Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Catherine Lanoë (dir.), « Revêtir...

Catherine Lanoë (dir.), « Revêtir des idées. Habits, parures et politique en France (XVIe-XXIe siècles) », Parlement[s]. Revue d’histoire politique, n° 34, 2021.

Laura Alvarez
Revêtir des idées
Catherine Lanoë (dir.), « Revêtir des idées. Habits, parures et politique en France (XVIe-XXIe siècles) », Parlement[s]. Revue d'histoire politique, n° 34, 2021, 251 p., Rennes, Presses universitaires de Rennes, EAN : 9782753582903.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Si l’intérêt pour la dimension idéologique du vêtement est vif, il n’est toutefois pas neuf, et l’h (...)

1Cet ouvrage collectif dirigé par Catherine Lanoë rassemble les contributions de onze auteurs autour de l’histoire politique et socio-culturelle du vêtement et de la parure depuis l’époque moderne jusqu’au très contemporain en France. Ce faisant, la thèse générale est que les matières, les coupes, les couleurs et la composition des habits expriment et influencent l’identité ainsi que l’opinion politique, économique et/ou sociale. Portant sur un sujet de recherche de grande actualité1, l’originalité de ce volume réside en deux points : premièrement, sa vocation à se consacrer spécifiquement à la dimension politique des apparences ; deuxièmement, son interdisciplinarité (faisant interagir l’histoire, l’histoire de l’art et des cultures matérielles, ainsi que la sociologie du goût). La large couverture chronologique, avec un intérêt notable pour l’Ancien Régime, autorise plusieurs angles d’analyse, qui sont proposés en introduction par Catherine Lanoë. Deux grandes parties structurent le volume et possèdent leur format propre. Intitulée « recherche », la première est dédiée à quatre études de cas originales. Intitulée « sources », la seconde comporte sept commentaires de documents variés : écrits, mais aussi iconographiques, et oraux. On appréciera dans la seconde partie un emploi dynamique de la confrontation documentaire, au moyen d’illustrations de qualité.

  • 2 Ces questionnements ont par ailleurs été brassés par l’auteure dans le cadre d’une recherche doctor (...)

2Les deux premières études de cas offrent une vision verticale et complémentaire de la relation entre production et usages des apparences (textiles, parures) à l’époque moderne, depuis les stimulations institutionnelles du secteur de production analysées par Pauline Lemaigre-Gaffier, jusqu’aux logiques de consommation auxquelles s’intéresse Flavie Leroux. Inscrite plus largement dans l’histoire des rapports de genre, l’étude proposée par cette dernière2 a pour objet essentiel de réévaluer les stratégies de présentation du corps mises en œuvre par les nobles maîtresses royales (réputées pour leur beauté) afin de signifier leur accès à l’intimité des premiers rois Bourbons et leur influence dans l’espace curial. Cette étude vise alors à dépasser les cadres d’analyse classiques, ceci en considérant des marqueurs esthétiques dont la valeur est estimable (contrairement à la beauté subjective), tels que les bijoux et les vêtements, à partir de l’épluchage minutieux de correspondances personnelles, politiques et administratives. Pour Flavie Leroux, la parure devient ainsi un capital mobilier majeur permettant aux favorites des rois Henri IV et Louis XIV d’exprimer ouvertement leur pouvoir personnel, politique et économique. Ces activités fastueuses de la cour sont ensuite analysées par Pauline Lemaigre-Gaffier depuis la perspective des secteurs producteurs, dans une analyse dédiée à l’un des mécanismes d’intervention de l’État : les privilèges royaux. Octroyés par le Conseil du commerce, ceux-ci conféraient le droit exclusif de commercer dans une aire géographique donnée, ou une licence de fabrication selon une certaine technique. Dans un style soutenu, on comprend que les premières bénéficiaires de privilèges royaux octroyés par le Conseil du commerce sont les entreprises dont la production est liée à l’apparence : secteurs textile-confection, mais aussi chimie (colorants, quincaillerie, etc.). Pour l’essentiel, ce mode de fonctionnement correspond aux nouvelles dynamiques économiques mercantilistes qui valorisent la stimulation des nouvelles industries, telles que la chimie lourde, ainsi que les matières premières nouvellement issues du commerce international entre la France et les espaces outre-mer, comme le coton.

  • 3 À cet égard, le premier poste d’approvisionnement européen en indigo est Saint-Domingue, où l’indig (...)

3La charge symbolique des couleurs pour l’expression des idées politiques, et en particulier celle de la couleur bleue aux XVIIe et XVIIIe-XIXe siècles, est envisagée selon deux angles de vue, via un article de Marguerite Martin et une analyse d’image de Chloé Rivière. C’est en effet à partir d’un tableau de propagande figurant Mademoiselle de Montpensier – figure noble qui s’était ralliée à la Fronde – que Chloé Rivière effectue un retour sur un moment charnière de l’histoire du bleu. La restitution de l’image du frondeur (ou plutôt de la frondeuse), avec deux rubans bleus noués à chaque bras, permet à l’auteure d’appréhender, un peu trop succinctement tant le sujet est intéressant, la manière dont se construit l’identité politique des femmes de la noblesse moderne. Le bleu demeure par la suite encore au cœur des préoccupations politiques métropolitaines pendant l’Empire, devenu l’objet de tensions entretenues avec l’Angleterre, qui approvisionne le régiment révolutionnaire en indigo pour teindre leur uniforme militaire, comme l’explique la contribution de Marguerite Martin. Au lendemain de la Révolution de 1789, au cours de laquelle le bleu acquiert une symbolique politique sans précédent, et au moment où éclatent les insurrections d’esclaves dans les colonies productrices3, les questions relatives à son approvisionnement deviennent ainsi une source d’inquiétude majeure, tant il doit être assuré pour le maintien d’une cohésion politique fragilisée. Au-delà de l’énumération des différentes marques de reconnaissance que le bleu a permises par l’habit, toute l’originalité de la réflexion réside alors dans l’étude des stratégies adaptatives employées par les forces exécutives en réaction à l’environnement commercial, qu’elles soient idéologiques (attitude d’adhésion ou d’opposition au bleu) ou industrielles (innovations botaniques, techniques et scientifiques).

  • 4 Il ne s’agit toutefois pas des premiers rassemblements cultuels durant lesquels les fleurs sont emp (...)

4Rédigé par Emmanuel Fureix, le dernier article de cette partie intéresse les grands émois populaires du XIXe siècle, où s’affirme le potentiel symbolique des fleurs4, en référence à un critère non seulement proprement chromatique mais également allégorique. La charge affective et héraldique que possède la fleur entre la Restauration et la Seconde République en ferait même parfois oublier l’absence de signification provocatrice dans l’usage courant, au risque d’erreurs judiciaires et de mésinterprétations. Ni les couleurs, ni leurs supports n’obéissent donc à des lois immuables, et le discours politique identitaire auquel ils renvoient est sujet à une grande maniabilité.

5La seconde partie s’ouvre ensuite sur la lecture d’un tableau de 1587 par Astrid Castres, qui nous apprend que le luxe des matériaux peut également se substituer à l’image et être instrumentalisé pour l’édification de fidèles politiques. Puis, sous la plume de Catherine Lanoë, le port de la perruque, profession de foi monarchique sous Louis XIV, est un autre exemple de codification du paraître – cette dernière ayant d’ailleurs été rejetée par Jean-Jacques Rousseau dans une réforme somptuaire, préférant une « perruque ronde ».

  • 5 À ce sujet, se référer aussi à Mahrane Saïd, « Les Gilets jaunes », in Gueniffey Patrice et Lorrain (...)
  • 6 Ce rapport a également été établi par l’historienne Mona Ozouf au micro de Claire Servajean (voir O (...)

6L’adoption d’un habit particulier invite à s’interroger sur les motivations qui ont présidé à son choix, qu’ils aient concerné le tissu, la couleur ou la forme. À l’aube de la guerre de Succession d’Espagne, le corps municipal des Capitouls manipule ainsi avec habileté son uniforme en mêlant tenue réglementaire (perruque, habit mi-parti rouge et noir) et accessoires distinctifs en fonction de leur place sociale, ceci afin de signifier le maintien de privilèges et de prérogatives locales, mais aussi leur représentativité sociale, nous dit Géraud de Lavedan. En France, après la Révolution et jusqu’au coup d’État du 18 Brumaire, c’est le costume des assemblées institutionnelles qui est régulièrement l’objet de débats passionnés pour le réformer, débats auxquels participent même indirectement les artistes peintres, comme l’explique Patrice Bret à l’occasion de sa contribution. Au plus près de nous, la nécessité de se distinguer par le vêtement ou de l’ériger en emblème est encore au fondement de mobilisations populaires contemporaines, notamment lors du mouvement des Gilets jaunes5, dont Maxime Boidy rappelle que les partisans revendiquaient par ailleurs l’héritage de l’« imaginaire révolutionnaire »6, ou encore durant le soulèvement des ouvrières de Lejaby, que Fanny Gallot analyse ici.

7Utile tableau des pratiques vestimentaires à visée politique depuis l’Ancien Régime jusqu’à la Ve République, ce volume sera consulté avec grand profit par les lecteurs désireux de s’en faire une idée précise et située. Notamment issu de recherches doctorales en cours, il est dressé à l’aide de données en partie inédites. Faisant suite à des recherches sociologiques et historiques sur le vêtement, il s’agit d’une contribution importante à l’histoire des identités politiques, leurs insignes et leurs couleurs, ainsi que, dans une moindre mesure, à l’étude de l’inscription des femmes dans les sphères du pouvoir.

Haut de page

Notes

1 Si l’intérêt pour la dimension idéologique du vêtement est vif, il n’est toutefois pas neuf, et l’historiographie offerte par Florence Gherchanoc et Valérie Huet en dégage bien les abords. Voir Gherchanoc Florence et Huet Valérie, « Pratiques politiques et culturelles du vêtement. Essai historiographique », Revue historique, n° 641, 2007, p. 3-30.

2 Ces questionnements ont par ailleurs été brassés par l’auteure dans le cadre d’une recherche doctorale. Voir Leroux Flavie, Les maîtresses du roi. De Henri IV à Louis XIV, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2020.

3 À cet égard, le premier poste d’approvisionnement européen en indigo est Saint-Domingue, où l’indigotier est cultivé dès 1750, mais la culture de cette plante tinctoriale et l’exportation du principe colorant sont largement suspendues à partir de 1791, en raison des vagues de soulèvement d’esclaves.

4 Il ne s’agit toutefois pas des premiers rassemblements cultuels durant lesquels les fleurs sont employées comme des marqueurs distinctifs. Ainsi que le rappelle Catherine Lanoë, le nœud de paille fut par exemple l’emblème dissident des opposants au cardinal Mazarin (voir p. 20).

5 À ce sujet, se référer aussi à Mahrane Saïd, « Les Gilets jaunes », in Gueniffey Patrice et Lorrain François-Guillaume (dir.), Révolutions françaises. Du Moyen Âge à nos jours, Paris, Perrin, 2020.

6 Ce rapport a également été établi par l’historienne Mona Ozouf au micro de Claire Servajean (voir Ozouf Mona, « Avec les Gilets jaunes, la Révolution française toujours aussi présente ? », Une semaine en France, France Inter, 31 mai 2019).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Alvarez, « Catherine Lanoë (dir.), « Revêtir des idées. Habits, parures et politique en France (XVIe-XXIe siècles) », Parlement[s]. Revue d’histoire politique, n° 34, 2021. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 04 janvier 2022, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53332 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53332

Haut de page

Rédacteur

Laura Alvarez

Docteure en histoire, histoire de l’art et archéologie. Centre de recherche en Archéologie et Patrimoine, Université libre de Bruxelles.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search