Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Marcel Mauss, Essai sur le don

Marcel Mauss, Essai sur le don

Krystof Beaucaire
Essai sur le don
Marcel Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, Paris, Flammarion, coll. « Champs classiques », 2021, 320 p., préf. Jean-François Bert, ISBN : 9782080256225.
Haut de page

Texte intégral

1L’Essai sur le don de Marcel Mauss règne probablement parmi les ouvrages les plus fondamentaux de la sociologie. Mais cette simple renommée fait peu pour expliquer le grand intérêt qu’attire encore l’œuvre, près de cent ans après sa première parution. Comme nous indique en préface Jean-François Bert, maître d’enseignement et de recherche à l’université de Lausanne, la particularité de l’ouvrage de Mauss est de se prêter beaucoup plus que d’autres à l’interprétation. Cette réalité fait de l’Essai un texte fort propice aux réactualisations, exercice auquel cette nouvelle édition contribue.

  • 1 En vue d’éviter de s’éloigner abusivement du texte original, nous avons choisi de conserver certain (...)

2L’ouvrage se distingue par une démarche singulière, combinant de nombreux propos qui, sous une plume différente, nous paraîtraient rapidement contradictoires. Connectant instincts universalisants et sensibilités particularistes, employant des comparaisons pouvant parfois rapprocher, parfois distancer, Mauss nous convie à l’exploration des rites de plusieurs civilisations primitives1. Partant de la Polynésie et de la Mélanésie pour ensuite s’intéresser aux rites du potlatch d’Amérique du Nord, le but ultime est de s’interroger sur les échos que trouvent ces pratiques à travers l’histoire des sociétés les plus complexes.

3La méthode employée par Mauss se veut comparative. Les pratiques des uns et des autres sont mises en contraste, révélant de nouvelles idées au fil des rencontres. Mais, comme le souligne Bert, l’intérêt ici est moins dans les ressemblances que dans les différences. Certes, les échanges de biens ont toujours été coordonnés par un appareillage complexe de relations sociales, mais encore faut-il reconnaître les différentes manières par lesquelles ces relations ont trouvé à s’organiser à travers l’histoire. Surtout, il faut également considérer que nos propres sociétés n’échappent pas à cette analyse. Mauss s’empêche ici d’émettre des jugements moraux ou de recourir à des explications téléologiques ; il reconnait bien, déjà, l’océan des connaissances anthropologiques qui lui échappent, informant sa précaution générale. À ce sujet, Bert souligne la lecture « fragile » que demande l’Essai, celle-ci devant évoluer avec nos savoirs et nos perspectives. C’est dans ce contexte que nous devons entrer dans l’ouvrage en interrogeant notre relation avec ce dernier. L’approche comparative prend ici tout son sens : pour nous comparer aux peuples à l’étude, il faut nous insérer nous-mêmes dans ce cadre comparatif, placés en égaux devant ce « miroir que Mauss brandit pour obliger son lecteur à scruter sa propre étrangeté » (p. 24).

4C’est que, si la question qui ouvre l’ouvrage se résume à chercher les raisons nous poussant à offrir des présents, puis à les redonner ultérieurement, les intérêts de Mauss s’étendent bien au-delà. Effectivement, à travers la question du don, on découvre ultimement les racines des rapports sociaux fondant l’économie, les premières formes de contrats, puis le droit et la politique. Plus encore, l’Essai nous invite à « une nouvelle façon de penser le rôle des objets » (p. 35), renouvelant la perspective matérialiste auprès d’une école ayant jusqu’alors hésité à s’engager dans ce genre de dialogue. Loin d’une ambivalence, le refus maussien de faire de l’Essai sur le don un argument en faveur de l’idéalisme ou du matérialisme exprime plutôt le respect du sociologue envers la complexité de son objet et des multiples dimensions dans lesquelles il trouve à s’incarner.

5La structure de l’Essai est des plus simples. Une brève introduction précède trois chapitres complétés d’une conclusion compréhensive s’attelant à pousser plus loin les réflexions de l’ouvrage. Soulignons toutefois, avant d’aller plus loin, les ajouts qu’apporte cette nouvelle édition et qui, sans renverser le sens du texte original, en enrichissent quelque peu la lecture. S’ajoutent ainsi au texte original quatre textes placés en annexe. Les trois premiers ont initialement précédé la publication de l’Essai et anticipent effectivement sur son propos. Or, dans le contexte de l’ouvrage final, le sens de ces additions intéressantes vient adéquatement supplémenter et compléter la réflexion. Le quatrième texte en annexe est, pour sa part, paru une vingtaine d’années après l’Essai et conclut bien l’ouvrage, synthétisant succinctement les propos tenus sans en sacrifier la nuance originale. Ce qui put, à une époque, servir de retour sur un ouvrage passé sert ici de chute fort appropriée. Notons également l’ajout d’une bibliographie revue et corrigée des ouvrages cités à la fin de l’essai et des annexes, simplifiant grandement l’accès aux références utilisées.

6Mais revenons à l’ouvrage central. Tel qu’énoncé plus tôt, la réflexion fixe son objet sur les règles entourant le don, c’est-à-dire l’acte d’offrir des présents. Pour étudier la question, Mauss entreprend de traverser, les unes après les autres, les pratiques de différentes sociétés et leurs rapports spécifiques au don. Dans sa forme la plus simple, comme le montre l’exemple les sociétés polynésiennes et Maories, le don s’incarne dans un système de « prestations totales », une organisation horizontale des échanges où la distribution égalitaire des biens et la mise en commun priment. On comprend cette forme d’organisation comme étant la plus primitive, la première étape de notre développement. Cet état n’est toutefois pas un signe de simplicité, au contraire. L’horizontalité du système de prestations totales repose en fait dans la distinction encore floue existant entre l’objet et les sujets de l’échange. L’âme (anima) qui habite chaque personne, qui anime et motive nos actions dans la société, cette âme existe également dans les objets. Ces derniers se révèlent comme une simple extension de la personne. Dans ce sens, les humains trouvent dans le monde des choses une prolongation de leur existence. Le produit de ma chasse, l’outil fabriqué, les ornements donnés, ces objets sont le produit de mon contact avec le monde extérieur, et leur production a incorporé une part de mon essence, ils sont devenus une extension de mon être. Cette commune participation au monde informe ainsi une approche complexe des échanges : mon don comporte toujours une part de moi, une part qu’accepte le donataire, créant alors un lien magique, un déséquilibre, qui me donne du pouvoir sur lui. Il faudra donc rétablir cet asservissement magique par un éventuel contre-don, entraînant le moteur du système d’échange. Les prestations totales renvoient ainsi à une totalité qui est bien plus qu’une simple répartition égalitaire. Dans un sens typiquement maussien, elle renvoie aux multiples dimensions humaines sollicitées : la moralité, le corps et l’âme.

7La complexification des relations d’échange vient exacerber la force de ce déséquilibre magique. En effet, à mesure que certaines sociétés développent la capacité de mouvoir des biens sur de longues distances, le commerce qui jaillit chamboule l’ordre des prestations totales qui n’ont plus simplement lieu à l’intérieur de la tribu, mais également entre diverses nations. À l’intérieur de la tribu, la mise en commun assurait, par la présence continuelle de rituels et de fêtes d’échanges, par exemple les potlatchs, une opportunité constante de rendre les présents. Cette opportunité s’évanouit avec la rencontre ponctuelle des tribus commerçantes éloignées, éveillant par la même occasion la dangerosité latente du déséquilibre révélé par le don. L’échange international, le commerce entre tribus, rompt le lien de constance par la distance. Par la même occasion, on découvre l’obligation, pour les tribus qui se rencontrent, de procéder à des échanges inégaux qui ne pourront être rétablis rapidement. L’inégalité devient un fait inévitable, voire central, de l’échange. C’est pour cette raison que Mauss réfère ici au concept de « prestations totales agonistiques » : l’échange devient une réelle compétition où chacun rivalise de générosité, cherchant à assurer, par l’exubérance de ses dons, sa dominance sur les autres. C’est dans ce contexte qu’on retrouve le potlatch dans son acception la plus agonistique, des fêtes où le don et la destruction se joignent dans de complexes assemblages. Ces formes de sociétés trouvent leur équilibre dans une dangereuse danse entre la paix et la guerre, entre le don et l’attaque, équilibre qui s’effondre occasionnellement pour renaître au fil des acrimonies et réconciliations.

8Ces deux formes du système de prestations totales présentent pour Mauss les sources de nombre de faits de la vie humaine. Le pouvoir qu’obtient le vainqueur du potlatch implique le devoir pour le donataire d’un jour lui rendre la pareille en organisant à son tour un potlatch d’une envergure supérieure. On voit ici poindre le sens de l’honneur qui aura une valeur éthique centrale pour les sociétés plus complexes. C’est dans cette direction que Mauss nous invite à réfléchir en fin d’ouvrage. La violence inhérente aux échanges encouragera par exemple le développement, dans le droit, de mécanismes d’émancipation des individus aux objets, mettant fin au système de prestations totales et donnant naissance à l’économie moderne. De plusieurs manières, il est ainsi possible de retracer l’influence du don au travers de nos civilisations, projet de taille dont Mauss préfère ne nous donner qu’un simple aperçu. C’est ici que la lecture qui se voulait fragile prend plus explicitement le sens d’une invitation. Pour Mauss, nous trouvons dans le don les traces des premiers mouvements de la complexification des sociétés. Les relations entre sujets, médiatisées par les choses et les objets, s’inscrivent à la base de nos organisations. Un tel constat nous ouvre ainsi la porte à une vision kaléidoscopique des formes de la société. Nos présentes civilisations, comme moments ponctuels, s’ouvrent ainsi, positivement, à la critique. Conviés à l’humilité, nous conservons également la possibilité de voir les choses se transformer.

Haut de page

Notes

1 En vue d’éviter de s’éloigner abusivement du texte original, nous avons choisi de conserver certains termes dont les significations ont pu changer avec le temps. Sans s’engager dans une critique en profondeur, il demeure nécessaire de rejeter les sentiments de supériorité coloniale que ces classifications ont toujours porté que ce soit de manière explicite ou subconsciente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Krystof Beaucaire, « Marcel Mauss, Essai sur le don », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 10 janvier 2022, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/53557 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.53557

Haut de page

Rédacteur

Krystof Beaucaire

Étudiant à la maîtrise en sociologie, Université du Québec à Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search