Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Antonin Dubois, Organiser les étu...

Antonin Dubois, Organiser les étudiants. Socio-histoire d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914)

Julie Testi
Organiser les étudiants
Antonin Dubois, Organiser les étudiants. Socio-histoire d'un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914), Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, coll. « Sociologie historique », 2021, 360 p., ISBN : 978-2-36512-263-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’usage au masculin du terme d’étudiant s’explique par la composition quasi exclusivement masculine (...)

1Si de nombreuses publications ont été consacrées aux étudiants1 en tant que groupe social, traitant aussi bien de leurs conditions de vie et d’étude que de leur rapport au politique, l’existence d’un statut d’étudiant, comme le souligne Antonin Dubois, questionne notamment par son aspect provisoire. Partant de ce constat, cet ouvrage issu de sa thèse s’interroge, dans une perspective socio-historique, sur les possibilités de création d’un groupe social, celui des étudiants. Il s’agit pour l’auteur de comprendre comment la représentation du groupe s’est progressivement construite, à partir de l’émergence des premières organisations revendiquées comme étudiantes et des acteurs (étatiques, politiques et universitaires) qui ont cherché à définir et à circonscrire ce groupe. Ce faisant, Antonin Dubois inscrit ses perspectives de recherche dans la lignée des travaux sur la constitution des groupes sociaux professionnels et des catégories sociales.

2Afin de mettre au jour la genèse de la catégorie étudiant, l’auteur se focalise, dans une perspective comparatiste, sur une période allant de 1880 à 1914. Si les universités sont bien plus anciennes, la date origine choisie s’explique par l’impossibilité législative qui est faite aux étudiants de s’organiser collectivement et relativement librement avant 1880dans les deux pays étudiés. Le choix de la comparaison entre la France et l’Allemagne est quant à lui justifié par les différences structurelles de régime. Pour autant, cette comparaison ne se joue pas qu’à l’échelle étatique, puisque Antonin Dubois mobilise plusieurs études de cas de villes universitaires (Lille, Montpellier et Paris pour la France, Berlin, Bonn et Fribourg-en-Brisgau pour l’Allemagne). Cette recherche s’appuie donc sur le dépouillement de nombreux fonds d’archives. Si les données collectées sont parfois lacunaires, l’usage qui en est fait est particulièrement convaincant. Ainsi, ce double niveau d’observation s’articule en permanence dans l’ouvrage donnant à voir une analyse d’une grande richesse où se côtoient habilement les contextes nationaux, avec l’évocation de l’évolution législative et politique des États, et la transformation des contextes universitaires locaux.

3L’ouvrage est organisé autour de sept chapitres, regroupés en trois grandes parties. Antonin Dubois trace d’abord la genèse des premières organisations étudiantes en mettant en exergue les contextes propres à leur émergence. L’auteur montre comment les tentatives de création d’organisations rassemblant les étudiants font face à l’hostilité des pouvoirs en place. Dans le cas allemand, la répression des mobilisations étudiantes se réduit progressivement à partir de la révolution de 1848 et des premières réformes du droit d’association. À l’aide des études de cas, on observe la création d’organisations diverses au sein des établissements allemands. En France, l’interdiction d’association faite aux étudiants ne sera levée qu’en 1883. Ainsi, dans les décennies qui suivent, deux modèles distincts apparaissent. D’un côté, les organisations allemandes, plus anciennes et plus nombreuses que leurs homologues françaises, fonctionnent sur une logique corporatiste, avec le développement d’une forte concurrence entre elles. De l’autre, les organisations étudiantes françaises ont la prétention de vouloir organiser l’ensemble des étudiants d’une même université. À compter des années 1900, les types d’organisations se diversifient et la concurrence au sein des universités se développe. On observe à la fois des associations à vocation généraliste en Allemagne et l’arrivée de corporations en France. Face à ce constat, l’auteur analyse la capacité des organisations étudiantes existantes à parler au nom du groupe et à le représenter.

4Le développement des organisations s’inscrit plus généralement dans un mouvement de croissance des effectifs étudiants dans les deux pays. Il s’accompagne de la mise en œuvre des premières statistiques portant sur les étudiants. C’est aussi à cette période que les organisations étudiantes françaises commencent à pouvoir percevoir des subventions publiques. Antonin Dubois montre ici clairement comment le rapport entre les acteurs étatiques et politiques se transforme vis-à-vis du milieu étudiant, contribuant ainsi à la définition du groupe étudiant.

5Dans une seconde partie, l’auteur propose une analyse du fonctionnement de ces différentes organisations. D’une part, il cherche à expliquer comment elles organisent la vie étudiante. D’autre part, il décrit comment elles contribuent à la socialisation – souvent élitaire – de leurs membres. Il montre également que ces organisations ne sont pas hermétiques aux sphères de pouvoir tant locales que nationales, qu’il s’agisse de la présence de membres honoraires ou d’anciens dans leurs rangs ou plus généralement du soutien de membres de l’élite intellectuelle et politique. Cette socialisation étudiante passe aussi par l’apprentissage de modalités d’action (manifestations, distributions de tracts). En effet, les membres des organisations étudiées ne se limitent pas à la perpétuation d’un folklore étudiant. Ils prennent position sur des questions politiques d’ordre générale et/ou liées au développement des universités (par exemple, contre la présence d’étudiants étrangers).

6Comme le souligne l’auteur au début de la troisième partie de son ouvrage, « le refus de la politique tel qu’il est affirmé par les membres des organisations étudiantes signifie leur rejet de l’engagement partisan, mais n’interdit pas toute forme d’identification politique et de politisation » (p. 273). Cette dernière partie est donc consacrée à l’étude de la politisation des étudiants dans les deux pays, notamment sur la possibilité qui leur est offerte en France, et non en Allemagne, de se mobiliser contre le régime en place. L’auteur en profite pour remettre en cause certains mythes concernant le milieu étudiant, par exemple en nuançant le poids de l’Action française au sein des universités à Paris et en province. Enfin, Antonin Dubois termine son ouvrage par un historique des mobilisations étudiantes dans le champ académique, sur les questions relevant du règlement universitaire ou de la représentation du groupe au sein de l’institution. L’auteur conclut cette socio-histoire des organisations étudiantes en France et en Allemagne en présentant les profondes divisions politiques qui peuvent exister au sein de ce tout jeune milieu étudiant.

  • 2 Alain Monchablon, Histoire de l’UNEF, Paris, PUF, 1983, p. 13.
  • 3 Olivier Galland (dir.), Le monde des étudiants, Paris, PUF, 1995.
  • 4 « Mobilisations étudiantes, automne 1986 », Politix, vol. 1, n° 1, 1988, disponible en ligne : http (...)

7Cet ouvrage, centré sur la « préhistoire »2 des organisations étudiantes, réussit à inscrire la genèse de ce groupe social dans l’histoire politique, loin de l’image essentiellement folklorique du milieu estudiantin. Ainsi, les premières organisations étudiantes n’apparaissent pas distantes des considérations et conflits politiques de leur époque. Sa recherche répond en creux à de nombreux travaux parus à compter des années 1960 et plus particulièrement à partir de la décennie 1990 sur les engagements et mouvements étudiants. Si les mobilisations étudiantes – principalement suite à Mai 68 – ont fait l’objet de nombreux ouvrages, les recherches sur les engagements étudiants en dressent un portait contrasté3. Le milieu étudiant est couramment décrit comme un espace faiblement intégrateur où l’aspect politique des protestations étudiantes est souvent contesté4. Ainsi, cette recherche défend de manière particulièrement convaincante l’idée du caractère profondément politique des mobilisations de ce groupe en train de se constituer dans les années qui précèdent la Première Guerre mondiale.

Haut de page

Notes

1 L’usage au masculin du terme d’étudiant s’explique par la composition quasi exclusivement masculine du groupe, même si, comme le montre Antonin Dubois, certaines organisations françaises comprenaient une part importante de femmes.

2 Alain Monchablon, Histoire de l’UNEF, Paris, PUF, 1983, p. 13.

3 Olivier Galland (dir.), Le monde des étudiants, Paris, PUF, 1995.

4 « Mobilisations étudiantes, automne 1986 », Politix, vol. 1, n° 1, 1988, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-politix-1988-1.htm

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Testi, « Antonin Dubois, Organiser les étudiants. Socio-histoire d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 10 janvier 2022, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53525 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53525

Haut de page

Rédacteur

Julie Testi

Post-doctorante au Centre d’histoire espaces et cultures (Université Clermont Auvergne), chercheuse associée à l’Institut des sciences sociales du politique (Université Paris-Nanterre).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search