Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Hervé Mazurel, L'inconscient ou l...

Hervé Mazurel, L'inconscient ou l'oubli de l'histoire. Profondeurs, métamorphoses et révolutions de la vie affective

Raphaël Gallien
L'inconscient ou l'oubli de l'histoire
Hervé Mazurel, L'inconscient ou l'oubli de l'histoire. Profondeurs, métamorphoses et révolutions de la vie affective, Paris, La Découverte, coll. « Écritures de l'Histoire », 2021, 590 p., ISBN : 9782707197085.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 De Certeau Michel, Histoire et psychanalyse entre science et fiction, Paris, Gallimard, 1987.
  • 2 Le Roy Ladurie Emmanuel, Les paysans du Languedoc, Paris, Flammarion, 1966 ; Besançon Alain, Le Tsa (...)
  • 3 Mazurel Hervé, Kaspar l’obscur ou l’enfant de la nuit. Essai d’histoire abyssale et d’anthropologie (...)

1Depuis les écrits de Michel de Certeau1, rares ont été les historiens à affronter l’épineuse question de la relation entre histoire et psychanalyse. Il faut dire que les premiers usages de la psychanalyse par des historiens – pensons par exemple aux travaux d’Emmanuel Le Roy Ladurie ou d’Alain Besançon2 – témoignent des pièges qui les guettent lorsqu’ils adossent leurs réflexions à des concepts analytiques, entre écueil de l’anachronisme et interprétations psychologisantes. C’est une autre voie autrement plus intéressante que propose Hervé Mazurel, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Bourgogne, dans cet ouvrage issu de son habilitation à diriger des recherches. Le livre prolonge sur un versant plus théorique un précédent volume plus empirique, qui questionnait, à travers l’étude de la trajectoire de Kaspar Hauser, l’épaisseur historique de l’individu et sa relation sensible au monde3. Dans ce dernier ouvrage de presque six-cents pages, l’auteur déconstruit le caractère prétendument anhistorique et universel de l’inconscient, tout en renouant les fils qui rattachent la psychanalyse aux sciences sociales en général et à l’histoire en particulier. À l’heure où l’apport de la psychanalyse est de plus en plus contesté, ce retour en historien sur ses concepts centraux dessine plusieurs pistes de recherche qui pourraient résulter du dialogue renoué entre historiens et psychanalystes.

2H. Mazurel commence par revenir de manière très convaincante sur la résistance de la psychanalyse à toute forme d’historicisation. Certes, les premiers développements de Freud furent subversifs, déconstruisant l’emprise de la famille, de la morale ou du travail dans la société viennoise de la fin du XIXe siècle. Mais cet héritage s’estompe rapidement. Les jalons sociopolitiques qui bordent l’individu sont occultés au profit d’un théâtre psychique privé articulé à la seule trame familiale (chapitre 1). Rejoignant ici ce qui fut soulevé dès les années 1980 par le sociologue Robert Castel, H. Mazurel démontre que cette cécité empêche la psychanalyse de prendre en compte les transformations contemporaines de l’individu. Progressivement, la discipline s’enferme dans des invariants (œdipe, castration, etc.) adossés à l’évolutionnisme du XIXe siècle (chapitre 4). Cette idéalisation métaphysique de l’individu, que l’on peut aussi rattacher à l’influence du kantisme de l’époque, se traduit notamment sur le plan théorique par la réification de la libido sur le social : tout en redéfinissant la question de la sexualité et en redistribuant les frontières du normal et du pathologique, Freud fige la question du désir et de ses représentations. L’exemple du sort réservé aux femmes dans la théorie freudienne est significatif, elles qui sont toujours représentées comme le négatif de l’homme – en manque de pénis. Ainsi, alors même que des psychanalystes comme Mélanie Klein ou Hélène Deutsch ont essayé de renouveler cette lecture, que des philosophes comme Paul B. Preciado, et avant lui Michel Foucault, ont insisté sur le caractère historiquement situé et patriarcal de ces représentations, que des historiens, tel Alain Corbin, ont montré que sexualités et sensibilités ne cessent de se transformer au fil des siècles, que des hellénistes, à l’image de Jean-Pierre Vernant, ont démontré que la convocation freudienne de l’Antiquité comme support théorique relève d’une pure construction, la discipline reste bien souvent incapable de penser ces métamorphoses (chapitres 8 et 11). L’agressivité et la violence n’échappent pas à ces transformations, la pulsion de mort n’étant pas moins à historiciser (chapitre 9).

3La démarche freudienne a toutefois permis de poser un premier regard sur des questions alors inédites. Après Freud, les travaux des historiens ou des anthropologues sur l’intime, la sexualité et la famille se multiplient. Au-delà des objets d’étude, la psychanalyse entraine une transformation de la représentation du temps : elle n’est plus linéaire mais s’articule en une multitude de couches qui se façonnent réciproquement et qui laissent une pluralité de traces plus ou moins accessibles (post-scriptum 1). La méthodologie à « hauteur d’hommes » qu’empruntent psychanalystes et certains courants historiographiques, la quête de détails en apparence anodins mais en réalité hautement significatifs, constituent autant de liens entre les deux disciplines (chapitre 3).

4Les chapitres qui réarticulent la question de l’inconscient à celle de la culture sont salutaires à plus d’un titre. H. Mazurel commence par revenir sur l’hermétisme de Freud à toute anthropologie. L’interpellation connue de l’anthropologue Bronisław Malinowski quant à l’inexistence de l’Œdipe chez les populations des îles Trobriand témoigne de la difficulté de Freud – et plus largement de la psychanalyse – à s’extraire des schémas viennois. Georges Devereux, fondateur de l’ethnopsychanalyse, tout en défendant une plus grande attention portée à la culture, ne cherche en réalité qu’à retrouver les théorisations freudiennes que dissimuleraient différents patterns culturels (chapitre 12). Progressivement, avec la psychanalyse, la culture se fige. Toutefois, H. Mazurel considère que « l’idée de culture n’en doit pas moins demeurer un horizon régulateur » (p. 253) dans la compréhension de l’inconscient et de son historicité. En croisant les travaux d’Alban Bensa, de Clifford Geertz, de Carlo Ginzburg ou de Marshall Sahlins, l’auteur redéfinit la culture comme une toile d’identifications, sans cesse en évolution, à l’intérieur de laquelle la psyché se trouve prise (chapitre 7). Chaque exemple mobilisé n’est donc « qu’un cas parmi les cas » (p. 255), d’où la nécessité d’une approche compréhensive, à l’inverse d’une quête de lois prétendument immuables qui structureraient l’inconscient. C’est ainsi s’extraire d’une conception anhistorique de l’individu qui, après Freud, fut renforcée par le courant lacanien, lui-même issu du structuralisme de Lévi-Strauss rétif à tout effet de conjoncture – et l’auteur de rappeler quelques pages plus loin à quel point Lacan rejetait radicalement toute historicité (p. 530). H. Mazurel propose ainsi de reconceptualiser la notion de personnalité en mobilisant les apports des historiens et des sociologues qui donnent corps à l’individu. Abondamment convoquée tout au long de l’ouvrage, l’œuvre de Norbert Elias, contemporain et lecteur assidu de Freud, permet de resociologiser la plupart des concepts psychologiques : « la thématique éliasienne du processus civilisateur […] s’était inscrite dès l’origine dans la problématique freudienne de Malaise dans la civilisation et dans une discussion argumentée et jamais interrompue avec elle » (p. 162). Relire l’habitus bourdieusien à partir d’Elias permet également d’insister sur le caractère historiquement situé des émotions les plus intimes (chapitre 5 et 6). H. Mazurel va jusqu’à se demander si le concept freudien de sublimation n’est finalement pas l’autre nom du concept sociologique de socialisation (post-scriptum 3).

5D’autres, tels Cornelius Castoriadis, analyste lui-même, n’ont pas manqué de remettre en question cette invariabilité de l’inconscient (chapitre 13). En privilégiant la notion d’imaginaire à celle du symbolique, Castoriadis a insisté sur le fait « que les structures sont elles-mêmes le produit d’une histoire » (p. 532). Quant à l’historien Michel de Certeau, il est probablement celui qui a pointé avec le plus d’attention le risque d’un « transfert sauvage, sans effort de traduction, sans travail de reconstruction disciplinaire » qui guette celui cherchant « à tout prix des Œdipes, des surmoi ou des castrations » (p. 72-73) à travers des temporalités et des géographies différentes (chapitre 2). À la différence du psychanalyste Carl G. Jung, De Certeau a par ailleurs identifié le risque que court celui qui tend à rabattre l’individuel sur le collectif. Avec lui, c’est donc bel et bien au mouvement inverse que nous invite H. Mazurel : non pas chercher une formation collective inconsciente qui surplomberait l’individu, mais être attentif aux troubles d’époque qui traversent l’individu et dessinent les frontières anonymes d’une sensibilité historiquement située (post-scriptum 2). Même les moments « paroxystiques », les plus violents et traumatisants, ces « obscures régions de l’histoire » (p. 363), doivent conduire les chercheurs à réarticuler ces évènements à une économie psychique particulière, bien plus complexe que la simple pulsion de mort, afin de redonner sens à ces épisodes et ainsi comprendre le cadre historique sous-jacent (chapitre 10).

  • 4 Zempléni András, L’interprétation et la thérapie traditionnelle du désordre mental chez les Wolof e (...)

6En refermant le livre, une question subsiste : dans quelles directions concrètes s’engager désormais ? L’aspect théorique de l’ouvrage, multipliant les décentrements disciplinaires, bien que toujours au service du travail de l’historien, peut en effet déconcerter. Les dernières pages du livre esquissent quelques pistes concrètes (post-scriptum 4 et 5). H. Mazurel propose par exemple de se saisir du matériau laissé par le psychanalyste, non pour une histoire des savoirs, déjà largement pratiquée, mais pour les traces qu’il contient quant à l’épaisseur du social dans la dramaturgie du quotidien. En somme, faire des lignes psychanalytiques une voie pour une histoire des régimes sociopolitiques du modelage, des régulations et des contentions de l’affectivité et des psychés selon les époques et les localités. À défaut d’une bibliographie finale qui aurait occupé une place déraisonnable, un index aurait été bienvenu. Par ailleurs, on se plait à imaginer ce qu’aurait pu donner un dialogue plus serré avec certains travaux absents dans l’ouvrage, par exemple ceux d’András Zempléni quant au rôle du collectif dans la mise en forme du pathologique, ou, plus récemment, ceux de Michael S. Roth quant à la spatialité de la mémoire4. Mais la somme du travail est déjà considérable et rares sont les ouvrages en mesure de dessiner des perspectives si prometteuses. Face à un inconscient progressivement fossilisé par la psychanalyse, le travail d’Hervé Mazurel apparait comme un contrepoint précieux et désormais indispensable pour qui s’intéresse à l’une ou l’autre de ces questions.

Haut de page

Notes

1 De Certeau Michel, Histoire et psychanalyse entre science et fiction, Paris, Gallimard, 1987.

2 Le Roy Ladurie Emmanuel, Les paysans du Languedoc, Paris, Flammarion, 1966 ; Besançon Alain, Le Tsarévitch immolé. La symbolique de la loi dans la culture russe, Paris, Plon, 1967.

3 Mazurel Hervé, Kaspar l’obscur ou l’enfant de la nuit. Essai d’histoire abyssale et d’anthropologie sensible, Paris, La Découverte, 2020 ; compte rendu d’Alexandre Klein pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.47120.

4 Zempléni András, L’interprétation et la thérapie traditionnelle du désordre mental chez les Wolof et les Lebou (Sénégal), Thèse de 3e cycle, Université de Paris, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, 1968 ; Roth Michael S., Memory, Trauma, and History. Essays on Living with the Past, New York, Columbia University Press, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Gallien, « Hervé Mazurel, L'inconscient ou l'oubli de l'histoire. Profondeurs, métamorphoses et révolutions de la vie affective », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 15 novembre 2021, consulté le 09 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/52349 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.52349

Haut de page

Rédacteur

Raphaël Gallien

Doctorant contractuel en histoire au sein du laboratoire CESSMA et rattaché à l’université de Paris. Sa thèse est consacrée à une histoire sociale et politique de la folie à Madagascar au XXe siècle.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search