Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Pierre Blavier, Gilets jaunes. La...

Pierre Blavier, Gilets jaunes. La révolte des budgets contraints

Fanny Hugues
Gilets jaunes
Pierre Blavier, Gilets jaunes. La révolte des budgets contraints, Paris, PUF, 2021, 240 p., ISBN : 978-2-13-083061-0.
Haut de page

Texte intégral

1Le 17 novembre 2018, suite à l’annonce gouvernementale de la mise en place d’une taxe carbone, et en réponse à un appel contestataire sur les réseaux sociaux, les ronds-points français sont investis de centaines de milliers de « Gilets jaunes » cherchant à bloquer le trafic routier pour faire entendre leurs revendications. L’enquête de Pierre Blavier commence ce jour-là, lorsqu’il se rend sur un premier rond-point, carnet en main et vêtu d’un gilet jaune.

  • 1 Cottereau Alain et Marzok Moktar, Une famille andalouse. Ethnocomptabilité d’une économie invisible (...)
  • 2 Blavier Pierre, « Les réaménagements de la consommation en contexte de récession », Revue française (...)

2L’approche choisie par l’auteur pour cartographier le mouvement des Gilets jaunes est inédite : elle croise les dimensions politique et socio-économique à partir d’une enquête monographique qui resserre la focale sur les ronds-points d’une même agglomération (anonymisée) et jusqu’à l’étude d’un ménage. Dans la lignée des recherches en ethnocomptabilité qui ont émergé à la suite d’Une famille andalouse d’Alain Cottereau et de Moktar Marzok1, la politisation in situ sur les ronds-points des Gilets Jaunes rencontrés est mise en lien avec leurs conditions de vie. Dans la continuité de ses recherches précédentes sur les chômeurs espagnols de longue durée qui croisent approches macro et micro2, Pierre Blavier s’appuie sur l’enquête « budget de famille » de l’INSEE afin de rendre compte de « l’ensemble des pratiques monétaires mais aussi non monétaires […] qui permettent de “joindre les deux bouts” » (p. 11) – sujet crucial qui se trouve à l’origine de cette mobilisation.

  • 3 Enquête initiée par la politiste Magali Della Sudda, et poursuivie par plusieurs dizaines d’enquête (...)

3L’ouvrage est fondé sur une méthodologie plurielle ainsi que sur une dense collecte de matériaux. Il s’appuie tout d’abord sur une enquête participative quasi quotidienne réalisée du 17 novembre 2018 au 15 janvier 2019 sur plusieurs ronds-points d’un département rural du centre de la France. Composée d’observations, mais aussi d’entretiens formels et informels, cette enquête empirique est complétée par la passation de quatre-vingts questionnaires inspirés de l’enquête nationale3, le dépouillement de la presse régionale et nationale, le recensement des enquêtes par sondage, ainsi que la consultation de cinq-cents contributions aux cahiers citoyens mis en place.

4La première et plus longue des deux parties s’attache à décrire précisément cette action collective d’occupation des ronds-points sans précédent en France, et qui n’est coordonnée par aucune organisation (parti, syndicat, réseau associatif) – bien que l’auteur relève son enchevêtrement avec les mobilisations antérieures du milieu routier contre les 80 km/h et contre l’écotaxe associée aux portiques automatiques, celles des retraités contre la CSG, ainsi que les mobilisations sectorielles dans le soin, toutes nuançant « la spontanéité présumée des Gilets jaunes » (p. 125).

  • 4 Selon l’enquête nationale, la médiane du revenu mensuel disponible des Gilets jaunes est toutefois (...)

5L’accent est porté sur la sociodémographie des participants à de tels blocages routiers. Est soulignée la familiarité des Gilets jaunes avec la circulation routière, puisque le mouvement est notamment composé de chauffeurs et de chauffeuses, d’aides à domicile, ou encore d’auxiliaires de vie. Mais il y a aussi un lien au milieu de la route en général : 90 % des Gilets jaunes possédent une voiture pour se déplacer en milieu rural, et beaucoup ont des connaissances en mécanique. À travers les descriptions ethnographiques mobilisées, Pierre Blavier présente les ronds-points comme des lieux de rencontre où l’on prend du plaisir à être ensemble et où l’on se sent à l’aise, leur organisation étant fondée sur des références et compétences de bricole partagées, du fait notamment d’une condition sociale précaire commune4. C’est dans ces activités quotidiennes, mêlées au souhait de gagner en légitimité auprès des automobilistes, que l’auteur décèle une politisation en pratique, qui ne se fonde pas sur la politique institutionnalisée, mais qui tire parti de l’ancrage dans un même tissu socio-productif local. Celle-ci est alors pertinemment mise en regard avec une politisation à bas bruit qui résulte historiquement des mutations de la structure de l’emploi en France ces dernières décennies : précarisation des contrats, difficultés à s’organiser collectivement, etc.

6L’originalité de l’ouvrage tient à sa démonstration du lien entre l’engagement des Gilets jaunes sur les ronds-points et les enjeux socio-économiques marquant les milieux engagés dans ce mouvement. L’auteur montre ainsi dans la seconde partie en quoi cette révolte ne repose pas uniquement sur la taxe carburant prévue. C’est bien « la remise en question de modes de vie et de leurs soubassements budgétaires » (p. 12) qui a mené à cette mobilisation. Ce résultat ne procède pas seulement de ce qui se raconte in situ, mais de la convergence de données issues de la statistique publique, d’enquêtes quantitatives sur le mouvement des Gilets jaunes, et de l’ethnographie immersive. L’autre originalité de l’ouvrage est que l’auteur ne s’arrête pas à ce régime de preuve, déjà conséquent : en s’appuyant sur la méthode ethnocomptable, il creuse les aspects pratiques de la vie économique domestique d’une famille de Gilets jaunes, tout en s’intéressant à la façon dont ses membres évaluent ce qui compte. In fine, ces précieuses données collectées donnent à voir une partie jusqu’alors invisibilisée de l’iceberg de la mobilisation.

  • 5 Sur les réseaux de solidarité populaires, voir notamment Collectif Rosa Bonheur, La ville vue d’en (...)

7Le cas de José, mécanicien de 50 ans d’origine portugaise, est étudié de manière approfondie à partir de la reconstitution de ses trajectoires professionnelle et résidentielle, ainsi que du comptage précis de tous ses revenus (2874 euros pour le couple avec leur enfant) et de toutes les dépenses monétaires du ménage. Le tableau réalisé fait alors ressortir des dépenses contraintes très importantes (loyers, abonnements, taxes), concernant 93 % des revenus, avec un reste à vivre de 201 euros. Face à cet équilibre très précaire, est esquissé le « système D », selon les termes de José, soit un ensemble de pratiques qui permettent au ménage de s’en sortir en se fondant sur des activités qui permettent conjointement d’augmenter ses ressources (revente de ferraille, préparation de son propre bois de chauffage, récupération) et de limiter ses dépenses (peu de loisirs, nourriture de basse qualité, pas d’achat de vêtement, soldes, achats d’occasion), et qui s’inscrit dans un réseau de relations familiales et amicales locales5. C’est à la fragilisation de ce « système D » en tant que mode de vie notamment fondé sur la voiture – difficulté de réparation de l’électronique, durcissement du contrôle technique et augmentation des coûts de déplacement automobile – que les Gilets jaunes répondent en se mobilisant.

8La capacité de l’auteur à mobiliser à la fois des macro-données de statistiques publiques et une enquête ethnographique poussée lui permet de comparer le ménage étudié avec d’autres, afin de monter en généralité sur les modes et conditions de vie des Gilets jaunes (pratiques de consommation, déplacements, emplois), tout en faisant ressortir ses particularités.

  • 6 Cf. Colombi Denis, Où va l'argent des pauvres ? Fantasmes politiques, réalités sociologiques, Paris (...)

9D’autre part, les données comptables méticuleusement collectées ainsi que l’évaluation que propose José de son budget invitent à aller à rebours des prénotions sur les personnes paupérisées, qui ne parviendraient pas à gérer leur budget de manière rationnelle6, car l’accent est ici mis sur des pratiques de débrouille au quotidien, loin d’une vision misérabiliste de ces modes de vie.

  • 7 Perrin-Heredia Ana, « La gestion du budget : un pouvoir paradoxal pour des femmes de classes popula (...)

10À l’instar de l’auteur, qui le déplore lui-même, on ne peut que regretter que José ait précocement mis un terme à l’enquête, ce qui n’a pas permis d’interroger son épouse Sylvie et leur fils Maxime, qui ont refusé de participer à l’enquête. Le fait de ne pas avoir eu accès à l’ensemble des membres du ménage est d’autant plus problématique que l’on connaît pourtant le rôle des femmes dans la gestion de l’économie domestique en milieux populaires7, rôle qui se trouve en conséquence à nouveau invisibilisé ici. Mais telle est la contrepartie des enquêtes monographiques de type ethnocomptable, qui recueillent des données personnelles impliquant une collaboration de longue durée des personnes investiguées et doivent s’adapter à des seuils d’intimité variables. C’est déjà un tour de force, de la part de Pierre Blavier, d’avoir reconstitué un budget et d’avoir pu le resituer de manière emboîtée dans le contexte socioéconomique local des ronds-points de la ville, puis à l’échelle nationale, dans le système fiscal français et dans l’histoire des mouvements sociaux récents, ceci tout en jalonnant son propos de scènes ethnographiques, de tableaux, de graphiques, de cartes et de photographies qui accompagnent son écriture didactique et contribuent à rendre l’ouvrage clair et convaincant.

Haut de page

Notes

1 Cottereau Alain et Marzok Moktar, Une famille andalouse. Ethnocomptabilité d’une économie invisible, Paris, Bouchène, 2012 ; « Joindre les deux bouts. Enquêtes d’ethnocomptabilité », Revue des politiques sociales et familiales, n° 123, 2016.

2 Blavier Pierre, « Les réaménagements de la consommation en contexte de récession », Revue française de sociologie, vol. 59, n° 1, 2018, p. 7-36.

3 Enquête initiée par la politiste Magali Della Sudda, et poursuivie par plusieurs dizaines d’enquêteurs et d’enquêtrices (voir Collectif d’enquête sur les Gilets jaunes, « Enquêter in situ par questionnaire sur une mobilisation. Une étude sur les Gilets jaunes », Revue française de science politique, vol. 69, n° 5-6, 2019, p. 869-892).

4 Selon l’enquête nationale, la médiane du revenu mensuel disponible des Gilets jaunes est toutefois de 2000 euros, contre 2519 euros pour la France métropolitaine, ce qui ne les situe donc pas parmi les franges les plus pauvres de la société française.

5 Sur les réseaux de solidarité populaires, voir notamment Collectif Rosa Bonheur, La ville vue d’en bas. Travail et production de l’espace populaire, Paris, Amsterdam, 2019 ; compte rendu de Stéphanie Vincent pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/38226.

6 Cf. Colombi Denis, Où va l'argent des pauvres ? Fantasmes politiques, réalités sociologiques, Paris, Payot, 2020 ; compte rendu de Marion Clerc pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/41256.

7 Perrin-Heredia Ana, « La gestion du budget : un pouvoir paradoxal pour des femmes de classes populaires », in Anne Lambert, Pascale Dietrich-Ragon et Catherine Bonvalet (dir.), Le monde privé des femmes. Genre et habitat dans la société française, Paris, Ined éditions, 2018, p. 193-212.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Hugues, « Pierre Blavier, Gilets jaunes. La révolte des budgets contraints », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 novembre 2021, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/52630 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.52630

Haut de page

Rédacteur

Fanny Hugues

Doctorante en sociologie, ma recherche vise à documenter les trajectoires, le quotidien et les pratiques de « débrouille » de personnes vivant avec de faibles revenus dans plusieurs espaces ruraux français.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search