Navigation – Plan du site

Eric Sabourin, Paysans du Brésil. Entre échange marchand et réciprocité

Frédérique Giraud
Paysans du Brésil
Eric Sabourin, Paysans du Brésil. Entre échange marchand et réciprocité, Quae, coll. « Indisciplines », 2007, EAN : 9782759200641.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Puf, Quadrige, 1982 (1ère éd), 2004 pour la présent édition, p 533

1Raymond Boudon et François Bourricaud, dans leur Dictionnaire critique de sociologie1 à l'article « Socialisation », rappellent que les études sur la diffusion d'innovations en milieu agricole démontrent généralement que si les paysans résistent à l'introduction d'une innovation, c'est qu'ils ont une bonne raison de le faire. Au Brésil, E. Sabourin est chargé d'étudier et d'appuyer la prise en charge d'innovations techniques et organisationnelles de petits producteurs. Comment interpréter les blocages entre les dynamiques locales des communautés rurales et la logique de l'intervention externe ? Et si les pratiques agricoles analysées ne relevaient pas ou pas seulement de l'échange marchand ?

2Coexistent au Brésil deux formes d'agriculture, l'agriculture familiale et paysanne, qui mobilise peu la mécanisation, mais utilise des engrais et des pesticides et parvient ainsi à des rendements aussi élevés que ceux de l'agriculture patronale. La première est soutenue par le Ministère du Développement Agraire (MDA) et la seconde par le ministère de l'Agriculture, de l'Elevage et de l'Alimentation (MAPA). Les différences entre les deux formes d'agriculture sont cristallisées par des politiques publiques différenciées. A l'appui des exploitations familiales, se développe une politique de distribution de terres, de programme de crédit, qui s'inscrivent dans une logique de développement du marché intérieur et de lutte contre la faim. La politique en direction du secteur mécanisé donne la priorité au développement des exportations. Est ainsi consacrée un cloisonnement entre deux formes d'agriculture. Les agriculteurs du Nordeste s'organisent selon le modèle de la communauté, dont l'auteur dégage les principes de structuration : parenté, localité, sentiment d'appartenance et réciprocité. Généralement, les membres de la communauté sont les descendants d'un ancêtre commun et conservent d'étroits liens de parenté. Les communautés trouvent leur origine dans le démembrement de vastes propriétés issues de grands domaines. Dans ces structures de production agricoles, la réciprocité est une institution structurante : elle s'établit autour de la redistribution des facteurs de production, la gestion des ressources communes. Les réservoirs collectifs sont généralement construits par l'ensemble de la communauté, ils sont entretenus et gérés collectivement.

3A côté des formes existantes d'organisation communautaire, prennent place d'autres formes d'organisation paysanne : le syndicat, la coopérative et l'association de producteurs. Les premiers syndicats de travailleurs ruraux (STR) du Nordeste sont apparus à la fin des années 1950. Objets de luttes politiques, puis créés sous l'égide de la tutelle de l'Etat fédéral durant la dictature militaire, les syndicats se sont émancipés dans les années 80. Les STR sont spécialisés dans la gestion locale des fonds de retraite agricole, ils ont su assurer des dynamiques locales oeuvrant aux réformes agraires, à la mise en place de projets, de conseils de développement rural. Depuis 1990, les coopératives prennent trois formes principales : coopératives de crédit, et d'économie solidaire et coopératives agricoles de services. Le modèle d'organisation locale qui s'est le plus développé au cours des vingt dernières années est l'association de producteurs. Les organisations professionnelles sont venues se superposer ou se substituer aux pratiques de réciprocité paysannes. Ces nouveaux acteurs, les leaders paysans qui émergent constituent autant de médiateurs du changement local. Ce que décrit Sabaurin est donc le passage d'un mode de gestion régulé par la réciprocité à un système mixte, intégré au marché capitaliste régional et marqué par les règles de la société nationale. Les relations de réciprocité perdurent mais sont modelées par un contexte nouveau.

4Concomitantes de ces évolutions des organisations des agriculteurs, les politiques publiques ont suivi plusieurs logiques : développement communautaire dans les années 80, afin de développer des projets proches des bénéficiaires, stratégies de développement durable. Chacune de ces politiques est analysée et E Saubarin pointe leurs limites respectives. L'analyse des politiques publiques est aussi l'occasion pour l'auteur d'appréhender l'interaction de l'action publique avec les actions locales.

5Les deux derniers chapitres de l'ouvrage ont une vocation plus large, plus théorique et permettent de donner son plein aboutissement à l'ouvrage. Le chapitre V « Economie paysanne, économie de réciprocité » s'intègre pleinement dans les perspectives problématiques de la sociologie économique utilisant les notions de capital social, de réseau et d'économie solidaire. Le chapitre VI « Echange et réciprocité » s'interroge sur l'articulation entre pratiques d'échange et relations de réciprocité. Brassant de nombreuses références théoriques sur le registre de la solidarité, de Mauss à Polanyi et Temple, ce livre offre un terrain de réflexion sur le marché et les systèmes qui lui sont concurrents. Appuyé sur une forte expérience de terrain, il permet de réfléchir par une approche contextualisée aux notions d'économie de marché, d'économie de réciprocité. L'oscillation au sein de chaque chapitre entre théorie et description du terrain, toujours recontextualisée, permet au lecteur de construire chemin faisant une connaissance des communautés paysannes du Brésil et des théories de la réciprocité.

Haut de page

Notes

1 Puf, Quadrige, 1982 (1ère éd), 2004 pour la présent édition, p 533

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Eric Sabourin, Paysans du Brésil. Entre échange marchand et réciprocité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 10 février 2008, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/530

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page