Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Helena Hirata, Le care, théories ...

Helena Hirata, Le care, théories et pratiques

Jonathan Louli
Le care, théories et pratiques
Helena Hirata, Le care, théories et pratiques, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2021, 224 p., préface d'Evelyn Nakano Glenn (trad. Hélène Le Doaré), postface de Danièle Kergoat,, ISBN : 978-2-84303-319-3.
Haut de page

Texte intégral

1Helena Hirata est sociologue et directrice de recherche émérite au CNRS. Autrice de nombreux travaux de recherche au croisement principalement de la sociologie du travail, du genre et de la mondialisation1, elle a commencé à s’intéresser à ces problématiques aux côtés de Danièle Kergoat dans les années 1980. Dans le présent ouvrage, elle s’appuie plus spécifiquement sur les résultats d’enquêtes de terrain qu’elle a menées ces dix dernières années au Japon, en France et au Brésil, dans des services d’aide et soin aux personnes âgées. L’objet du livre est d’introduire aux enjeux relatifs aux pratiques de care et d’interroger les préjugés qui pèsent sur ces activités, ceci en comparant les formes qu’elles revêtent dans les trois pays cités, et notamment du point de vue des profils des salarié·es et de l’organisation du travail.

  • 2 « Théories et pratiques du care : comparaisons internationales », les 13 et 14 juin 2013 à l’univer (...)
  • 3 Sur cette notion, voir par exemple Federici Silvia, Simonet Maud, Merteuil Morgane et Kuehni Morgan (...)

2Pour ce faire, Hirata commence, dans un premier chapitre, par présenter le cadre d’analyse général dans lequel s’inscrit son travail. D’un point de vue normatif, l’autrice postule qu’il faut « considérer la vulnérabilité et l’interdépendance comme étant constitutives de tout être humain » (p. 28), qu’il faut donc revaloriser le statut des travailleur·euses du secteur du care, et que, par ailleurs, ce dernier concerne aussi bien les sociétés du Nord que celles du Sud, de manière imbriquée. D’un point de vue théorique, l’autrice rappelle les grands axes des débats actuels : la définition du care et l’extension du concept, le rapport entre care et inégalités sociales, la question de la responsabilité impliquée dans ces activités, leur dimension affective, et celle du travail émotionnel. En se référant au programme qu’elle a co-écrit pour un colloque2, Hirata propose de définir le care non comme une simple « attitude attentionnée », mais comme un réel « travail matériel, technique et émotionnel » ayant pour finalité de répondre aux besoins de personnes, et duquel sont consubstantiels certains « rapports sociaux de sexe, de classe, de "race"/ethnie » (p. 38-39). Le cœur de ces activités de care peut ainsi être trouvé dans les services à la personne. Selon la chercheuse, réfléchir sur le care ne peut donc être possible sans avoir à l’esprit que c’est une activité extrêmement féminisée, et que ce concept devrait faire écho à celui de travail domestique3, tout en s’inscrivant dans un contexte de tertiarisation et de féminisation des marchés de l’emploi ces dernières décennies.

3Une fois posés ces postulats, Hirata justifie les enjeux de sa recherche sur le care au cours du deuxième chapitre. Elle rappelle l’ampleur du vieillissement de la population et les différentes formes que prend celui-ci dans les trois pays comparés. Elle précise que ces derniers organisent différemment la prise en charge des personnes âgées, qui tourne en France autour des secteurs publics et associatifs, au Japon autour des familles (et du secteur public dans une moindre mesure), et au Brésil autour des familles et des acteurs marchands principalement. Dès lors, l’intérêt de comparer ces trois contextes est selon l’autrice d’observer des différences, mais aussi des similitudes.

4Un des principaux traits communs observables, malgré certaines spécificités nationales, est notamment le fait que le care soit à la fois dévalorisé et féminisé. Les conséquences de la « mondialisation du care » sont alors interrogées dans le troisième chapitre. Le secteur connaissant des pénuries de main d’œuvre, il s’appuie en effet fortement sur les migrations massives de femmes, concomitantes à la tertiarisation et à la féminisation de l’emploi dans le monde, comme le signale Hirata. Il semble ainsi se dessiner une « nouvelle division internationale du travail domestique », qui engendre des situations de précarité multidimensionnelle partagées par tous les travailleurs et toutes les travailleuses du care, comme l’indiquent les données statistiques présentées par l’autrice, et tirées de ses recherches menées dans les régions de Paris, Tokyo et São Paolo.

5Comme le mentionne la sociologue Evelyn Nakano Glenn, qui préface l’ouvrage, l’autrice ne se contente cependant pas d’étudier le care sur un plan « macro-structurel » : en effet, le quatrième et dernier chapitre, de loin le plus long du livre, explore le rapport subjectif au travail de salarié·es qu’elle a interrogé·es. De nombreuses facettes sont ainsi évoquées par Hirata, en comparant systématiquement ses trois terrains d’enquête. D’une part, elle restitue différentes trajectoires individuelles de travailleur·euses, discute de leurs qualifications professionnelles et des écarts sensibles entre la vision du travail idéal et les activités concrètes. D’autre part, elle analyse la place des affects dans l’activité, la gestion de l’attachement et des émotions, ou encore la dimension sexuelle, ceci tout en évoquant l’organisation du travail et du temps de travail, la place des innovations techniques et sociales, ainsi que les problématiques de santé au travail.

6Comme l’autrice le suggère en conclusion, cette recherche donne à voir la « centralité » du travail, notamment celui des femmes, travail tant salarié que domestique, concernant les transformations que connaissent nos sociétés – comme le prouve d’ailleurs l’actualité sanitaire. Favorable à un « socialisme des services à dominante féminine contrôlé par les travailleurs eux-mêmes » (p. 189) selon la formule de Pierre Rimbert, l’autrice pointe l’enjeu, pour les mouvements féministes, de prendre en compte les inégalités économiques et la précarité qu’affrontent les femmes, afin de favoriser l’émergence d’une nouvelle figure salariale, porteuse d’émancipation. Pour mieux soutenir et comprendre cette figure salariale féminine, ainsi que le travail qui lui échoit, il faut alors faire toute leur place aux dimensions subjective et affective, ce qui implique de remettre « au cœur de l’analyse » le travail domestique, selon les termes de Danièle Kergoat dans sa postface à l’ouvrage.

7Au final, Hirata nous propose ici un ouvrage d’une grande richesse, tout en conservant de bout en bout un esprit de synthèse, qui fait la force et la limite de ce texte. Il est sa force car l’ouvrage brosse une importante variété de thématiques relatives aux activités de care, notamment en direction des personnes âgées, et ceci en restant court et globalement accessible. En outre, la perspective comparative est plutôt originale et très instructive. Cependant, cet aspect synthétique peut également être ressenti comme un point faible, car les nombreux sujets évoqués ne sont de ce fait pas forcément étudiés en profondeur, et la comparaison internationale reste parfois descriptive, peu analytique, tandis que certains passages clefs demeurent relativement techniques, notamment lorsqu’il s’agit de dialoguer avec la recherche sociologique universitaire ou avec les théories féministes matérialistes. Malgré cette légère hétérogénéité, Hirata signe un livre qui a le mérite de produire une connaissance à la fois scientifique et engagée, à propos d’une catégorie de travailleur·euses oscillant d’habitude entre invisibilité sociale, instrumentalisation dans des discours publics, et stratégies politiciennes en mal de compassion.

Haut de page

Notes

1 Voir sa page sur le site du CRESPPA : https://www.cresppa.cnrs.fr/gtm/equipe/les-membres-du-gtm/hirata-helena/.

2 « Théories et pratiques du care : comparaisons internationales », les 13 et 14 juin 2013 à l’université Paris Descartes (programme disponible en ligne).

3 Sur cette notion, voir par exemple Federici Silvia, Simonet Maud, Merteuil Morgane et Kuehni Morgane (dir.), Travail gratuit et grèves féministes, Genève, Entremonde, 2020 ; compte-rendu de Jonathan Louli pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/50719

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonathan Louli, « Helena Hirata, Le care, théories et pratiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 25 novembre 2021, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/52799 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.52799

Haut de page

Sujet

Professions

Santé - médecine

Vieillesse

Travail

Genre

Stratification sociale

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search