Navigation – Plan du site

Daniel Welzer-Lang, Chantal Zaouche-Gaudron, Masculinités : état des lieux

Elodie Santagiuliana

Texte intégral

  • 1 WELZER-LANG, D. (sous la direction de), « Introduction : les hommes en débats », dans Nouvelles app (...)
  • 2 COUSIN, O. « Un travail sans auteurs », dans Wierviorka, M. , op. cit., p.477-486.

1Ce recueil d’articles qui traite des hommes et du masculin est l’aboutissement d’un séminaire auquel ont été invités, au-delà du pivot central constitué par la sociologie et la psychologie, l’histoire, les sciences de l’art, la linguistique, la philosophie ou encore les sciences médicales. Les auteurs partent du constat que le modèle de l’homme viril a été mis à mal dans les années 1970, notamment par les courants féministes. La masculinité est aujourd’hui plurielle et mérite d’être étudiée. Pourtant, les hommes et le masculin restent encore un impensé de la réflexion critique sur le genre et ses constructions hiérarchisées. Cet ouvrage ouvre des pistes pour des recherches ultérieures. La première partie retrace les évolutions du masculin au cours du siècle. Les auteurs observent que la mobilité des identités, notamment masculines, s’inscrit plus globalement dans une société en transition où l’affirmation de son authenticité et de sa singularité consacrent l’homme moderne. Mais la permanence des représentations issues de la famille patriarcale engendrent une juxtaposition des modèles. L’angoisse générée par la remise en cause des idées reçues sur les genres réhabilite alors des standards qui ont l’avantage d’avoir fait leurs preuves. On assisterait donc à un double mouvement, à une polarisation des masculinités. L’étude du cas de pères au foyer montre la rémanence de normes qu’ils remettent en cause tandis que l’analyse de messages envoyés à une star du porno révèle un nouveau rapport au partenaire sexuel, dont la subjectivité est aujourd’hui prise en compte. Daniel Welzer-Lang nous enjoint à analyser la formation du genre masculin, dans une perspective compréhensive, pour s’en détacher et pouvoir enfin accéder à une égalité de fait entre femmes et hommes. Il insiste sur la nécessité d’étudier les cas dits marginaux afin de saisir les changements à l’œuvre dans notre société. L’entre-soi masculin est ensuite abordé dans une perspective diachronique, via l’étude de différentes « maisons-des-hommes »1 que constituent la boxe, le bar ou les commémorations de guerre. L’accent est mis sur le fait que la guerre a été un puissant vecteur de discrimination, celui-ci fournissant des alibis pour écarter les femmes du vote. C’est donc un portrait en demi-teinte du père moderne qui est tracé, tiraillé entre ses aspirations égalitaires et un système de représentation ancestral, hérité de la « famille verticale ». La naissance d’un enfant, encore vécue comme étape essentielle dans la vie d’une femme, renforcerait encore les identités sexuées. La seconde partie, consacrée à la sexualité, s’ouvre sur les relations entre identité et sexualité chez Foucault. On y (re)découvre une pensée singulière qui refuse de concevoir l’identité comme étant fixe et potentiellement saisissable dans l’acte sexuel. Il dénonce la réification de l’identité, processus qui aboutirait à l’aliénation et à la paralysie de l’homme, favorisant un retour à une sexualité traditionnelle s’appuyant sur une conception viriliste de l’homme. S’ensuit un chapitre sur la parentalité gay dans lequel Emmanuel Gratton soulève trois difficultés auxquelles sont confrontés les hommes homosexuels désirant avoir un enfant : le modèle biconjugal de la famille, celui du destin homosexuel qui veut que deux hommes ne peuvent avoir d’enfants, la prévalence maternelle, qui n’est malheureusement pas abordé. Plus généralement, l’auteur témoigne de l’épreuve que constitue l’affirmation publique de son homosexualité. Elle expliquerait en partie la propension plus élevée des jeunes hommes homosexuels à se suicider par rapport aux hétérosexuels. Fidèle à son ambition de rassembler différentes disciplines autour du thème de la masculinité, la troisième partie traite du « premier sexe » à la lumière de l’art et du langage. Par leur ancrage dans des domaines artistiques spécifiques, certains chapitres de cette partie peuvent ne susciter que modérément l’intérêt du lecteur. Michel Lehmann décrit de façon ésotérique les liens entre la voix et le corps, la tonalité et le genre dans l’opéra. C’est au milieu des musiciens intermittents, qu’il nomme « musicos », que Marc Perrenoud dédie un chapitre. Ceux-ci sont majoritairement des hommes qui montrent leur virilité dans des discussions sur la puissance et les capacités de leurs instruments de musique ou sur leurs exploits musicaux. Bien que les musiques actuelles (rock, rap, techno, reggae…) et les pratiques urbaines (danse hip-hop, graff, skate, BMX…) s’adressent principalement aux jeunes hommes, les responsables politiques favorisent le développement de ces cultures urbaines via des investissements massifs. Selon Yves Raibaud, il s’agirait du prix à payer pour maintenir l’ordre public, au détriment de politiques incluant les jeunes femmes dans l’espace public. La population des banlieues, tout genre confondu, reste ainsi cantonnée dans une culture urbaine favorisant la reproduction sociale et méprisant souvent le féminin chez la femme comme chez l’homme (homophobie). S’ensuit un chapitre sur des artistes ayant défié le genre : Jérôme Carrié nous fait revisiter les œuvres de Marcel Duchamp alias Rrosa Sélavy, de Lucy Schwob autrement connue sous le nom de Claude Cahun ou encore celles de Pierre Molinier. Bernard Lafargue et Henri Le Prieult interrogent quant à eux les interrelations entre genre et langage. La dernière partie s’interroge sur une masculinité structurellement en crise, remettant en cause une virilité qui ne pénalise pas que les femmes2. C’est ainsi qu’Annie Devault constate que plus d’hommes que de femmes québécois se conduisent de façon autodestructrice. Elle s’interroge sur ce phénomène et émet l’hypothèse que l’injonction qui est faite aux hommes d’être insensibles et de résister à la souffrance les pénalise. Cette injonction prend toute sa dimension dans l’entre-soi que constitue la prison. Les détenus masculins, représentants 96% des incarcérés, y mènent des concours de virilité. Le même comportement se retrouve chez des collégiens cherchant la consécration en transgressant les règles de l’institution scolaire. Le chapitre traitant de la violence masculine est là pour nous rappeler que cette virilité fait également des dommages collatéraux. Nadège Séverac diagnostique un manque de confiance en soi chez les hommes violents, qui, s’ils en étaient pourvus, accepteraient enfin leurs failles. La diversité des angles sous laquelle la masculinité est abordée fait toute la force de cet ouvrage. Il permet de mieux appréhender la formation d’un genre encore trop méconnu car faisant l’objet de peu d’études. Les auteurs prennent le parti de déconstruire le masculin pour dénoncer une conception essentialiste des genres à l’aide d’études quantitatives et qualitatives. Ce travail de mise en perspective constitue pour les auteurs un préalable à l’accession à l’égalité entre les sexes. On ne peut donc que recommander la lecture de cet ouvrage pour actualiser ses connaissances et questionner de nombreux préjugés sur le masculin.

Haut de page

Notes

1 WELZER-LANG, D. (sous la direction de), « Introduction : les hommes en débats », dans Nouvelles approches des hommes et du masculin, Toulouse, PUM, p.11-36.

2 COUSIN, O. « Un travail sans auteurs », dans Wierviorka, M. , op. cit., p.477-486.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Santagiuliana, « Daniel Welzer-Lang, Chantal Zaouche-Gaudron, Masculinités : état des lieux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 06 mai 2011, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5257

Haut de page

Rédacteur

Elodie Santagiuliana

Etudiante en économie et sociologie à l'Université Toulouse le Mirail

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page