Navigation – Plan du site

François Dubet, A quoi sert vraiment un sociologue ?

Eric Keslassy
A quoi sert vraiment un sociologue ?
François Dubet, A quoi sert vraiment un sociologue ?, Armand Colin, coll. « Dites-nous », 2011, 192 p., EAN : 9782200257675.
Haut de page

Texte intégral

1Une nouvelle collection intitulée « Dites-nous » se propose d’examiner l’utilité des sciences humaines. Cet ouvrage se présente donc de la façon suivante : « Dites-nous » M. Dubet, A quoi sert vraiment un sociologue ? La réponse de l’auteur est passionnante : utilisant à la fois son parcours personnel, ses travaux académiques ou politiques, en même temps que des références à la sociologie classique, François Dubet déploie une argumentation à la fois attrayante et instructive. Si cet ouvrage paraît d’abord s’adresser à l’étudiant de sociologie (ou qui aspire à l’être), il peut intéresser tous les honnêtes hommes qui veulent comprendre pourquoi la sociologie est de plus en plus sollicitée pour éclairer l’opinion publique.

2François Dubet ouvre son livre en expliquant pourquoi, selon lui, la sociologie est utile, d’abord parce qu’elle offre une lecture scientifique du comportement des hommes en sociétés. En d’autres termes, la sociologie permet au corps social de se connaître, ce qui est une nécessité dans un monde moderne. Elle peut néanmoins le faire de différentes manières (ce qui autorise d’ailleurs à la considérer comme une discipline plurielle) : certains sociologues veulent avant tout dévoiler les mécanismes de domination ; pour d’autres, il s’agit avant tout d’accroître le niveau de rationalité des sociétés et participer de sa bonne organisation : révéler les blocages, les effets pervers et les modèles culturels qui peuvent empêcher de saisir la « réalité » sociale telle qu’est ; enfin, des sociologues préfèrent insister sur l’intervention des sociologues dans la formation même des acteurs sociaux : élever le niveau de conscience des agents pour faire émerger les nouveaux mouvements sociaux. Le familier des théories sociologiques aura reconnu que la première approche ressemble à celle de Pierre Bourdieu, la seconde à celle de Raymond Boudon et la troisième à celle d’Alain Touraine. L’« ensemble sociologie » n’est évidemment pas aussi structuré et de nombreux auteurs empruntent à chacune des trois voies – ce qui donne d’ailleurs le sentiment que la recherche sociologique est très hétérogène.

3Comme la sociologie est de plus en plus souvent appelée à proposer son expertise sur les « questions de société », elle est relativement contestée, principalement sur un mode politique : les idéologues de chacun de des deux camps sont prompts à en dénoncer les conclusions puisqu’elles cherchent précisément à s’éloigner des raisonnements idéologiques. Si, comme l’affirme François Dubet, la sociologie n’est pas en « crise » autant qu’on le croit, c’est aussi parce que ses adversaires ne l’attaquent plus pour contester ses fondements scientifiques – mais pour récuser des analyses qui ne s’adaptent pas à leur vision du monde.

4Toutefois, l’auteur met en garde le lecteur : il existe une « bonne sociologie » – et donc une « mauvaise » –, à savoir celle qui se méfie de qui se méfie de l’évidence des faits et qui se donne pour objectif de ne produire que des connaissances solides. Un sociologue formule des hypothèses de recherche, mène une enquête (souvent dite « de terrain ») et tente d’établir des mécanismes, des structures et des systèmes (qui se rapprochent des lois de la physique par exemple). La sociologie permet de mettre en lumière des « lois sociales ».

5Après avoir montré que la sociologie est « naturellement » critique et peut tout à fait s’intéresser à l’individu, François Dubet décide de faire le point sur certains de ses thèmes de recherche : la justice sociale et le système scolaire. Il fait part de ses hésitations et de certaines de ses méthodes, ce qui nous permet d’entrer dans une sorte de « quotidien » du sociologue.

6Enfin, l’auteur tente de rendre compte des « cibles » du sociologue : à qui s’adresse t-il ? Pour commencer, à un lecteur, bien sûr, mais celui-ci n’est pas toujours facile à atteindre. Aussi, le chercheur est-il fortement dépendant de médiateurs comme les médias, ce qui n’est pas sans conséquences sur la façon dont sont retranscrites ses positions. Comme le « filtre » journalistique n’est pas toujours satisfaisant, les sociologues cherchent de plus en plus à se présenter directement à l’opinion publique en publiant des tribunes dans les grands journaux ou en tenant des blogs sur Internet (l’expérience de Dubet en la matière a tourné court !). Les sociologues peuvent aussi être directement sollicités par les politiques qui leur demandent des rapports ou encore de participer à l’élaboration des programmes par le biais des think tanks.

7A quoi sert vraiment un sociologue ? est un livre captivant tant il mêle une théorie de la sociologie à l’expérience pratique de l’auteur. Au fond, à chaque fois qu’un principe est théorisé, nous avons la chance d’avoir un récit de sa mise en application par un sociologue de renom. L’objectif est atteint : après avoir refermé l’ouvrage, il paraît difficile de résister à l’attrait de la sociologie !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « François Dubet, A quoi sert vraiment un sociologue ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 23 avril 2011, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5237

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page