Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Fredric Jameson, Archéologies du ...

Fredric Jameson, Archéologies du futur. Le désir nommé utopie et autres sciences-fictions

Thomas Michaud
Archéologies du futur
Fredric Jameson, Archéologies du futur. Le désir nommé utopie et autres sciences-fictions, Paris, Amsterdam éditions, coll. « Les Prairies ordinaires », 2021, 500 p., trad. Nicolas Vieillescazes, ISBN : 978-2-35480-218-9.
Haut de page

Texte intégral

1Fredric Jameson est un professeur de littérature américain connu pour son approche marxiste de la culture et du postmodernisme. Il fut notamment le directeur de thèse de l’auteur de science-fiction Kim Stanley Robinson. Ses écrits sur la science-fiction et l’utopie, parus initialement en 2005 font ici l’objet d’une réédition et d’une traduction inédite. Il s’intéresse à la fonction de l’utopie et aux différents sens donnés à ce concept. Si elle était assimilée au stalinisme et au totalitarisme pendant la guerre froide, l’utopie était aussi rejetée par les marxistes qui y voyaient un idéalisme structurellement opposé à l’action politique. L’auteur s’interroge aussi sur la faculté de l’utopie à inciter à l’action, incluant la science-fiction comme un vecteur de fantasmes utopiques. Dans la lignée des théories d’Herbert Marcuse, il pose une question qui oriente ses réflexions sur les usages de l’utopie par la société : « la culture peut-elle être politique, c’est-à-dire critique et même subversive, ou est-elle nécessairement réappropriée et récupérée par le système social dont elle fait partie ? » (p. 16). Le but de Jameson est de déterminer les conditions d’émergence des utopies, qui n’apparaissent pas à toutes les époques et en tout lieu.

2Les souhaits des utopistes peuvent bien souvent se résumer en une phrase. Thomas More veut abolir l’argent et la propriété. Winstanley souhaite l’abolition du travail salarié dans un nouvel espace des communaux, par exemple. Une nouvelle forme d’utopisme apparait même avec la création de nouvelles technologies produites par la fusion de l’informatique et de la cybernétique. L’anarchisme de Nozick et les fictions cyberpunks alimentent ainsi le capitalisme en nouvelles utopies dont la fonction politique doit encore être définie. L’activité d’utopiste était d’ailleurs pour un grand nombre d’entre eux, parmi lesquels des auteurs de science-fiction, une activité professionnelle à temps complet.

3Jameson note un succès plus important de la fantasy, et de son imaginaire médiéval, par rapport à la science-fiction. Il distingue les deux genres par les technologies fantastiques diffusées dans la science-fiction, comme la téléportation, le voyage dans le temps, les ordinateurs surhumains, la télépathie, ou des formes de vie extraterrestres. L’« étrangisation cognitive » (p. 102), concept développé par le théoricien Darko Suvin, indique que cet imaginaire relève de la raison scientifique. Jameson voit dans le dragon de la fantasy l’équivalent du vaisseau spatial ou de la téléportation dans la science-fiction. L’excès de technologie dans la science-fiction fascine moins le grand public que les références à la nature de la fantasy, dans la mesure où la réalité est déjà fortement marquée par l’industrialisation et la diffusion des technosciences.

4L’auteur note toutefois que les utopies sont toutes enracinées dans une position de classe. More est un homme de loi, londonien, et humaniste, proche de la cour d’Henry VIII. Les caractéristiques de sa société et la place qu’il y occupait ont certainement déterminé bon nombre des thèmes développés dans son ouvrage de référence. De même, Campanella était influencé par la culture ecclésiastique et Fourier par des fantasmes petits-bourgeois (selon Jameson). Bellamy était un Américain moyen, ce qui a aussi eu un impact sur sa production littéraire. Ce déterminisme social propre à tout auteur interroge l’existence d’une pensée véritablement utopique, ou le fait que cette dernière soit nécessairement une production au service des intérêts d’une classe sociale par rapport à une autre, l’auteur ne faisant que promouvoir une vision de son groupe d’appartenance, plutôt que de chercher le bien de l’humanité. Jameson développe une réflexion critique de l’utopie, estimant que toutes ses caractéristiques concrètes doivent être remises en question. La notion de fin de l’histoire et l’ennui potentiel inhérent à la réalisation des utopies, incapables de créer des évènements et de la dynamique sous peine de remettre en cause leur stabilité, sont au cœur de la critique anti-utopique. Jameson perçoit aussi le cyberpunk des années 1980-1990 comme « l’expression utopique du capitalisme tardif ou financier » (p. 267), ce qui démonte la faculté de l’utopie à muter et à intégrer des positions anti-utopiques dans ses récits. Enfin, Jameson souligne que, d’un point de vue religieux, l’utopie est sacrilège en raison de sa croyance en la perfectibilité. Il affirme également que les futures utopies seront indissociables du socialisme et de la critique anticapitaliste. Elles feront la promotion de l’égalité sociale et économique ainsi que du droit universel à l’alimentation, aux soins de santé, à l’éducation et au travail. Jameson est en effet ouvertement socialiste et ses écrits sont parsemés de références à la philosophie marxiste.

5L’auteur conclut la première partie de son étude en estimant que l’utopie est idéologique et que sa véritable fonction réside dans sa négativité critique. Il décrit aussi une tendance des sociétés capitalistes et postmodernes à une « dysnéification » qui traduit une forme de pensée utopique. Toutefois, les utopies traditionnelles ont disparu dans les années 1960-70, laissant la place à une vague dystopique qui se prolonge encore aujourd’hui.

6Jameson s’intéresse en détail à plusieurs utopistes comme Thomas More et Charles Fourier, mais aussi à des auteurs de science-fiction comme Philip K. Dick, Kim Stanley Robinson, Ursula Le Guin, ou Brian Aldiss. La science-fiction est présentée comme l’évolution de la pensée utopique ; Jameson, critique littéraire renommé, ne la met toutefois pas sur le même plan que la grande culture, qu’il nomme aussi modernisme, la considérant comme un sous-genre qui possède sa propre histoire et sa propre dynamique. Ces récits auraient bien une fonction sociale « d’accoutumer leurs lecteurs à l’innovation rapide, de préparer notre conscience et nos habitudes à l’impact, autrement démoralisant, du changement » (p. 387). Toutefois, la science-fiction ne vise par à imaginer le futur du système social. « En vérité, ses multiples futurs d’invention possèdent une fonction différente, celle de transformer notre présent en passé déterminé d’une chose à venir » (p. 389). Par ailleurs, Jameson constate notre incapacité constitutionnelle à imaginer l’utopie. Il explique ce phénomène non par une faillite de l’imagination individuelle, mais par notre emprisonnement dans des systèmes culturels et idéologiques.

7Ce livre est constitué de nombreuses réflexions sur la nature de l’utopie et sur sa fonction sociale, illustrant les analyses avec des exemples tirés d’une vaste culture littéraire, et notamment science-fictionnelle. Si les remarques de Jameson sont souvent pertinentes et enrichissantes, la lecture de l’ouvrage peut se révéler parfois complexe, notamment lors des nombreuses analyses d’œuvres, qui peuvent sembler hermétiques au lecteur qui n’a pas lu le roman traité.

8Quelques questions apparaissent à l’issue de cette lecture passionnante. La science-fiction est-elle encore un genre utopique, ou n’a-t-elle pas sombré dans la dystopie depuis l’émergence du postmodernisme ? Comment s’exprime encore l’utopisme dans les sociétés contemporaines, et a-t-il une force transformatrice sur les sociétés qu’il critique ? Nous regretterons par ailleurs que les réflexions sur l’utopisme technologique soient trop peu présentes, alors que ce courant de la fin du dix-neuvième et du début du vingtième siècle est une source d’inspiration importante, annonçant l’émergence de la science-fiction. L’ouvrage a toutefois le mérite de regrouper en un seul volume les deux ouvrages sur le thème de l’utopie et de la science-fiction de Fredric Jameson. Son interrogation sur la capacité de l’esprit humain à imaginer le futur et sur la fonction sociale de la science-fiction et de l’utopie mène le lecteur à remettre en question des aprioris sur la fonction prophétique d’un genre dont un grand nombre de récits se déroulent dans l’avenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Michaud, « Fredric Jameson, Archéologies du futur. Le désir nommé utopie et autres sciences-fictions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 04 janvier 2022, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53320 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53320

Haut de page

Rédacteur

Thomas Michaud

Docteur en sciences de gestion et MBA. Chercheur spécialisé dans l’étude des rapports entre la science-fiction et l’innovation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search