Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Fabrice Flipo, La numérisation du...

Fabrice Flipo, La numérisation du monde

Marc Humbert
La numérisation du monde
Fabrice Flipo, La numérisation du monde. Un désastre écologique, Paris, L'Échappée, coll. « Pour en finir avec », 2021, 160 p., EAN : 9782373090956.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’intitulé de la conclusion de l’ouvrage n’est autre que « Contre la foi dans la technologie : repr (...)

1En 170 pages, l’ouvrage de Fabrice Flipo présente ce qui lui semble caractériser la numérisation du monde, objet des trois premiers chapitres, puis il montre, dans les deux chapitres suivants, que cette numérisation est un désastre écologique. Ce type de point de vue, sévère, est rarement exprimé et peut interpeller les lecteurs qui pensent, comme il est encore souvent soutenu, que le numérique est écologique. Non, nous dit Fabrice Flipo, la numérisation s’inscrit dans une trajectoire mortelle pour la biosphère, face à laquelle les possibilités et les capacités de protection et de réaction sont bien limitées. Il plaide néanmoins dans sa conclusion en faveur d’une reprise de contrôle de l’historicité, contre la foi dans la technologie1. Son argument général se trouve ainsi dans la ligne de la collection qui publie son ouvrage. Intitulée « Pour en finir avec », elle accueille en effet toute analyse radicale, c’est-à-dire visant « à agir sur les causes profondes des effets qu’on veut modifier » (selon le mot de l’éditeur). Dans cet esprit, l’ouvrage se termine avec quelques propositions de l’auteur en faveur d’une sobriété numérique.

  • 2 Cette documentation – fondée pour l’essentiel sur un ensemble de rapports scientifiques – est d’ail (...)
  • 3 Acronyme initialement de « Centre de recherches et de documentation sur la consommation », devenu p (...)

2Je vais reprendre quelques argumentations présentées par l’auteur au fil des différents chapitres, au contenu roboratif assez dense et appuyé sur une documentation précise2. Après quelques définitions générales présentées dans le chapitre 1, l’auteur montre dans le chapitre 2 comment émerge à la naissance du 21ème siècle un nouveau mode de vie centré sur le smartphone, mode de vie que personne n’a décrété mais qui n’a pas pour autant résulté d’un choix libre des consommateurs. Pour ce faire, il illustre sa démonstration autour du cas français, et s’appuie sur les rapports annuels du CRÉDOC3, organisme français sous tutelle ministérielle qui surveille depuis plusieurs décennies l’évolution des consommations dans notre pays. Il observe alors que cet organisme n’a pas douté « de la direction de l’historicité : numériser les foyers est une nécessité, une mission, un destin » (p. 39). Mieux ou pire, il soutient que cet organisme a joué « le rôle d’une agence de marketing aidant les dirigeants à guider les masses vers le Progrès » (Ibid). Ce n’est qu’en 2019 que, pour la première fois, le CRÉDOC s’est interrogé sur l’impact environnemental du numérique. L’auteur rapporte alors le constat que désormais seuls 38% des Français pensent le numérique comme bon pour l’environnement, quand ils étaient 58% en 2008.

3Fabrice Flipo annonce ensuite dans le chapitre 3 qu’il va nous décrire cette fois la « digitalisation » du système productif. Toutefois, il ne s’agit pas pour lui de nous montrer comment s’est progressivement installé, dans les activités de production, un nouveau mode de production qui serait le pendant du mode de consommation (ou de vie) caractérisé par le smartphone. Ce n’est pas son objet. Ce qu’il veut nous montrer, c’est le rôle joué par certains secteurs productifs dans la numérisation du monde. Il considère ainsi que quatre secteurs ont été à la manœuvre : les télécommunications, l’audiovisuel, la télématique, et surtout l’industrie des logiciels et la logistique (voir p. 43). La logistique, l’auteur suppose que chacun le sait, désigne le pilotage de flux physiques entre un lieu de production et le client final du produit réalisé. Par conséquent, son importance parmi les quatre secteurs susmentionnés confère à Amazon une place qui surplombe celle des autres géants du numériques. En effet, comme l’écrit Fabrice Flipo : « Amazon n’est pas un GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) comme un autre, mais le GAFAM paradigmatique : celui qui commande les conteneurs » (p. 13-14), donc le transport maritime à longue distance, en particulier entre la Chine et les pays riches). Mais les autres GAFAM ne sont pas négligeables pour autant. Ce sont des acteurs omniprésents de la numérisation. Ils bousculent les médias traditionnels, qui se restructurent dans l’ombre, sur la scène mondiale. S’il prend quelques illustrations françaises, Fabrice Flipo mène ici une analyse à l’échelle planétaire illustrée à partir de rapports internationaux. Jusqu’ici, la montée de la consommation du numérique avait été du côté consommateur, notamment pour communiquer, télécharger, visionner, ou encore jouer, nous dit-il. Désormais, l’explosion du traitement des données des consommateurs et des objets connectés par les entreprises va faire que la puissance de l’utilisation du numérique « repassera du côté des entreprises […]. Elle sera à 75% le fait des entreprises en 2022 (p. 63) ». Pourtant, poursuit l’auteur, c’est toujours le consommateur final « qui paiera en dernier lieu » (p. 64).

4Dans la deuxième partie de l’ouvrage, Fabrice Flipo commence par montrer, à l’occasion du chapitre 4, que « le déploiement actuel du numérique est incompatible avec les équilibres de la biosphère tels qu’entérinés par la Cop 21 » (p. 101). Il y détaille notamment « la matérialité du déferlement numérique » (p. 92), et présente les perspectives alarmistes de l’OCDE pour 2060, tout en précisant que ces prévisions et ces informations sur l’impact du numérique sont cachées aux consommateurs, aux citoyens. Alors, que faire ? C’est le thème du chapitre 5, où il fait le point sur l’état des rapports de force entre différents acteurs, tels que l’Union européenne, les États, les Entreprises, les ONG, les syndicats, les citoyens et les consommateurs… L’auteur ne peut trouver des raisons d’être optimiste, et pourtant, sans inversion de la tendance, selon les rapports qu’il a consultés, il apparait que le niveau annuel de consommation énergétique du numérique pourrait atteindre, avant 2070, « l’équivalent de toute l’énergie mondiale dépensée en 2010 » (p. 10).

5Dans ces conditions, l’auteur propose en conclusion quelques mesures à prendre pour réussir à en finir avec cette menace létale, c’est-à-dire tenter de programmer une sobriété numérique. Renoncer à la 5G fait alors partie des quelques mesures radicales dont il a pu convaincre le lecteur du bienfondé, mais sans qu’il lui soit indiqué de façon convaincante de quelle manière elles pourraient être mises en œuvre. Aussi, l’auteur esquisse en conclusion l’idée d’une stratégie de contre-réseaux, mais celle-ci reste sans supports historiques concrets, et n’est que faiblement appuyée par son évocation des Gilets jaunes ou de la Convention citoyenne. Peut-être cela sera-t-il l’objet d’un ouvrage à venir.

Haut de page

Notes

1 L’intitulé de la conclusion de l’ouvrage n’est autre que « Contre la foi dans la technologie : reprendre le contrôle de l’historicité » (voir p. 127).

2 Cette documentation – fondée pour l’essentiel sur un ensemble de rapports scientifiques – est d’ailleurs référencée dans des notes qui n’alourdissent pas la lecture, car elles sont fort judicieusement placées en fin d’ouvrage. Le texte lui-même comporte ainsi 134 pages, qui sont suivies de 38 pages de notes, rangées chapitre par chapitre.

3 Acronyme initialement de « Centre de recherches et de documentation sur la consommation », devenu par la suite « Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Humbert, « Fabrice Flipo, La numérisation du monde », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 09 décembre 2021, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53034 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53034

Haut de page

Rédacteur

Marc Humbert

Professeur émérite d’économie politique à l’université de Rennes, concepteur en 1980 du concept de système industriel mondial, co-fondateur en 2002 du réseau-projet PEKEA (a Political and Ethical Knowledge on Economic Activities / une approche politique et éthique des activités économiques), initiateur et co-animateur depuis 2010 du mouvement « convivialiste » inspiré par le concept de convivialité d’Ivan Illich et co-fondateur de l’internationale convivialiste en 2021.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search