Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Albert Ogien, Politique de l’acti...

Albert Ogien, Politique de l’activisme. Essai sur les mouvements citoyens

Adrien Mollaret
Politique de l'activisme
Albert Ogien, Politique de l'activisme. Essai sur les mouvements citoyens, Paris, PUF, 2021, 224 p., ISBN : 978-2-13-082990-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ogien Albert, Laugier Sandra, Pourquoi désobéir en démocratie ?, Paris, La Découverte, 2010, compte (...)
  • 2 Ogien Albert, Laugier Sandra, Le principe démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique(...)
  • 3 Ogien Albert, Laugier Sandra, Antidémocratie, Paris, La Découverte, 2017, compte rendu d’Olivier Cl (...)

1Albert Ogien poursuit son investigation sur les fondements de la légitimité en démocratie, dans la lignée de ses ouvrages précédents signés avec la philosophe Sandra Laugier sur la désobéissance civile1, les revendications pour une démocratie réelle2 et les discours de « l’anti-démocratie »3. Dans cet essai, il s’attache à démontrer la portée politique des « mouvements citoyens » qui essaiment à travers le monde ces dernières années. Pour l’auteur, ces mobilisations sont à la fois le symbole des nouvelles formes et pratiques de l’engagement politique, mais le sociologue y voit également « l’étoffe dont l’avenir de la démocratie sera fait » (p. 163). Au fond, cet essai traite du renouvellement des « conditions de l’implication directe des citoyens ordinaires dans le champ de la politique » (p. 10).

2L’ouvrage se découpe en trois grandes parties. Dans un premier temps, l’auteur caractérise ces mobilisations en leur donnant une définition commune. Il développe une série d’analyses pour appréhender leur contribution à la vie démocratique en se défaisant des catégories habituelles (société civile, militantisme, populisme). Dans un second temps, Albert Ogien questionne l’impact de ces « mouvements citoyens » sur le fonctionnement de la démocratie représentative, à travers notamment l’exemple du Mouvement 5 étoiles en Italie. Enfin, dans une approche plus pratique et normative, il propose dans un dernier temps les principes qui pourraient fonder une « politique de l’activisme » afin de dépasser les obstacles à la transformation des institutions démocratiques.

3L’ouvrage s’ouvre sur le constat d’une multiplication des « mouvements citoyens » à travers le monde : des défilés hebdomadaires en Algérie à la révolte populaire au Chili, des grèves lycéennes pour le climat en Europe aux protestations de masse à Hong-Kong, des Gilets jaunes en France au mouvement #MeToo ou Black Lives Matter. Derrière cette diversité de motifs, de pratiques et de contextes sociaux et politiques, l’auteur met en lumière des caractéristiques fondamentales communes : ce sont des mobilisations de citoyens sans attache partisane, qui naissent de façon sporadique, à la surprise des observateurs et des acteurs politiques traditionnels, mobilisant un grand nombre de personnes, sans doctrine précise, refusant un leadership au sein du mouvement et étant attachées à l’égalité entre les participants. Rejetant l’étiquette trop vague de « société civile » pour décrire ces mobilisations, Albert Ogien les définit comme des « pratiques politiques autonomes », qui se développent « à l’écart de la tutelle des organisations représentatives » et qui ne « s’inscrivent dans aucune stratégie de conquête du pouvoir » (p. 29). Il rejette également l’étiquette de « populisme » qui est généralement utilisée comme un qualificatif péjoratif et qui instaure, selon l’auteur, une « fausse querelle entre élite et peuple » (p. 171).

4À partir de cette définition, Albert Ogien cherche à montrer la contribution des mobilisations citoyennes à la démocratie, dans la mesure où l’irruption de citoyens sans affiliation partisane participe à la remise en cause des modalités de délégation politique et de légitimité démocratique. Ces « pratiques politiques autonomes » forment autant de contre-pouvoirs et de points de vigilance ou de contrôle de l’activité du gouvernement. À rebours des discours sur la « crise » de la démocratie, l’auteur montre au contraire la persistance de l’intérêt des citoyens pour les questions politiques et pour le fonctionnement de la démocratie, qui s’incarne dans une profonde reconfiguration de la relation entre gouvernants et gouvernés et dans un déplacement des lieux du débat politique en dehors des structures partisanes ou syndicales. Ce n’est donc pas la démocratie qui est en crise, mais le fonctionnement des structures qui organisent traditionnellement le débat et la vie politique et qui reposent sur un travail de représentation, d’unification, de professionnalisation et d’autonomisation des gouvernants vis-à-vis des gouvernés. L’« activisme sauvage » – qu’il oppose au militantisme traditionnel – participe à la reconfiguration de « l’ordre politique » en favorisant l’intervention de profanes dans un monde politique professionnel et en remettant en cause « la définition légaliste de la démocratie représentative » (p. 12). Ces mouvements exigent « la reconnaissance de la capacité politique de tout citoyen […] à contribuer pleinement à la définition et au contrôle de l’activité de gouvernement » (p. 41). Autrement dit, ces mouvements rappellent que la légitimité démocratique repose sur « les urnes plus la rue » (p. 207).

5Une fois reconnus les bienfaits de l’activisme pour le fonctionnement de la démocratie, cet essai développe une réflexion pratique s’adressant directement aux « activistes » afin de contribuer à leur projet. L’auteur définit ainsi la « politique de l’activisme » comme la « stratégie visant à assurer une reconnaissance institutionnelle à l’intervention directe dans la conduite des affaires publiques de citoyens ordinaires » (p. 210). L’ouvrage est ainsi traversé par l’obsession du devenir politique et institutionnel des mobilisations citoyennes : comment ces dernières peuvent-elles entrer dans – et subvertir – le jeu politique traditionnel sans trahir leurs principes d’horizontalité, de collégialité, de déprofessionnalisation et de dépersonnalisation ? À la fin de l’essai, le dilemme reste irrésolu, entre une « institutionnalisation des contre-pouvoirs » au risque de leur domestication, ou le maintien du caractère « sauvage » et « autonome » de la mobilisation, mais avec la difficulté de devoir « justifier sa légitimité et répondre de son illégalité » (p. 205).

  • 4 Le M5S est un mouvement politique italien fondé en 2009 par Beppe Grillo et Gianroberto Casaleggio (...)
  • 5 Liste d’union de la gauche menée par Michèle Rubirola qui arrive en tête lors des élections municip (...)
  • 6 Bastien Jean, « Entretien avec Albert Ogien : l’activisme entre en politique », Nonfiction, 6 mai 2 (...)

6Ce paradoxe est illustré par l’expérience du Mouvement 5 étoiles (Movimento 5 Stelle, M5S) en Italie4 qui montre comment « une formation politique qui […] défend l’idée que la conduite du pays doit directement incomber aux citoyens ordinaires » (p. 130) peut « prendre la démocratie représentative à son propre jeu » (p. 217) en remportant des élections. Cette étude de cas met en lumière la tension entre une pratique horizontale du pouvoir prônée par le mouvement et la réalité verticale de l’organisation institutionnelle. À partir de cet exemple, mais aussi de celui du Printemps marseillais en France5, l’auteur nous montre les possibles hybridations entre l’« activisme sauvage » et les structures politiques traditionnelles qui sont amenées à se multiplier dans les années à venir. C’est un essai assez optimiste sur les capacités de transformation de l’ordre politique sous l’influence des mobilisations citoyennes, en projetant sur ces mobilisations, et notamment leurs formes les plus institutionnalisées (parti-mouvement ou listes citoyennes), les prémisses d’un renouveau démocratique. L’activisme serait ainsi en train de fixer un nouvel objectif à la démocratie, celui d’« inventer le dispositif susceptible d’institutionnaliser le rôle qui doit échoir aux profanes de la politique dans la conduite des affaires publiques »6.

  • 7 Chollet Antoine, « L’énigme de la démocratie sauvage », Esprit, n° 1-2, 2019, p. 136-146.
  • 8 Dans un ouvrage récent, Réjane Sénac converge avec l’analyse d’Albert Ogien en qualifiant ces nouve (...)
  • 9 Voir notamment Neveu Catherine, « Démocratie participative et mouvements sociaux : entre domesticat (...)

7La réflexion sur le fondement de la légitimité démocratique est stimulante, renouant avec le courant de la démocratie radicale, notamment celui de la « démocratie sauvage » de Claude Lefort7. Grâce à un regard transversal, cet essai permet de sortir des approches sectorielles qui dominent parfois en sociologie politique et qui tendent à opposer les pratiques politiques institutionnelles et non-institutionnelles. Albert Ogien nous montre l’intérêt de penser les transformations de l’expérience démocratique au croisement des mouvements sociaux et des institutions politiques. Ce travail renvoie tout à la fois aux nombreuses études visant à qualifier les « nouvelles » pratiques contestataires en France et dans le monde8, mais également aux travaux sur les recompositions des institutions démocratiques et notamment l’essor des pratiques de démocratie participative9.

  • 10 Ion Jacques, La fin des Militants ?, Paris, Éditions de l'Atelier, 1997.
  • 11 Mathieu Lilian, « Un militantisme qui n'a de « nouveau » que le nom », Bruno Frère éd., Résister au (...)
  • 12 Voir par exemple les articles de Héloïse Nez et de Manuel Cervera-Marzal dans le dossier « Une alte (...)

8Toutefois, la forme de l’essai (sans données empiriques) et le cadrage très large de la réflexion sur les « mouvements citoyens » amènent parfois l’auteur à formuler des propositions très généralistes qui nécessiteraient davantage de contextualisation empirique. Par exemple lorsqu’il affirme que « la rue s’est assagie » et qu’elle « est aujourd’hui devenue le théâtre de rassemblements paisibles » (p. 14). Plus généralement, l’opposition, qui structure l’essai, entre un « activisme moderne » et un « militantisme ancien modèle » apparaît parfois trop mécanique. Le premier serait ainsi caractérisé par l’ouverture, la pluralité des opinions et le refus de construire une théorie de sa pratique. A l’inverse, l’engagement partisan serait marqué par l’ancrage idéologique, l’inscription dans la durée, l’obéissance et la hiérarchie. Ce schéma renvoie au modèle de la « fin des militants » et des nouvelles formes d’engagements mises en valeur au tournant des années 200010, mais qui ont été partiellement remises en cause depuis ou tout du moins qui nécessitent d’être nuancées et d’être remises dans leur contexte11. Enfin, l’essai aurait pu gagner en efficacité en recentrant son objet autour des situations où des « mouvements citoyens » jouent le jeu de la démocratie représentative et plus spécifiquement encore lorsqu’ils se retrouvent en situation d’exercice du pouvoir, car c’est bien de cela dont il est question à travers les exemples du M5S et du Printemps marseillais. Sur ce point, l’auteur apporte une réflexion rafraîchissante qui gagnerait à être mise en discussion avec les travaux empiriques émergents en sociologie politique sur ces situations paradoxales, illustrées par exemple par l’arrivée au pouvoir de Podemos en Espagne12.

Haut de page

Notes

1 Ogien Albert, Laugier Sandra, Pourquoi désobéir en démocratie ?, Paris, La Découverte, 2010, compte rendu d’Olivier Cléach pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/1182.

2 Ogien Albert, Laugier Sandra, Le principe démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique, Paris, La Découverte, 2014, compte rendu de Rémy Caveng pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/15987.

3 Ogien Albert, Laugier Sandra, Antidémocratie, Paris, La Découverte, 2017, compte rendu d’Olivier Cléach pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/24005.

4 Le M5S est un mouvement politique italien fondé en 2009 par Beppe Grillo et Gianroberto Casaleggio qui refuse l’étiquette de parti et le positionnement selon le clivage entre droite et gauche. Issu notamment d’un mouvement de contestation anti-élites, anti-austérité et anti-corruption, le mouvement met en avant la démocratie directe comme mode de fonctionnement interne. Aux élections municipales de 2016, il remporte les villes de Rome et de Turin. Puis en 2018, le mouvement arrive en tête des élections générales italiennes.

5 Liste d’union de la gauche menée par Michèle Rubirola qui arrive en tête lors des élections municipales de 2020 à Marseille. Ce rassemblement est notamment issu de l’appel du collectif citoyen Mad Mars pour réunir les forces progressistes de la ville.

6 Bastien Jean, « Entretien avec Albert Ogien : l’activisme entre en politique », Nonfiction, 6 mai 2021, en ligne : https://www.nonfiction.fr/article-10812-entretien-avec-albert-ogien-lactivisme-entre-en-politique.htm.

7 Chollet Antoine, « L’énigme de la démocratie sauvage », Esprit, n° 1-2, 2019, p. 136-146.

8 Dans un ouvrage récent, Réjane Sénac converge avec l’analyse d’Albert Ogien en qualifiant ces nouvelles formes d’engagement de « radicales et fluides ». Cf. Sénac Réjane, Radicales et fluides. Les mobilisations contemporaines, Paris, Presses de Sciences Po, 2021.

9 Voir notamment Neveu Catherine, « Démocratie participative et mouvements sociaux : entre domestication et ensauvagement ? », Participations, n° 1, 2011, p. 186-208.

10 Ion Jacques, La fin des Militants ?, Paris, Éditions de l'Atelier, 1997.

11 Mathieu Lilian, « Un militantisme qui n'a de « nouveau » que le nom », Bruno Frère éd., Résister au quotidien ?, Paris, Presses de Sciences Po, 2013, p. 223-240.

12 Voir par exemple les articles de Héloïse Nez et de Manuel Cervera-Marzal dans le dossier « Une alternative ? Podemos, mouvements sociaux et renouveau politique en Espagne », Mouvements, 2018/2 (n° 94).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Mollaret, « Albert Ogien, Politique de l’activisme. Essai sur les mouvements citoyens », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53290 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53290

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search