Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Mary-Françoise Renard, La Chine d...

Mary-Françoise Renard, La Chine dans l’économie mondiale

Grégoire Letellier
La Chine dans l'économie mondiale
Mary-Françoise Renard, La Chine dans l'économie mondiale. Entre dépendance et domination, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, coll. « L'opportune », 2021, 64 p., EAN : 9782845169913.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Renard Mary-Françoise, L’Économie de la Chine, Paris, La Découverte, 2018.

1Comment en est-elle arrivée là ? Quelle place exacte la Chine tient-elle aujourd’hui ? Ces deux questions massives trouvent des réponses claires dans l’opuscule de 64 pages de Mary-Françoise Renard. Avec La Chine dans l’économie mondiale, cette spécialiste de l’économie du développement, de l’économie internationale et de la Chine nous propose un abrégé et une mise à jour de sa récente Économie de la Chine1.

2La force de l’ouvrage est de parvenir à synthétiser en peu de pages la trajectoire chinoise. Dans le premier chapitre, « comment la Chine devient l’usine du monde », l’auteure explique que le gouvernement chinois a transformé le pays au moyen d’une politique faite d’expérimentations et d’ouverture graduelle. Les entreprises exportatrices chinoises ont bénéficié de nombreux avantages tandis que les sociétés étrangères ne pouvaient s’établir librement sur le marché chinois. Puis, l’entrée dans l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001 a marqué l’aboutissement d’une première phase de son ouverture, sous un étroit contrôle étatique. Ensuite, de 2002 à 2008, les exportations chinoises ont bondi grâce à l’abaissement des droits de douane. Le pays a alors continué à importer des biens demandant beaucoup de capital et à exporter des produits requérant surtout du travail. À partir de 2009, sous l’effet de la crise mondiale, la croissance des exportations chinoises est devenue moins régulière. D’où les dynamiques les plus récentes, soulignées par Mary-Françoise Renard : la consolidation d’un marché intérieur grâce à la croissance d’une classe moyenne ; la guerre commerciale que lui ont livrée les États-Unis des présidents Trump et Biden ; et la remarquable capacité d’adaptation de l’industrie chinoise qui, par temps de pandémie, a su fournir au monde entier des masques et du matériel informatique.

3Sous le titre « investissements directs étrangers et rivalités technologiques », le deuxième chapitre donne à voir les ambitions sans bornes de la Chine et le retournement opéré dans les années 2000. La Chine, qui doit la rapidité de son expansion industrielle à l’afflux massif de financements occidentaux, est alors devenue le premier émetteur d’investissements directs à l’étranger (IDE). Et ces derniers lui servent à racheter ou fonder des entreprises dans toutes les régions du monde, avec un effort porté sur les activités de transport et l’industrie électronique. En France, la future usine de batteries pour les véhicules Renault, à Douai, bénéficie par exemple de 2 milliards d’euros en provenance de Chine. C’est donc en misant sur l’innovation technologique que la Chine entend désormais préparer l’avenir. Son plan « Made in China 2025 » et son programme de développement de l’intelligence artificielle de 2016 à 2030 ont ainsi pour vocation de rendre le pays autonome dans la conception d’objets technologiques de pointe. L’usine du monde doit à brève échéance être autosuffisante en matériaux et en savoir-faire.

4Le troisième et dernier chapitre, intitulé « façonner la mondialisation », met l’accent sur la portée géopolitique de l’émergence chinoise. L’initiative « une ceinture, une route », à laquelle une place importante est réservée, en est la manifestation essentielle. Il s’agit d’un réseau maritime et ferroviaire de transport de marchandises qui se déploie jusqu’à l’Europe occidentale, adossé à un système d’alliances avec les pays d’Asie centrale et d’Europe, ce qui fait craindre la formation d’une aire d’influence chinoise allant jusqu’à l’Union européenne. Quoique le projet date de 2013, c’est dans les toutes dernières années qu’il s’est précisé. Mais l’ouvrage souligne, à juste titre, que ces ambitions se heurtent parfois à des résistances politiques, ou liées à des coûts exorbitants. En outre, un autre indicateur des limites de la puissance chinoise est la faible internationalisation du renminbi. En effet, la monnaie chinoise tient une part encore restreinte dans les réserves de change des autres pays. Malgré cela, la Chine parvient à peser plus lourd dans les prises de décision au sein des enceintes internationales, et joue la carte du multilatéralisme.

  • 2 Dollar David, Huang Yiping et Yao Yang, China 2049. Economic Challenges of a Rising Global Power, W (...)
  • 3 Naughton Barry, The Chinese Economy. Transitions and Growth, Cambridge, MIT Press, 2007.

5Les événements survenus depuis le début de la pandémie ont mis en lumière la stratégie de puissance de la Chine. Et si les projections sont difficiles, certains chercheurs s’y essaient, à l’instar des auteurs de China 20492, ouvrage collectif cité ici par Mary-Françoise Renard. Pour ces auteurs, la Chine va immanquablement consolider sa puissance dans les prochaines décennies. Ils cherchent donc à identifier les défis démographiques, environnementaux, économiques et diplomatiques auxquels elle fera face comme superpuissance. Pour replacer le sujet dans le temps long, l’auteure renvoie également à The Chinese Economy3 de Barry Naughton, qui propose de remonter à l’avant-1949 avant de développer les différents aspects de la modernisation accélérée à partir de 1978.

  • 4 Frankopan Peter, Les nouvelles routes de la soie. L’émergence d’un nouveau monde, Paris, Flammarion (...)
  • 5 Lincot Emmanuel, Chine et terres d’Islam. Un millénaire de géopolitique, Paris, PUF, 2021.

6Au-delà de ces références citées par Mary-Françoise Renard, nous nous permettons en dernier lieu de compléter l’approche du sujet avec deux ouvrages récents. Dans Les nouvelles routes de la soie4, l’historien Peter Frankopan propose une approche décentrée. Il met en valeur le grand projet du gouvernement chinois, et dépeint la coopération que la Chine construit avec de nombreux États qui participent à l’initiative « une ceinture, une route », ceci donnant à l’espace eurasiatique une unité nouvelle. Mais cette unité est complexe, et on ne saurait parler d’un bloc eurasiatique dressé face à l’Occident, comme le montre Emmanuel Lincot dans Chine et terres d’Islam5. De son côté, l’historien et sinologue souligne ainsi que, si les pays musulmans d’Europe centrale ont aujourd’hui intérêt à se fédérer autour de l’initiative de Pékin, plusieurs siècles de rivalités pèsent encore sur leurs relations.

7Notons pour finir que le bref ouvrage de Mary-Françoise Renard laisse de côté les questions environnementales, alors qu’elles apparaissent comme de plus en plus incontournables. Premier émetteur mondial de dioxyde de carbone, la Chine veut en effet devenir un pionnier de la transition énergétique. C’est pour elle un moyen d’assurer son indépendance vis-à-vis des technologies étrangères, mais aussi, et plus fondamentalement, d’assurer la soutenabilité du développement du pays – enjeu auquel Barry Naughton consacrait déjà le dernier chapitre de son livre de 2007.

Haut de page

Notes

1 Renard Mary-Françoise, L’Économie de la Chine, Paris, La Découverte, 2018.

2 Dollar David, Huang Yiping et Yao Yang, China 2049. Economic Challenges of a Rising Global Power, Washington, Brookings Institution Press, 2020.

3 Naughton Barry, The Chinese Economy. Transitions and Growth, Cambridge, MIT Press, 2007.

4 Frankopan Peter, Les nouvelles routes de la soie. L’émergence d’un nouveau monde, Paris, Flammarion, 2020 [2015].

5 Lincot Emmanuel, Chine et terres d’Islam. Un millénaire de géopolitique, Paris, PUF, 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégoire Letellier, « Mary-Françoise Renard, La Chine dans l’économie mondiale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 décembre 2021, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53015 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53015

Haut de page

Rédacteur

Grégoire Letellier

Doctorant en histoire contemporaine au laboratoire Triangle (université Lyon 2). Ancien élève de l’École normale supérieure (Paris). Agrégé d’histoire.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search