Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Thomas Delemotte, Francis Kramarz...

Thomas Delemotte, Francis Kramarz, Benoît Schmutz, L’emploi et le territoire

Gabriele Orlandi
L'emploi et le territoire
Thomas Delemotte, Francis Kramarz, Benoît Schmutz, L'emploi et le territoire, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Sécuriser l'emploi », 2021, 112 p., ISBN : 9782724627756.
Haut de page

Texte intégral

1À l’heure où certains territoires sont affectés par un chômage chronique et que d’autres souffrent les effets de la congestion des emplois et des activités économiques, quel rôle les politiques publiques peuvent-elles encore jouer ? Voici la question qui traverse cet essai, publié par trois spécialistes de l’économie du travail au sein d’une collection consacrée à l’évaluation des politiques de l’emploi. Compte tenu des logiques de localisation des activités productives, on comprend tout l’intérêt d’une réflexion informée sur les politiques territoriales et notamment sur leur adéquation aux dynamiques des marchés de l’emploi, en particulier lorsque l’on considère les manières dont s’articulent les échelons de l’action publique, ainsi que les effets, souvent moins prévisibles, de cette dernière à longue terme.

2En effet, la prophétie d’un marché de l’emploi s’ajustant instantanément grâce aux bienfaits de la mondialisation ne s’est pas accomplie. Même entre zones proches, les divergences spatiales s’exacerbent depuis quelques décennies, ce qui semble éloigner la perspective d’un aplatissement du monde. Une telle affirmation, à laquelle la majorité des géographes n’hésite pas à souscrire, ne constitue pas encore un constat partagé au sein de la science économique. C’est ce retard que cet ouvrage au petit format tente de combler, en mobilisant les recherches les plus récentes en économétrie et en économie du travail. En particulier, on constate aujourd’hui que les espaces où se concentrent les activités productives et ceux où l’on trouve les aménités pourchassées par les ménagés le plus qualifiées difficilement se superposent, rarement se rapprochent. Au contraire les territoires où l’accès à l’emploi est le plus facile ne sont pas ceux qui assurent le meilleur niveau de vie. De plus, et bien que nous observions aujourd’hui en France une convergence entre les taux de croissance respectifs des centres-villes, des banlieues et des zones péri-urbaines, les disparités en termes de revenus restent significatives. Pour mieux comprendre ces phénomènes et leurs corrélations, l’ouvrage examine de plus près les logiques qui informent les mobilités des travailleurs au quotidien, ainsi que les choix de localisation des ménages et des entreprises.

3Les dernières décennies ont été globalement marquées par une progressive augmentation des distances entre le domicile et les lieux de travail, les populations souhaitant habiter dans des lieux pourvus des biens (y compris l’environnement naturel ou les occasions de sociabilité) et ces services qu’elles considèrent comme des aménités. Cela implique également que les ménages sont prêts à accepter des emplois qui correspondent moins bien à leurs compétences si ce choix leur permet de se rapprocher de leur quartier préféré. Peut-on alors supposer que le recours au télétravail puisse favoriser un meilleur appariement entre les recruteurs et les profils recherchés ? Seulement en partie, car la nature et la valeur de ces aménités évolue dans le temps selon des dynamiques sur lesquelles les pouvoirs publics n’ont pas de prise. De plus, des « frictions » segmentent le marché de l’emploi sur une base spatiale : postuler un emploi éloigné demande souvent davantage d’investissements en temps et en recherche d’information ; de plus, le choix de déménager entraîne une perte de capital social, et il représente ainsi un coût de plus en plus important à mesure que le travailleur avance dans son cycle de vie, donc constitue un obstacle important à un meilleur appariement entre emploi et compétences. Contrairement aux logiques des individus, les stratégies de localisation des entreprises ont été beaucoup moins étudiées. On retient toutefois le fait que le capital physique dont elles disposent, généralement difficile à revendre, constitue une contrainte importante à leur relocalisation, même en présence de chocs économiques importants qui entraînent une diminution de rentabilité. Dans de tels cas, les entrepreneurs seront amenés à maintenir un niveau minimum de production plutôt qu’à arrêter un établissement en activité.

4Comment alors les pouvoirs publics peuvent-ils agir pour réduire ces coûts et favoriser la rencontre entre des opportunités d’emploi qui se déplacent au fil du temps et des populations de travailleurs qui, elles aussi, sont mouvantes ? La réflexion sur la dimension spatiale des politiques de l’emploi se poursuit dans la troisième et dernière partie de l’ouvrage, qui esquisse un bilan des initiatives mises en œuvre, en Europe ou ailleurs, pour rendre plus mobiles travailleurs et demandeurs d’emploi, d’une part, et rendre les territoires plus attractifs, d’autre part, notamment envers les entreprises qui génèrent des productions à haute valeur ajoutée. Les dispositifs présentés dans l’ouvrage constituent autant d’études de cas, mais, en raison de la complexité des facteurs impliqués, il est difficile d’en mesurer l’impact et ainsi établir des constats généralisables. Les politiques zonées obtiennent également des résultats très mitigés et hétérogènes. En France, la création des territoires à fiscalité abaissée n’a pas amené à une amélioration du taux d’emploi chez la population résidente, ni produit une dynamique endogène. En effet, les entreprises qu’y s’implantent ne sont pas créées ex novo : il s’agit le plus souvent d’entreprises existantes qui se relocalisent dans ces zones, si bien que le bilan numérique reste inchangé – à l’échelle agrégée.

5Le lecteur comprend bien, au long de l’ouvrage, à quel point la matière est complexe et vaut bien un tel compendium. Le bilan esquissé par les auteurs en guise de conclusion incite ainsi à davantage d’études. Ils estiment, en même temps, que la plupart des politiques spatialisées se sont avérées peu efficaces, à l’exception des interventions sur l’offre immobilière, qui apparaissent prometteuses. À cet égard, le fort morcellement administratif du territoire français représente un obstacle qui pourrait être dépassé par la fusion de communes. Une attention particulière est requise afin que ces fusions n’engendrent pas une perte de services de proximité pour les communes les plus isolées. Il s’agit encore une fois de trouver, au cas par cas, les manières de concilier le ciblage de l’action politique avec les injonctions d’équité qui fondent nos démocraties.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriele Orlandi, « Thomas Delemotte, Francis Kramarz, Benoît Schmutz, L’emploi et le territoire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 19 novembre 2021, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/52620 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.52620

Haut de page

Rédacteur

Gabriele Orlandi

Doctorant en anthropologie à Aix-Marseille Université, membre de l’Institut d'ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (Idemec).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search