Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Céline Letawe, Christine Pagnoull...

Céline Letawe, Christine Pagnoulle, Patricia Willson (dir.), Langues et rapports de force. Les enjeux politiques de la traduction

Josua Gräbener
Langues et rapports de force
Céline Letawe, Christine Pagnoulle, Patricia Willson (dir.), Langues et rapports de force. Les enjeux politiques de la traduction, Liège, Presses universitaires de Liège, coll. « Truchements », 2021, 186 p., ISBN : 978-2-87562-267-9.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif regroupe plusieurs contributions autour d’une thèse forte, exposée explicitement dès l’introduction. Loin d’être une simple opération technique, indifférente aux rapports de force asymétriques pouvant exister entre langue source et langues cible, la traduction est un acte éminemment politique. Céline Letawe, Christine Pagnoulle et Patricia Willson précisent la nature du fil rouge découlant de ce parti pris et structurant le livre :« tous les textes recueillis déploient, autant sur le plan théorique que critique, des expériences traductives et des réflexions traductologiques où l’une des langues de travail détient le statut de langue coloniale, impériale ou hégémonique » (p. 13). Deux grands types d’études empiriques sont proposées.

2La plupart des chapitres relèvent d’une analyse microsociologique des dilemmes pratiques qui se posent aux traducteurs souhaitant restituer le fond d’un récit littéraire ou journalistique, mais également sa forme. En effet, ce n’est pas seulement à travers le signifié que les producteurs de discours font circuler leurs idées, mais également à travers les signifiants eux-mêmes, porteurs de choix et donc de sens. C’est particulièrement visible dans les productions qui jouent avec le métissage des langues. Ainsi, Rosana Orihuela montre comment l’espagnol « quechuanisé » dans les pays andins (Pérou et Équateur, notamment) que cherche à restituer José Maria Arguedas dans son œuvre littéraire pose de redoutables défis pour les traducteurs vers des langues dont le contexte politique est totalement différent. Quant aux mille variantes du « vernaculaire noir américain [qui] est un outil de résistance à l’hégémonie de la langue du maitre » (p. 53), le fait qu’elles soient maniées avec brio par August Wilson représente autant de défis pour les traducteurs. Comment en effet ne pas « tomber dans une “exotisation” aux accents caricaturaux, voire racistes, en voulant mettre une altérité factice en évidence», s’interrogent Valérie Bada et Christine Pagnoulle , p. 53). Les choix de traduction peuvent enfin être ouvertement politisés, afin de garder la charge subversive attachée au texte source : c’est le cas de Mehrotra qui introduit du slang dans sa traduction de chants d’Inde du Nord du XVe siècle. N’en déplaise aux puritains, sagesse philosophique et irrévérence ne sont pas incompatibles, comme en témoigne les nombreux paris osés d’anachronismes tels que « be street-smart », « so much bullshit », ou « screw up your life », relevés par Julie Beluau.

3Un deuxième ensemble de chapitres regroupe des analyses plutôt méso- voire macro-sociologiques, centrées sur les traductions de textes officiels dans des pays plurilingues et les orientations idéologiques qu’elles permettent de retracer. Ces orientations peuvent être très claires, comme dans l’étude de cas de Chantal Gagnon et Esmaeil Kalantari. Lorsque les textes formulés en anglais par le gouvernement fédéral canadien sont écrits à la voix passive, mais traduits à la voix active en français et accompagnés du pronom « nous » : il s’agit d’ encourager les Québécois à se penser canadiens plutôt que membres d’une nation francophone aspirant à l’autonomie. Les orientations idéologiques peuvent au contraire être plus difficiles à retracer, comme dans les communiqués officiels de la République populaire de Chine et de l’Union européenne. Pour rendre compte de leur caractère ambivalent voire indéchiffrable, Françoise Lauwaert et Benjamin Heyden identifient des facteurs explicatifs analogues, dont les hybridations culturelles multiples et les compromis entre intérêts concurrents. . Elles peuvent enfin être « scandaleuses », comme le souligne Jean-Guy Mboudjeke. Lorsque les institutions publiques canadiennes et camerounaises favorisent de fait les majorités linguistiques en ne permettant pas aux minorités (respectivement francophone et anglophone) d’accéder à des traductions de qualité pour bénéficier des mêmes services publics et opportunités. Plutôt que de postuler un bilinguisme parfait (et théorique) de tous les citoyens des minorités linguistiques, des gouvernants soucieux de justice linguistique devraient mettre en œuvre des politiques linguistiques garantissant l’égalité réelle en tenant compte des différences réelles.

  • 1 Notre traduction.
  • 2 Idem.

4Les approches micro et méso mobilisées dans cet ouvrage sont complémentaires et permettent de dégager une idée fondamentale : si les opérations de traduction sont largement déterminées par leur contexte social, les traductrices et traducteurs n’en gardent pas moins d’importantes marges de manœuvre pour apporter une coloration particulière à l’articulation entre les textes source et cible et surtout, à travers eux, entre leurs producteurs et récepteurs. Ce point est bien souligné dans le chapitre de Cristina Caimotto, remarquable d’honnêteté intellectuelle et consacré à la façon dont l’actualité est traduite dans plusieurs grands titres de la presse italienne : « Les chercheurs jeunes et inexpérimenté·e·s doivent être particulièrement mis en garde contre les risques qu’implique le postulat selon lequel des pressions idéologiques seraient délibérément exercées par les traducteurs eux-mêmes ou par des entités externes influençant activement voire censurant les choix des traducteurs  »1 (p. 122). L’intérêt de ne pas essentialiser les rapports de domination est immense, ne serait-ce que pour éviter que qui que ce soit puisse prétendre revendiquer le monopole du discours légitime sur tel ou tel groupe « dominé ». De telles prétentions sont fréquentes mais illogiques donc ineptes, si l’on suit jusqu’au bout le raisonnement de l’auteur, qui met en évidence le décalage entre fluidité linguistique et rigidité des frontières. Par exemple, dénoncer et combattre la domination « occidentale » est à tout le moins paradoxal si l’on postule en même temps que le recours à un raisonnement dichotomique est en lui-même occidental : « le recours aux dichotomies, qu’elles soient métaphysiques ou scientifiques, relève d’une idéologie, voire d'un ordonnancement cosmologique, qui participe à la constitution de l’identité de l’Occident »2, souligne Maria Constanza Guzman (p. 156).

5De la même façon, on ne peut qu’apprécier l’humilité de tous les auteurs et autrices lorsque la limite transversale à leurs enquêtes est explicitement assumée : celles-ci sont toutes centrées sur les producteurs de discours. On ne sait donc pas quelle est la réception de tous ces discours (poétiques ou politiques) par les différents publics des traductions : lecteurs de livres, de presse ou de journaux, usagers de services publics, citoyens, etc. On ne sait pas non plus quels en sont les effets pratiques ou même symboliques. Le fait d’assumer cette limite, liée à des choix d’objets et de méthodologies, permet de justifier en retour la nécessité de recherches complémentaires.

6En dépit de ces quelques réserves, l’ouvrage est plus que bienvenu et on peut recommander sa lecture bien au-delà des cercles de spécialistes de la traduction. Il peut achever de convaincre d’éventuels indécis sur les dangers qu’implique la rigidification et l’appauvrissement des langues, tant à cause des crispations identitaires que de la marchandisation du monde. Contre les premières, ce livre met en évidence l’intérêt de réfléchir en termes de métissages et de fluidité linguistique : ce n’est qu’à partir de telles catégories que l’on peut penser la multiplicité des ancrages culturels avec lesquels tous les individus construisent quotidiennement des identités souples et spécifiques. Contre la seconde dynamique, il nous enseigne que la multiplication irréfléchie des échanges de marchandises et de capitaux n’est pas seulement délétère sur les plans écologique et social, mais qu’elle induit aussi un appauvrissement culturel.

Haut de page

Notes

1 Notre traduction.

2 Idem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Josua Gräbener, « Céline Letawe, Christine Pagnoulle, Patricia Willson (dir.), Langues et rapports de force. Les enjeux politiques de la traduction », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 24 novembre 2021, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/52757 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.52757

Haut de page

Rédacteur

Josua Gräbener

Politiste, chargé de cours à l’université de Lille, formateur au CEFIG (Bruxelles). josua.grabener@gmail.com.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search