Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Ya-Han Chuang, Une minorité modèl...

Ya-Han Chuang, Une minorité modèle ? Chinois de France et racisme anti-Asiatiques

Jasmine Bachi, Hannah Gautrais, Juliane Pérès et Marie Rullier
Une minorité modèle ?
Ya-Han Chuang, Une minorité modèle ? Chinois de France et racisme anti-Asiatiques, Paris, La Découverte, 2021, 252 p., ISBN : 9782348065125.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Le livre de Ya-Han Chuang est une synthèse d’un travail ethnographique de dix ans, mené auprès des populations chinoises et asiatiques résidant à Paris. À la suite d’un premier travail de thèse, Ya-Han Chuang reprend l’enquête à l’été 2016 après l’assassinat du couturier Chaolin Zhang à Aubervilliers, élément déclencheur d’une vague inédite de mobilisations de la communauté chinoise d’Île-de-France, sur laquelle l’autrice ouvre le livre. En 2020, la multiplication des actes sinophobes suite à la pandémie de Covid-19, réactivant l’imaginaire raciste du « péril jaune », pousse Ya-Han Chuang à ajouter un troisième volet à son enquête.

2À la croisée de la sociologie des migrations, des discriminations et des mobilisations, la sociologue se penche sur les processus de racialisation spécifiques qui touchent une minorité étiquetée comme « modèle », et sur les attitudes de résignation ou de contestation des différentes générations d’immigrés chinois. Quelles formes prennent les discriminations anti-asiatiques en France ? En quoi l’expérience sociale du racisme est-elle différenciée pour les immigrés de première ou de seconde génération ? Comment la question du racisme anti-asiatique s’est-elle peu à peu fait une place dans les mobilisations antiracistes ? Autant de questions auxquelles l’ouvrage de Ya-Han Chuang apporte des réponses.

3Attentive à défaire les représentations essentialistes des populations chinoises en France, la sociologue livre une série de portraits précis et incarnés, portés par une écriture qui donne à voir les lieux parisiens de la diaspora chinoise : les ateliers de confection des sous-sols de Seine-Saint-Denis, les salons de manucure du 10e arrondissement, les marchés de grossistes d’Aubervilliers... L’approche par les trajectoires familiales et individuelles permet de saisir la diversité des logiques d’émigration, tout en les replaçant dans une histoire et un système de valeurs communs. Dans une perspective socio-historique, Ya-Han Chuang explore avec finesse les transformations d’un groupe social complexe.

4L’ouvrage dépeint les nombreux visages de la communauté asiatique à Paris tout au long des huit chapitres qui le composent. Les deux premiers chapitres reviennent sur deux sphères de l’économie parisienne qui sont particulièrement investies par les immigrés chinois : l’industrie textile et les soins de beauté. Ya-Han Chuang met en évidence l’organisation commerciale et géographique propre à « l’auto-exploitation communautaire à laquelle [les immigrés chinois] sont forcés de se soumettre » (p. 31). L’autrice décrit la contrainte exercée par la situation d’émigration sur les choix de carrière, et l’omniprésence de la dimension ethnicisée et sexuée des relations de travail.

5Le troisième chapitre se concentre sur la « syndicalisation sans politisation » (p. 63) des salariés chinois, souvent pris en étau entre les pratiques de travail dissimulé et la nécessité de faire valoir leurs droits d’obtention d’une carte de séjour. Ya-Han Chuang montre que la volonté de la CGT d’intégrer les travailleurs chinois sans papier aux mouvements de grève, malgré ses effets bénéfiques de régularisation et de socialisation politique, se heurte à leur absence de culture syndicale et au principe moral de « solidarité » au sein de la communauté migrante, qui légitime et euphémise l’exploitation.

  • 1 L’autrice définit la monoactivité comme la « concentration d’une industrie unique dans un centre-vi (...)

6Le quatrième chapitre revient sur diverses trajectoires de grossistes chinois de prêt-à-porter, afin de mettre en lumière un modèle d’ascension sociale efficace mais à l’origine de vives tensions en termes d’aménagement urbain : le « commerce de gros » dans le quartier de Popincourt ou d’Aubervilliers est ainsi rejeté par les riverains et les pouvoirs publics, qui craignent la monoactivité1 tout en mobilisant des préjugés racistes.

7Dans le cinquième chapitre de son ouvrage, Ya-han Chuang décrit le dilemme auquel doivent faire face les enfants d’immigrés chinois : à leur aspiration aux études supérieures s’opposent la réalité d’un marché du travail discriminant et le scepticisme parental quant à la rentabilité des diplômes envisagés. Contraints au compromis, les enfants d’entrepreneurs wenzhou, particulièrement poussés à reprendre l’entreprise familiale, peuvent alors mettre en place des stratégies d’innovation au sein de « l’économie ethnique ». L’acquisition de capital culturel dans le système scolaire français est un atout au sein de secteurs fortement concurrentiels (vente en gros, restauration…). La relative réussite économique des entrepreneurs d’origine chinoise s’accompagne cependant de logiques de stigmatisation, « mélange de l’ancienne peur du “péril jaune” et de la crainte du néo-impérialisme chinois » (p. 132), qui alimentent le mythe d’une communauté acharnée au travail et coutumière de pratiques illégales. Néanmoins, la mobilisation de la population chinoise contre l’insécurité à Belleville en 2010-2011 marque un tournant clair dans le répertoire d’action des Asiatiques de France face aux discriminations dont ils font l’objet.

  • 2 Sur la question des revendications et des modes de mobilisation ainsi que des répertoires d’action (...)

8C’est à ces manifestations que Ya-Han Chuang dédie le sixième chapitre, qui aborde avec subtilité les divisions de la communauté chinoise sur les stratégies d’action collective à adopter2. Si la configuration en enclave économique des commerces tenus par des immigrés asiatiques à Belleville leur assure une certaine prospérité, elle alimente les fantasmes d’une « communauté riche mais fermée » (p. 144) qui favorisent les agressions racistes. En comparant la mobilisation de 2010, particulièrement conflictuelle, et celle de 2011, plus pacifiée, Ya-Han Chuang montre que l’intégration politique et citoyenne des immigrés chinois a emprunté deux voies bien distinctes : alors l’alliance entre l’ambassade de Chine, les associations de commerçants et la droite perçoit l’insécurité au prisme des tensions ethnoraciales,, un deuxième groupe autour des mairies socialistes, des commerçants chinois de Belleville et de jeunes Chinois de divers milieux promeut une approche sociale de l’insécurité.

  • 3 Gusfield Joseph R., Symbolic Crusades, Chicago, University of Illinois Press, 1986.
  • 4 « Selon le sociologue Eduardo Bonilla-Silva, l’expression “blancs honoraires” (Honorary White) dési (...)

9Au sein de ces différentes dynamiques de mobilisation, la sociologue souligne la spécificité du positionnement des enfants de la deuxième génération, à la fois plus critiques vis-à-vis des mobilisations « communautaires » et davantage conscients des processus de racialisation propres à la société française. Ya-Han Chuang leur consacre les deux derniers chapitres de son livre. Le chapitre 7 expose ainsi la quête identitaire des jeunes nés en France de parents immigrés, qui font face à une « double qualification/disqualification » (p. 190), socialement discrédités à la fois en tant que Français (par des mécanismes d’assignation raciale) et en tant que Chinois (par une distance culturelle à l’Asie). La revendication de cette double appartenance peut alors constituer une ressource identitaire, à travers des séjours en Chine ou l’apprentissage de la langue, mais aussi par la construction de luttes antiracistes. C’est ainsi que Ya-Han Chuang clôt son ouvrage : dans le huitième chapitre, l’autrice montre l’influence des jeunes générations sur le cadrage3 des agressions envers les immigrés asiatiques comme des actes racistes, à rebours du cliché d’une « minorité modèle » protégée des discriminations. Le renouvellement des profils des militants contre le racisme anti-asiatique a en effet permis « l’enrichissement du répertoire d’actions » (p. 209), tel que l’investissement des réseaux sociaux contre la multiplication des actes et paroles sinophobes au début de la pandémie de Covid-19. Ya-Han Chuang souligne également les développements les plus récents de la mobilisation des « Asiatiques antiracistes », dans une perspective inclusive et intersectionnelle. Elle met ainsi en évidence l’ambivalence de la place des Asiatiques au sein du système ethnoracial français : indissociable de stéréotypes négatifs et essentialisants, la position sociale des immigrés chinois leur octroie parfois la condition de « Blancs honoraires »4 du fait de leur ascension sociale et économique. La longue intégration du racisme anti-asiatique dans les mobilisations antiracistes découle en partie de ce paradoxe : l’assignation à une « minorité modèle » masque l’expérience quotidienne des inégalités ethnoraciales, tout en la cristallisant.

  • 5 Santelli Emmanuelle, « De la “seconde génération” aux descendants d’immigrés : constructions identi (...)
  • 6 Rodier Christine, « L’halal à l’épreuve de la socialisation inversée », Enfance Famille Générations(...)

10En définitive, l’ouvrage de Ya-Han Chuang livre des résultats d’enquête nuancés et convaincants. Portés par une écriture fluide, l’acuité des descriptions et le réalisme des portraits donnent à voir et à entendre les membres d’un groupe social composite et en pleine mutation, mais trop souvent délaissé par les études sociologiques des discriminations : le travail de Ya-Han Chuang comble un important manque de données sur la diaspora chinoise en France. Cette enquête en trois temps permet de bien saisir les transformations de la position sociale et citoyenne des immigrés chinois en France ; à ce titre, il est intéressant de se référer aux travaux qui reviennent plus en détail sur les relations entre générations dans les familles issues de l’immigration5, notamment ceux sur la socialisation inversée, des enfants d’immigrés vers leurs parents6.

Haut de page

Notes

1 L’autrice définit la monoactivité comme la « concentration d’une industrie unique dans un centre-ville dont elle impacte la vie quotidienne » (p. 96).

2 Sur la question des revendications et des modes de mobilisation ainsi que des répertoires d’action collective des minorisés ethnoraciaux, voir Laplanche-Servigne Soline, « Les mobilisations collectives des minorisés ethniques et raciaux », in Olivier Filleule (dir.), Sociologie plurielle des comportements politiques. Je vote, tu contestes, elle cherche… Paris, Presses de Sciences Po, 2017, p. 215-238.

3 Gusfield Joseph R., Symbolic Crusades, Chicago, University of Illinois Press, 1986.

4 « Selon le sociologue Eduardo Bonilla-Silva, l’expression “blancs honoraires” (Honorary White) désigne une catégorie intermédiaire de plus en plus importante dans laquelle se situeraient les groupes autrefois dominés qui connaissent une processus de “blanchiment” (les Latinos-Américains, les immigrés du Moyen-Orient et les immigrés issus de l’Asie de l’Est et du Sud des États-Unis) et se distinguent d’un groupe maintenu en bas de la hiérarchie ethnoraciale (le “Collective Black”, composé notamment par des personnes noires, des immigrés issus de pays africains et des Caraïbes, des Asiatiques originaires d’Asie du Sud-Est, etc.) » (p. 229).

5 Santelli Emmanuelle, « De la “seconde génération” aux descendants d’immigrés : constructions identitaires et enjeux sociaux », Migrations Société, vol. 113, n° 5, 2007, p. 51-56.

6 Rodier Christine, « L’halal à l’épreuve de la socialisation inversée », Enfance Famille Générations, n° 20, 2014, p. 58-78.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jasmine Bachi, Hannah Gautrais, Juliane Pérès et Marie Rullier, « Ya-Han Chuang, Une minorité modèle ? Chinois de France et racisme anti-Asiatiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 novembre 2021, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/52579 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.52579

Haut de page

Rédacteurs

Jasmine Bachi

Étudiante en master de sociologie à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Hannah Gautrais

Étudiante en master de sociologie à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Juliane Pérès

Étudiante en master de sociologie à l’ENS de Lyon.

Marie Rullier

Étudiante en master de sociologie à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search