Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Adèle Sutre, Géopolitique des tsi...

Adèle Sutre, Géopolitique des tsiganes. Des façons d’être au monde, entre circulations et ancrages

Gaëlla Loiseau
Géopolitique des tsiganes
Adèle Sutre, Géopolitique des tsiganes. Des façons d'être au monde, entre circulations et ancrages, Paris, Editions Le Cavalier Bleu, 2021, 182 p., ISBN : 979-10-318-0438-5.
Haut de page

Texte intégral

1Au croisement de la géographie et de l’histoire, l’ouvrage d’Adèle Sutre propose une relecture des mobilités internationales des populations tsiganes, appréhendées à partir de trajectoires familiales au long cours plutôt que de mouvements migratoires. Une particularité de l’approche de l’auteure consiste à s’appuyer sur des archives de tout ordre (médiatiques, administratives, correspondances, etc.) recensées sur tous les continents pour dévoiler l’ampleur des circulations de certains de ces groupes originaires des empires russe, austro-hongrois et ottoman entre le xixe et le xxe siècle. La reconstitution de trajectoires détaillées nous conduisant de l’Europe à l’Asie, de la Russie à l’Afrique ou de l’Australie à l’Amérique latine permet de mesurer l’aisance circulatoire de ces groupes qui déployaient des ateliers de chaudronniers, des activités d’artistes, de commerçants, ou fournissaient une main d’œuvre sur des chantiers de construction de routes, dans la sidérurgie ou dans l’agriculture. Passant d’un continent à l’autre, ils voyageaient en bateaux et en train, vendant tout ce qu’ils possédaient pour disposer d’un capital suffisant leur assurant une reprise d’activité à leur arrivée. Loin d’étioler les liens communautaires, cette dispersion planétaire s’accompagnait d’un usage régulier des outils de communication, témoignant d’une continuité des échanges entre membres de groupes familiaux élargis, notamment pour s’informer au sujet des opportunités ou difficultés économiques. C’est donc un véritable système de mobilité à l’échelle globalisée que ce travail historiographique nous dévoile.

2De manière assez classique, l’auteure procède à un travail de remise en cohérence de l’immense diversité des « mondes tsiganes » tels qu’ils apparaissent à travers le globe – et en particulier en Europe – en mettant l’accent sur les jeux de perception journalistiques et politiques dont les travaux historiques sont largement tributaires lorsqu’il s’agit de ces populations. C’est en utilisant l’image empruntée à Aimé Césaire et à Georges Didi-Huberman des « lucioles » (p. 60-61) qu’elle parvient de manière assez judicieuse à porter la focale sur « les faits qui restent dans l’ombre » (p. 60) tout en mesurant les stratégies de visibilité et d’invisibilité mises en œuvre aussi bien par les chroniqueurs que par les groupes concernés. Cette approche conceptuelle de dévoilement des angles morts dans les jeux de projecteurs portés sur les populations tsiganes étaye (dans la continuité des travaux de Patrick Williams ou de Leonardo Piasere) le travail de déconstruction des approches essentialistes et déterministes arcboutées sur une angoisse de la disparition. Égrainant au fil de son argumentaire quelques anecdotes, témoignages ou preuves du passage des Tsiganes sur les cinq continents, Adèle Sutre propose une approche de leurs circulations à partir d’un point de vue multiscalaire (p. 61). Selon elle, les trajectoires dessinées par ces groupes à l’échelle locale ou internationale relèvent d’un « savoir-faire du mouvement, entre connaissances et expériences du monde, qui repose sur la constitution de vastes réseaux sociaux, mobilisés en fonction des circonstances et qui sont les supports de la circulation de l’information » (p. 127). Optant pour une perspective plus philosophique que géopolitique, l’auteure oriente sa réflexion sur les « manières d’être au monde » de ces groupes plutôt que de chercher à conceptualiser les modes opératoires de ces familles très mobiles qu’elle a rétrospectivement suivies, à travers les continents ou à des échelles plus régionales au gré des traces qu’elles ont essaimées. Bien qu’elle rappelle à juste titre que « la mise au point d’un savoir-faire de la circulation n’est pas l’apanage des familles tsiganes qui parcourent le monde » (p. 132), l’auteure n’a pas pour autant porté sa focale sur les ressorts, les aspects organisationnels et les moyens alloués à cette mobilité, aussi circonstanciée soit-elle. Son approche par les dynamiques circulatoires et en réseaux familiaux élargis élude certains questionnements économiques, en particulier la rentabilité de leurs investissements et leur position au regard du capitalisme émergent. Or toutes ces circulations s’inscrivent dans des stratégies de réussite économique, voire des « paris » dans certains cas, traduisant les logiques très entrepreneuriales de ces familles.

3L’ancrage territorial, souligné par l’auteure comme partie intégrante de ce système de mobilité, s’opérait selon des liens tissés avec les locaux au rythme des foires et des récoltes nécessitant main d’œuvre ou savoir-faire. Ces relations socio-économiques allaient jusqu’à susciter des initiatives de protection de la part d’élus locaux pour contrer les mesures étatiques de bannissement déployées à l’encontre de ces familles tout au long des xviiie et xixe siècles (p. 76-77). Nous regrettons cependant que l’auteure n’aborde pas la question de l’accès aux biens susceptibles de matérialiser cette notion d’ancrage, en particulier les titres de propriété et leur éventuelle circulation au sein de ces groupes. Ainsi, certains points de conflits qui font la géopolitique cèdent la place à une vision parfois enjolivée de la réalité, lorsqu’il est affirmé par exemple que les familles accèdent aujourd’hui à la propriété « pour pouvoir maintenir leurs habitudes de circulation » (p. 88).

  • 1 Adèle Sutre emploie le concept de géopoétique « au sens où l’entend Kenneth White, c’est-à-dire une (...)

4Les matériaux historiques sur lesquels s’appuie l’auteure décrivent des groupes pionniers d’un usage mondialisé de l’espace. Les savoir-faire, représentations spatiales et pratiques en réseaux familiaux élargis forment une géopoétique1 de l’espace élaborée par ces familles, qu’Adèle Sutre décèle à travers les descriptions parfois confuses des villes et pays, associées à des évènements familiaux (mariages, accidents…) ou nourries d’expériences sensorielles telles que « l’endroit où il n’y a pas d’hiver » (p. 126). Le caractère fugace des méthodes de collecte d’informations sur les lieux (télégraphes, griffonnages sur des bouts de papiers…), ainsi que le non-usage des cartes (p. 125) laissent transparaître de solides réseaux évolutifs maintenus ou défaits au grés des opportunités (p. 130). De même, l’exercice d’activités se prêtant à la conquête de « nouveaux terrains […] de prospection, terrains familiaux, terrains de jeu » (p. 160) participe de cette dynamique géopoétique à travers laquelle ces groupes sont parvenus à s’adapter aux évolutions du monde.

5L’ouvrage, découpé en trois parties composées de trois chapitres chacune, adopte un style d’écriture limpide. La première partie est consacrée à la présentation de la diversité des mondes tsiganes et à la déconstruction des grands mythes qui ont imprimé dans les consciences l’idée d’une origine « indienne » et d’une migration progressive vers l’Europe, forgeant la théorie très fréquente aujourd’hui d’un « peuple transnational ». Se détournant de cette conception totalisante, Adèle Sutre s’attache plutôt à décrire les « représentations multiples » et les stéréotypes accolés aux populations tsiganes, incluant d’ailleurs les jeux que celles-ci s’accordent pour tirer profit de ces « images » produites sur eux. Les sollicitations ordinaires des badauds pour visiter leurs tentes ont ainsi insufflé à certains d’entre eux l’idée de se porter volontaires pour être engagés en tant que figurants dans le cadre des expositions universelles qui connurent un immense succès sur la seconde moitié du xixe siècle et le début du xxe siècle (p. 45-54).

  • 2 Victor Vishnevsky, Memories of a Gypsy, Cheverly, Salo Press, 2006.

6La deuxième partie s’attache à décrire les régimes de circulation et d’ancrage, partant des espaces régionaux jusqu’au « déploiement de circulations mondiales » (p. 103). Il en ressort une habileté de ces groupes à circuler en s’accommodant de la fascination qu’ils exercent sur le reste de la population : « les tentes étaient hermétiquement closes et ne s’ouvraient que moyennant finances » (p. 94) rapporte un observateur du passage d’un groupe en Lozère durant l’hiver 1876. Quelques stratégies économiques sont décrites, comme le quadrillage d’un territoire pour mieux vendre leurs services (p. 93), les locations de boutiques, d’ateliers et de salles de spectacles pour exercer leurs métiers ou encore les changements d’activités au gré des opportunités telles que, dans les années 1930 la réparation et l’ornement des « objets du culte pour les églises catholiques » (p. 112). Le déploiement de « circulations mondiales » nous amène en Chine, en Corée, au Japon, en Thaïlande, aux Philippines ou à Shanghai, considérée comme un « centre des circulations artistiques tsiganes au moins jusque dans les années 1950-1960 » (p. 108). Pris dans la tourmente de la guerre froide, certains repartiront dans les contrées soviétiques, où l’époque de gloire de ces familles d’artistes prendra fin (p. 110). Les mémoires de Victor Vishnevsky2 constituent un témoignage particulièrement riche que l’auteure restitue dans un contexte plus vaste de circulations mondiales et véritables « tours du monde » réalisés par certaines familles. Cette partie, qui constitue le socle de l’ouvrage, vient combler un vide important en matière de connaissance des circulations mondiales des populations tsiganes. Bien que saisies « à la volée » en raison du format synthétique de l’ouvrage, les trajectoires de ces groupes familiaux sont suffisamment documentées pour donner à voir l’amplitude circulatoire de ces groupes particulièrement résilients, dotés de fortes capacités d’adaptation. Au fil de la lecture s’esquisse une perception très ouverte de l’espace où les frontières internationales et intercontinentales semblent moins figées qu’elles ne le sont aujourd’hui. La troisième partie tente de cerner ce que pourrait être une « géopoétique des mondes tsiganes » (p. 117) en s’appuyant notamment sur des récits comme celui de Raymond Gurême, ou des œuvres comme celles de Ceija Stojka, de Pedro Amaya, d’Alexandre Romanès ou de Papusza, qui sont selon l’auteure autant de récits micro-politiques susceptibles de traduire des perceptions du monde et des manières créatives d’exister en tant que Tsiganes dans un monde qui ne cesse de déployer des dispositifs de contrôle et de contraintes à leur égard.

7En définitive, Adèle Sutre offre une mise en perspective originale des modes circulatoires des Tsiganes, sous la forme d’un panorama planétaire qui éclaire leur position pionnière à l’aune de la mondialisation des échange, et tranche avec les conceptions plus traditionnelles que recouvre le terme de « nomadisme » auquel ils sont le plus souvent associés.

Haut de page

Notes

1 Adèle Sutre emploie le concept de géopoétique « au sens où l’entend Kenneth White, c’est-à-dire une “géographie de l’esprit” née du rapport entre l’être humain et la Terre et qui dessine les zones d’ombre et de lumière du monde » (p. 162).

2 Victor Vishnevsky, Memories of a Gypsy, Cheverly, Salo Press, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlla Loiseau, « Adèle Sutre, Géopolitique des tsiganes. Des façons d’être au monde, entre circulations et ancrages », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 24 novembre 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/52780 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.52780

Haut de page

Rédacteur

Gaëlla Loiseau

Anthropologue, membre du laboratoire INNOVATION 0951 (INRAE Montpellier).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search