Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Christian de Montlibert (dir.), «...

Christian de Montlibert (dir.), « La vie universitaire », Regards sociologiques, no 56, 2020

Jean Bernatchez
La vie universitaire
Christian de Montlibert (dir.), « La vie universitaire », Regards sociologiques, n° 56, 2e semestre 2020, 180 p., Créchy, Association Regards sociologiques, ISSN : 1164-0871.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir la biographie de Christian de Montlibert, professeur émérite de sociologie de l’Université de (...)
  • 2 Tous les articles sont accessibles gratuitement en libre accès sur le site de la revue : http://www (...)

1Ce numéro de Regards sociologiques, coordonné par le fondateur et directeur de cette revue1, porte un regard critique et pluriel sur la vie universitaire en France et ailleurs. La revue permet aux chercheurs confirmés et à ceux et celles de la relève de se côtoyer dans cet espace savant qui embrasse l’univers des sciences sociales, au-delà de ses disciplines constitutives. Le numéro propose huit contributions associées au thème et signées par dix auteurs, ainsi qu’une contribution hors-thème2. La critique du modèle de l’université néolibérale est le grand vecteur de toutes ces contributions.

2Christian de Montlibert campe la problématique de la transformation de l’enseignement supérieur en dressant un parallèle avec la gestion d’une entreprise privée. Déjà en 1917, Max Weber voit poindre ce phénomène, qui s’affirme maintenant en contexte néolibéral. « Appliquer les modèles du management des entreprises privées à l’Université est […] un des objectifs des réformes en cours et la transformation du président d’université en manager un impératif de cette vision du monde » (p. 11). Les politiques et les orientations mises en œuvre restreignent l’autonomie universitaire en réduisant la collégialité et en renforçant la domination hiérarchique. Dans l’espace européen, une activité discursive intense contribue de plus à reléguer le modèle de l’université traditionnelle dans un passé archaïque. En opposition, l’université moderne est vue comme étant souple, dynamique et efficace. Les réformes traduisent une guerre symbolique contre le système éducatif et culturel traditionnel afin de le transformer dans la perspective de mieux servir les intérêts de l’économie capitaliste. Il y a affrontement de deux mondes et celui de l’entreprise tend à s’imposer de manière hégémonique. Le président d’université est la clé de voute des réformes qui se déploient grâce à trois dynamiques complémentaires : la managérialisation, la marchandisation et la professionnalisation. « [T]out se passe comme si dans une situation historique où le champ économique tend à imposer ses principes comme principes universels, le statut des intellectuels, leurs organisations démocratiques, leurs manières de penser, leurs manières de faire même, apparaissent comme inadaptés, archaïques et dangereux pour l’ordre social » (p. 25).

  • 3 Pierre Dardot, Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Pari (...)

3Elsa Boulet, sociologue et chercheuse au Conservatoire national des arts et métiers, illustre ce phénomène en s’appuyant sur les résultats de son étude réalisée à l’Université de Ghimwall (nom fictif) en Angleterre. À son avis, l’Angleterre représente un des cas les plus achevés de marchandisation de l’enseignement supérieur en Europe. Le contexte est celui du néolibéralisme défini « comme l’ensemble des discours, des pratiques, des dispositifs qui déterminent un nouveau mode de gouvernement des hommes selon le principe universel de la concurrence »3. L’Université de Ghimwall est un cas critique au sens où il traduit bien un phénomène observé plus généralement. L’enquête, fondée sur plusieurs méthodes d’investigation, rend compte d’une « organisation encore fortement régulée par l’État mais […] orientée vers la recherche du profit et le maintien de sa position sur des marchés de l’éducation et de la recherche concurrentiels » (p. 36).

4Christophe Charle, professeur émérite d’histoire contemporaine de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, voit d’ailleurs dans le fait que les universités soient assimilées à des firmes un des biais des méthodes permettant de classer les universités et les universitaires. Son article retrace d’abord l’histoire des classements universitaires, puis en propose ensuite une critique radicale. Initiés aux États-Unis à compter des années 1980, les classements gagnent en popularité en Europe de manière exceptionnellement rapide à partir des années 1990 dans le contexte du déploiement de l’espace européen de l’enseignement supérieur. Cela s’explique par l’augmentation des flux d’étudiants internationaux et la mondialisation universitaire tributaire de l’émergence de nouveaux pôles en Asie orientale et en Amérique du Sud. Bien que les biais méthodologiques des classements soient légion, ces classements contribuent à orienter le développement des universités. Christophe Charle parle d’une intoxication mentale qui réussit à conquérir les espaces de réflexion sur l’université.

5Hugo Harari-Kermadec, maître de conférences en économie à l’École normale supérieure Paris-Saclay, et Mélanie Sargeac, doctorante en sociologie à l’Université Paris Nanterre, s’intéressent au fonctionnement de la plateforme nationale Parcoursup4 qui permet la préinscription en première année de l’enseignement supérieur en France. Leur analyse factorielle multiple des populations étudiantes des établissements franciliens contribue au constat que cette plateforme consolide la répartition inégalitaire des étudiants et des étudiantes et renforce la différentiation des établissements de la région parisienne.

6Jérôme Tourbeaux, docteur en démographie et ingénieur de recherche au ministère français de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, tire profit de son expertise en statistiques pour démontrer une double structuration sexuée de l’enseignement supérieur en France. D’abord, les femmes sont majoritaires dans les disciplines littéraires et les humanités, mais minoritaires dans les disciplines scientifiques et techniques. Ensuite, les maîtresses de conférences soutiennent moins d’habilitations à diriger des recherches menant au professorat, malgré qu’elles aient des taux de réussite équivalents à ceux des hommes. Cela s’explique par les socialisations genrées des individus. L’auteur suggère quelques pistes d’action : accentuer la prise de conscience de ces inégalités ; mener des campagnes de promotion pour encourager les femmes à postuler au professorat ; accorder plus de crédit aux activités d’enseignement dans lesquelles les femmes s’investissent plus que les hommes.

7Charle Soulié, maître de conférences en sociologie de l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, s’intéresse aux croyances religieuses des étudiants et des étudiantes de son université. Celle-ci a la réputation d’être campée très à gauche sur l’axe politique et d’être un foyer du tiers-mondisme en France. C’est aussi l’université française qui a le taux le plus élevé d’étudiants étrangers. L’auteur distingue trois types de populations étudiantes : « celle des héritiers (lointains) de la tradition politico intellectuelle critique vincennoise dont se réclament aussi nombre d’enseignants les plus à gauche […], celle des enfants d’immigrés et enfin celle des étrangers » (p. 108). Ces groupes n’entretiennent pas le même rapport à la religion. L’auteur observe les mutations du catholicisme et le dynamisme de religions comme l’islam et le protestantisme évangélique, particulièrement dans les zones dominées des espaces sociaux et universitaires.

8Paula Cossart, maîtresse de conférences en sociologie de l’Université de Lille, et Pacôme Hollestelle, ancien responsable d’une tendance d’opposition à l’Union nationale des étudiants de France (UNEF) à Lille, proposent une analyse de la construction des tendances au sein de l’UNEF. Ils mettent la focale sur le congrès local de Lille de 2009, où s’est jouée une farouche lutte de tendances. Les auteurs observent que le système de tendances contribue à figer les clivages et à s’écarter des objectifs communs. Les congrès de l’UNEF sont des moments qui institutionnalisent une guerre ouverte entre les différentes tendances.

  • 5 Pour une définition du concept d’illusio de Pierre Bourdieu, voir Gilles Sarter, « L’illusio de Bou (...)

9Charles Soulié et Graziela Perosa, professeure de sociologie de l’éducation de l’Université de São Paulo, rendent compte d’une expérience pédagogique réalisée dans leurs universités respectives afin de susciter l’intérêt pour les sciences sociales. Les étudiants et les étudiantes sont conviés à explorer leurs histoires de famille et les facteurs qui déterminent le choix de leurs conjoints. Ils sont invités à construire leurs arbres généalogiques. « En rapportant cette expérience pédagogique, notre objectif est de contribuer à alimenter la réflexion collective autour des pratiques d’enseignement, comme de renforcer l’illusio5 pédagogique de chacun à une époque où nombre d’universitaires doutent de leur fonction, métier » (p. 165).

10En complément à la thématique du numéro, Nicolas Sembel, professeur de sociologie de l’éducation de l’Université d’Aix-Marseille, convie à une relecture sociologique des rapports entre Émile Durkheim et Marcel Mauss, entre l’Europe et l’Allemagne, dans la perspective de distinguer le biographique du sociologique et le politique du scientifique.

11Ce 56e numéro de Regards sociologiques s’inscrit dans une tradition éditoriale bien établie depuis sa création en 1991. Les textes de chercheurs de grande réputation côtoient ceux de chercheurs novices. L’ensemble de l’œuvre est plutôt harmonieux et bien intégré, mais certaines contributions présentent un intérêt beaucoup plus grand que d’autres. C’est le cas des articles de Christian de Montlibert et de Christophe Charle, de belles synthèses instructives et bien contextualisées. Certaines autres contributions sont fondées sur des enquêtes plus anciennes : celle de Soulié par exemple, sur la religion, mobilise des matériaux de 2004 et de 2005, et celle de Cossart et Hollestelle repose sur l’analyse de la dynamique du congrès local lillois de l’UNEF de 2009. Néanmoins, leur lecture demeure intéressante. En filigrane des différentes contributions, on devine l’influence des thèses de Pierre Bourdieu, ce qui peut séduire certains lecteurs et lectrices, mais en irriter d’autres.

Haut de page

Notes

1 Voir la biographie de Christian de Montlibert, professeur émérite de sociologie de l’Université de Strasbourg, sur le site de la revue Regards sociologiques : http://www.regards-sociologiques.fr/christian-de-montlibert.

2 Tous les articles sont accessibles gratuitement en libre accès sur le site de la revue : http://www.regards-sociologiques.fr.

3 Pierre Dardot, Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009, p. 6 ; compte rendu de Jean-Luc Metzger pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/910.

4 Voir le site de la plateforme Parcoursup : https://www.parcoursup.fr.

5 Pour une définition du concept d’illusio de Pierre Bourdieu, voir Gilles Sarter, « L’illusio de Bourdieu. Êtes-vous pris par le jeu ? », Sécession. Le Regard sociologique, 2017, en ligne : https://secession.fr/illusio-etes-vous-pris-par-le-jeu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bernatchez, « Christian de Montlibert (dir.), « La vie universitaire », Regards sociologiques, no 56, 2020 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 novembre 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/52569 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.52569

Haut de page

Rédacteur

Jean Bernatchez

Professeur en administration et politique scolaires, Université du Québec à Rimouski (Canada), groupe de recherche Apprentissage et socialisation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search