Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Anne Besson, Les pouvoirs de l’en...

Anne Besson, Les pouvoirs de l’enchantement. Usages politiques de la fantasy et de la science-fiction.

Thomas Michaud
Les pouvoirs de l'enchantement
Anne Besson, Les pouvoirs de l'enchantement. Usages politiques de la fantasy et de la science-fiction, Paris, Éditions Vendémiaire, 2021, 224 p., ISBN : 978-2-36358-354-3.
Haut de page

Texte intégral

1Anne Besson interroge dans ce nouveau livre le pouvoir de la fiction sur la réalité politique. Elle évoque notamment des références à Game of Thrones dans les marches pour le climat en 2018-2019 ou les trois doigts brandis à la manière des héros de Hunger Games par les manifestants thaïlandais lors des émeutes contre le coup d’État en mai-juin 2014, et développe une réflexion sur l’influence de ces récits dans la construction des conceptions politiques des lecteurs – notamment des adolescents. L’auteure constate que la science-fiction aborde naturellement des enjeux politiques en s’interrogeant sur les futurs probables. La fantasy serait quant à elle apolitique et réactionnaire, tout en cultivant une réflexion éthique. Ces fictions font toutefois référence au réel à travers des contenus idéologiques.

  • 1 Ces slogans quelque peu fantaisistes reposent sur une forme d’idéalisme mettant sur le même plan le (...)

2La chercheuse estime que la science-fiction et la fantasy parlent de notre temps et de notre monde, plus que du futur ou de mondes imaginaires. En lisant ces œuvres, il faudrait donc y chercher une analyse et une représentation de la réalité, plus qu’une tentative d’anticipation, dans le cas de la science-fiction. Cette dernière a ainsi été associée fréquemment par la critique au progressisme alors que la fantasy était assimilée à la réaction, voire au fascisme. Pourtant un exemple révèle que cette tendance ne se vérifiait pas dans les années 1960. Le Seigneur des Anneaux, publié en poche en 1965, fut un des étendards de la contre-culture sur les campus américains – véhiculant un idéal antimilitariste, anti-industriel, pacifiste et écologiste. Anne Besson affirme que « [l]es slogans américains “Frodo est vivant” ou “Gandalf président” sont les équivalents des célèbres devises du Mai 68 français, “Sous les pavés, la plage”, “Soyez réalistes, demandez l’impossible” ou encore “Prenez vos désirs pour des réalités” »1 (p. 50-51).

3L’imaginaire est au cœur des œuvres qui rencontrent une certaine reconnaissance culturelle et commerciale au XXIe siècle (en témoignent le succès de la fantasy, des dystopies, de la romance paranormale ou du steampunk) et diffuserait des positions politiques. Ainsi, les dystopies des années 2000-2010 et la cli-fi (fiction climatique) seraient à la fois divertissants et politiques, dans la mesure où elles donnent à penser le fonctionnement de systèmes répressifs. Ces œuvres à destination des adolescents dénoncent la tyrannie, la ségrégation et alertent sur les systèmes liberticides qui pourraient s’instituer si la population perdait sa vigilance démocratique. La trilogie Hunger Games de Suzanne Collins et ses adaptations cinématographiques sont des exemples de dystopie politique permettant aux adolescents de prendre conscience de la nécessité de préserver les libertés politiques et économiques dans la réalité. L’auteure préfère ici le terme d’« utopies anti-contemporaines » à celui de dystopie. En effet, « ces fictions de la révolte contre les tyrannies nous parlent en réalité d’un présent sombre et veulent indiquer des raisons d’espérer, cet esprit d’utopie étant significativement chaque fois incarné par de jeunes personnages, les héros et héroïnes (il s’agit très souvent de jeunes femmes), représentant une nouvelle génération en lutte explicite avec celle des Pères, qui a visiblement failli » (p. 73). Toutefois, la plupart des histoires se terminent par une fin heureuse. Anne Besson rappelle d’ailleurs l’existence d’une loi française de juillet 1949 interdisant aux publications destinées à la jeunesse de la démoraliser, c'est-à-dire de la corrompre et de la désespérer.

4Ainsi, l’essor des fictions de l’imaginaire a accompagné la protestation anticapitaliste et altermondialiste, comme le mouvement des Indignados espagnols, Occupy Wall Street, les printemps arabes, Nuit debout en 2016, ou les Gilets jaunes à tendance émeutière en 2019 en France et les marches pour le climat initiées par Greta Thunberg. Elles visent le public des 13-30 ans et contribuent à construire leur conscience politique. Les textes concernés par l’étude diffusent ainsi des valeurs de liberté et d’individualité, ainsi qu’une solidarité proche de l’éthique du care. Les droits des minorités, ainsi que l’écoféminisme et l’antispécisme sont aussi prônés par bon nombre d’œuvres. De même, un des motifs récurrents chez les héros de fantasy est le refus du pouvoir.

  • 2 Jenkins, Henry, SangitaShresthova, LianaGamber-Thompson, NetaKligler-Vilenchik, Arely M. Zimmerman, (...)
  • 3 Les Servantes font référence aux personnages du livre de Margaret Atwood, La Servante écarlate (198 (...)
  • 4 Gefen Alexandre, Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, Corti, 2017.

5La seconde partie de l’ouvrage est consacrée au pouvoir et à la perception des lecteurs. Ces derniers tendent à s’approprier les œuvres et à les utiliser pour « mieux imaginer », selon les mots de l’auteure d’Harry Potter J.K. Rowling. S’appuyant sur le travail de Gamber-Thompson, Jenkin, Kliger-Vilenchik, Shresthova et Zimmerman2, Anne Besson affirme qu’un grand nombre de jeunes Américains conçoivent leur engagement civique « à travers des relais sociaux et culturels plutôt que par le biais d’institutions politiques établies » (p. 103-104). Les fan studies se sont intéressées à ce phénomène de fan-activisme. La Harry Potter Alliance a ainsi pour objectif de « transformer les fans en héros » et de « changer le monde en mettant l’action politique à la portée de tous grâce au pouvoir du récit » (p. 104-105). Hunger Games est aussi évoqué comme une œuvre qui a été récupérée par le public pour mener des actions de lutte contre la faim et la pauvreté. Ainsi, les militants se réapproprient les fictions pour s’y référer dans leurs combats politiques. Les fans définissent aussi leurs comportements en se demandant ce que ferait à leur place leur personnage préféré. Anne Besson précise que si les œuvres majeures sont apparues dans la sphère anglo-saxonne, leur résonnance fut internationale, à l’image des Servantes3 ou des Jokers, qui se sont manifestés dans de nombreux pays sur des sites d’activisme et de contestation. Arjun Apparudai affirmait que « l’imaginaire est désormais une pratique sociale » (p. 117), indiquant que les usages de la fiction se manifestent de plus en plus dans la vie quotidienne. Ce phénomène, apparu à la fin du XIXe siècle, s’est considérablement accru avec le partage des connaissances sur les réseaux numériques. Alexandre Gefen4 détecte un phénomène de remplacement de la religion et des grands projets politiques par la littérature, qui répare les traumatismes individuels et collectifs, le storytelling ayant pris la place des grands récits dans un contexte postmoderne. C’est ce qui mène Anne Besson à estimer que les groupes minoritaires trouvent dans les genres de l’imaginaire un espace d’expression privilégié, y trouvant un moyen de remettre en question des systèmes de dominations et le pouvoir institué. En effet, ces œuvres appartiennent dans une certaine mesure à une forme de sous-culture alternative, dont l’influence croissante montre l’impact de certaines revendications identitaires dans la société. Les fans expérimentent ainsi des idées développées dans des fictions, afin de les intégrer progressivement dans les réflexions d’un public plus large. L’auteure avertit toutefois le lecteur qu’il serait erroné de « surinvestir la puissance transformative des fictions » : ce que les productions culturelles véhiculent de révolutionnaire resterait évidemment « [confiné] dans le cercle magique de la fiction, profitant toujours aux industries culturelles » (p. 150). En outre, on ne peut voir dans ces fictions un substitut aux « actions politiques et aux avancées légales ou socio-économiques » (Ibid.).

6Anne Besson conclut toutefois son ouvrage en estimant que l’enchantement par la fiction est nécessaire au bon fonctionnement d’une société. L’ouvrage montre bien l’influence croissante des littératures de l’imaginaire sur la conscience collective et l’éthos politique des adolescents et jeunes adultes. Les œuvres à succès véhiculeraient des valeurs positives à un grand nombre d’acteurs qui les utilisent comme des références pour mener leurs luttes politiques. Émanant essentiellement des puissances dominantes, elles diffusent des principes de tolérance et de lutte pour la liberté dans une culture capable d’accepter un grand nombre de fictions contestataires ou critiques du pouvoir en place. Anne Besson semble suggérer que les littératures de l’imaginaire constituent une parade postmoderne au désenchantement du monde décrit par Max Weber. Les pouvoirs de l’enchantement évoqués dans le titre de l’ouvrage renvoient au pouvoir transformateur et performatif de ces fictions. Il reste à déterminer si les littératures de l’imaginaire véhiculent majoritairement une idéologie légitimant l’ordre dominant ou au contraire une critique sociale et une apologie de la lutte contre le pouvoir institué.

Haut de page

Notes

1 Ces slogans quelque peu fantaisistes reposent sur une forme d’idéalisme mettant sur le même plan les fictions merveilleuses et les combats politiques.

2 Jenkins, Henry, SangitaShresthova, LianaGamber-Thompson, NetaKligler-Vilenchik, Arely M. Zimmerman, and Elisabeth Soep, By Any Media Necessary: The New Youth Activism. NYU Press, 2016.

3 Les Servantes font référence aux personnages du livre de Margaret Atwood, La Servante écarlate (1985). Ces femmes sont consacrées à la reproduction dans ce futur dystopique. Elles sont devenues le symbole des luttes féministes.

4 Gefen Alexandre, Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, Corti, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Michaud, « Anne Besson, Les pouvoirs de l’enchantement. Usages politiques de la fantasy et de la science-fiction. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 13 décembre 2021, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53125 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53125

Haut de page

Rédacteur

Thomas Michaud

Docteur en sciences de gestion et MBA. Chercheur spécialisé dans l’étude des liens entre science-fiction et innovation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search