des accusés de Tarnac, par exemple, est obligatoirement fait dans l'esprit du lecteur. Ainsi, ce livre nous amène à réfléchir sur la justice d'un système en place, et ficelé de manière à ce que, comme le pense Monsieur Lordon, les dominés désirent ce que désirent d'eux les dominants...

Haut de page

Notes

1 La propagande par le fait consistait à commettre des actes jugés criminels contre la bourgeoisie ou la bureaucratie en place pour la faire vaciller. La propagande par le fait était l'expression d'un mouvement politique, mais d'un désespoir profond.

2 Corps de lois visant à interdire, dénoncer, juger de manière expéditive puis punir les anarchistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Poncelet, « Yves Frémion, Léauthier l'anarchiste. De la propagande par le fait à la révolte des bagnards (1893-1894) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 avril 2011, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5234

Haut de page

Rédacteur

Alexandre Poncelet

Étudiant à l'Université de Reims Champagne-Ardennes

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page