Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Thomas Amadieu, La fabrique de l’...

Thomas Amadieu, La fabrique de l’addiction aux jeux d’argent

Mathieu Sadourny
La fabrique de l'addiction aux jeux d'argent
Thomas Amadieu, La fabrique de l'addiction aux jeux d'argent, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Pour mieux comprendre », 2021, 240 p., EAN : 9782356878120.
Haut de page

Texte intégral

1L’ingénieur Frank Wolff est resté célèbre dans les aventures de Tintin (Objectif Lune et On a marché sur la Lune) pour avoir dû révéler des informations sur le projet lunaire auquel il participait afin que son passé de joueur emporté par la « passion du jeu » ne soit pas révélé. Il ne correspond pas au portrait type contemporain des « joueurs problématiques », qui sont davantage « des hommes, de milieu populaire, le plus souvent sans diplôme et avec de faibles revenus » (p. 109), si l’on suit Thomas Amadieu dans La fabrique de l’addiction aux jeux d’argent.

2Cet ouvrage est issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2013 ainsi que des recherches ultérieures conduites par l’auteur, qui propose ainsi une synthèse en langue française des travaux les plus récents conduits autour des conséquences économiques et sociales du développement des jeux d’argent. Le propos est organisé en neuf chapitres. Par souci de concision nous nous concentrons sur ce qui constitue à nos yeux les trois lignes de force de l’ouvrage, présentes de manière transversale au fil des différents chapitres.

  • 1 Amadieu Thomas, « Prises de risques délibérées avec l’argent : les modalités de consommation des je (...)
  • 2 Voir Ben Lakhdar Christian, Addicts. Les drogues et nous, Paris, Seuil, 2020.

3La première ligne de force qui interpelle est l’importance accordée au fait que les jeux d’argent ne sont pas un loisir comme les autres mais « une question de santé publique qui a trop longtemps été négligée » (p. 57). 350 millions de personnes rencontreraient des problèmes de jeux dans le monde (p. 58). Elles souffrent notamment d’addiction aux jeux d’argent, « entendue comme perte de contrôle, et aboutissement d’une carrière déviante »1. Suivant la littérature sur le sujet (p. 59-72), cette addiction est à l’origine de pertes financières pour les individus, nuit à leur santé ainsi qu’à leur vie (familiale comme professionnelle), et peut conduire à d’autres formes d’addiction (cigarette, alcool, drogues)2. Elle est donc à l’origine de plusieurs conséquences néfastes pour la personne concernée comme pour son entourage.

4La seconde ligne de force de l’ouvrage concerne le comportement des individus face aux jeux d’argent. Pour Thomas Amadieu, il est faux de dire que ce ne sont que des individus irrationnels qui développent une addiction aux jeux d’argent. « Si le joueur accro s’adonne au jeu c’est, rappelons-le, parce que la conduite lui semble une solution à ses problèmes profonds, qu’elle lui offre une sorte de réconfort » (p. 144). Le développement des jeux d’argent serait ainsi une réponse aux frustrations sociales (p. 45-56), laissant croire que l’accès à la richesse monétaire est à la portée de tout un chacun : « 100% des gagnants ont tenté leur chance » comme le proclamait un slogan resté célèbre du Loto3, « 100% des gagnants ont tenté leur chance ». En plus d’exploiter les frustrations sociales des joueurs, l’ouvrage évoque également le fait que, si ces derniers peuvent souffrir de différents biais cognitifs4, ces biais sont manipulés par les industriels du jeu (Big Gambling). Ils construisent des architectures de choix pour rendre plus ou moins captifs les joueurs, les faire jouer et rejouer. On parle de dark nudges5 et l’ouvrage multiplie les exemples associés au développement d’internet, des réseaux sociaux et des smartphones (notifications push…), à des campagnes marketing agressives, au design et à la multiplication des jeux (voir p. 13-55). Autant d’éléments qui permettent de toucher de nouvelles populations (les pages 85-108 sont consacrées aux jeunes et aux paris sportifs), pour que le vivier de joueurs ne diminue pas et/ou que chaque joueur joue toujours plus.

5La troisième ligne de force de La fabrique de l’addiction aux jeux d’argent est le fait que ce « fléau social » (p. 57) ne fasse pas l’objet de politiques publiques adaptées. L’addiction aux jeux d’argent paraît ainsi ne pas constituer un problème public6, notamment en France. Les raisons évoquées par l’auteur sont multiples : d’une part, les jeux d’argent sont une source de revenus pour le budget de l’État (5,5 milliards d’euros en 2017, cf. p. 121), une source qui pèse davantage sur les bas revenus (car ces derniers sont davantage exposés au risque d’addiction, cf. p. 109-112), et s’apparente donc à un impôt régressif7. D’autre part, si le régulateur des jeux (l’Autorité nationale des jeux), est doté de pouvoirs étendus en théorie, les régulations proposées paraissent timides et inefficaces (p. 150-153), loin d’être « au service d’un jeu sûr, intègre et maîtrisé »8. En effet, l’ouvrage souligne que les mesures prises visent, le plus souvent, à encourager un « jeu responsable » (p. 137-153), c’est-à-dire qu’il suffirait d’informer le joueur sur le fait que « jouer avec excès comporte des risques »9, voire qu’en cas de difficultés il peut composer tel numéro, pour qu’il puisse ainsi arbitrer en toute responsabilité et décider rationnellement s’il faut ou non (re)jouer. Or, les travaux mobilisés suggèrent assez que de telles mesures ne sont pas très efficaces, parce qu’elles reposent sur un gouvernement des conduites10 qui analyse mal les comportements des joueurs (les joueurs problématiques ne le sont pas à cause d’un déficit d’informations, les causes sont plus complexes, cf. supra).

  • 11 Plusieurs des moyens évoqués se retrouvent dans les cas étudiés par Conway Erik et Naomi Oreskes, L (...)

6Cette régulation inadaptée illustre également le fait que les travaux et enquêtes sur l’addiction aux jeux d’argent sont encore peu développés en France relativement à d’autres pays. Surtout, Thomas Amadieu souligne le fait que les gambling studies sont capturées, au moins partiellement, par l’industrie du jeu. À l’instar de ce qui se passe dans d’autres « industries moralement controversées » (p. 129), les entreprises du secteur usent de divers moyens11 comme le lobbying, le financement direct et indirect de différentes recherches et de chercheurs (pour certains parmi les plus réputés du champ), en vue de produire des résultats scientifiques biaisés, qui sous-estiment les risques, voient dans le développement des jeux d’argent un équilibre entre morale et efficacité économique, et renvoient les problèmes d’addiction à des causes individuelles (faiblesse de la volonté…). La question des conflits d’intérêt et celle de l’autonomie de la recherche scientifique sont donc posées avec une certaine vigueur (p. 155-175) et l’on comprend mieux pourquoi l’auteur précise, dès son avant-propos (p. 5), qu’il n’a jamais été financé directement ou indirectement par l’industrie des jeux d’argent.

7L’ouvrage de Thomas Amadieu propose donc à la fois un état des connaissances autour des jeux d’argent, une critique des régulations publiques et privées qui encadrent les pratiques des joueurs ainsi que neuf mesures « ayant scientifiquement prouvé leur efficacité » (p. 181) et qui pourraient être mises en œuvre dans le cas français afin de promouvoir « une politique du jeu réellement responsable » (p. 177). À la lumière de ces différents éléments, on ne peut que recommander sa lecture à toute personne désirant se familiariser aux problématiques soulevées par l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Amadieu Thomas, « Prises de risques délibérées avec l’argent : les modalités de consommation des jeux de hasard », Revue française de sociologie, vol. 56, n° 4, 2015, p. 657.

2 Voir Ben Lakhdar Christian, Addicts. Les drogues et nous, Paris, Seuil, 2020.

3 https://www.lesechos.fr/2011/08/quand-le-loto-gagnait-a-faire-rire-1090855.

4 Voir Bergeron Henri, Patrick Castel, Sophie Dubuisson-Quellier, Jeanne Lazarus, Étienne Nouguez et Olivier Pilmis, Le biais comportementaliste, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2018 ; compte rendu de Marion Clerc pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/29593.

5 Voir par exemple Petticrew Mark, Nason Maani, Luisa Pettigrew, Harry Rutter et May Ci Van Schalkwyk, « Dark Nudges and Sludge in Big Alcohol: Behavioral Economics, Cognitive Biases, and Alcohol Industry Corporate Social Responsibility », The Milbank Quarterly, vol. 98, n° 4, 2020, p. 1290-1328, disponible en ligne : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/1468-0009.12475.

6 Neveu Érik, « L’analyse des problèmes publics. Un champ d’étude interdisciplinaire au cœur des enjeux sociaux présents », Idées économiques et sociales, vol. 190, n° 4, 2017, p. 6-19, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-idees-economiques-et-sociales-2017-4-page-6.htm?contenu=article.

7 Duroy Quentin et Jon D. Wisman, « Le monopole de l’État français sur les jeux d’argent : de l’art d’extorquer des fonds aux plus démunis », Revue de la régulation, n° 22, automne 2017, en ligne : https://journals.openedition.org/regulation/12532.

8 https://anj.fr/.

9 https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000022320894/.

10 Dubuisson-Quellier Sophie (dir.), Gouverner les conduites, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2016.

11 Plusieurs des moyens évoqués se retrouvent dans les cas étudiés par Conway Erik et Naomi Oreskes, Les Marchands de doute, Le Pommier, 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Sadourny, « Thomas Amadieu, La fabrique de l’addiction aux jeux d’argent », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53305 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53305

Haut de page

Rédacteur

Mathieu Sadourny

Professeur de sciences économiques et sociales en classes préparatoires.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search