Navigation – Plan du site

Gérald Houdeville, Le métier de sociologue en France depuis 1945. Renaissance d'une discipline

Dominique Desjeux
Le métier de sociologue en France depuis 1945
Gérald Houdeville, Le métier de sociologue en France depuis 1945. Renaissance d'une discipline, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2007, 323 p., EAN : 9782753505520.
Haut de page

Texte intégral

1En commençant à lire la préface rédigée par Charles Suaud pour le livre de Gérald Houdeville sur Le métier de sociologue en France depuis 1945 (PUR, décembre 2007), j'étais un peu inquiet sur sa lisibilité quand j'ai lu qu'il était fait appel aux mânes de Wittgenstein. Ce philosophe ne m'était pas connu pour être un modèle de sociologie empirique. Cependant cela me donnait déjà un indice sur une partie du contenu de l'inconscient collectif des sociologues, l'importance accordée aux références philosophiques, au moins pour la génération des sociologues rentrée dans la carrière dans les années 1960/1970. Cela m'indiquait aussi l'importance du découpage générationnel pour comprendre l'évolution du métier de sociologue depuis 60 ans.

2Finalement passée la page 30 je l'ai lu d'une traite. Comme dans un roman à énigme je voulais savoir la fin. Et je n'ai pas été déçu par la chute. En effet, dans le dernier chapitre consacré à « l'affaire Teissier », Gérald Houdeville va montrer comment la violence qui s'est développée à cette occasion a été un analyseur des normes implicites de la « bonne » sociologie, des croyances autour de sa scientificité et donc des enjeux et des intérêts de la discipline, surtout pour la jeune génération. L'auteur montre que la thèse dirigée par Michel Maffesoli a été perçue par beaucoup comme la remise en cause de dizaines d'années d'efforts pour aboutir à l'autonomie de la sociologie comme discipline et par là à la remis en cause de sa légitimité comme science. C'est pourquoi l'affaire Tessier me fait penser aux mêmes dérapages que ceux des affaires ENRON aux USA ou Société Générale en France. Elles sont les analyseurs de la tension entre le contrôle social et l'autonomie des acteurs, problème que l'on retrouve dans toutes les sociétés et toutes les professions.

3Ce livre ne porte pas sur l'histoire des idées. Il se veut une objectivation de « l'histoire sans sujet » (p. 304) du métier de sociologue à partir d'une double enquête qualitative et quantitative. Il est basé sur 40 entretiens individuels et un questionnaire auquel près du quart des sociologues du champ académique, enseignants/chercheurs et chercheurs, ont répondu, soit près de 250 sur 1000 à 1100 sociologues suivant les comptages.

4C'est une enquête sur un terrain difficile et qui montre combien toute enquête est engagée dans un rapport social. Ainsi, une réponse au questionnaire vaut le coup d'être signalée, d'abord pour sa muflerie vis-à-vis d'un chercheur plus jeune, p. 47, - le sociologue au lieu de répondre annote le questionnaire comme une copie et met la note 8/20 - mais surtout parce qu'elle confirme qu'une enquête n'est jamais neutre socialement, notamment en termes générationnel.

5Cela m'a évoqué une des enquêtes que j'avais mené avec mon équipe sur l'édition en sciences humaines dans les années 1990 et qui m'avait demandé de déployer tout mon savoir faire d'animation de groupe pour calmer un sociologue qui contestait en direct les méthodes projectives. J'ai interviewé autour de 3 000 personnes entre 1969 et 2008, sans compter les dizaines d'animations de groupe. Mon constat est que c'est parmi les sociologues que l'on trouve les personnes les plus difficiles à enquêter. C'est une conclusion assez évidente et qui montre que la sociologie est bien devenue une profession, avec ses codes et ses normes quant à la définition de ce que doit être une bonne sociologie, en fonction bien sur de la position que chacun ou chacune occupe dans le champ.

6Ce livre part d'une enquête de terrain qui à la fois rend compte des conditions de sa production et expose des résultats objectivés et donc réfutables. C'est ce qui en fait l'apport dans le champ de la sociologie, car il rend la discussion possible. L'enquête joue le rôle d'un tiers neutralisant entre le chercheur et sa communauté. Dans ces conditions l'école de pensée devient un facteur moins problématique, l'auteur faisant clairement référence à Pierre Bourdieu, sociologue souvent sujet à polémique. Cependant, j'irais presque jusqu'à dire qu'il le fait de façon invisible sur le plan empirique, vue la qualité du parti pris descriptif.

7L'opinion de l'auteur n'apparaît explicitement qu'une fois, c'est à la page 279, dans un encadré, quand suite à une liste d'articles assez neutre sur l'affaire Tessier, il ajoute à la fin de la citation de J. Copans que c'est « un texte remarquable ! ». Dans cet article du Monde J. Copans dénonce la sociologie et l'ethnologie qui se sont vendus « pour un plat de lentilles » aux pouvoirs publics et privés ainsi qu'aux médias. Il dénonce les tribunes libres en citant trois journaux, Libération, Le Monde, Le Nouvel Observateur, mais sans citer aucun journal de droite. Cet exemple confirme combien la pensée politique de gauche apparaît comme un référentiel implicite fort du métier de sociologue. C'est ce que montrera aussi l'auteur, notamment pour la génération 1965-1983.

8En réalité, dit sur la base d'une épistémologie plus inductive, il a réalisé une enquête à une échelle macro-sociale, échelle d'observation où le sujet disparaît de fait. C'est aussi une échelle où les jeux d'acteurs liés au sens, à l'intérêt et aux rapports de pouvoir sont quasiment invisibles. A cette échelle le modèle de Pierre Bourdieu est particulièrement éclairant au sens premier du terme, celui de rendre visible la réalité implicite et les forces qui gouvernent le comportement des acteurs, forces qui sont elles-mêmes liées aux effets d'appartenance sociale. Cependant si l'auteur avait changé d'échelle il aurait pu faire apparaître des effets d'acteurs et des marges de manœuvre, et s'il avait encore plus réduit la focale il aurait pu faire apparaitre des individus et des sujets. A ces échelles plus micro les effets d'appartenance auraient disparu du champ de l'observation. Gérald Houdeville n'a pas choisi de faire varier sa focale d'observation et cela est tout à fait légitime.

9La thèse centrale de l'auteur est qu'entre 1945 et 2003, la sociologie, qui n'existe pas en tant que telle en 1945, sinon sous formes de traces à l'ENS, s'est constituée comme une discipline, comme une profession autonome des autres disciplines dont la philosophie. A partir de 1945, s'est d'abord le temps des pionniers, et pour une part des militants politiques de gauche (p. 127) et des chrétiens sociaux (p. 153 et sq.) mais pas uniquement quand on voit le poids de Raymond Aron dans le jeu institutionnel. Gérald Houdeville, citant un sociologue, rapporte comment vers 1967, Raymond Aron d'un coup de téléphone au ministre de l'époque obtient l'équivalent de 8 postes d'assistants, les ATER d'aujourd'hui. Puis elle se constitue sur le plan institutionnel pour devenir une discipline autonome avec ses enseignants, dont les jeunes normaliens, ses chercheurs et ses diplômes de la licence au doctorat. C'est une profession complète, jusque dans ses membres touchés par la déprime (p. 100). C'est aussi une profession avec ses violences, ses mesquineries et ses moments de solitude. Un vrai milieu professionnel en quelque sorte. C'est le temps des baby boomers, de la prégnance des courants de pensée intellectuels, sous forme d'écoles, et celle des idéologies politiques de gauche (pp. 139 et sq.).

10Mais surtout l'identité se construit sur une autre base entre la génération de 1965-1983 pour qui s'identifier à un courant de pensée est plus central que pour la génération 1984-2003. A l'inverse, pour les enseignants et les chercheurs de cette génération plus jeune la méthode et le domaine de recherche deviennent encore plus importants que pour la génération précédente (p. 86). Il y a donc autonomisation de la sociologie et construction d'une identité disciplinaire sur une base générationnelle autour du milieu des années 1980. Cette autonomie institutionnelle a été rendue possible grâce au rôle important joué par les organisations publiques dans le financement de la recherche. Notamment Gérald Houdeville montre le rôle clé joué par le CORDES. Plus récemment, entre 1998 et 2003 il y a eu autour de 360 contrats grâce à des financements publics ou para publics contre à peine 10 avec des entreprises privées (pp. 71-72). La multiplication des enquêtes est le signe d'une professionnalisation au sens d'acquisition d'une pratique, celle de l'enquête, et d'une technicisation des méthodes (p. 87). Cela se joue aussi avec un changement de références intellectuelles. Cela se traduit par le passage d'une dominante en termes de sociologie quantitative (p. 137) vers une sociologie qualitative. Cela est rendu possible grâce au changement des auteurs de références : les sociologues passent de Marx ou Althusser à Goffman et Becker autour de 1985 (p. 276, note 22).

11Je me permets de rappeler ici incidemment que le coût d'une enquête qualitative est beaucoup moins élevé que celui d'une enquête quantitative, au moins quand elle porte sur un millier de personne, surtout à l'époque, car aujourd'hui le coût est en train de fortement diminuer grâce à la possibilité des questionnaires en ligne. Le changement de paradigme n'a pas eu qu'une incidence théorique, il a de fait aussi permis un accès plus facile aux financements publics du fait du moindre coût des enquêtes. L'accès aux financements publics a permis à son tour une professionnalisation des sociologues grâce à l'augmentation des enquêtes de terrain et donc de leurs compétences empiriques. C'est ce qui permet à Gérald Houdeville de montrer que les sociologues passent alors d'une carrière de sociologue par opportunité à une carrière organisée vers un but, devenir sociologue (p. 165) grâce à une thèse. De mon point de vue, les sociologues restent malgré tout proches du modèle construit par Norbert Elias quand il décrivait les tentatives de Mozart pour s'autonomiser de la cour sans y réussir au contraire de Beethoven qui réussira, 20 ans plus tard, à s'affranchir des cours princières pour aller sur le marché de la musique, toujours d'après N. Elias. La sociologie française académique est depuis son institutionnalisation dans les années 1960/1970 jusqu'à aujourd'hui une sociologie de cours. Elle vit de l'Etat à travers ses salaires d'enseignants et de chercheurs, et ses financements de recherche. C'est aussi une sociologie de cours locales, parisienne ou provinciale (p. 216), où la dimension internationale est faible.

12Il ressort du livre de Gerald Houdeville au moins deux éléments structurants de la vision du monde de la sociologie en France, au-delà des clivages théoriques : c'est un inconscient plutôt à gauche et fortement liée à l'Etat. Le marché, l'entreprise privée et l'international ne paraissent pas faire parti des représentations du métier de sociologue. Les sociologues ne parlent pas non plus d'argent ou de revenu dans les motifs de satisfaction du métier (p. 96). De façon plus générale, je note malgré tout que la question de la place du marché et de l'entreprise privée dans le fonctionnement du métier de sociologue est présente dés les débuts de la sociologie. Il suffit de rappeler que Jean Stoetzel, normalien, psychosociologue et élu professeur à la Sorbonne en 1956 (p. 125), était en même temps le créateur de l'IFOP ou que l'une des enquêtes de Pierre Bourdieu sur la photo, publiée sous le titre d'Un art moyen, a été financée par Kodak. Ce rapport à l'entreprise privée et au marché fonctionne un peu comme un non dit sauf pour Michel Crozier dont un sociologue rappelle qu'il ne s'est pas intégré au CES au moment de sa création dans les années 1960. La séparation spatiale semble renvoyer à une différence de conception du métier de sociologue. Ce constat sur ce non dit par rapport au marché, toujours d'après moi, peut montrer que les étudiants en sociologie qui sortiront de l'université demain seront normalement assez bien formés pour des activités dans le secteur public au sens large. Cependant ils auront peu de dispositions, voire habitus fortement anti secteur privé, pour travailler dans les entreprises ou à l'étranger. Ceci peut poser des problèmes d'adaptation à ces nouveaux marchés du travail au moment où se multiplient les Masters Professionnels, où le nombre d'étudiants de sociologie diminue et où de nombreux docteurs doivent trouver des débouchés en dehors de l'université et du secteur public.

13Mon hypothèse personnelle, en lisant Gérald Houdeville, est que la sociologie est peut-être en train de rentrer dans une nouvelle étape de son « histoire sans sujet ». Après une identité fondée sur les courants de pensée, suite à sa filiation philosophique et politique, puis une identité fondée sur la méthode, le domaine et la discipline, suite à son institutionnalisation comme profession autonome, la sociologie est peut-être en train d'intégrer une nouvelle identité non plus fondée sur la seule discipline mais sur le métier. Je pense notamment au métier de professionnel des enquêtes au sens large sur le marché des entreprises privées et publiques hors de l'université. Nous sommes peut-être au début d'une nouvelle cohabitation entre trois identités, et si c'est le cas, elle sera probablement conflictuelle. Ce sera le passage de Mozart à Beethoven en quelque sorte ! Cette nouvelle identité en termes de métier sera d'autant plus difficile à négocier que l'identité en termes de discipline est forte. Elle est d'autant plus forte que la thèse est devenue le diplôme nécessaire à toute candidature académique. Une autre thèse de Gérald Houdeville est en effet que le niveau d'exigence pour entrée à l'université est plus élevé que dans les années soixante. Si une thèse n'était pas obligatoire dans les années 1960/1970 pour devenir enseignant, aujourd'hui elle est une des conditions nécessaire, - même si elle n'est pas suffisante puisqu'il faut souvent aussi un livre, des articles et avoir enseigné -, pour avoir une chance d'être pris sur un poste de maître de conférence ou de chargé de recherche, sans compter les effets de réseaux et de « tontines situationnistes » qui eux on toujours existé. Pour mémoire la tontine est un modèle de circulation des biens et des personnes qui permet à chaque acteur, chacun à son tour, de recevoir à égalité avec les autres un bien ou un accès à une place, à une situation d'où le terme de situationniste, comme je l'ai montré pour le Congo en 1987. Ce modèle peut très bien s'appliquer à la distribution des postes ou des allocations de thèses par exemple, les membres du CNU ou des commissions de spécialistes remplaçant les chefs de lignage congolais.

14Il est donc vrai que le niveau d'exigence en termes de niveau de diplôme est plus élevé aujourd'hui mais je me suis demandé si les conditions de recrutement étaient pour autant plus difficiles. En 1960 seuls 10 à 15% des élèves était reçus au baccalauréat. Je me demande juste si ce ne sont pas les conditions de la sélection qui se sont déplacées du baccalauréat vers le haut de la pyramide scolaire. Ce déplacement expliquerait le déplacement de la valeur des capitaux scolaires à mobiliser pour obtenir un poste universitaire en 2003. De même, en 1960 il y avait 6 professeurs de rang A. Il y en a autour de 150 aujourd'hui. Il y avait 200 enseignants chercheurs en 1975 contre plus de 700 aujourd'hui. Le nombre des enseignants a donc aussi fortement augmenté ce qui relativise peut-être la difficulté et c'est ce qui serait intéressant de creuser. Ce qui est sûr aujourd'hui c'est que le fait d'avoir un doctorat ne donne pas de droit vis-à-vis des postes à pouvoir à l'université. Il semble même que plus de 50% des docteurs travaille déjà en dehors de l'université. On assiste de fait au nouveau tournant du métier de sociologue.

15Il reste encore à évoquer l'importance du jeu éditorial que Gérald Houdeville traite dans les pages 229 et sq. Il distingue les éditeurs spécialisés comme l'Harmattan, pour le plus important parmi les éditeurs cités, mais aussi Privat, La Documentation Française, etc., des éditeurs généralistes comme Gallimard, Le Seuil, les PUF ou Fayard. Il apparait clairement que l'accès aux éditeurs généralistes est favorisé quand le sociologue est de la première génération, celle de 1965-1983, et qu'il travaille à Paris. Aucun provincial n'a accès aux éditeurs spécialisés, - dont une bonne part était en train de se créer dont l'Harmattan créé en 1975 -, dans cette génération. Ce phénomène parait moins fort pour la génération 1984-2004, même si globalement l'accès aux éditeurs généralistes est moins élevé que pour la génération plus ancienne. Il se trouve que dans l'enquête déjà citée et que j'avais menée avec mon équipe sur L'édition en sciences humaines (1991) nous avions fait apparaître un autre effet que l'effet génération et qui était l'effet de cycle de vie de carrière. Les jeunes chercheurs publiaient, par exemple, à l'Harmattan leur thèse ou leur travaux de recherche, puis une fois la carrière plus avancée, aux PUF, à La Découverte ou au Seuil, à l'exception notable des normaliens qui eux pouvaient directement publier aux PUF, chez Flammarion ou chez Gallimard, et enfin l'âge venant et libérés des codes de la discipline ils pouvaient publier des essais. Passé un certain âge ils pouvaient aussi revenir à l'Harmattan comme je l'ai découvert en analysant la trajectoire éditoriale de 1300 auteurs de l'Harmattan en 1995. La hiérarchie éditoriale apparait donc bien un analyseur de la hiérarchie entre sociologues, entre générations, entre origines ethniques, entre genres, entre Paris et la Province ce qui recouvre en parti un effet de classes sociales comme le montre Gérald Houdeville (pp.214 et sq.).

16J'aimerais avant de conclure rebondir sur le rapport au militantisme et au rôle de l'intellectuel pour les sociologues. Avec l'âge le militantisme, la philosophie voir la religion est de retour pour une partie des sociologues comme l'indique le témoignage de ce sociologue de la première génération qui raconte comment il s'est de nouveau engagé dans les grèves de 1995. C'est un phénomène que l'on retrouve dans de nombreux groupes de pression de consommateurs : des chercheurs en retraite ou leur carrière une fois assurée, comme pour Pierre Bourdieu hier et Jean Paul Sartre avant-hier, s'investissent dans des mouvements de protestation. J'ai retrouvé ce même phénomène dans d'autres disciplines comme la médecine, la biologie ou le droit, comme le montre aussi Daniel Boy qui vient de publier Pourquoi avons-nous peur de la technologie ? Le militantisme relèverait donc en partie d'un effet de cycle de vie et d'une des stratégies possibles de fin de carrière.

17Le livre émouvant et passionnant de Nathalie Heinich, Pourquoi Bourdieu, chez Gallimard (2007), est très significatif de cet inconscient collectif qui informe le comportement des sociologues, au moins celui de la première génération. Elle conclut qu'elle avait mis longtemps à comprendre qu'il existait « des usages non agonistiques de la discussion intellectuelle », que ceci fut le fruit d'un long désapprentissage, « pour ne pas dire un désenvoûtement » ce qui est plutôt courageux comme constat et que finalement « le civisme consiste à faire ce pour quoi le sociologue est payé par la collectivité, c'est-à-dire du savoir. »

18Je conclurai cette recension/ réflexion, - qui ne rend qu'en partie compte de la richesse du livre de Gérald Houdeville et tout particulièrement sur les effets de genre, de classes ou de Paris/Province, auxquels il faudrait ajouter les effets de minorité ethnique qui n'apparaissent pas dans l'enquête -, en disant que ce livre est pour moi un bon modèle d'enquête sociologique car il dévoile sans dénoncer, il décrit sans être normatif et il interprète sans être dogmatique. En plus il pose à la fois une question sur la représentation qu'une profession se fait de la science et une belle question d'épistémologie sur la contradiction à être relativiste et constructionniste (ou constructiviste) vis-à-vis du monde social et à ne pas l'être quant à sa pratique professionnelle. Cette dernière question lui permet de poser la question de l'autonomie du sociologue vis-à-vis de l'Etat ou de l'université. Pour ma part je crois peu, et c'est bien de l'ordre de la croyance, à l'existence de la liberté. J'observe que certaines positions comme celle de marginal sécant permettent des marges de manœuvre plus ou moins importante et que plus on est intégré à un milieu plus on a besoin de développer un imaginaire de l'individu libre afin de se libérer dans l'imaginaire des contraintes de ce milieu. J'ai aimé ce livre, sans aucune restriction mentale, parce qu'il m'a aidé à réfléchir sans m'imposer de mode d'emploi. C'est un livre qui ne cherche pas la vérité mais le vrai et qui est donc réfutable. C'est une enquête utile. C'est un beau travail intellectuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Desjeux, « Gérald Houdeville, Le métier de sociologue en France depuis 1945. Renaissance d'une discipline », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 14 février 2008, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/533

Haut de page

Rédacteur

Dominique Desjeux

Anthropologue, professeur à l'université Paris Descartes.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page