Navigation – Plan du site

Philippe Ricaud, Pascal Lardellier, Le réseau pensant. Pour comprendre la société numérique

Frédérique Giraud
Le réseau pensant
Philippe Ricaud, Pascal Lardellier (dir.), Le réseau pensant. Pour comprendre la société numérique, Éditions universitaires de Dijon, coll. « Sociétés », 2007, 192 p., EAN : 9782915552256.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Manuel Castells, La société en réseaux, Paris, Fayard, 1998.

1Cet ouvrage dirigé par Pascal Lardellier et Philippe Ricaud rassemble les analyses de spécialistes des sciences de l'information et la communication. Ces contributions, toutes assez courtes, s'organisent en quatre blocs. La première partie, intitulée, « Penser la société numérique », adopte une posture de réflexivité épistémologique sur les technologies de l'information et de la communication (TIC). Serge Proulx dans sa contribution « Penser les usages des TIC aujourd'hui : enjeux, modèles, tendances », défend la thèse qu'Internet est plus qu'un nouveau media. Associé à l'instauration de la « société en réseaux»1, Internet est perçu comme vecteur d'innovation économique et sociale. L'auteur distingue sept sphères de changements associés à Internet : communication, politique, sociabilité, identité, création culturelle, travail humain, économie. Il s'agit alors pour Proulx, ces bases posées, de démontrer quels sont les nouveaux usages des TIC induits par Internet. Ces usages sont malheureusement plus listés que véritablement explicités, et la recherche par l'auteur de la « construction sociale des usages », présentée comme un modèle d'analyse, gagnerait à être appliquée de manière tangible à un cas concret pour être totalement compréhensible : le chapitre, stimulant dans son caractère programmatique, laisse le lecteur sur sa fin. Mais c'est aussi le cas de l'ensemble des chapitres, ce qui est dû à l'économie générale de l'ouvrage proposant de nombreuses contributions qui ont vocation à stimuler l'intérêt du lecteur, exposant les enjeux des recherches sans y répondre pleinement.

2Sandra Frey étudie « Les TIC dans l'administration ». Les NTIC ont-elle amélioré l'organisation des administrations ? La réponse de l'auteure est négative : loin d'avoir rendu plus efficiente les administrations, l'introduction des TIC dissout les repères de l'organisation, conduisant à une déperdition de l'information, du savoir et de la connaissance. L'intranet qui devait être un relais des administrations entre elles et vers les citoyens, offrant une vision claire des organigrammes est un échec, dû pour une part au manque d'accompagnement du programme de modernisation. Les NTIC complexifient le rapport à l'administration, modifiant le contenu des postes de travail par exemple.

3La seconde partie de l'ouvrage, « Internet, politique et démocratie », aborde l'incidence d'Internet dans la sphère sociopolitique. Le chapitre « Communautés virtuelles : un risque de la marchandisation ? » écrit par O. Galibert repose la question de l'éthique d'Internet. La mythologie du Net s'est longtemps appuyée sur l'espoir d'un espace public solidaire, or il est facile de constater l'emprise de l'e-business. Les effets fédérateurs du réseau, seraient battus en brèche par la marchandisation de celui-ci. Les communautés virtuelles feraient-elles exception à ce schéma ? O. Galibert explique la résistance des communautés virtuelles à leur marchandisation. J.-M. Ledjou, « TIC et Afrique : vers une nouvelle dynamique démocratique ?  » se demande En quoi les TIC incitent-elles à la liberté d'expression dans le contexte africain ? Comment les gouvernements sont-ils contraints à une : plus grande transparence dans la gestion des affaires publiques ? Les TIC constituent un support de la liberté d'expression in Afrique, offrant un espace aux quotidiens d'information, permettant de contourner les difficultés d'acheminement. Les TIC, levier de la démocratisation, ayant permis de contrôler les risques de manipulation électorale, possèdent selon l'auteur la « capacité d'élargir l'espace public en permettant à la société civile de s'exprimer ». C. Matuszak, « L'internet militant chez les anarchistes libertaires », interroge le renouveau potentiel que recèlent les TIC pour les mouvements anarchistes.

4La troisième partie de l'ouvrage examine la place d'Internet dans la vie administrative des établissements scolaires. C. Barats et H. Cardy, « Les TIC dans l'enseignement supérieur » s'intéressent aux discours institutionnels, parlementaires argumentant en faveur de l'introduction des TIC dans l'enseignement. L. Granget, « Internet et intranet : effets contrastés dans les universités » explore les changements induits par l'introduction des TIC dans les universités. Le risque de sous utilisation des sites est grand et l'objectif de satisfaire l'étudiant dans sa demande d'information n'est pas forcément atteint.

  • 2 On peut noter à ce propos une livraison de la revue Réseaux d'avril 2006, n° 138 entièrement consac (...)

5La quatrième partie propose des exemples d'usages sociaux quotidiens des TIC. On ne saurait que trop regretter que l'analyse de Adrien Milhalache sur les pages d'accueil, « Le » page d'accueil : une promesse de bonheur » se dissolve dans le cours du chapitre en une critique malmenée de pages d'accueil, le jugement se résumant plus en une accumulation de travers qu'à une démonstration précise et soignée des causes de la mal-conception des sites. Pourtant le chapitre s'annonçait intéressant, dressant un parallèle entre la page de couverture d'un livre et la page d'accueil d'un site. B. Chapelain, « L'intimité à l'écran : une écriture de l'extimité », s'intéresse aux pratiques de dévoilement de l'intimité sur Internet2, autre forme d'intimité P. Rydzok, « Les TIC en thanatologie : L'épitaphe multimédia et les scénarios de vie pour les défunts » questionne les comportements et usages dans le domaine du funéraire, et plus particulièrement concernant l'écriture de soi dans une « perspective de trace », l'épitaphe multimédia fonctionnerait comme un opérateur de lien inter génération.

6Au total, Le réseau pensant rassemble des contributions si diverses, appuyées sur des enquêtes pour certaines très originales, qu'il laisse penser qu'Internet constitue un réservoir sans limites d'expériences.

Haut de page

Notes

1 Manuel Castells, La société en réseaux, Paris, Fayard, 1998.

2 On peut noter à ce propos une livraison de la revue Réseaux d'avril 2006, n° 138 entièrement consacré aux blogs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Philippe Ricaud, Pascal Lardellier, Le réseau pensant. Pour comprendre la société numérique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 10 février 2008, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/526

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page