Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Jacques Defrance, Taieb El Boujjo...

Jacques Defrance, Taieb El Boujjoufi et Olivier Hoibin (dir.), Le sport au secours de la santé. Politiques de santé publique et activité physique. 1885-2020 : une socio-histoire

Samuel Vansyngel
Le sport au secours de la santé
Jacques Defrance, Taïeb El Boujjoufi, Olivier Hoibian (dir.), Le sport au secours de la santé. Politiques de santé publique et activité physique : une sociohistoire, 1885- 2020, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, coll. « Champ social », 2021, 520 p., ISBN : 978-2-36512-299-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fleuriel Sébastien et Schotté Manuel, Sportifs en danger. La condition des travailleurs sportifs, V (...)

1Dans un contexte de critique des modes de vie sédentaires (citadins, inactifs, etc.), la promotion du « sport-santé » a pris un nouvel essor en France dans les années 2000. Elle se manifeste notamment par la diffusion du slogan « manger, bouger » et d’une batterie de mesures qui préconisent les « bonnes pratiques » alimentaires et l’exercice physique. L’association entre sport et santé semble s’être bien installée, alors même que différentes enquêtes et de nombreux acteurs ont alerté sur les dangers d’une activité physique et sportive intensive et/ou non-encadrée, celle qui constitue le « risque » du métier de sportif et des conditions de ce travail1. C’est à cette construction des politiques promouvant les activités physiques à des fins de santé publique et individuelle que s’intéresse cet ouvrage collectif, dirigé par Jacques Defrance, Taieb El Boujjoufi et Olivier Hoibian.

2Dans une démarche socio-historique, les différentes contributions, en partie tirées d’un projet ANR, recouvrent une période de plus d’un siècle et demi (de 1885 à nos jours). En mettant au jour trois périodes distinctes des discours publics, les auteurs tentent de dévoiler les logiques des campagnes de promotion et les manières dont les activités physiques y sont valorisées. Plus précisément, il s’agit moins d’explorer la mise en œuvre de ces politiques publiques que « d’analyser l’histoire de la santé publique à partir des usages qu’elle fait de l’activité physique » (p. 8). Les contributions abordent systématiquement les rapprochements des deux champs (sport et santé), montrant qu’il ne s’agit pas d’un phénomène nouveau. En effet, les critiques de la sédentarité et des modes de vie citadins ont depuis longtemps été des arguments centraux des débats sur la santé et les activités physiques. Laissant de côté la question des effets réels de telles pratiques sur la santé, l’ouvrage propose de se focaliser sur les moments d’effervescence et d’animation de ces débats. Est privilégiée l’étude des acteurs, de leur parcours et des formes des mobilisation afin d’analyser la construction d’un problème publique.

  • 2 Gusfield Joseph, The Culture of Public Prblems. Drinking-Driving and the Symbolic Order, Chicago, L (...)

3Les analyses de Joseph Gusfield2 fournissent un premier cadrage théorique. Cependant, les auteurs en pointent les limites : l’approche interactionniste s’avère insuffisante pour comprendre pleinement la construction des politiques de « sport-santé » dans le temps car la constitution du problème du « sport santé » prend des formes différentes selon les contextes historiques, politiques, et scientifiques. Les auteurs prennent alors le parti d’une analyse en termes de champs plutôt que d’acteurs, permettant ainsi de rendre compte de l’intrication et des relations conflictuelles ou collaboratives entre les différents acteurs, au travers de l’étude des controverses (surmenage de la jeunesse, dégénérescence de la race européenne), de l’institutionnalisation des champs de la santé et du sport, ou encore de la mise en place d’actions destinées à inciter les populations à s’exercer physiquement.

4Les trois parties de l’ouvrage traitent de trois périodes qui constituent l’ossature de la démonstration. Ces périodes ne forment pas un parfait continuum : elles peuvent se superposer, reflétant ainsi la complexité et l’imbrication des courants de pensée, des acteurs et des idées. La première partie est consacrée à la période 1885-1920 et étudie deux courants de pensée : l’hygiénisme et l’eugénisme. La deuxième partie porte sur les années 1900 à 1960, où s’institutionnalise à la fois le champ de la santé publique et celui des sports. Enfin, la troisième partie étudie la constitution et la réception d’une politique en faveur du sport pour la santé dans la période contemporaine (de 1960 à aujourd’hui). Pour renseigner la mise à l’agenda progressive de l’activité physique au service de la santé, les trois parties du livre procèdent peu ou prou de la même manière : une présentation large des contextes est suivie par des études de cas qui détaillent la mise en place d’actions concrètes par des associations ou des institutions. Les acteurs qui prennent part aux débats et à la mise à l’agenda politique sont principalement issus des champs de la santé (médecins, biologistes), de l’enseignement public ou privé (catholique) ou encore des scientifiques et des militaires. On y retrouve notamment des associations, comme le Club alpin français qui initie des « voyages pédagogiques » à destination des jeunes (étude de cas n° 1) ou la Ligue girondine d’éducation (étude de cas n° 3) qui œuvre à établir un cadre national de promotion de l’activité physique, mais aussi des dispositifs d’initiatives publiques, comme celle de la Ville de Strasbourg (étude de cas n° 6), ou privées, avec le développement de services et de professions auxiliaires (professeurs de culture ou d’éducation physique, masseurs, etc., étude de cas n° 4).

5La première partie étudie deux controverses, celle du « surmenage des écoliers » et celle du « déclin de la race », qui renseignent respectivement deux courants de pensée dominants de leur époque : l’hygiénisme (fin du XIXe) et l’eugénisme (début du XXe). La première mobilisation se forme par et autour de la question du « surmenage » des élèves, mise en avant publiquement par des pères et des médecins inquiets. Ces acteurs critiquent globalement l’organisation des temps scolaires, tout en étant en désaccord sur la façon de l’améliorer : faut-il plus d’activités physiques ou davantage de repos ? Cette controverse ne débouche guère sur des solutions concrètes et s’essouffle après 1890. La seconde mobilisation concerne le mouvement eugéniste qui se manifeste dans un contexte de guerre mondiale. D’une part, en s’appuyant sur le développement des statistiques d’État sur la population, les médecins et les biologistes avancent l’idée d’une dégénérescence de la race européenne. D’autre part, l’institution militaire et ses acteurs alertent sur l’affaiblissement des hommes causé par les modes de vie citadins. Ces deux moments d’alerte mettent au jour deux constructions du débat autour de la sédentarité et des modes de vie : le « surmenage » des écoliers se diffuse comme une rumeur, alors que les discours eugénistes s’imposent idéologiquement et scientifiquement, avec plus de valeur et de force de persuasion que le premier.

6La seconde partie du livre revient sur la première moitié du vingtième siècle (1900-1960) où s’opèrent d’importantes transformations des champs de la santé et du sport. Ici, il s’agit moins d’analyser les controverses que de s’intéresser au développement du secteur social de la santé, notamment en soulignant la division du travail, et par conséquent ses hiérarchies, qui s’imposent au fil du temps. Durant cette période, le champ de la santé est encore largement dominé par la médecine clinique, bien que l’on observe un retour du mouvement hygiéniste suite à au déclin des idées eugénistes. Ainsi, les actions aux fins d’hygiène sociale et prophylactique sont d’abord mises en place par des tiers, qui n’appartiennent parfois pas au champ, comme les moniteurs d’éducation physique (étude de cas n° 3). Contrairement aux mobilisations en faveur de l’exercice physique pour la santé qui se diffusent par la rumeur ou des idéologies (partie I), les actions ici engagées se distinguent par leur caractère descendant (« haut-bas »), c’est-à-dire qu’elles sont initiées par des institutions et des acteurs à la suite d’enquêtes et de statistiques nouvelles qui renseignent des diagnostics de la situation sanitaire nationale. Cela est rendu possible car le courant d’hygiène sociale gagne ses lettres de noblesses, et se constitue comme un sous-champ de la santé.

7La dernière partie étudie les campagnes récentes (depuis 1960) de promotion du sport-santé. Les auteurs observent que c’est à partir des années 2010 que se concrétisent cette politique publique et ses actions promotionnelles. Cependant, des prémices apparaissent au sortir de la seconde guerre mondiale dans un contexte français particulier, plus propice à la mise en place et à la réception de ce genre d’action. En effet, cette mobilisation se construit autour de paniques morales sur l’obésité, alors que, dans le même temps, les pratiques sportives, de compétition ou de loisirs n’ont jamais bénéficié d’autant de prestige et d’adhérents. Ce paradoxe s’explique par le fait que les pratiques sportives compétitives et de loisirs s’opèrent en dehors des cadres et des rhétoriques de santé. Ainsi, les sports gagnent en prestige au moment même où s’observe un reversement symbolique de la représentation des jeunes populations : ces dernières deviennent « une force nouvelle et active » (p. 311). La nouvelle considération pour les jeunes est aussi engagée par des figures politiques féminines dans les sports, facilitant le développement des politiques qui visent à modifier les modes de vie.

8Finalement, le livre montre bien que la promotion d’un « sport-santé » est majoritairement adossée aux discours alarmistes sur la sédentarité des individus (à l’école, au travail, face aux outils informatiques ou encore de la vie urbaine). Ces discours alarmistes sont d’abord prodigués par des non-spécialistes, puis reformulés par des médecins acquis à la cause, et qui ont les ressources (symboliques ou culturelles) pour traduire ces situations en termes de problèmes publics et de rehausser leur visibilité médiatique. En privilégiant son entrée par les controverses et les initiatives d’acteurs, l’ouvrage offre de riches informations sur la formation des politiques publiques actuelles, au cœur des recherches de légitimité des champs de la santé et des sports, et de leurs professionnels. En ce sens, « le sport au secours de la santé » renseigne autant la formation et le traitement d’un problème public que l’inscription et les transformations de ces champs dans leurs contextes socio-historiques.

Haut de page

Notes

1 Fleuriel Sébastien et Schotté Manuel, Sportifs en danger. La condition des travailleurs sportifs, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, coll. « Savoir/Agir », 2008, compte rendu d’Igor Martinache pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.553.

2 Gusfield Joseph, The Culture of Public Prblems. Drinking-Driving and the Symbolic Order, Chicago, London, The University of Chicago Press, 2009 [1981].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Vansyngel, « Jacques Defrance, Taieb El Boujjoufi et Olivier Hoibin (dir.), Le sport au secours de la santé. Politiques de santé publique et activité physique. 1885-2020 : une socio-histoire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53264 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53264

Haut de page

Rédacteur

Samuel Vansyngel

Doctorant, laboratoire Experice et Labex ICCA, Université Sorbonne Paris Nord.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search