Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Alain Bihr, Roland Pfefferkorn, L...

Alain Bihr, Roland Pfefferkorn, Le système des inégalités

Marie Duru-Bellat
Le système des inégalités
Alain Bihr, Roland Pfefferkorn, Le système des inégalités, Paris, La Découverte, coll. « Grands Repères Manuels », 2021, 176 p., 1re éd. 2008, ISBN : 978-2-348-07174-4.
Haut de page

Texte intégral

1Avec cette édition complètement actualisée de leur ouvrage publié en 2008, sous le même titre et dans un format comparable, les sociologues Alain Bihr et Roland Pfefferkorn proposent un panorama accessible et convainquant de ce qu’ils désignent comme le système des inégalités. Ils s’inscrivent dans la lignée des ouvrages engagés qui dénoncent la montée des inégalités à laquelle on assiste depuis la fin des Trente Glorieuses, imputant celle-ci aux politiques néo-libérales qui ont dominé la période. Les auteurs l’explicitent d’emblée que l’étude des inégalités sociales « ne peut totalement s’abstraire des prises de positions éthiques et politiques à leur sujet » (p. 7).

2Ceci posé, le parti pris de l’ouvrage (comme l’était la première mouture de 2008) est de proposer une approche des inégalités mettant en avant de manière systématique les rapports qui existent entre celles-ci, comment elles interfèrent et le plus souvent se cumulent entre elles. Le champ est à l’évidence immense, dès lors que la définition des inégalités retenue – une distribution inégale dans « l’accès à… » – est susceptible d’inclure une grande variété de ressources sociales, tant matérielles que symboliques. En 172 pages, le livre balaye ainsi les inégalités de patrimoine et de revenu, mais aussi les inégalités en termes de pouvoir ou de capacité à faire prévaloir son point de vue, ou encore d’éducation et de santé : l’avoir, le pouvoir et le savoir, en quelque sorte. Les auteurs précisent que seules les intéressent les inégalités proprement sociales – celles qui résultent de rapports sociaux ou de fonctionnements institutionnels –, écartant donc, même s’il est clair que la frontière n’est pas toujours franche (surtout dans une approche sociologique volontiers déterministe !), ce qu’ils appellent les inégalités infrasociales, celles qui résultent des décisions ou des attitudes des personnes.

3Pour que l’on puisse parler d’inégalités, il faut bien sûr que les écarts observés, dans l’accès à telle ou telle ressource, soient jugés injustes et qu’ils soient perçus comme tels, et ce malgré les discours qui s’efforcent de les légitimer, en invoquant la nature ou un ordre naturel. Aujourd’hui, c’est, aux yeux des auteurs, le discours néolibéral qui occupe cet espace, proclamant l’égalité formelle de tous les êtres humains tout en acceptant, en même temps, les inégalités réelles, gage d’efficacité économique et offrant le champ libre aux libertés et aux initiatives individuelles. La notion d’égalité des chances est l’armature de ce discours : chacun est tenu de se réaliser et, pour ce faire, de ne pas hésiter à entrer en concurrence avec tous les autres, sachant que les gagnants ne manqueront pas de faire profiter largement les autres des ressources justement acquises, selon la théorie dite du ruissellement… Cependant, l’apport spécifique de l’ouvrage ne se situe pas véritablement dans la présentation et la critique de ces discours idéologiques, mais bien dans ce qui en constitue le cœur, à savoir un recensement systématique des différentes facettes des inégalités, sur la base des travaux statistiques ou qualitatifs les plus récents, dont les limites géographiques sont claires : il s’agit uniquement de la situation française.

4Le recensement débute par ce qui constitue sans conteste l’inégalité la plus choquante, à savoir l’inégalité sociale eu égard à l’espérance de vie, articulée avec le sexe, et qui renvoie aux conditions de travail et de vie des personnes, tant les facteurs de nocivité ou de pénibilité (précisées dans un tableau spécifique) sont eux-mêmes inégalement répartis. Au-delà, sont également en cause les inégalités engendrées par les modes de vie (modes de consommation, hygiène, recours au système de soin…). Les inégalités face au logement font l’objet de longs développements, depuis la situation épidémiologique très particulière des personnes sans domicile jusqu’au marqueur social croissant que constitue la propriété de son logement, en passant par la qualité de celui-ci ou la ségrégation urbaine.

5Un tableau synoptique des différentes facettes des inégalités (p. 51) reprend avec des données actualisées le principe retenu pour les années 1990, dans la première édition du livre, à savoir la primauté des « inégalités au sein des rapports de production » ; celles-ci sont définies par l’opposition classique entre propriétaires et non propriétaires des moyens de production, et celle entre ceux qui assurent des fonctions de commandement ou d’encadrement et ceux qui exercent des fonctions d’exécution. Elles constituent, aux yeux des auteurs, la « matrice » de toutes les autres, ce qui apparaît un peu, à ce stade descriptif, comme une pétition de principe.

6Plus convaincante, peut-être, est la démonstration du caractère cumulatif des inégalités, dans les différents groupes sociaux délimités par la nomenclature des PCS (avec, là encore, un tableau synthétique très parlant, p. 61). Apparaît une forte polarisation entre les ouvriers ou employés et tous les autres. Les inégalités prises en compte sont extrêmement variées puisqu’à côté des facettes exposées précédemment, sont intégrés le recours à une femme de ménage, le fait d’être à l’aise avec internet, le taux de départ en vacances ou un indice de représentation à l’Assemblée nationale… Ces divers indicateurs sont considérés par les auteurs comme autant de facettes de la pauvreté, une pauvreté que l’on ne peut réduire à sa dimension économique ; les auteurs rejoignent ainsi les tentatives de l’Insee et par ailleurs de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (Onpes) pour construire une approche multidimensionnelle de la pauvreté, amenée à coexister à présent avec la notion de précarité. Celle-ci, en forte croissance ces dernières décennies, désigne « la difficulté ou l’impossibilité à maîtriser les déterminants de son existence » (p. 70), et elle ne recoupe pas forcément la pauvreté monétaire, ce qui souligne la nécessité de repenser les grilles d’appréhension traditionnelles des rapports sociaux. Les auteurs mettent en regard cette montée des situations de fragilité économique avec celle des très hauts revenus et des grandes fortunes, la polarisation sur les très riches conduisant à souligner la croissance des inégalités et suscitant évidemment plus d’indignation (avec en ligne de mire « la » bourgeoisie comme classe sociale) que si les groupes plus modérément riches (au sein desquels on trouverait des salariées sans commandement, sans grand prestige ou grand pouvoir !) étaient désignés dans l’analyse.

7L’ouvrage aborde ensuite des indicateurs globaux d’inégalités, construits pour caractériser la société dans son ensemble, avec notamment des indices récents s’efforçant d’appréhender la « santé sociale » d’un pays. Il montre combien ce type d’indicateurs délivre un verdict bien différent que celui de cet indicateur purement comptable qu’est le PIB (produit intérieur brut).

8Enfin, la question de la reproduction des inégalités d’une génération à l’autre est abordée sur la base de la problématique classique de la mobilité sociale (en distinguant la mobilité des femmes et celle des hommes, ce qui n’est pas si fréquent), avec là encore l’apport de données et de références récentes. Grâce à cette synthèse très complète, le lecteur dispose en une cinquantaine de pages d’un panorama clair et précis de tous les rouages de cette reproduction, qu’il s’agisse de l’héritage et de la transmission des patrimoines, des inégalités de réussite scolaire ou des atouts transitant par la famille (rôle de l’homogamie et de la taille des fratries, notamment).

  • 1 Olivier Galland, Yannick Lemel, Sociologie des inégalités, Paris, Armand Colin, coll. « U Sociologi (...)

9Au total, cet ouvrage livre une somme très complète et incontestablement très précieuse à l’heure où la question des inégalités traverse à la fois les recherches sociologiques et les débats politiques. Unique réserve, le lecteur ou la lectrice a parfois l’impression d’une approche sous-tendue par un parti fort et forcément discutable, qui a le mérite d’être explicite : les auteurs regrettent en effet que la polarisation sociale qui leur apparaît saisissante contraste avec « l’abandon massif des discours sur les classes sociales dans les sciences sociales » (p. 87). C’est armés de cette notion de classe qu’ils privilégient a priori les « inégalités au sein des rapports de production », comme déterminant toutes les autres ; ils suggèrent ainsi que ces clivages n’ont rien perdu de leur pertinence depuis les années 1980-1990. Or, on peut s’interroger (à l’instar de certains sociologues comme Olivier Galland et Yannick Lemel dans leur Sociologie des inégalités publiée en 20181) sur la pertinence de cette notion de classe et de ces clivages pour comprendre certaines inégalités (face à l’école, notamment, où ce sont les enfants d’enseignants qui dominent tous les autres), ou plus largement pour analyser une société où se sont multipliées des positions moins faciles à classer de manière aussi tranchée, les employés (ou ouvriers ?) travaillant dans les entrepôts ou sur les routes, dans les salons de manucure ou chez les personnes âgées, aussi bien que les autoentrepreneurs en tous genre… Si les auteurs démontrent avec méthode que les inégalités forment un système, on peut souhaiter qu’ils multiplient leurs angles d’analyse en intégrant les bouleversements qu’ont connus les hiérarchies sociales dans les dernières décennies.

Haut de page

Notes

1 Olivier Galland, Yannick Lemel, Sociologie des inégalités, Paris, Armand Colin, coll. « U Sociologie », 2018 ; notre compte rendu pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.24706.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Alain Bihr, Roland Pfefferkorn, Le système des inégalités », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 04 janvier 2022, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53315 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53315

Haut de page

Rédacteur

Marie Duru-Bellat

Sociologue spécialiste des questions d’inégalités sociales et genrées (Observatoire sociologique du changement et IREDU).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search