Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Delphine Moraldo, L’esprit de l’a...

Delphine Moraldo, L’esprit de l’alpinisme. Une sociologie de l’excellence du XIXe au XXIe siècle

Dorian Debrand
L'esprit de l'alpinisme
Delphine Moraldo, L'esprit de l'alpinisme. Une sociologie de l'excellence, du XIXe siècle au début du XXIe siècle, Lyon, ENS Éditions, coll. « Sociétés, Espaces, Temps », 2021, 370 p., préface de Bernard Lahire, ISBN : 9791036203343.
Haut de page

Texte intégral

1Le livre de Delphine Moraldo sur l’excellence de l’alpinisme relève un défi ambitieux. Issu d’une thèse de recherche en sociologie sous la direction de Bernard Lahire, cet ouvrage propose une analyse historique, allant de la naissance de l’alpinisme au XIXe siècle dans l’Angleterre victorienne jusqu’à aujourd’hui, mais aussi comparative entre la France et l’Angleterre. Différents matériaux sont mobilisés par l’auteure : des notices nécrologiques, des autobiographies, des journaux intimes, des revues d’alpinisme, des articles de presse, des entretiens, des analyses quantitatives… On a donc entre les mains un objet sérieux, documenté et remarquablement bien écrit. L’objectif de l’auteure est de répondre à la question suivante : « comment se crée, se transmet et se maintient dans le temps un fonds commun de représentations et de valeurs associées à l’excellence, fortement distinctives, fédératrices, participant d’une “mémoire collective” et au principe d’une “identité collective” » (p. 16) ? La réponse se décompose en trois grandes parties qui font dialoguer théorie et empirie. La première présente la genèse de la formation de « l’esprit de l’alpinisme », un modèle d’excellence qui naît en Angleterre au XIXe siècle avec les premiers gentlemen alpinistes. La seconde partie, qui s’étend de la fin du XIXe siècle à la seconde guerre mondiale, analyse la manière dont l’alpinisme cherche à se distinguer des autres sports en maintenant notamment ses traditions. Enfin, la troisième partie poursuit l’analyse des développements ultérieurs de l’alpinisme des années 1940 à aujourd’hui en montrant comment l’esprit de l’alpinisme résiste encore face aux différentes transformations de la société. On le voit, ce qui est central et original dans toutes ces parties, c’est la focalisation sur la question de « l’esprit », un discours sur l’éthique, synonyme de grandeur ou d’excellence. Delphine Moraldo en souligne tout de suite la filiation avec « l’esprit du capitalisme » de Max Weber, où l’esprit est vu comme ethos ou éthique.

  • 1 La gentry correspond à la grande bourgeoisie propriétaire de terres et rentière : « Ce sont des gen (...)
  • 2 Les professions sont une « catégorie hybride propre à l’histoire britannique, formée à l’origine de (...)
  • 3 Les publics schools sont des écoles du secondaire sélectives réservées aux garçons, « elles forment (...)

2Ce travail de recherche prend comme point de départ l’apparition du premier club alpin en 1857 dans l’Angleterre victorienne : l’Alpine Club (AC). C’est à partir de la création de ce club que le modèle d’excellence propre à l’alpinisme va émerger, que l’esprit et les principes originels de ce sport vont se forger. Partant de là, Delphine Moraldo montre comment cet esprit « 1) apparaît, 2) est codifié, et 3) se diffuse » (p. 29) en développant des questionnements sociologiques généraux, mais également des questionnements propres à la sociologie des élites lorsqu’elle s’intéresse aux propriétés sociales et idéologiques des membres de l’AC. Sans surprise, ses résultats révèlent d’abord que ces derniers « sont, en grande partie, issus d’un groupe remarquablement homogène et fermé » (p. 31), celui de la bourgeoisie anglaise, des gentlemen. Le terme de gentleman, qui pourrait questionner le lecteur, est défini par Delphine Moraldo comme un membre de la bonne bourgeoisie ou de la haute bourgeoisie, composées de la gentry1, des professions2 et de la bourgeoisie industrielle, commerciale et financière. On apprend ainsi que les effectifs de l’AC sont recrutés quasi intégralement dans ce groupe socio-économique, et sont essentiellement de genre masculin, quelle que soit la période. Delphine Moraldo démontre ensuite que les premiers gentlemen de l’AC ont codifié l’alpinisme à partir de leurs « propriétés sociales […] et idéologiques » (p. 57), mais surtout à partir d’un ensemble de valeurs acquises à l’école et ont ainsi créé cet « esprit de l’alpinisme ». Cette notion subsume en réalité la question de l’excellence « sous l’angle d’un triple rapport : un rapport à la pratique, un rapport aux autres individus, et un rapport à soi-même » (p. 21). La spécification de ce triple rapport sert de cadre d’analyse à l’auteure dans toutes les parties de l’ouvrage pour répondre à son questionnement initial. Il apparaît donc important de développer chaque rapport dans ce compte rendu. Le rapport à la pratique, « c’est-à-dire l’ensemble des règles, le plus souvent implicites, qui régissent l’alpinisme dans sa version excellente » (p. 21), repose sur une éthique qui dérive des lieux de socialisation des premiers grands alpinistes : les public schools3 et les grandes universités. Ces espaces de socialisation ont eu comme effet de créer un « esprit de corps » et une identité collective qui a formé le référentiel sportif de l’alpinisme, ses valeurs morales, etc. Le rapport aux autres individus procède quant à lui d’un discours de distinction sociale et éthique. Sur ce point, Delphine Moraldo souligne que les membres de l’AC rejettent tout ce qui pourrait rendre l’alpinisme populaire en défendant un ethos amateur (en réalité une distinction sociale), pratique qui s’additionne d’une « éthique de l’alpinisme », autrement dit d’un ensemble de « règles strictes régissant la manière légitime, “loyale”, “juste”, fair, de réaliser les ascensions » (p. 82), en opérant notamment une sélection du matériel qu’il est moralement juste d’utiliser. Enfin, le rapport à soi-même « renvoie à la manière dont les grands alpinistes se perçoivent eux-mêmes et appréhendent leur trajectoires biographiques » (p. 21), en mobilisant notamment un discours sur la vocation. Cependant, dans cette première partie, c’est surtout la pratique de l’alpinisme comme loisir amateur dont il est question . Enfin, Delphine Moraldo montre comment ce modèle originel né au Royaume-Uni a réussi à s’exporter dans d’autres pays selon différentes modalités. Pour cela, elle étudie le cas de la France où se crée en 1874 le Club alpin français (CAF). Bien que ce club témoigne d’une volonté d’inclusion (les femmes sont notamment admises), l’auteure montre qu’il s’agit malgré tout d’un « club bourgeois » dont le recrutement se fonde sur l’auto-sélection. La pratique de l’alpinisme des Britanniques reste à leurs yeux la forme la plus pure et le modèle à suivre. Les singularités de ce modèle, bien que transférées imparfaitement, fondent alors la manière dont se conçoit l’excellence en France.

3Les deuxième et troisième parties de l’ouvrage analysent l’évolution dans le temps des trois rapports (rapport à la pratique, aux individus et à soi) et la manière dont la France s’approprie l’excellence formée par les Britanniques. Le premier segment historique, étudié dans la deuxième partie, part de la genèse de l’alpinisme et va jusqu’à la seconde guerre mondiale. Durant cette période, il est intéressant de constater la force de l’esprit de conservation présent dans ce « sport » et les leviers mobilisés par ses pratiquants : « l’alpinisme conserve une définition devenue archaïque du sport, comme loisir amateur et distingué, réservé à une élite sociale (et masculine) » (p. 127). On assiste par exemple à la multiplication de normes permettant de trier les vrais et bons alpinistes des acrobates et gymnastes ainsi que de ceux qui veulent professionnaliser la pratique. De là découle une hiérarchie des types d’alpinisme basée sur « la distance (géographique), la hauteur (de l’ascension) et le caractère inédit de l’ascension » (p. 147), mais aussi une distinction entre les alpinistes eux-mêmes (touristes, guides, alpinistes), entre les petits et les grands, entre les hommes et les femmes : on est ici dans le rapport aux autres, où un mépris de classe manifeste permet de conserver l’esprit d’excellence, malgré la démocratisation croissante de l’alpinisme. Le rapport à soi découle de cet ensemble de faits, les alpinistes excellents se distinguant des autres par ces différents critères. La troisième partie de l’ouvrage poursuit l’analyse en allant des années 1940 à aujourd’hui et développe l’ensemble de cette réflexion. En effet, l’esprit de l’alpinisme « codifié par les alpinistes victoriens et – en partie – adopté en France, résiste, à bien des égards, aux transformations pourtant majeures qui touchent l’alpinisme » (p. 219). Delphine Moraldo montre notamment le lien qui s’instaure entre excellence et himalayisme et les énormes succès médiatiques que ces ascensions obtiennent. Aussi, on constate en France, sans commune mesure avec le cas britannique, une ouverture de la pratique à des profils socialement moins polarisés, mais aussi une plus forte professionnalisation, grâce à la création d’un ensemble d’institutions de formation (en particulier l’École nationale de ski et d’alpinisme). Malgré tout, Delphine Moraldo souligne que ces nouveaux alpinistes durcissent l’ordre établi sans le remettre en cause. C’est le cas par exemple de la dimension éthique de la pratique ou de la sélection genrée des pratiquants. Ainsi, s’agissant de la dimension éthique, c’est de vocation comme rapport à soi dont il est désormais question, « un engagement corps et âme » (p. 297) où la dimension religieuse n’est plus très loin.

4L’ouvrage de Delphine Moraldo est éclectique : à partir d’un sujet d’apparence circonscrit, l’alpinisme, un nombre étonnant de réflexions sont dépliées et contribuent à différents champs sociologiques, comme la sociologie du sport, des élites ou encore de l’excellence. C’est pourquoi nous invitons le lecteur soucieux d’approfondir ses connaissances en sociologie à se laisser tenter, d’autant plus qu’il n’est pas nécessaire de connaître ou de pratiquer l’alpinisme pour apprécier cet ouvrage. Aussi, le récit des ascensions et des transformations des pratiques de l’alpinisme dans le temps ne laisse pas indifférents le lecteur, qui prend le risque de trouver réellement passionnant ce « sport » pas comme les autres.

Haut de page

Notes

1 La gentry correspond à la grande bourgeoisie propriétaire de terres et rentière : « Ce sont des gentlemen, par définition ceux qui ne travaillent pas » (p. 49).

2 Les professions sont une « catégorie hybride propre à l’histoire britannique, formée à l’origine de trois groupes – le clergé, les professions juridiques et les professions médicales » (p. 47).

3 Les publics schools sont des écoles du secondaire sélectives réservées aux garçons, « elles forment un maillon central dans l’éducation de la classe dominante » (p. 60).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dorian Debrand, « Delphine Moraldo, L’esprit de l’alpinisme. Une sociologie de l’excellence du XIXe au XXIe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 13 décembre 2021, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53149 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53149

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search