Navigation – Plan du site

Virginie Diaz Pedregal, Le commerce équitable dans la France contemporaine. Idéologies et pratiques

Benoît Ladouceur
Le commerce équitable dans la France contemporaine
Virginie Diaz Pedregal, Le commerce équitable dans la France contemporaine. Idéologies et pratiques, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007, 266 p., EAN : 9782296027084.
Haut de page

Notes de la rédaction

Un site à visiter : Présentation

Texte intégral

1Le commerce équitable, aujourd'hui tout le monde croit savoir ce que c'est. Plus précisément, trois Français sur quatre en ont "delà entendu parler" selon un sondage réalisé par l'IPSOS en 2006. Cette récente popularité, qui doit beaucoup au travail de médiatisation d'acteurs différents (journalistes, militants, politiques), ne doit pas nous faire oublier le cheminement historique de ce mouvement. En effet, Virginie Diaz Pedregal rappelle en introduction de son ouvrage que la logique du "fair trade", reposant sur l'idée de rendre plus juste les échanges internationaux par la mise en place de nouvelles règles d'échange en rupture avec celles de l'économie dominante, existe depuis les années 1940. On remarquera que cet objectif est également un des point central des groupes altermondialistes, ceux là même ayant connu une visibilité croissante sur les questions touchant à la mondialisation et à ses effets sur les rapports Nord-Sud. Dans ce contexte la popularité du commerce équitable est liée sa logique : "agir local, penser global", met au centre de son action la volonté des consommateurs souhaitant rompre avec la logique prédatrice du commerce Nord-Sud. Néanmoins il ne rompt pas totalement avec la logique du marché, mais introduit celle de réciprocité, de don. Son action porte sur le partage de la valeur ajoutée, ménageant une part plus grande aux producteurs. L'intérêt de cet ouvrage est alors de donner à comprendre le processus de construction et les enjeux multiples du commerce équitable qui, on s'en doutait, ne se réduisent pas aux images maîtrisées et mise en scène par les conseillers en marketing.

2Le travail très complet mené par cette chercheuse montre en effet la variété des logiques à l'oeuvre parmi les acteurs de ce qu'il est plus juste d'appeler les commerces équitables. Deux grandes familles de commerçants équitables se détachent du paysage français. Une filière spécialisée et qui repose effectivement sur le travail de bénévoles engagés, il s'agit ici de la Fédération des Artisans du monde. L'autre ensemble repose sur les organismes de labellisation, Max Havelaar étant le plus connu en France. Les produits de cet ensemble sont écoulés par l'intermédiaire des grandes surfaces au même titre que n'importe quel autre produit vendu dans ces enseignes. C'est d'ailleurs ce qui peut expliquer l'évolution récente de son chiffre d'affaires. Max Havelaar a vendu pour 120 millions d'euros en 2005 contre 70 millions l'année précédente !

3Le travail de l'auteure ne se restreint cependant pas à une simple description du commerce équitable. En effet, la mondialisation que nous connaissons ne concerne pas les seuls acteurs économiques, elle mobilise repose sur des discours, des logiques et des acteurs présents à différents niveaux. Le commerce équitable est alors pour l'auteure, un élément central pour analyser l'évolution de la représentation de justice internationale et ne peut en retour être compris sans analyser ses propres principes de justice. C'est en ce sens qu'il apparaît comme un phénomène social construit par des acteurs différents, de même l'idéologie qui le soutient a elle aussi connu une évolution historique décisive dans l'essor du commerce équitable. Ainsi dans le premier il est fait un retour assez général sur les théories du commerce international et du développement, notamment à travers les analyses de Rist. Dans le deuxième chapitre le commerce équitable est analysé à partir de sa construction idéologique. L'auteure montre en quoi elle est à la fois conforme et opposée à celle du commerce purement mercantile. De même dans cette logique la place des producteurs et des consommateurs est centrale. Les consommateurs sont envisagés comme des "consom'acteurs" et non plus comme des agents cherchant à maximiser leur profit économique. La genèse d'une telle logique est présentée et reliée à des courants humanistes et politiques plus anciens. Cependant, le travail de Virginie Diaz Pedegral montre la pluralité des conceptions des acteurs du commerce équitable, de même elle dévoile les tensions qui parcourent son action.

4Enfin dans le dernier chapitre est posée la question de la légitimation des acteurs, notamment à propos de la certification et du prix d'achat des biens équitables. La conclusion de l'auteure est que cette légitimation n'est pas réalisée de la même manière selon les positions des acteurs. Leur choix en matière de justice ne sont pas identiques, chacun mettant en avant des priorités particulières, qui peuvent être source de conflit. Cet ouvrage propose une solide analyse du commerce équitable en croisant des approches et des analyses complémentaires. Sa force est de proposer une montée en généralité solidement ancrée sur un travail de terrain. Cependant sa lecture est parfois difficile en raison de l'importance des concepts mobilisés et de la relative abstraction de certains d'entre eux. Le public qu'il vise est donc plutôt un public familier de ces théories.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Ladouceur, « Virginie Diaz Pedregal, Le commerce équitable dans la France contemporaine. Idéologies et pratiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 10 février 2008, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/529

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page