Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Xavier Vigna, Histoire de la soci...

Xavier Vigna, Histoire de la société française.1968-1995

Caroline Leroy
Histoire de la société française (1968-1995)
Xavier Vigna, Histoire de la société française (1968-1995), Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2021, 128 p., EAN : 9782348054594.
Haut de page

Texte intégral

1Évitant la facilité de narrer une histoire jalonnée de changements politiques, Xavier Vigna propose une histoire de la société française lue dans une double temporalité (longue et moyenne durées) mais pour autant issue de bouleversements politiques et sociaux. L’auteur ambitionne ainsi de retranscrire l’évolution de la société française entre 1968 et 1995, qu’il annonce comme caractérisée par sa « viscosité », à savoir un mouvement perpétuel mais aux transformations lentes. L’Histoire de la société française cherche à sortir du schéma binaire qui oppose traditionnellement la période de croissance post soixante-huit à la période de crise relevée à partir du mitan des années 1980. Le choix des bornes renvoie aux mobilisations sociales, des lendemains de l’évènement 68 jusqu’au mouvement social de 1995 contre le plan Juppé, en ce qu’elles révèlent les structures « et les tensions qu’elles cristallisent ». Par cet ouvrage et cette approche, Xavier Vigna affiche une volonté non dissimulée « de relancer, voire de susciter, les recherches en histoire sociale » (p. 5).

2L’ouvrage comporte cinq chapitres qui sont organisés autour de thèmes, retraçant chacun une « histoire » de l’après 68 à 1995. Si la fin de la seconde guerre mondiale et le baby-boom ont accéléré les mutations de la société française tant dans son urbanisation que dans son vieillissement, et via une ouverture au monde associée à des modes de consommation uniformisés, l’auteur précise que ces traits caractéristiques sont à nuancer « selon les territoires, les classes sociales et les générations » (p. 8). L’ambition de l’ouvrage est donc de ne pas reprendre une histoire chronologique simpliste, mais bien de croiser et recouper ce qui tisse les maillages de la société française entre les bornes proposées.

  • 1 Francart Gabriel, « Le rééquilibrage géographique de la France », Économie et statistique, n° 153, (...)

3Xavier Vigna plante le décor d’un cadre de vie renouvelé des Français, sorte de « rééquilibrage géographique »1, qui renvoie au déclin de l’emploi industriel mais qui, dans le même temps, fragilise les valeurs de la culture ouvrière traditionnelle par une dissociation des espaces de travail dans un milieu urbain dense et des espaces résidentiels banlieusards ou périurbains. Les exemples nombreux et répartis sur l’entièreté de l’hexagone rendent le récit attractif, jalonné des expressions et métaphores rendant compte des réalités locales particulières. L’alternance entre descriptif qualitatif et données quantitatives aide à l’imprégnation du lecteur dans une temporalité et une histoire précises, tant pour le vieillissement de la France que pour les flux migratoires qui s’amplifient, apportant à la fois une main d’œuvre de subalternes majoritairement, tout en augmentant les réticences jusqu’à de possibles xénophobies. Les modes de vie sont tout autant interrogés, Xavier Vigna qualifiant la consommation d’uniformisée, autour du « canapé Ikéa devant le téléviseur » (p. 19), dans un mitan des années 1980 marqué par la multiplication des chaînes privées et l’apparition des magnétoscopes, par exemple. À côté de cette apparente uniformisation, l’auteur glisse néanmoins des oppositions et luttes de classes, entre consommation des cadres et possibilités des ouvriers. « Quand les CSP dominantes voyagent toujours davantage à l’étranger et goûtent les cuisines exotiques […], les CSP dominées, spécialement urbaines, […] dans des logements qui se dégradent, vivent une concurrence croissante sur le marché du travail » (p. 24).

  • 2 Ferhat Ismaïl (dir.), Les foulards de la discorde. Retours sur l’affaire de Creil, 1989, La Tour-d’ (...)

4L’auteur évoque ensuite les « mutations de l’intime », en les inscrivant dans des évolutions plus larges que la seule révolution de mai 1968. Le recul de la foi, par un déclin du catholicisme, est contrebalancé par la présence de nombreux musulmans issus de l’immigration tendant à accroitre la visibilité de l’islam. L’exemple de l’affaire dite « des foulards » en 1989 est éloquent pour symboliser les crispations suscitées par le culte2. Simultanément, cet intime passe par une centration sur le corps, accentuée par la diminution du temps de travail et l’augmentation des vacances de français. La diététique, le yoga, le « jogging » séduisent, en parallèle d’un mouvement de libération insouciante du désir et des corps, freiné par l’épidémie du sida, maladie qui arrive en France en 1983 et se développe jusqu’au pic de 1994, avec 4 860 victimes recensées par l’Ined (Institut national d’études démographiques). La formation des familles n’est pas épargnée par ces transformations, les rencontres se faisant plutôt lors des études pour les plus jeunes, et sur le lieu de travail pour les plus âgés. Les couples se forment plus tardivement, infléchissant aussi la courbe des mariages, qui décline de 416 500 en 1972 à 280 000 en 1989, selon les statistiques de l’Insee. Les divorces, à l’inverse, ont largement augmenté, la loi sur la séparation à l’amiable impulsant leur envol entre 1984 et 1990, phénomène qui éclate partiellement le modèle familial. « La société française change, mais lentement : plus dans ses convictions, sa foi ou ses rapports au corps que dans ses comportements démographiques » (p. 39)

5Pour poursuivre, l’analyse du travail, en ce qu’il est pour l’auteur « un des grands ordonnateurs de la vie sociale » (p. 41), révèle trois axes de transformation. L’extension du salariat, d’une part, implique un recul des indépendants, tant chez les paysans et ouvriers agricoles, sous l’effet de la modernisation technologique, que chez les commerçants et artisans, concurrencés par la croissance des grandes surfaces. À l’inverse, les professions libérales et juridiques opèrent quant à elles un essor considérable. Deux autres évolutions massives associées se dessinent : celle de la tertiarisation accélérée, avec de multiples emplois, et celle, concomitante, du travail féminin via les métiers de services, malgré quelques professions qui restent des bastions masculins comme l’armée.

6S’agissant du secteur industriel et de la classe ouvrière chère à Xavier Vigna, l’auteur explique le processus de stagnation (entre 1975 et 1982) puis de régression (jusqu’en 1990) du nombre d’ouvriers par la reconfiguration en profondeur du tissu industriel et de son implantation. Ces reconfigurations entrainent une sorte de porosité entre la classe ouvrière et les classes populaires constituées des employés et de la petite paysannerie. Ces deux classes partagent les fonctions subalternes, des revenus modestes, des horaires souvent décalés et la monotonie des tâches souvent associée à des conditions de travail dégradées, exposant les corps aux maladies professionnelles.

7Xavier Vigna revient alors sur les évènements de mai et juin 68 en ce qu’ils se prolongent dans la décennie suivante, sous forme d’une « humeur anti-institutionnelle » (p. 59), contestant les rapports de pouvoir et entendant bien changer la vie. La société française se transforme dans toute une série de lieux, de la vie privée (la prise en compte accrue des personnes en situations de handicap en est un axe privilégié) aux lieux de travail, en passant par le souci de préserver l’environnement ou de réduire l’arbitraire, par exemple. Mais l’auteur met aussi en évidence ce qui est moins unanimement expliqué ou montré : les Français de cette « société de droite », ce monde social conservateur ignoré des travaux des sciences sociales mais pourtant plus nombreux, plus âgés sans doute, qui ont vécu ces mobilisations à distance, voire les ont critiquées. Cet axe « dans la foulée de 68 » ne pouvait se passer d’étudier ce que l’auteur appelle « la floraison féministe », qui gagne en droits, en structuration et en échos dans la société française dès les années 1970 et surtout à l’aube des années 1980, avec un féminisme institutionnel, même si l’on peut lui reprocher de ne pas parvenir à améliorer grandement la condition féminine.

8Pour terminer, et sans que cela soit chronologique, Xavier Vigna revient sur sa définition des crises, en ce qu’elles affectent la société française et ne « frappent pas partout ni uniformément » (p. 83). L’originalité tient encore ici à ce que l’auteur montre certes les répercutions plutôt négatives de ces évolutions, mais s’attarde aussi à identifier la minorité des « gagnants ». D’un côté la désindustrialisation, si elle fait disparaître des activités secondaires devenues obsolètes comme les mines, liquide et efface aussi les figures qui incarnent un monde ancien. De l’autre, dans une logique de revente à court terme, des investisseurs « qui ne risquent pas un sou » font figure de parvenus ou de prédateurs. Le chômage s’est envolé depuis le premier choc pétrolier, amenant à deux puis trois millions le nombre des demandeurs d’emploi en 1982 puis 1993. Les jeunes, les peu qualifiés, les femmes, sont les catégories les plus touchées et plus enclines à la dépression et aux maladies ou à l’alcoolisme. Fort de nombreux exemples saisissants, l’auteur embarque le lecteur dans l’Allier ou dans le Pas-de-Calais, au plus près de ceux qui vivent les crises. Le propos est abondamment relié aux diverses lois et choix politiques des élus des décennies 1970 et 1980, le système scolaire n’échappant pas à l’analyse minutieuse de l’auteur, en ce qu’il dénote de dégradations face à une démocratisation devenue massification, dont les professeurs sont les premiers à vivre des crispations multiples.

9Et Xavier Vigna de réussir à guider le lecteur vers de possibles suites ou conseils de recherches, comme des limites à son ouvrage pourtant déjà novateur dans ses « allers-détours » historiques, en proposant des axes encore trop peu explorés tels que « la profondeur et la consistance de la société de droite » (p. 107), ou des pistes de travail en dehors des grandes métropoles et au plus près « des petites histoires qui tissent la grande ».

Haut de page

Notes

1 Francart Gabriel, « Le rééquilibrage géographique de la France », Économie et statistique, n° 153, 1983, p. 35-46.

2 Ferhat Ismaïl (dir.), Les foulards de la discorde. Retours sur l’affaire de Creil, 1989, La Tour-d’Aigues / Paris, Éditions de l’Aube / Fondation Jean-Jaurès, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Leroy, « Xavier Vigna, Histoire de la société française.1968-1995 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 22 novembre 2021, consulté le 04 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/52644 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.52644

Haut de page

Rédacteur

Caroline Leroy

Professeur agrégée d’EPS, PRAG à l’Université d’Artois, UFR STAPS de Liévin (62). Doctorante au laboratoire CREHS (Artois).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search