Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Christine Guionnet et Michel Wiev...

Christine Guionnet et Michel Wieviorka (dir.), Nuit debout. Des citoyens en quête de réinvention démocratique

Denis Saint-Amand
Nuit Debout
Christine Guionnet, Michel Wieviorka (dir.), Nuit Debout. Des citoyens en quête d'une réinvention démocratique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 213 p., ISBN : 9782753581678.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur les débats et réflexions des Gilets jaunes, voir notamment le collectif Gilets jaunes : jacquer (...)

1Composé de six contributions en plus de son introduction et de sa conclusion synthétique (fonctionnant elle-même comme un compte rendu dégageant les idées-forces de l’ensemble), ce volume revient sur le mouvement social « Nuit Debout », qui s’est déployé en mars 2016 en réaction au projet de « loi travail » (finalement adoptée le 8 août de la même année) avant d’élargir son champ de réflexion et son cahier de doléances. Cette mobilisation, qui a pris racine Place de la République à Paris avant que des surgeons n’apparaissent dans des villes de province, pourrait être, d’après C. Guionnet et M. Wieviorla, occultée dans la mémoire collective, « écrasée […] par le long et puissant mouvement social qui s’est mis en place, un an et demi plus tard, avec les Gilets jaunes » et « moins significative et importante à l’échelle mondiale que d’autres expériences […] liées notamment à des occupations de places » (p. 7). Dans sa conclusion, Michel Wieviorka revient sur les points communs unissant Nuit Debout aux Gilets jaunes, tout en signalant que les différences en termes de profils sociaux et « difficultés sociales » de leurs participant·e·s respectifs, celles et ceux ayant pris part au premier relevant davantage d’une classe intermédiaire de « créatifs culturels » (selon la formule d’Arthur Guichoux, p. 32). Il nous semble que Nuit Debout peut en réalité apparaître comme l’un des substrats de l’insurrection populaire qui a pris corps à l’automne 2018, et que les dynamiques réflexives initiées durant le « long mois de mars 2016 » ont pu en partie se prolonger lors de l’occupation des ronds-points et des assemblées, contribuant à ce que les Gilets jaunes dépassent les revendications premières liées à la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques pour développer une réflexion sur les conditions et moyens d’une véritable démocratie. En effet, là où Nuit Debout a pu être reçu comme un mouvement « trop intellectuel » (du fait d’une mobilisation rassemblant en particulier des « créatifs culturels » et du développement sur la place de la République de nombreux espaces de débat), les Gilets jaunes ont de leur côté souffert d’un manque de légitimité lié, notamment, au premier motif de leur mobilisation (régulièrement réduit à un positionnement antiécologique). L’intégration de dynamiques réflexives propres à Nuit Debout a néanmoins permis de combler en partie ce déficit de reconnaissance (lors des bivouacs sur les ronds-points ou dans les assemblées de Commercy, Saint-Nazaire ou Montceau-les-Mines, qui se sont révélés autant d’espaces favorables à une démocratie directe, participative et délibérative1).

  • 2 Démontrant à quel point les griefs d’« individualisme » et de « populisme » qui ont été faits à Nui (...)
  • 3 Au sens où l’entendait David Graeber, c’est-à-dire comme concrétisation de « l’idée selon laquelle (...)

2Nuit Debout a été souvent moqué par des détracteurs l’érigeant en demi-révolte de « bobos » inoffensifs et, parfois, désavoué de l’intérieur par des acteurs estimant qu’on avait « perdu de vue » les « objectifs initiaux ». Il n’en est pas moins un moment-clef dans l’histoire contemporaine des luttes sociales en France. D’une part, parce qu’il a contribué, comme le montrent notamment la contribution de Christine Guionnet et l’excellent chapitre de Federico Tarragoni2, à la re-subjectivation d’individus déçus par le jeu politique et qui ont vu dans ce moment une opportunité de « s’engager autrement » (p. 84). D’autre part, parce qu’il a constitué une première expérience de mobilisation collective pour de nombreuses personnes, au-delà du jeu des partis traditionnels, permettant la mise en place d’un laboratoire démocratique et dans la logique d’une « politique préfigurative »3.

3Polymorphe et donnant lieu à des initiatives multiples – de la tenue d’assemblées générales à la rédaction de tracts, de l’organisation de conférences à la mise en place d’un orchestre –, Nuit Debout s’est aussi imposé, pour plusieurs contributeurs et contributrices de cet ouvrage, comme l’« occasion d’une recherche » (p. 163). En effet, de nombreux chercheurs et chercheuses ont trouvé dans Nuit Debout l’opportunité de convertir un engagement dans la contestation émergente en questionnement scientifique. C’est le cas pour les sociologues Isabelle Mayaud et Myrtille Picaud, qui interrogent la multiplicité des formes musicales présentes lors des rassemblements sur la Place de la République et la façon dont s’est concrétisé le projet d’Orchestre Debout. De son côté, Manuel Cervera-Marzal, trouve dans ce terrain d’enquête un moyen de déconstruit efficacement le cliché du « mouvement sans leader », en repartant notamment de sa propre situation et de la façon dont, malgré lui, il a pu être ponctuellement tenu pour l’un des « leaders » de Nuit Debout.

4Il ne s’agit pas, pour autant, de surestimer la singularité du phénomène. Dans une contribution nuancée, précédée d’une utile « chronologie non exhaustive du “long mois de mars” » (p. 17-19), Arthur Guichoux donne à voir comment Nuit Debout, sans être une configuration parfaitement inédite, peut s’envisager à l’aune d’autres mouvements d’occupations des places, dont il se distingue par son engagement « sisyphien » (p. 22), formule astucieuse qui rappelle que l’occupation de la Place de la République n’a jamais duré toute la nuit, les participant·e·s devant reprendre chaque jour l’aménagement des lieux. Il convient aussi de l’envisager comme une mobilisation plurielle, divisée entre « un pôle “citoyenniste”, qui prône un approfondissement de la démocratie, et un bloc “militant”, se considérant plus radical et hostile à l’ordre socio-économique dans sa globalité » (p. 37). Arthur Guichoux note enfin comment, au fil des jours, l’occupation semble devenir une fin en soi. C’est ce qu’observe également Christine Guionnet dans sa contribution sur l’expérience de Nuit Debout à Rennes. Elle explique comment la mise en place d’une politique préfigurative et, en cela, la performativité de l’événement, ont été rendue possibles par la valorisation de la spontanéité et du micro-faire immédiat : « débattre au gré de ses envie, sans autre fin immédiate que le plaisir de participer à un forum démocratique, et de faire vivre la démocratie en actes, en préfigurant par des expérimentations démocratiques concrètes la nouvelle société à construire – encore floue » (p. 76).

  • 4 De cette façon, malgré la très utile mise au point de Manuel Cervera-Marzal, qui propose un convain (...)

5En définitive, cet ouvrage rend bien compte, au travers des différentes contributions, des mécanismes d’émergence de Nuit Debout, des activités que le mouvement a permis de structurer, des profils des participant·e·s et des expériences militantes, des espèces d’espaces qui ont pris forme sur la Place de la République et, plus généralement, du rôle du « long mois de mars 2016 » dans l’histoire de la France contemporaine. On regrettera simplement – c’est l’un des revers des ouvrages collectifs – les contradictions apparentes entre certaines contributions4. Mais l’on pourra aussi se réjouir que cet ouvrage offre un important cadrage sociohistorique, qui pourra favoriser d’autres recherches sur le continent discursif de Nuit Debout, c’est-à-dire à ce qui s’est dit, échangé, proposé, inventé au sein de cette concrétisation éphémère d’une utopie où le plus important était peut-être de « laisser la parole circuler horizontalement » (p. 203).

Haut de page

Notes

1 Sur les débats et réflexions des Gilets jaunes, voir notamment le collectif Gilets jaunes : jacquerie ou révolution, Montreuil, Le Temps des cerises, 2020 et Laurent Jeanpierre, In Girum. Les leçons politiques des ronds-points, Paris, La Découverte, 2019.

2 Démontrant à quel point les griefs d’« individualisme » et de « populisme » qui ont été faits à Nuit Debout sont spécieux, Tarragoni donne à voir, à partir d’un ensemble d’entretiens et de récits de vie de participant·e·s, comment le mouvement a permis pour beaucoup un processus de « subjectivation politique », c’est-à-dire « la production d’un nouveau rapport à soi, en lien avec une critique de la domination que l’individu réfère à un collectif politique émergeant » (p. 157).

3 Au sens où l’entendait David Graeber, c’est-à-dire comme concrétisation de « l’idée selon laquelle la forme organisationnelle qu’adopte un groupe doit incarner le type de société qu’il veut créer » (Comme si nous étions déjà libres, Montréal, Lux Éditeur, 2014). Voir aussi Luke Yates, « Rethinking Prefiguration: Alternatives, Micropolitics and Goals in Social Movements », dans Social Movement Studies. Journal of Social, Cultural and Political Protest, vol. 14, n° 1, 2015, p. 1-21.

4 De cette façon, malgré la très utile mise au point de Manuel Cervera-Marzal, qui propose un convaincant essai de sociologie du leader en distinguant ce rôle de celui du « chef » ou du « porte-parole » (en montrant comment le leadership peut s’envisager comme une capacité d’entraînement, et comment Nuit Debout a permis d’observer des renouvellements et redistributions de cette fonction), plusieurs chapitres relaient trop rapidement l’image d’un « mouvement sans leader ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Saint-Amand, « Christine Guionnet et Michel Wieviorka (dir.), Nuit debout. Des citoyens en quête de réinvention démocratique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 19 novembre 2021, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/52629 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.52629

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search