Navigation – Plan du site

Louis Pinto, La vocation et le métier de philosophe. Pour une sociologie de la philosophie dans la France contemporaine

Patrick Cotelette
La vocation et le métier de philosophe
Louis Pinto, La vocation et le métier de philosophe. Pour une sociologie de la philosophie dans la France contemporaine, Seuil, coll. « liber », 2007, 307 p., EAN : 9782020963398.
Haut de page

Texte intégral

1Dans son dernier livre intitulé La vocation et le métier de philosophe, Louis Pinto, déjà versé dans la sociologie de la philosophie (Les philosophes entre le lycée et l'avant-garde, Les Neveux de Zarathoustra) s'attaque à un chantier difficile : il s'agit dans ce livre rien moins que de décrire le champ (dans sa conception bourdieusienne clairement rappelée en introduction) de la philosophie française contemporaine. L'auteur mêle alors toutes les méthodes sociologiques possibles (histoire institutionnelle, entretiens, analyses statistiques longitudinales, analyse factorielle de correspondances multiples, analyses de textes, etc.) pour mener à bien son vaste projet.

2Louis Pinto explore dans une première partie d'« Initiation philosophique » les fondements du champ philosophique français. De façon très bourdieusienne, l'auteur entreprend dans un premier chapitre d'explorer « l'histoire incorporée » des « philosophes », histoire fortement liée à celle de l'institution scolaire. Il rappelle ainsi que l'enseignement de la philosophie a eu un rôle politique éminent à partir de la IIIème République. La philosophie eut pour objectif assigné de faire de l'élève un citoyen, capable de penser par lui-même, ce qui se traduisit par une modification des contenus philosophiques légitimes. En l'occurrence, Louis Pinto rattache par exemple aux évolutions politiques le développement du néo-kantisme dans les années 1870, voie moyenne entre un positivisme dominé et le spiritualisme dominant dans le champ académique antérieur. Cette modification des finalités et des contenus semble alors s'être institutionnalisée et a conduit à la formation des habitus philosophiques professionnels qui ont perduré jusqu'à nos jours. C'est en tout cas ce que semble confirmer les études longitudinales sur les caractéristiques sociales des professeurs de philosophie dans le secondaire et certains exemples de philosophes célèbres. Il est alors possible de préciser les caractéristiques de l'habitus philosophique classique des professeurs du secondaire (sans nier l'existence de variations individuelles dans les manières d'être) mêlant louange de la pensée pour elle-même et de sa liberté, critique du bruit de l'opinion, utilisation des références humanistes, revendication d'un statut éminent de la discipline philosophique relativement aux autres disciplines « recroquevillées » sur leurs problématiques, et enfin autorisation - par aristocratisme - d'un comportement professionnel détaché des codes institutionnels de l'Education Nationale.

3Afin d'approfondir l'exploration des fondements du champ philosophique français, Louis Pinto analyse dans le deuxième chapitre la façon dont la pensée philosophique se produit en France. A cette fin, il propose une voie modeste décortiquant non la « pure pensée » mais sa « forme objectivée que lui procure l'institution scolaire [... et] dont la dissertation est l'illustration éminente » (p.69). Cette analyse contribue dans le même temps, et de façon brillante, à la sociologie de la production des inconscients scolaires par les exercices pédagogiques. L'auteur explique ainsi que la dissertation, loin d'être l'occasion d'une « pure » réflexion personnelle pourtant demandée, et sans être une « pure » question de cours, est la réponse d'un « habitus cultivé se définissant par les caractéristiques que lui a imprimées le système d'enseignement » (p.77). La principale caractéristique attendue d'une dissertation est alors « l'art du dépassement » : en analysant les consignes tacites des sujets de dissertation, Louis Pinto montre que sa structure classique est un récit de libération spirituelle représentant le passage des errements de l'opinion aux hiérarchies conceptuelles. « Qu'est-ce qui est dépassé dans une dissertation ? D'abord l'opinion commune, et ce qui s'en rapproche, les doctrines les plus ‘‘vulgaires'' (sophistique, cynisme, pragmatisme...), puis les savoirs positifs soupçonnés d'aveuglement, enfin les théories philosophiques plus élaborées, dont le raffinement permet de mesurer les prouesses de celui qui s'avère capable d'en montrer en même temps la valeur et les limites » (p.88). Cette analyse très fine de l'exercice de la dissertation ne fait cependant pas oublier à Louis Pinto des analyses plus classiques sur les inégalités sociales dans le système scolaire qui constituent la fin de ce deuxième chapitre et de la première partie.

4Ce n'est alors que dans une seconde partie que Louis Pinto entreprend l'analyse concrète des « Structures et figures d'un champ philosophique national » contemporain (1970-2000). Le troisième chapitre de l'ouvrage se consacre à l'analyse des déplacements récents des frontières du champ philosophique français. Le cœur de ces déplacements provient selon Louis Pinto de la modification des conditions scolaires de production des philosophes dans les années 1960 en raison de leur impact sur les aspirations culturelles et les modèles intellectuels de la profession. En l'occurrence, l'auteur montre que le renforcement des frontières entre le secondaire et l'enseignement supérieur fut l'occasion d'une dévaluation du modèle du professorat au profit de nouveaux modèles : « la philosophie tend à devenir l'une des disciplines qu'il est possible de combiner avec un autre cursus en vue d'accéder à des carrières qui n'appartiennent pas à l'univers de l'enseignement » (p.112). La multiplication des manières d'être philosophe est visible par l'étude des revues dans les années 1980. Tandis que les revues universitaires continuent à consacrer l'essentiel de leurs articles à l'histoire de la philosophie - dans un but de conservation du capital savant constitué -, les revues intellectuelles usent de la philosophie pour débattre des problèmes contemporains, aspirant la figure du philosophe dans celle de l'intellectuel chargé d'énoncer un point de vue savant sur le monde. Louis Pinto s'emploie dans la suite du chapitre à analyser en profondeur les deux figures des nouvelles frontières du champ philosophique, c'est-à-dire principalement le journaliste philosophe puis les avant-gardes universitaires. L'analyse du journaliste philosophe donne l'occasion à l'auteur de mener des études précises sur le fonctionnement conjoint du champ philosophique et du champ journalistique, notamment par l'étude de Bernard-Henri Lévy, ou de l'implication politique de ces nouveaux philosophes, avec entre autres études celle de la trajectoire sociale de Luc Ferry. L'analyse des avant-gardes universitaires passe quant à elle par l'observation de diverses institutions, tel le Collège international de Philosophie, des positions philosophiques associées (hérésie postgauchiste, néo-orthodoxie phénoménologico-herméneutique et théorie derridéenne de la déconstruction) et de leurs points communs.

5Après avoir délimité le champ philosophique contemporain, Louis Pinto s'emploie dans le quatrième chapitre à décrire les positions possibles en son sein, et plus précisément au sein du champ académique qui en est le centre de gravité. L'exercice est admirablement effectué par l'auteur qui exprime les différentes positions au sein du champ philosophique en prenant en compte le discours indigène, ici les références employées par les différents membres du champ. La première phase de son travail de description passe alors par une analyse factorielle à composantes multiples permettant de relier les propriétés sociales des agents aux propriétés des produits philosophiques. Les deux axes permettant de décrire le champ sont d'une part la distance à l'égard des règles universitaires (opposition entre un pôle savant et un pôle mondain) et d'autre part le degré d'excellence académique (opposition entre un pôle de la reproduction orthodoxe et un pôle de la production hétérodoxe). Ces deux axes permettent ainsi d'expliquer la différence flagrante entre : d'une part les philosophes universitaires reconnus pour leurs travaux en histoire de la philosophie (surtout la phénoménologie et l'idéalisme allemand), par leur grand nombre de thèses dirigées, mais à la faible couverture médiatique (Aubenque, Bourgeois, Dagognet) ; et d'autre part les philosophes connus médiatiquement pour leurs productions originales mais voués à des statuts universitaires marginaux (Derrida). La seconde phase du travail de Louis Pinto consiste en la mise en évidence, par quelques études de cas, du rapport entre la structure du champ et la logique des prises de position. Les différentes études proposées par l'auteur permettent de bien observer les oppositions, même s'il est regrettable que les exemples les plus importants opposent moins les différents pans du champ philosophique que le champ philosophique à des mises en question externes. Des exemples peu connus sont ainsi proposés comme les conflits entre Derrida et Bouveresse ainsi que l'explication (manquant malheureusement de clarté pour un non initié) de la controverse entre Austin et Derrida, qui montrent tous deux les affrontements entre les philosophes partisans des traditions francophones et les philosophes plus « anglo-saxons ». Deux exemples majeurs sont par contre exploités avec brio. D'un côté la controverse sur le cas Heidegger (sur la question de sa compromission avec le nazisme) montre l'importance des phénoménologues dans le champ philosophique français et la défense de la position présumée atemporelle du philosophe par la majorité du champ. D'un autre côté, l'Affaire Sokal (sur la question profonde des conditions de possibilité de la croyance intellectuelle) montre la résistance du champ philosophique - à l'exception de quelques innovateurs comme Bouveresse - aux questionnements qui lui sont imposés de l'extérieur. Un dernier exemple permet de condenser les prises de position au sein du champ en exposant avec une grande clarté les réactions aux différentes évolutions des programmes proposées par l'Education Nationale depuis les années 1970.

6Le dernier chapitre de l'ouvrage est l'occasion pour Louis Pinto de reprendre l'analyse de la logique des prises de position entamée dans le quatrième chapitre. A partir de douze leçons aux exigences comparables publiées par différents philosophes dans le journal Le Monde durant l'été 1982, l'auteur se lance dans le difficile exercice de l'explication sociologique de texte dont il avait rappelé les précautions méthodologiques en introduction de l'ouvrage. Les analyses préliminaires sont pertinentes, portant tant sur la définition sociale de la production philosophique mise en œuvre par Le Monde (montrant une préférence pour les auteurs du pôle mondain) que sur le continuum des positions des auteurs (allant d'un pôle orthodoxe à un pôle prophétique sur le modèle de l'opposition entre les prêtres et les prophètes dans le champ religieux). Les analyses de texte forment quant à elles la partie la moins convaincante de l'ouvrage : même si l'observation de l'ensemble des productions permet de bien donner corps aux oppositions dressées en introduction, l'observation précise de chaque production philosophique rend mal compte de sa position précise dans le champ. Cette imprécision est amplifiée par le constat que la frontière entre le jugement objectif et les préférences personnelles de l'auteur pour tel ou tel philosophe est difficile à tracer dans le propos de l'auteur (en témoigne la position choisie pour classer Emmanuel Levinas ou les commentaires ironiques (ou pas) accompagnant la leçon de Michel Serres). On saluera malgré tout la tentative et quelques analyses très claires (comme celle de la leçon de Ferdinand Alquié).

7De ce livre au projet ambitieux, il y a ainsi beaucoup à retenir. La diversité des méthodes, la clarté de l'analyse et la qualité de l'ensemble en font une remarquable radioscopie du champ philosophique français et de son évolution contemporaine, et ce malgré quelques ratés explicables par la difficulté de la tâche. On ne peut finalement que conseiller aux sociologues portés sur l'analyse des champs intellectuels et aux philosophes curieux du regard des sciences humaines la lecture de cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Louis Pinto, La vocation et le métier de philosophe. Pour une sociologie de la philosophie dans la France contemporaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 14 février 2008, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/532

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page