Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Bruno Amable, La résistible ascen...

Bruno Amable, La résistible ascension du néolibéralisme. Modernisation et crise politique en France (1980-2020)

Stéphane Olivesi
La résistible ascension du néolibéralisme
Bruno Amable, La résistible ascension du néolibéralisme. Modernisation capitaliste et crise politique en France 1980-2020, Paris, La Découverte, coll. « Économie politique », 2021, 350 p., traduit de l'anglais par Christophe Jaquet, préface de Cédric Durand, EAN : 9782348068904.
Haut de page

Texte intégral

1La tonalité brechtienne du titre de l’ouvrage invite à établir un parallèle difficilement justifiable entre le « néolibéralisme » et le fascisme de l’entre-deux-guerres. On préférera par conséquent son sous-titre, plus précis et plus explicite : Modernisation capitaliste et crise politique en France. C’est en effet l’objet du livre de Bruno Amable, professeur d’économie politique à l’université de Genève, qui se propose de sonder l’évolution des rapports entre la dynamique de l’économie et les équilibres sociopolitiques politiques en France pour la période récente (1980-2020). L’auteur postule que l’étude d’un cas (en l’occurrence, celui de la France) et du modèle qui s’y rattache « peut permettre d’expliquer une large part de l’évolution du capitalisme en général » (p. 6). Dès l’introduction, il prend également ses distances avec la litanie critique qui veut que tous les maux de notre société découlent de l’emprise idéologique du libéralisme ; mouvements anti-capitalistes, essais divers et variés, mais aussi travaux universitaires se servent en effet de cette référence éculée comme d’un chiffon rouge garant de quelques succès d’audience à peu de frais.

2Le premier chapitre du livre « présente des éléments qui prouvent que des changements économiques et politiques se sont produits en France depuis le début des années 1980 » (p. 15) afin de mettre en lumière l’existence d’une « crise systémique ». Le deuxième chapitre propose de ressaisir le leitmotiv de la nécessaire modernisation de l’État pour saisir les racines historiques du « néolibéralisme ». Le troisième chapitre traite en particulier du début des années quatre-vingt avec les gouvernements successifs de Pierre Mauroy et de Laurent Fabius. Le quatrième chapitre se centre sur la présidence de François Hollande qui, d’après l’auteur, « marqua l’aboutissement d’une stratégie de long terme de l’aile droite de la prétendue gauche de gouvernement » (p. 17) ; outre le caractère plus polémique que scientifique de cette proposition, le lecteur s’interroge évidemment sur la vision du jeu et/ou du champ politique, sur la conception des acteurs ainsi que sur le fonctionnement des institutions que l’auteur engage comme allant de soi. Enfin, le dernier chapitre traite des débats politiques et économiques qui ont scandé la présidence d’Emmanuel Macron. L’ouvrage suit donc un cheminement historique, l’argumentation s’ordonnant à un schème téléologique pour mettre au jour les ressorts de la conquête idéologique et politique du « néolibéralisme ».

3Le chapitre 1 se base sur la mobilisation de nombreuses données quantitatives (fournies essentiellement par l’OCDE). Il s’attache à resituer « le malaise » français en regard de l’évolution des principales économies mondiales (États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Italie, Japon…) sur les quatre ou cinq dernières décennies, engageant quelques éléments de compréhension à ce qui est vécu sur le mode d’un déclin économique ou d’un déclassement du pays. L’auteur revisite les nombreux commentaires d’économistes mais aussi d’essayistes et d’acteurs engagés dans l’économie, qui portent sur la financiarisation, sur la nécessité de réformer du marché du travail, sur la libéralisation des marchés des services et des biens. Il évoque en conclusion de ce chapitre une « crise politique et même systémique en France » (p. 66) sans que l’on puisse clairement entrevoir à quel type de phénomènes cette « crise systémique » renvoie.

4Le chapitre 2 se propose de retracer la genèse du néolibéralisme. Sous l’angle théorique et/ou doctrinal, le travail d’investigation se résume à l’évocation succincte de trop rares auteurs parmi lesquels figure Michel Foucault, qui aurait pu être plus amplement mobilisé et discuté sur ce point. Sous l’angle de l’histoire politique, l’auteur remonte aux guerres successives de la France contre l’Allemagne, en particulier à la défaite de 1940, pour rappeler les formes de réactions nationales et politiques qui en ont découlée. De ce fait, rien dans la démonstration ne prouve que les politiques publiques des années 1970 puis 1980 en France se soient directement inspirées de la pensée néolibérale de l’école autrichienne. L’auteur revisite ensuite, en quelques pages, l’histoire des gauches durant cette période, avec évidemment le Programme commun, le mitterrandisme et la « deuxième gauche », dont il restitue les traits marquants…

5Le chapitre 3 commence par rappeler les débats qui ont scandé le premier septennat de François Mitterrand au point de diviser le gouvernement autour de l’éventuelle sortie du SME (système monétaire européen), qui aurait permis de mener une politique de relance économique. Développant une vision de l’action publique très largement conforme à celle qu’en donnent les acteurs politiques et les commentateurs de la vie publique, l’auteur se focalise ensuite sur le tournant de la rigueur pris en 1983. Il en souligne l’importance afin de cerner le rôle joué par la deuxième gauche autour de la figure de Michel Rocard, mais aussi par la CFDT et le syndicalisme chrétien dont Jacques Delors était issu, ou encore par la Fondation Saint-Simon. La démonstration de l’auteur fait apparaître que le néolibéralisme ou, plus précisément, certaines inflexions libérales des politiques publiques ont davantage été portées par des acteurs issus de la gauche que par la droite, dont l’échec du gouvernement de Jacques Chirac en 1986-88 aurait durablement émoussé les velléités réformatrices.

6Le chapitre 4 porte sur la période récente du quinquennat de François Hollande. Il débute par l’évocation du rôle joué par Terra Nova dans le positionnement politique du PS, invité à délaisser un monde ouvrier déjà largement en déclin. Il prête ainsi à ce think tank une influence que ce dernier n’oserait vraisemblablement pas revendiquer. La suite est connue et l’auteur préfère rappeler le parcours politique de François Hollande, ses positions successives en matière économique, afin d’expliquer ce que fut son quinquennat. L’auteur insiste sur ce qu’il perçoit – sans le dire plus ouvertement – comme un dévoiement « bourgeois » de ce qu’il appelle la « gauche de gouvernement » : « L’orientation néolibérale du quinquennat fut particulièrement flagrante après la nomination au poste de Premier ministre, en 2014, de Manuel Valls » (p. 204). Le lecteur revisite ainsi le moment politique El Khomri / Macron avec « la loi travail » qui constitua, sous cet angle, l’apogée du quinquennat de François Hollande.

7Empruntant à Gramsci (qui n’est pourtant jamais cité dans l’ouvrage) la notion de bloc historique, l’auteur prolonge sa démonstration pour clore son ouvrage d’un cinquième et dernier chapitre consacré à ce qu’il appelle le « bloc bourgeois » et à son incarnation en la personne d’Emmanuel Macron. Promoteur d’une transformation néolibérale du modèle socioéconomique français, le successeur de François Hollande réaliserait à sa manière ce que d’autres avant lui n’avaient qu’esquissé ; ces derniers ne parvenaient pas jusqu’alors à capter un électorat bourgeois aussi bien de gauche que de droite, lui servant d’assise politique. La représentation des salariés dans les entreprises, les réformes de l’assurance chômage et des retraites constituaient les défis auxquels le libéralisme réformateur du nouveau Président invitait à s’attaquer.

8Au terme de l’ouvrage, le lecteur – plus modestement, l’auteur de ces lignes – ne peut que soulever ce singulier paradoxe qui consiste à soutenir la thèse d’un asservissement au libéralisme après la crise du Covid, qui a pourtant donné lieu non seulement à une limitation jusque-là inconnue des libertés individuelles (ne serait-ce que la très modeste liberté d’aller et venir en journée) mais aussi à une mise sous tutelle étatique de la quasi-totalité de l’économie. Plus essentiel, il doit avouer sa perplexité face au recours incontrôlé et systématique à des prénotions (« deuxième gauche », « modèle archétypal », « perte de cohésion », « cohérence systémique », « crises récurrentes », « retour de l’État », « gauche traditionnelle », « gauche radicale », « bloc social dominant », « accumulation du pouvoir », « néolibéralisme », « idéologie », « groupe social », etc.) qui donnent le sentiment d’un flottement généralisé du discours et d’une absence de prise sur la réalité. De nombreuses propositions ne paraissent ni vraies, ni fausses en raison de leur degré de généralité et de leur absence d’étayage empirique. On regrette par conséquent que l’argumentation ne s’inscrive ni dans le domaine de la théorie politique, ni dans celui de la sociologie politique, ni enfin dans celui de l’économie politique tout en prétendant survoler et mêler ces domaines de la connaissance. Bref, un ouvrage que l’on peut lire comme un énième essai critique sur le libéralisme et qui, à la manière des essais produits par des commentateurs de la vie publique, revisite l’histoire politique contemporaine française…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Olivesi, « Bruno Amable, La résistible ascension du néolibéralisme. Modernisation et crise politique en France (1980-2020) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 15 novembre 2021, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/52344 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.52344

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search