Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Isabelle Antonutti (dir.), Figure...

Isabelle Antonutti (dir.), Figures de bibliothécaires

Marie Linos
Figures de bibliothécaires
Isabelle Antonutti (dir.), Figures de bibliothécaires, Villeurbanne, Presses de l'Enssib, coll. « Papiers », 2020, 312 p., préf. Jean-Yves Mollier, ISBN : 978-2-37546-135-8.
Haut de page

Texte intégral

1« Dépositaires d’un savoir, passeurs de culture » (p. 11), c’est ainsi que l’historien Jean-Yves Mollier qualifie les bibliothécaires dans la préface qu’il signe pour ce dictionnaire biographique consacré à une profession dont les membres se veulent discrets. Cette réserve, propre aux métiers de la médiation, explique certainement pourquoi l’histoire des bibliothécaires demeure partielle et lacunaire, comme l’affirme la directrice de la publication, Isabelle Antonutti. Ce dictionnaire, « entre l’histoire individuelle et la radioscopie d’un groupe social » (p. 13), vient ainsi combler un vide historiographique, tout en mettant en lumière le rôle largement sous-estimé de ces figures du savoir, dont les parcours de vie s’entremêlent avec d’importants épisodes de l’histoire culturelle française.

2Plus de soixante contributeurs, eux-mêmes essentiellement issus du monde des bibliothèques, signent ici cent notices biographiques ; un chiffre rond, résultat d’une sélection qui témoigne de l’ambition des auteurs d’écrire un chapitre de l’histoire intellectuelle de France plutôt qu’une exploration exhaustive des portraits de cette profession. Les critères de sélection sont avant tout chronologiques : des bornes précises cadrent ce travail (1850-1980), ce qui signifie que les biographies ne concernent que des bibliothécaires nés avant 1930 et décédés avant le lancement de ce projet. Cette temporalité permet de s’intéresser aux générations qui ont été formées en tant que bibliothécaires ou qui ont activement participé à la professionnalisation et l’organisation du métier. De fait, si la profession est aussi ancienne que l’institution qu’elle incarne, c’est véritablement au XIXe siècle, notamment lors de la création de l’École nationale des chartes (ENC), en 1821, puis du Certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaires (CAFB) en 1879, qu’elle se structure. Les autres critères de sélection sont géographiques (le biographié doit avoir réalisé la majorité de sa carrière en France), mais aussi documentaires (le biographié doit avoir publié ou laissé derrière lui une œuvre) et historiques (le biographié doit avoir investi le champ culturel, politique ou social de son époque).

3Ces choix, qui aboutirent à la présélection de 250 figures, nombre par la suite réduit sur la base de la diversité des parcours et de leur péréquation, favorisent nécessairement des personnages dont les activités ne se sont jamais strictement limitées aux frontières des bibliothèques ou au travail catalographique. Cette « polyactivité » - pour reprendre le terme d’Isabelle Antonutti (p. 21) – dont font preuve les figures de ce recueil, caractérise, de fait, l’ensemble des portraits, tout en offrant aux auteurs l’opportunité de démontrer le rôle culturel multi-morphe, sous-jacent et pourtant décisif des bibliothécaires. Ainsi, dans cet ouvrage, l’histoire de la profession s’entrecroise, entre autres, avec celle de l’enseignement supérieur, à travers le parcours de formateurs ou de formatrices (Henri Lemaître, Aline Payen-Puget), avec celle de la politique à travers l’engagement de certains membres de la profession (Lucien Herr, Gérard Thirion) et également celle d’organisations internationales telles que la Fédération internationale des associations de bibliothécaires (FIAB) à laquelle participe activement Henri Lemaitre ou l’International Federation of Library Associations and Institutions (IFLA) pour laquelle Jacqueline Viaux assure la présidence de la section des bibliothèques d’art. Son histoire se mêle aussi à celle de la jeunesse, grâce aux activités des professionnelles qui créent la bibliothèque de l’Heure joyeuse à Paris en 1924, dédiée aux jeunes (Marguerite Gruny, Mathilde Leriche), et à celle des circulations internationales de savoirs, notamment à travers l’expérience d’Yvonne Oddon, qui décroche en 1934 une bourse de la Fondation Rockefeller pour un séjour d’études aux États-Unis. Elle en revient avec de nouveaux modèles en tête, dont la bibliothèque « spécialisée-publique », et œuvre pour que cette dernière voit le jour en France. Ces exemples, non exhaustifs, démontrent à quel point l’histoire de cette profession est largement entremêlée à celles d’autres champs historiographiques.

  • 1 Fuvel Aude, Coffin Jean-Christophe, Trochu Thibaud, « Les carrières de femmes dans les sciences hum (...)
  • 2 Perrot Michelle, Les femmes ou les silences de l’Histoire, Paris, Flammarion, 1998.

4L’introduction d’Isabelle Antonutti permet de structurer l’ouvrage en dressant les lignes de force et les principales tendances qui ressortent de cette prosopographie. Elle offre au lecteur quelques données plus générales qui permettent de mieux cerner la carte d’identité collective du groupe. Ces données confirment, sans surprise, la domination de Paris, puisque près des deux tiers des figures reprises dans le dictionnaire travaillent dans des institutions de la capitale. Cette concentration géographique ne doit toutefois pas cacher la diversité des institutions : bibliothèques nationales, municipales, spécialisées, universitaires, administratives sont autant de scènes qui se déploient dans cette publication. Cette introduction révèle également un groupe relativement homogène sur le plan social : la grande majorité présente un niveau de formation assez élevé, est issue de la classe moyenne, relativement aisée, et si les bibliothécaires naissent de partout en France, ils sont très nombreux à mourir à Paris, ce qui confirme une fois de plus le caractère tout particulier de la capitale dans l’histoire culturelle et intellectuelle du pays. La majorité des biographiés sont également des hommes, bien que la dimension du genre ne soit évidemment pas laissée de côté. En effet, le premier tiers du XXe siècle est marqué, comme pour d’autres branches des sciences sociales ou des humanités1, par une féminisation progressive mais importante des écoles de formation des bibliothécaires. La première étudiante est admise à l’ENC en 1906 et près de vingt ans plus tard, les femmes ne représentent pas moins de 30% des effectifs étudiants. Cette histoire ne fait toutefois pas exception aux « silences » qui pèsent sur les trajectoires féminines2. Si l’un des critères de sélection est l’accès à l’information sur les parcours des bibliothécaires, les femmes partent très clairement lésées, elles qui apparaissent comme les plus discrètes d’une profession qui agit déjà dans les coulisses. Remarquons toutefois qu’en dépit du nombre restreint de notices accordées aux femmes (vingt et une), ces dernières surgissent immanquablement dans ces parcours individuels : de nombreux biographiés sont mariés à des femmes éduquées, qui mènent également une carrière scientifique ou culturelle, comme Hélène Adhémar, conservatrice au Louvre, épouse de Jean Adhémar (1908-1987), figure emblématique du département des Estampes et de la Photographie de la BN ou encore Claire Chevalier, artiste peintre et épouse d’Henri Bouchot (1849-1906), qui devient, à la toute fin du XIXe siècle, directeur du cabinet des Estampes de la BN.

5De fait, si les biographies se concentrent sur les accomplissements intellectuels des acteurs et sur leurs activités culturelles, elles n’excluent pas pour autant les informations trop souvent oubliées de ce genre d’ouvrages, reléguées dans la catégorie « vie personnelle ». Isabelle Antonutti consacre ainsi tout un sous-titre à cet aspect, qui permet notamment de mettre en évidence l’importance de la famille dans la construction des carrières professionnelles. En effet, plusieurs notices ne se concentrent pas sur un seul individu, mais bien sur des familles qui ont marqué la profession, comme les Mondain-Monval, bibliothécaires, archivistes et historiens du théâtre ou encore la famille Hahn, véritable dynastie à la tête de la bibliothèque de la faculté de médecine de l’Université de Paris.

6Pour conclure, il ne fait aucun doute que ce dictionnaire constitue un ouvrage de référence primordial pour celles et ceux qui s’intéressent à l’histoire des bibliothèques, mais aussi plus généralement à l’histoire culturelle et intellectuelle française des XIXe et XXe siècles. Il offre une « histoire […] incarnée » (p. 9), notamment à l’aide de très belles sources photographiques et insiste sur le « caractère profondément humain d’une profession » (p. 12). Minutieusement documenté, le travail s’appuie sur des sources variées, issues autant des archives que des publications des bibliothécaires. On regrette simplement que les critères de sélection ne mettent en évidence que des figures qui bénéficiaient déjà d’une certaine forme de reconnaissance (la majorité disposait ainsi d’une page Wikipedia avant la parution du dictionnaire ) et, dès lors, on peut encourager l’initiative d’Isabelle Antonutti de créer une base de données prosopographique consacrée à cette profession, comme il en existe déjà pour d’autres3, ou de faire suivre cet ouvrage d’une seconde publication.

Haut de page

Notes

1 Fuvel Aude, Coffin Jean-Christophe, Trochu Thibaud, « Les carrières de femmes dans les sciences humaines et sociales (XIXe-XXe siècles) : une histoire invisible ? », Revue d’histoire des sciences humaines, n° 35, 2019, disponible en ligne, http://journals.openedition.org/rhsh/3971.

2 Perrot Michelle, Les femmes ou les silences de l’Histoire, Paris, Flammarion, 1998.

3 On pense notamment aux juristes qui ont eu droit à plusieurs bases de données : http://siprojuris.symogih.org/ qui s’intéresse aux professeurs de droit français, mais aussi http://www.digithemis.be/index.php/applications/magistrats/acces consacrée aux magistrats belges.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Linos, « Isabelle Antonutti (dir.), Figures de bibliothécaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53247 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53247

Haut de page

Rédacteur

Marie Linos

Docteure en histoire à l’Université libre de Bruxelles.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search