Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Franck Poupeau, Altiplano. Fragme...

Franck Poupeau, Altiplano. Fragments d’une révolution (Bolivie, 1999-2019)

Marie-Aimée Romieux
Altiplano
Franck Poupeau, Altiplano. Fragments d’une révolution (Bolivie, 1999-2019), Raisons d'agir, coll. « Cours et travaux », 2021, 701 p., EAN : 9791097084141.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sociologue et directeur de recherche au CNRS. Ses recherches portent sur les inégalités urbaines et (...)
  • 2 Movimiento al Socialismo-Instrumento Político por la Soberanía de los Pueblos (aussi abrégé en MAS) (...)

1Dans cet ouvrage, Franck Poupeau1 s’intéresse à l’expérience politique bolivienne des deux dernières décennies dans l’Altiplano. Cette région de la Bolivie, située au cœur de la cordillère des Andes, est connue pour être le foyer des insurrections indiennes, paysannes et ouvrières qui ont favorisé l’arrivée au pouvoir d’Evo Morales et de son parti, le MAS-IPSP2. Ce parti a pour projet d’opérer une révolution démocratique et culturelle décoloniale grâce à la reprise du contrôle des ressources naturelles. C’est dans ce contexte politique que s’inscrivent les enquêtes sociologiques réunies ici. Réalisées depuis 1999, elles portent sur la gestion de l’eau dans l’Altiplano bolivien. De nombreuses annexes tels que des articles publiés dans des quotidiens, des interviews ou encore des cartes viennent compléter le propos de l’auteur.

2Cinq chapitres reviennent sur différentes périodes par ordre chronologique. Le sociologue propose une réflexion sur l’impact socio-spatial de la politique d’aménagement hydraulique bolivienne ainsi que les usages quotidiens de l’eau. Ainsi, durant la première phase (1999 -2005), marquée par d’intenses luttes sociales aboutissant à l’arrivée au pouvoir d’Evo Morales, élu président en décembre 2005, les revendications sociales et politiques sur les ressources naturelles se multiplient. Parmi les épisodes analysés, celui de la « guerre de l’eau » à Cochabamba en 2000 est fondateur. Cette série de mobilisations sociales dans la quatrième ville du pays est dirigée par une alliance citoyenne. Elle aboutit à la rupture d’un contrat de concession des services de l’eau signé entre le gouvernement national et Aguas del Tunari, filiale du groupe nord-américain Bechtel Les 4 et 5 février 2000, des affrontements avec la police font des dizaines de blessés. Dès lors, les revendications sont médiatisées à l’échelle nationale et le conflit prend une dimension globale. En effet, des groupes divers syndicaux et paysans, indignés par la privatisation de l’eau municipale, remettent en cause la privatisation de la plupart des entreprises publiques boliviennes (transports, électricité, télécommunications, etc.) réalisée dans les années 1980 par le ministre de l’Économie de l’époque, devenu ensuite président de 1993 à 1997, Gonzalo Sánchez de Lozada. Naît alors une force politique nouvelle, le MAS, un parti issu du syndicalisme des cultivateurs de coca, dont la communication politique est fondée sur la réappropriation des ressources naturelles par le peuple. La volonté de rassemblement du MAS et de son dirigeant, Evo Morales, va même plus loin car elle vise la refondation d’un État plurinational reconnaissant la diversité ethnique et culturelle du pays grâce à une nouvelle constitution qui sera approuvée en 2009. Au-delà du contexte politique et social bolivien, Franck Poupeau réexamine l’impact de cette expérience politique dans la ville d’El Alto. Située à 4 000 mètres d’altitude sur l’Altiplano, dans le prolongement de La Paz où siège le gouvernement bolivien, cette ville est devenue en 2008 la deuxième du pays avec ses 900 000 habitants. Plus que sa croissance urbaine, c’est son rôle dans les mobilisations sociales qui intéresse le sociologue : cette ville périphérique exprime selon l’auteur « la capacité de résistance des populations indigènes à la modernité capitaliste et à l’hégémonie occidentale par l’appropriation et le détournement des biens et des symboles colonisateurs ; la ville incarne ainsi un rapport moderne aux cultures traditionnelles, où coexistent conservatisme social et transformations culturelles, reproduction des inégalités et invention de nouvelles formes d’expression » (p. 77). Les logiques de la vie sociale des quartiers excentrés d’El Alto, notamment le quartier nord, Solidaridad, sont ainsi éclairées. En l’absence de dirigeant de quartier, il n’y a que peu de mobilisation collective, d’autant que l’accès à la ressource est conditionné à la bonne volonté des quartiers voisins. Le fait d’avoir à payer l’eau n’est pas ressenti comme une injustice par les habitants de Solidaridad. Il s’agit d’une première dissonance identifiée par l’auteur par rapport aux analyses habituellement réalisées dans les métropoles des Suds.

3Franck Poupeau engage une réflexion critique sur la méthodologie d’enquête sociologique notamment dans la deuxième partie consacrée à la politique des périphéries, mise en place de 2006 à 2008 par le gouvernement d’Evo Morales. Il dresse un tableau des inégalités socio-spatiales d’El Alto en se focalisant sur le quartier défavorisé de Solidaridad : cette zone suburbaine est un espace invisibilisé et renvoie à une autre façon d’habiter la ville. Emerge l’envers de la transformation sociale introduite par le gouvernement d’Evo Morales car l’absence de planification urbaine accentue la mise à l’écart de ce quartier. Cette planification est un exemple incontournable pour souligner les effets de la domination et la résistance des dominés dans le quotidien des stratégies familiale d’accès à la propriété par l’auto-construction sauvage, d’amélioration des habitations par les moyens du bord ou de réalisation des travaux qui auraient dû être pris en charge par les autorités. Ainsi, Franck Poupeau évite l’analyse misérabiliste et met en avant les limites de l’enquête anthropologique : à partir de quel moment l’anthropologue devient-il plus qu’un simple observateur ? Franck Poupeau considère d’une part que l’observateur est porteur d’une façon d’analyser le monde dont il ne peut faire abstraction et d’autre part que pour obtenir la confiance de ses interlocuteurs, et donc réussir dialoguer, il faut parfois s’investir personnellement dans la communauté.

4De fait, cette interrogation structure l’ensemble du travail de Frank Poupeau. Il s’intéresse par la suite à la politique de partage des eaux sur la période de 2008 à 2010 et revient sur les alternatives mises en place pour désenclaver des quartiers les plus marginaux. Le processus de métropolisation autant que les représentations associées aux métropoles des Suds sont ainsi interrogés. L’étude conjointe des villes de La Paz et d’El Alto permet d’aller au-delà d’une simple application du modèle de « ville néolibérale ». Certains mécanismes déjà à l’œuvre dans d’autres métropoles plus grandes, comme la concentration et l’étalement urbain, les difficultés de l’insertion dans les flux de la mondialisation ainsi que la redistribution des richesses, se retrouvent dans les deux exemples. L’étalement urbain de La Paz et El Alto n’a pas été planifié. Cela rend difficile leur intégration dans un modèle uniforme. De fait, des systèmes alternatifs, perçus comme facteurs de fragmentation urbaine, coexistent dans ces espaces métropolitains. Par conséquent, l’État n’est plus un centre des politiques hydriques car il ne répond pas aux besoins sociaux. Il coexiste alors avec une multiplicité d’instances d’auto-gouvernement (coopératives, comités…) des quartiers marginaux, basées sur le collectif. L’enquête sur les coopératives d’eau à La Paz révèle ainsi une politisation des conflits très spécifique car les systèmes alternatifs ne sont pas pensés comme une nouvelle voie politique qu’il faudrait défendre ou construire en système institutionnalisé et généralisable, mais ils répondent mieux aux besoins sociaux que les autorités politiques.

5Pour finir, les deux dernières parties portant sur les périodes 2010-2016 puis 2016-2019, approfondissent les enjeux politiques de l’autonomie du populaire et des économies ethniques. L’auteur analyse les discours et représentations et démontre que la réhabilitation des populations dites « originaires indigènes paysannes » occulte cependant les formes d’autonomie populaire qui naissent dans les interstices de l’État. Les politiques d’Evo Morales ont conduit non pas à créer un collectif à partir des organisations locales mais à nier les capacités de résistance des cultures andines « originaires ». Ces dernières ne sont pas en effet reconnues dans leur capacité à proposer et à mettre en place des solutions. Franck Poupeau parvient ainsi à rejeter l’idéalisation des groupes subalternes et remet en cause le modèle hiérarchique vertical des relations sociales. La force des connexions horizontales dans les relations sociales remettent en cause la toute-puissance de l’État.

6Pour conclure, la volonté de décolonisation de l’État bolivien, cœur du projet d’Evo Morales et du MAS, aboutit à la redéfinition du pouvoir. De fait, les formes d’auto-organisation, comme celles mise en place pour la gestion et les usages de l’eau à La Paz et El Alto, sont des vecteurs d’autonomie populaire et remettent en cause la possibilité d’une révolution sociale du bas vers le haut. Cet ouvrage est fondamental non seulement par le regard qu’il porte sur un État clé du continent sud-américain mais surtout par les réflexions épistémologiques qu’il propose. Est-il possible de transposer dans une réalité sociale les concepts forgés dans d’autres contextes, européens, étasuniens ou asiatiques ? Franck Poupeau apporte une réponse riche et dense qui replace au centre des intérêts l’étude du terrain et la capacité du chercheur à interroger et à faire évoluer la méthodologie employée.

Haut de page

Notes

1 Sociologue et directeur de recherche au CNRS. Ses recherches portent sur les inégalités urbaines et les politiques de l’eau en Amérique du Sud et aux États-Unis.

2 Movimiento al Socialismo-Instrumento Político por la Soberanía de los Pueblos (aussi abrégé en MAS). Ce parti de gauche fondé en 1997 rassemble divers courants socio-démocrates, marxistes et indigénistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Aimée Romieux, « Franck Poupeau, Altiplano. Fragments d’une révolution (Bolivie, 1999-2019) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 10 décembre 2021, consulté le 29 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53037 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53037

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search