Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Bernard Traimond, Les chasses aux...

Bernard Traimond, Les chasses aux sangliers : se confronter au sauvage

Nathan Debayle
Les chasses aux sangliers
Bernard Traimond, Les chasses aux sangliers. Se confronter au sauvage, Morlaàs, Éditions Cairn, 2021, 112 p., ISBN : 9782350688589.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Traimond Bernard, Les fêtes du taureau. Essai d’ethnologie historique, Bordeaux, AA éditions, 1996.

1Dans cet ouvrage, qui fait suite à de nombreuses recherches conduites en terre Landaise, de la chasse à la palombe, au rugby, en passant par la corrida1, Bernard Traimond, professeur d’anthropologie à l’université de Bordeaux, spécialiste d’anthropologie culturelle et d’ethnopragmatisme, explore les mondes de la chasse aux sangliers, en posant la question du rapport au vivant des chasseurs et la question des relations sociales à la chasse. Fidèle à sa démarche d’ethnographe enraciné dans le terrain étudié, l’auteur collecte ses matériaux en combinant observations participantes et entretiens avec les chasseurs (essentiellement des hommes) de sa commune et propose une réflexion critique sur la posture du chercheur surplombant ou dominant au profit d’une démarche qui redonne de la place aux propos et aux points de vue indigènes, ce qui se traduit par une omniprésence des extraits de terrains dans le compte rendu, mais aussi des partis pris interprétatifs que l’auteur expose clairement : « Non seulement je m’occupe de “ce savoir (qui) n’est pas su” (Certeau, 1980 :139), mais je veux le valoriser, lui donner la place qui doit lui revenir » (p. 17). En l’occurrence, il s’agit par cet ouvrage de défendre « le droit de chasser contre tous les urbains qui, peu à peu, cherchent à dépouiller les ruraux de leurs prérogatives » (p. 16).

2Bernard Traimond entretient un lien de familiarité étroit avec son terrain d’enquête. Chasseur depuis son enfance, installé dans la commune depuis quarante ans et membre de l’association de chasse communale depuis des années, il a décidé de démarrer « officiellement » sa recherche en 2019, tout en mobilisant des matériaux récoltés auparavant – de façon non systématique – comme des anecdotes marquantes consignées sur un bout de carnet. Les observations sur le terrain se font quant à elles sans enregistreur ni journal de terrain, parce que, d’après l’auteur, le contexte ne s’y prête pas en raison, d’une part, de la difficulté de combiner prise de notes et participation à l’activité de chasse et, d’autre part, des effets négatifs que produiraient la présence du carnet et de l’enregistreur sur la relation d’enquête. L’auteur a donc consigné ses observations en fin de journée, de mémoire. Les entretiens ont été réalisés en dehors de la chasse, mais leur nombre n’est pas précisé, l’auteur insistant plutôt sur les informations récoltées grâce à l’observation participante.

3Rendre compte de l’argumentation de l’auteur n’est pas tout à fait évident, parce que le livre prend une forme très littéraire et, s’il ne s’en cache pas, cela soulève des problèmes de rigueur dans la construction de la démonstration. D’abord parce que le lecteur peine parfois à trouver une analyse par-dessus le récit. L’auteur explicite bien le parti-pris de restituer avant tout les informations au plus proche de la réalité, mais, ce faisant, il délègue beaucoup au lecteur le travail d’interprétation et d’analyse des matériaux et des situations. Ensuite, parce que le propos n’est pas organisé dans un plan problématisé. Ce petit livre (quatre-vingt-dix pages) est en effet découpé en vingt-cinq parties, lesquelles ne sont pas nommées. Ainsi, il n’y a pas de réel cheminement démonstratif de la thèse défendue. L’ouvrage offre plutôt un panel de situations et de réflexions sur les chasseurs de sangliers et la place du chercheur dans l’enquête. Les chapitres prennent souvent la forme suivante : exposé d’une situation à l’aide d’un extrait de journal de terrain, questionnement de l’auteur sur cette situation et réflexion sur la place du chercheur.

  • 2 Chamboredon Jean-Claude, « La diffusion de la chasse et la transformation des usages sociaux de l’e (...)
  • 3 Bozon Michel, « Chasse, territoire, groupements de chasseurs », Études rurales, n° 87-88, 1982.

4L’ouvrage expose le problème des sangliers, ces nouveaux envahisseurs des campagnes qui imposent une vigilance constante des chasseurs, lesquels se portent garants du bien-être de la société humaine. Cette chasse au sanglier amène Bernard Traimond à montrer son admiration pour ces chasseurs et pour leur lien particulier avec la nature. L’auteur insiste notamment sur leur capacité à lire les indices de la nature, comme une trace de sanglier, et d’être capables de créer un scénario à partir de ces traces, ou encore sur la relation très intime et complice qui unit le chien et le chasseur dans une collaboration à la poursuite du gibier. On apprend aussi que les chasseurs ne peuvent se réduire en un groupe homogène, sans que cette hétérogénéité soit explorée en termes de genre, de classe sociale, ou même d’appartenance territoriale comme ont pu le faire plus tôt des sociologues comme Jean-Claude Chamboredon2 ou Michel Bouzon3. Il y a des individus capables de suivre le gibier, de le pister, d’autres qui se contentent de se poster et d’attendre le gibier. L’auteur lui-même se décrit comme un chasseur qui n’est pas un « vrai chasseur ». Il sert à faire nombre mais n’a pas les qualités des « vrais chasseurs », lesquelles consistent essentiellement à disposer d’une meute de chiens, à faire le pied, ou avoir un chasseur renommé dans ses ancêtres. L’auto-dévalorisation de l’auteur sur ses compétences de chasse et ses connaissances du vivant traverse le livre, et cette analyse de sa participation est souvent solidaire d’un point de vue sur le rôle d’enquêteur et sur la valeur des enquêtés : les chasseurs sont ici placés sur un piédestal concernant leurs connaissances et leurs savoir-faire, face au chercheur qui essaie de consigner leur parole en sachant qu’il n’arrivera jamais à délivrer avec justesse toute la complexité de la réalité sociale sur un carnet.

  • 4 Stépanoff Charles, L'animal et la mort. Chasses, modernité et crise du sauvage, Paris, La Découvert (...)

5Ces considérations qui traversent l’ouvrage sont un moyen pour Bernard Traimond de marquer une distinction (discutable) entre des « ruraux » qui ont gardé un lien fort avec le vivant et qu’il cherche à documenter, et des « urbains » qui en sont déconnectés mais qui se permettent d’imposer leur vision du vivant au mode de vie rural. Outre la reprise de cette classification binaire pourtant amplement discutée (en sociologie, en anthropologie, en histoire), sa mobilisation est problématique puisqu’elle est directement articulée à une prise de parti pour ces chasseurs de sangliers, dont l’auteur se fait le porte-parole contre les attaques dont ils font l’objet par une large frange de la population (« les urbains »). Sans remettre en cause l’existence de conflits sociaux autour de la chasse, et plus généralement des usages sociaux de la nature, ou encore la possibilité pour la science de conduire à des formes de réhabilitation symbolique de groupes dominés, la prise en compte de distinctions plus fines et le travail de distanciation avec le point de vue des enquêtés auraient pu rendre le propos bien plus solide sur le plan scientifique. Propos qui apparaissent par exemple beaucoup plus nuancés dans l’ouvrage de Charles Stépanoff, sorti la même année4.

6En résumé l’auteur cherche à livrer le témoignage d’une certaine « socio diversité » qui se maintient en France, avec des modes d’habiter et de cohabiter avec le vivant différents et qu’il faudrait préserver. Cependant le problème principal consiste en l’absence de travail de distanciation nécessaire à toute enquête en terrain familier – de son appartenance au groupe de chasse dont il ne cache pas l’admiration à son opposition aux « urbains » qui ne comprendraient rien à la « ruralité » –, absence qui entraine des biais d’objectivité et qui emmène rapidement l’auteur dans des conclusions manichéennes et peu nuancées.

Haut de page

Notes

1 Traimond Bernard, Les fêtes du taureau. Essai d’ethnologie historique, Bordeaux, AA éditions, 1996.

2 Chamboredon Jean-Claude, « La diffusion de la chasse et la transformation des usages sociaux de l’espace rural », Études rurales, n° 87-88, 1982.

3 Bozon Michel, « Chasse, territoire, groupements de chasseurs », Études rurales, n° 87-88, 1982.

4 Stépanoff Charles, L'animal et la mort. Chasses, modernité et crise du sauvage, Paris, La Découverte, 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathan Debayle, « Bernard Traimond, Les chasses aux sangliers : se confronter au sauvage », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 05 janvier 2022, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53495 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53495

Haut de page

Rédacteur

Nathan Debayle

Doctorant en socio-anthropologie au laboratoire LaSA UBFC.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search