Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021William Acker, Où sont les « gens...

William Acker, Où sont les « gens du voyage » ? Inventaire critique des aires d’accueil

Mathilde Buliard
Où sont les « gens du voyage » ?
William Acker, Où sont les « gens du voyage » ? Inventaire critique des aires d'accueil, Rennes, Éditions du Commun, 2021, 448 p., ISBN : 979-10-95630-39-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 William Acker souligne que l’expression « gens du voyage » définit une catégorie administrative rem (...)

1L’ouvrage, issu des recherches menées depuis 2019 par son auteur, William Acker, se présente comme un texte fondamentalement hybride, à la fois personnel, militant et scientifique. Personnel tout d’abord, dans la mesure où William Acker repart de son expérience personnelle de Voyageur1 pour révéler les mécanismes d’exclusion – géographique et politique – qu’il a lui-même expérimentés. S’appuyant sur sa trajectoire individuelle pour illustrer les discriminations touchant l’ensemble des « gens du voyage », il entremêle mémoire familiale et collective dans un texte empreint aussi bien de souvenirs personnels que de documents archivistiques. Militant ensuite, dans la mesure où le livre est conçu comme un « outil de lutte » (p. 200) destiné à celles et ceux qui souhaiteraient s’engager contre les mauvais traitements subis par ces populations, et plus largement contre toute forme d’antitsiganisme. Ce sont en effet nos propres catégories que William Acker nous invite à interroger, cherchant à déconstruire nos préjugés, nos biais inconscients et l’imprécision de notre vocabulaire, autant de témoins de notre méconnaissance globale – à la fois historique, sociologique et lexicologique – des « gens du voyage ». Scientifique, enfin, puisque pour répondre à son questionnement principal (Où sont les gens du voyage ?), le chercheur déploie une méthodologie ferme et rigoureuse, faite d’expériences de terrain, de collectes de témoignages, d’études de cas, d’exhumations d’archives, d’analyses statistiques et de reproduction des vues aériennes de l’IGN. L’ensemble de ces démarches aboutit à un travail inédit sur les aires d’accueil, à la fois inventoriées de manière exhaustive et classifiées selon divers critères (exposition à des nuisances industrielles et/ou environnementales, éloignement du centre-ville, temps de trajet à pied pour se rendre à la mairie la plus proche…). L’hybridité de la démarche est matérialisée par l’hybridité de l’ouvrage, découpé en deux parties distinctes mais complémentaires. La première partie retrace l’histoire des discriminations subies par les « gens du voyage », injustices perpétrées par l’appareil étatique, par les médias ainsi que par les populations locales, bien souvent réfractaires à un quelconque accueil. La deuxième consiste en un recensement, département par département, des différentes aires d’accueil. Comme le titre de l’ouvrage l’indique, cet inventaire ne se limite pas à une simple opération de dénombrement mais procède à une démarche critique puisque ce travail « établit le caractère systémique des localisations [des aires d’accueil] à l’écart et dans les zones particulièrement inadaptées aux être humains » (p. 85). De ce travail, William Acker tire des statistiques accablantes : sur les 1 358 aires répertoriées, 70% sont isolées spatialement de la ville à laquelle elles sont rattachées (loin des zones habitables, situées aux frontières communales ou dans des zones industrielles ou commerciales) et 52% ont exposées à des pollutions, environnementales ou industrielles (proximité avec une déchèterie, station d’épuration, autoroute, aéroport, installation électrique…). De quoi confirmer l’adage populaire chez les gens du voyage : « si tu ne trouves pas l’aire, cherche la déchèterie » (p. 18). Comme le dit Acker, ces aires d’accueil n’ont de l’accueil que le nom, avec des emplacements qui mettent en danger la santé de ses habitant·es comme lors de l’incendie de l’usine Lubrizol en 2019, à proximité d’une aire d’accueil pour « gens du voyage ». C’est cet incendie qui constitue le point de départ de l’enquête menée par Acker. L'auteur rédige alors une tribune pour dénoncer l’indignité avec laquelle ont été traité·es les habitant·es de l’aire d’accueil de Rouen, toute mesure d’évacuation ou de confinement leur ayant été refusée alors qu’ils résidaient à moins de cinq cents mètres de l’usine. Largement relayée, cette tribune n'a cependant pas produit l’effet escompté, aucun chiffre officiel ne venant corroborer la thèse défendue par William Acker, qui pointait l’isolement et l’insalubrité systématique des aires d'accueil. Son travail est alors guidé par la volonté de pallier cette absence de données, afin d’étayer son positionnement et de lutter efficacement pour les droits des «gens du voyage ».

  • 2 Cette catégorie administrative a été fixée par la loi de 1969, abrogée en 2017. L’abrogation aurait (...)

2C’est cette hybridité, à la fois formelle et matérielle, qui permet à l’auteur de relever le défi colossal de visibiliser un phénomène soigneusement invisibilisé depuis des siècles, en portant à la connaissance de tou·tes ce que les gens du voyage expérimentent quotidiennement mais que les autorités publiques s’attachent à masquer, régulant les populations dans des zones insalubres, polluées et indigentes, sur des aires inadaptées, mal-entretenues et difficiles d’accès. L’auteur fait de ces choix de localisation une porte d’entrée, pour appréhender plus globalement l’antitsiganisme, qu’il conçoit comme un continuum. Pour décrire cette continuité historique, idéologique, légale et sociale, Acker rappelle les différents statuts réservés par le droit français à ceux que la loi a successivement appelés « gitans », « bohémiens », « nomades » puis « gens du voyage », appellation administrative supprimée théoriquement en 2017 mais qui reste largement utilisée dans les faits2. . C’est ce flou lexicologique, émanant à la fois des autorités publiques, qui superposent catégories administratives (« gens du voyage ») et catégories ethnologiques (Tsiganes, Roms, Manouches…), et des discours médiatiques et politiques qui confondent les différentes catégories ethnologiques (Tsigane étant souvent pris comme un synonyme de Roms) que le chercheur dénonce et cherche à rectifier. Cette imprécision langagière est en réalité représentative de la méconnaissance globale des autorités publiques en la matière mais aussi du contrôle qu’elles cherchent à exercer sur ces populations, l’opération de dénomination témoignant d’une volonté de domination à leur égard. Cartes d’identité, carnets de circulation, internement dans des camps : autant de modalités de contrôle qui ont eu cours dans le passé et dont le dernier visage contemporain s’incarne dans l’aire d’accueil, analysée par Acker comme un processus d’assignation spatiale.

3Déconstruisant et décortiquant les discours politiques et médiatiques au sujet des gens du voyage, William Acker s’attaque aux stéréotypes nimbant les « gens du voyage », perçus comme des individus communautaires mais aussi dangereux, coutumiers des activités illicites et des dégradations de l’espace public. C’est en priorité leur nomadisme qui a été (et continue d’être) la cible des différentes politiques publiques à leur égard, ce nomadisme étant perçu comme incompatible avec les valeurs républicaines et citoyennes de la France. L’auteur retrace les différentes politiques de sédentarisation mises en œuvre successivement et qui ont porté atteinte au Voyage, concept qu’il définit comme une « pratique liée à un habitus, des impératifs économiques et sociaux, mais aussi un idéal comme héritage culturel qui se conçoit comme une forme de privilège » (p. 91). Acker cherche à déconstruire l’idée courante selon laquelle toute sédentarisation serait salvatrice : elle est souvent vécue comme une violence, d’autant plus qu’il ne s’agit rarement d’un choix libre mais plutôt d’une forte incitation. De plus, la sédentarisation ne rime pas avec la fin des discriminations : ces Voyageurs sont alors considérés des « gens du voyage sédentaires », expression oxymorique qui traduit bien la catégorisation systématique de ces populations.

  • 3 Acker récuse l’usage de ce terme pourtant largement utilisé par les médias, démontrant au contraire (...)

4Acker le répète à plusieurs reprises : il ne se fait en aucun cas le porte-parole des « gens du voyage ». Il écarte la possibilité d’occuper cette fonction, pointant la difficulté éprouvée par les associations pour rassembler les différents groupes autour de revendications communes et soulignant par ailleurs l’ambiguïté de ceux qui ont tenté de se faire représentants de la « communauté »3. Mais son ouvrage ne se limite ni à un état des lieux ni à une histoire des discriminations, bien réelles mais insuffisantes pour rendre justice aux luttes des « gens du voyage ». Son livre laisse donc un espace à des figures fortes et engagées qui peuvent servir de modèles d’identification, à des personnes résolues, volontaires et persévérantes mais bien souvent absentes de toutes les instances, des livres d’histoire, des lieux mémoriels et de toutes les positions de pouvoir dans la société. Il clôt son ouvrage par une série de propositions, pour améliorer de manière concrète la condition des « gens du voyage ». Ces pistes de réflexion comportent un volet politique (création d’une commission d’enquête parlementaire), un volet juridique (réflexion sur l’accès aux droits pour les gens du voyage), un volet symbolique (entamer un travail mémoriel sur les victimes de la Seconde Guerre mondiale) ainsi qu’une réflexion globale sur la refonte du système d’accueil. William Acker recommande notamment de contraindre plus fermement les communes qui n’honorent pas leurs obligations en termes d’accueil, et d’élargir l’obligation d’aménager une aire d’accueil à l’ensemble des communes (actuellement, seules celles de plus de 5 000 habitants sont soumises à cette exigence). L’auteur met en lumière le caractère anti-républicain des conditions d’accueil des « gens du voyage », le racisme environnemental qu’ils subissent et l’exclusion organisée qu’ils endurent. « Stocker, mettre à l’écart, contrôler » (p. 19) : voilà les trois fonctions de l’aire d’accueil et c’est la loi qui le permet et l’organise. Dans la mesure où, comme le souligne l’auteur, le rejet nourrit le rejet dans un cercle vicieux sans fin, ce sont donc les lois et les conditions d’accueil qu’il faut en priorité changer pour amorcer une amélioration.

5L’ouvrage nous livre donc un portrait glaçant des conditions de vie et d’accueil des « gens du voyage » et une description minutieuse des leviers des discours politiques et médiatiques qui font automatiquement de l’individu un représentant de son groupe (Acker, toujours attentif aux effets sémantiques, note à cet égard que l’expression « gens du voyage » n’est déclinable ni au singulier ni au féminin). Pourtant, William Acker souligne l’incomplétude de son tableau, aveugle aux effets psychologiques de cette relégation spatiale, aux répercussions sur la santé des habitant·es et à la charge symbolique de ce dénigrement. Reste donc à compléter, comme nous y invite l’auteur, son travail extrêmement riche par d’autres écrits, dans le but de visibiliser ces populations, qui occupent des espaces où « aucun être humain ne mérite de vivre » (p. 217).

Haut de page

Notes

1 William Acker souligne que l’expression « gens du voyage » définit une catégorie administrative remplaçant la notion de nomade. Cet exonyme légal, forgé par l’administration, permet d’appréhender ces populations par le groupe, selon le critère déterminant de la mobilité et du mode d’habitat – la caravane. À ces termes administratifs (toujours employés entre guillemets dans l’ouvrage), Acker préfère celui de « Voyageur », plus respectueux et plus englobant, qu’il utilise pour se caractériser lui-même et dont il recommande l’usage à ses lecteur·rices.

2 Cette catégorie administrative a été fixée par la loi de 1969, abrogée en 2017. L’abrogation aurait dû logiquement conduire à la suppression de cette appellation, désormais obsolète, mais celle-ci reste majoritairement utilisée.

3 Acker récuse l’usage de ce terme pourtant largement utilisé par les médias, démontrant au contraire l’absence de communauté unique et unifiée de « gens du voyage » et dénonçant les amalgames provoqués par cette réduction au groupe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Buliard, « William Acker, Où sont les « gens du voyage » ? Inventaire critique des aires d’accueil », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 novembre 2021, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/52574 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.52574

Haut de page

Rédacteur

Mathilde Buliard

Doctorante en littérature française à l’Université Bordeaux Montaigne.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search