Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Federico Tarragoni, Émancipation

Federico Tarragoni, Émancipation

Ghislain Leroy
Émancipation
Federico Tarragoni, Émancipation, Paris, Anamosa, coll. « Le mot est faible », 2021, 102 p., ISBN : 9782381910345.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mazouz Sarah, Race, Paris, Anamosa, 2020.
  • 2 Saint-Martin Arnaud, Science, Paris, Anamosa, 2021 ; compte rendu de Geoffrey Phelippot : https://d (...)
  • 3 Allouch Annabelle, Mérite, Paris, Anamosa, 2021 ; compte rendu de Vanina Mozziconacci pour Lectures (...)

1Depuis sa création en 2016, la maison d’édition Anamosa a apporté de brillantes contributions en sciences humaines. Sa collection « Le mot est faible » a la particularité d’explorer une notion en une centaine de pages, courtes et enlevées. Après, Race de Sarah Mazouz1, Science d’Arnaud Saint-Martin2, Mérite d’Annabelle Allouch3, et d’autres encore, Federico Tarragoni prend ici en charge l’opus voué à la question de l’émancipation. L’auteur a précédemment étudié plusieurs mouvements populaires en Europe et en Amérique latine, ainsi que les théories sociologiques de l’individu, outre de nombreux autres apports significatifs dans les champs de la sociologie historique et de l’histoire des idées politiques. Neuf courts chapitres divisent l’ouvrage. Étant donné sa brièveté, nous faisons ici le choix de ne pas les résumer un par un, pour éviter de trop en dire ou d’être fastidieux. Il nous paraît plus dynamique de rendre compte synthétiquement des thématiques clefs de l’ouvrage, d’autant qu’il n’est pas rare qu’elles se retrouvent et soient approfondies d’un chapitre à l’autre.

2Pour définir la notion d’émancipation, l’auteur s’appuie tout au long de l’ouvrage sur l’opposition entre deux sens qu’a pris ce mot au cours du temps. Jusqu’au XVIIIème siècle, la notion d’emancipatio, venue des Romains, vise surtout à désigner la fin d’un contrat unissant deux parties, en particulier le maître et l’esclave ou le père et l’enfant. La notion est alors essentiellement juridique et, point capital, l’esclave ou l’enfant est dans ce cas émancipé par le maître ou le père. À partir du XVIIIème siècle, la notion prend un autre sens. À l’époque des Lumières se développe l’idée selon laquelle chacun peut s’émanciper soi-même. L’exemple paradigmatique en est le célèbre Qu’est-ce que les Lumières ? de Kant et l’injonction qui y est faite à chacun de se servir de son propre entendement, ce qui définit en un sens l’émancipation kantienne (même si le terme n’est pas employé chez lui). Chez Condorcet, on retrouve des thématiques très proches lorsqu’il s’interroge sur le rôle de l’éducation et de l’instruction dans ce type d’auto-émancipation : non plus une émancipation accordée par la personne qui nous domine, mais une capacité, en chacun, à se libérer.

3Néanmoins, c’est surtout au XIXème siècle que la notion va prospérer. En effet, comme le dit l’auteur, ce siècle de grandes oppressions est aussi celui où de nombreux combats d’émancipation apparaissent. Il se joue du même coup une déportation de la notion au niveau des collectifs et des groupes subalternes, notamment du côté des peuples dominés. Déjà, la Révolution française avait mis en œuvre l’abolition de l’esclavage, et ceci sans compensation pour les colons, preuve qu’il ne s’agissait pas de la rupture d’un contrat juridique au sens de l’emancipatio. Puis, au XIXème siècle, ce type d’émancipation émerge en Amérique du Sud, par exemple avec la révolution en Haïti, lors de laquelle le général Dessaline affirme : « osons être libres par nous-mêmes et pour nous-mêmes » (p. 52) ; mais aussi avec Bolivar, qui, lui, emploie explicitement le terme. Les mêmes représentations se retrouvent et se retrouveront ainsi du côté des libérations coloniales. En outre, au XIXème siècle, l’émancipation, c’est aussi celle de certaines populations subalternes au sein même des peuples occidentaux. Il s’agit des prolétaires, qui, à l’instar des ouvriers soyeux de Lyon, aspirent à ne plus être considérés comme portion négligeable par le pouvoir politique ; mais aussi des femmes, qui leur emboîtent le pas dès 1830. Dans tous ces types de luttes, « l’auto-désignation comme esclave est le premier pas vers l’émancipation » (p. 58), lorsque les dominés cessent de se penser avec les catégories des dominants.

  • 4 Mas Jean-Yves, « La récupération néolibérale des pédagogies alternatives », dans De Cock Laurence e (...)
  • 5 Pereira Irène, « Les pédagogies critiques ou le refus de la confusion néolibérale en pédagogie », d (...)

4Pour Federico Tarragoni, le recours à la notion d’émancipation est plus que jamais nécessaire dans le contexte actuel, critique pour les libertés fondamentales (se réunir, manifester, critiquer). Certes, il est des prolongements aujourd’hui des combats que l’on vient d’évoquer, comme du côté des luttes LGBTQI+ ou du mouvement #MeToo, qui sont (rapidement) évoquées. Mais la période actuelle est également, selon l’auteur, celle de méfiances vis-à-vis de la notion d’émancipation : Pierre-André Taguieff invite à se méfier de cette idée qu’il juge « floue » ; et Pasolini affirmait quant à lui que ce mot était désormais « jauni, vieux, décrépit » (p. 81). C’est aussi que la notion est actuellement reprise, récupérée par le contexte néolibéral. L’auteur évoque alors, à juste titre, les thématiques de l’entreprenariat de soi ou de la responsabilisation, qui traversent les politiques contemporaines et sont aujourd’hui travaillées par de nombreux sociologues de champs divers. Ceci nous rappelle les travaux de Jean-Yves Mas4 et Irène Pereira5, qui identifient l’étrange reprise par le néolibéralisme de certaines visées éducatives initialement subversives politiquement, comme la coopération, l’autonomie, ou encore la créativité. Pour Tarragoni, il est nécessaire de rappeler qu’émancipation individuelle et droits sociaux n’ont pas toujours été considérés comme antagonistes.

5Le sens de cette collection « Le mot est faible » est de laisser un auteur s’emparer d’un concept selon les cadres théoriques qui sont les siens. Dans le cadre de cette recension, nous ressentons ainsi le besoin de mettre en lumière que d’autres entrées auraient pu être mises en œuvre, parfois différentes, parfois complémentaires, pour ouvrir le débat.

  • 6 Lévi-Strauss Claude, Race et Histoire, Paris, Unesco, 1952.
  • 7 Arendt Hannah, La crise de la culture, Paris, Gallimard, 1972 [1961].

6Sans que cela soit mentionné comme tel, l’auteur défend au fond une vision universaliste de l’émancipation, qui serait une notion applicable à l’ensemble des temps et des époques, étant pour ainsi dire le propre de l’homme, ou sa destinée profonde. Elle serait une « constante de toutes les sociétés humaines, d’hier, d’aujourd’hui et de demain » (p. 84). Ceci explique qu’il revisite des époques où le concept n’existait pas, en l’y appliquant – à l’instar des révoltes des esclaves dans la Rome antique, qui se voient pensées comme des évènements précurseurs, annonciateurs de l’émancipation moderne. Qu’il s’agisse des sociétés amazoniennes analysées par Levi-Strauss6, ou des cités antiques étudiées par Hannah Arendt7, qui valorisaient une liberté conçue comme participation à la vie politique, il est pourtant de nombreux exemples de sociétés pour lesquelles l’émancipation n’était pas une valeur, et dans lesquelles les individus se pensaient selon des valeurs et des représentations tout autres. C’est une vraie et complexe question que de savoir si l’on peut penser ces époques à partir de la notion d’émancipation. Du même coup, l’ouvrage semble s’appuyer en creux sur une représentation téléologique de l’histoire, selon laquelle l’émancipation en serait la finalité et lui donnerait son sens, comme chez Marx (qui s’inscrit sur ce point dans la filiation directe de Hegel) – même si des retours en arrière tels qu’à notre époque sont parfois possibles selon Tarragoni. D’autres visions de l’histoire humaine ou de l’histoire de la modernité existent cependant : chez Foucault et Elias, notamment, cette dernière se caractérise plutôt par un contrôle affiné des conduites que par une émancipation qui malgré tout progresserait.

7L’enthousiasme pour la notion d’émancipation explique aussi selon nous que soient parfois un peu invisibilisées certaines de ses aspérités. Ainsi par exemple des tensions potentielles entre les émancipations individuelles et collectives, ou même des émancipations entre elles. Dans le même ordre d’idée, opposer radicalement l’émancipation néolibérale actuelle à la « vraie » émancipation (p. 19) nous paraît laisser de côté ce qu’elles ont peut-être aussi de semblable, émergeant dans le contexte commun de la modernité tardive et de ses horizons normatifs.

8Une dernière mise en perspective, sûrement connexe, peut être proposée sur le choix de l’auteur de s’écarter des apports sociologiques relatifs à la question des socialisations différenciées selon les milieux sociaux, choix motivé par un souhait explicité d’éviter les théorisations « déterministes » du social qui seraient présentes chez certains sociologues d’obédience bourdieusienne (p. 85) et selon lesquelles les dominés auraient tendance à toujours se conformer. Or, ces apports nous paraîtraient pouvoir servir et non asphyxier la présente réflexion, car ils permettent d’étudier le fait que s’émanciper n’est pas permis à toutes et tous d’égale manière, et que des socialisations différenciées (cela vaut aussi pour le genre) peuvent jouer ici des rôles plus ou moins facilitateurs dans l’engagement dans des processus d’émancipations individuelle ou collective. Des capitaux culturels mais aussi financiers peuvent être au service de cette auto-émancipation individuelle, et définir sa forme ; ne pas en bénéficier peut au contraire fermer les portes de ce type de processus. De même, s’émanciper individuellement peut supposer une perception de soi comme individu singulier, différent du monde social, ce qui est aussi le fruit d’une histoire individuelle et sociale particulière.

9Tous ces éléments n’enlèvent rien à l’intérêt de cette lecture, se voulant plutôt l’occasion de lancer de franches et vives controverses, propices à explorer cette notion dont le statut est au final un peu étrange en sociologie et dans les sciences sociales. Souvent présente en filigrane, notamment comme une valeur à laquelle sont attachés les auteurs, ou au fondement même de certains champs, tels que les études de genre, très rares sont pour autant les travaux qui s’en saisissent réellement et explicitement. C’est ce que fait ici Federico Tarragoni, avec culture socio-historique et talent, raison pour laquelle il mérite toute notre attention.

Haut de page

Notes

1 Mazouz Sarah, Race, Paris, Anamosa, 2020.

2 Saint-Martin Arnaud, Science, Paris, Anamosa, 2021 ; compte rendu de Geoffrey Phelippot : https://doi.org/10.4000/lectures.43772.

3 Allouch Annabelle, Mérite, Paris, Anamosa, 2021 ; compte rendu de Vanina Mozziconacci pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.52037.

4 Mas Jean-Yves, « La récupération néolibérale des pédagogies alternatives », dans De Cock Laurence et Pereira Irène (dir.), Les pédagogies critiques, Marseille, Agone, 2019, p. 85-100.

5 Pereira Irène, « Les pédagogies critiques ou le refus de la confusion néolibérale en pédagogie », dans Darbellay Frédéric, Moody Zoé et Louviot Maude (dir.), L’école autrement ? Les pédagogies alternatives en débat, Neuchâtel, Alphil, 2021, p. 113-130.

6 Lévi-Strauss Claude, Race et Histoire, Paris, Unesco, 1952.

7 Arendt Hannah, La crise de la culture, Paris, Gallimard, 1972 [1961].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ghislain Leroy, « Federico Tarragoni, Émancipation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 25 novembre 2021, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/52784 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.52784

Haut de page

Rédacteur

Ghislain Leroy

Maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université Rennes 2 (laboratoire CREAD). Ses travaux relèvent de l’étude sociologique de l’enfance et de la famille. Dans ce cadre, il a notamment étudié les différentes manières de penser les rapports entre l’enfant et la société à partir des notions de domination, de socialisation, ou encore d’émancipation. En 2020, il a publié L’école maternelle de la performance enfantine aux éditions Peter Lang.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search